Charles Francis Adams, Jr.


Charles Francis Adams, Jr.
Charles F. Adams, Jr. en août 1864

Charles Francis Adams II (27 mai 1835 - 20 mai 1915) fils de Charles Francis Adams, Sr. , est un membre de la grande famille des Adams [1] . Il est colonel de l' Union Army pendant la guerre de Sécession. Après la guerre , il est railroad regulator (membre de la commission de régulation) et cadre supérieur dans les chemins de fer.

Il fut aussi financier, auteur d'ouvrages d'histoire, et membre de la Massachusetts Park Commission. Il a été élu membre de la American Academy of Arts and Sciences en 1871.

Sommaire

Jeunesse

Le capitaine Charles Francis Adams (2cd à partir de la droite) avec des officiers du 1° Massachusetts de cavalerie, en août 1864

Charles Francis Adams, Jr est un brahmane de Boston , il naît dans une famille qui sert les États-Unis depuis longtemps [2] et a même comme origine un des pères fondateurs des États-Unis : il est l'arrière-petit-fils du président John Adams, et le petit-fils du président John Quincy Adams.

Son père, Charles Francis Adams, Sr., homme de loi, homme politique, écrivain et aussi diplomate fut envoyé par Abraham Lincoln à la cour de Saint-James comme "ministre" (équivalent d'ambassadeur) auprès de Victoria du Royaume-Uni , de 1861 à 1868, et il veilla à la neutralité de la Grande-Bretagne pendant la guerre de Sécession.

Après ses études secondaires à la Boston Latin School, et ses études de droit à la Harvard University de 1853 à 1856, J.F. Adams, Jr. fait un stage dans le cabinet juridique de Richard Henry Dana, Jr. . Il s'inscrit au barreau en 1858.

Pendant la guerre de Sécession

Au début de la guerre, C.F. Adams, Jr. s'enrôle dans l'Union Army, et est nommé lieutenant du Massachusetts Volunteer Cavalry (Compagnie H) le 19 décembre 1861.

Lors de la tentative d'invasion de Charleston (Caroline du Sud), il participe avec courage à la bataille de Secessionville (ou 1° bataille de James Island, 16 juin 1862).

Pendant la Campagne du Maryland, il se distingue aussi lors de la bataille de South Mountain et de la bataille d'Antietam.

Après la bataille de Fredericksburg , un désastre pour l' Union, Ambrose Burnside est limogé et remplacé à la tête de l'armée du Potomac (unioniste) par Joseph Hooker. Adams écrit alors dans une de ses lettres que le QG de Falmouth, où Hooker séjourne avec ses amis political generals Daniel Sickles et Daniel Butterfield est " a bar and a brothel"[3]


C.F. Adams, Jr. devient capitaine et commandant de la compagnie H le 30 octobre 1862, participe à la campagne de Gettysburg , et se distingue avec sa compagnie lors des combats de cavalerie acharnés de la bataille d'Aldie (Virginie) le 17 juin 1863.

Le 15 juillet 1864, C.F. Adams Jr. est nommé lieutenant-colonel du 5° Massachusetts Cavalry , un régiment de cavalerie des USCT [4](United States Colored Troops : "Troupes Noires des États Unis") [5] , qu'il entraine au combat lors du siège de Petersburg (Virginie).

Le 9 juillet 1866, le président Andrew Johnson, successeur de Abraham Lincoln, propose la nomination officielle du colonel J.F. Adams, Jr. au grade de brevet brigadier general[6] des United States Volunteers, à dater du 13 mars 1865, et le Sénat entérinera cette promotion le 23 juillet 1866 [7][8] , au motif de "bravoure et efficacité lors des batailles de Secessionville (Caroline du Sud) , South Mountain et Antietam (Maryland) , et pour services notables rendus pendant la guerre"[9].

C.F. Adams Jr. combattit jusqu'à la reddition des confédérés, puis démissionna de l'armée le I° août 1865, pour raisons de santé [10].

Après la guerre de Sécession

Le 8 mai 1865, Charles F. Adams épouse Mary Elizabeth Ogden, une jeune new-yorkaise de bonne famille. Elle lui donnera 3 filles et 2 garçons (des jumeaux, John et Henry, nés en 1875, et qui sortiront de Harvard en 1898)[11],[12],[13].

L'ours Interstate Commerce Commission (ICC) et l'ours "Federal Courts" (Tribunaux fédéraux) dispersant les "bad boys" (les méchants spéculateurs) de Wall Street. L'ICC été crée en 1887, mais auparavant les "Railroad Commissions" s'occupaient déjà, au niveau des Etats, de réguler l'expansion sans limites des compagnies de chemin de fer - et les appétits des prédateurs que leurs gains attiraient.

Charles F. Adams est membre de la Massachusetts Railroad Commission, et il essaie d'amener les compagnies de chemin de fer à respecter une certaine ethique, mais plutôt par la persuasion que par la coercition. Sa commission est alors surnommée [14] "Sunshine Commission" ("la Commission Rayon de Soleil") , car, suivant ses principes, elle révèle au public les pratiques anormales des compagnies pour qu'elles s'amendent. C'est cet état d'esprit que reflête une de ses œuvres littéraires : Chapters of Erie.

Charles F. Adams est cependant fidèle aux grands principes du capitalisme de l'époque, et se consacre plus à la protection des industriels qu'à celle de leurs clients : il voit ses fonctions comme un rempart pour les investisseurs, contre les caprices des consommateurs hostiles - ou les machinations d'animateur de marché [15] sans scrupules[16].

Président de l' Union Pacific Railroad

Fichier:Directors upr.jpg
Symbole de la résilience nord-américaine : en octobre 1866 (18 mois après la fin de la guerre de Sécession) un train de l'Union Pacific Railroad atteint le I00° méridien (à 250 miles , 400 km environ, à l'ouest d'Omaha) , et les notables se congratulent.


Adams, qui avait acquis une excellente réputation dans le domaine des chemins de fer, fut nommé président de la société Union Pacific Railroad en 1884.

Il augmenta l'aire d'action de l' "UP" en absorbant des réseaux ferroviaires locaux pour créer en 1890 la Union Pacific, Denver and Gulf Railway, qui, à travers le Texas Panhandle , reliait les ports du golfe du Mexique au nord industriel des États-Unis.

Malheureusement, l' "UP" , qui avait fait faillite lors du scandale du Crédit Immobilier of America [17] en 1872 , puis s'était rétablie, fit à nouveau banqueroute en 1893, alors que le richissime affairiste Jay Gould était actionnaire majoritaire[18]. .

Pourtant Adams avait écrit un ouvrage sur les aléas des compagnies de chemin de fer ("Railroads, Their Origin and Problems") en 1878. Il quitta la présidence de l' "UP" en 1890.

Président de la Massachusetts Park Commission

De 1893 à 1895, Charles F. Adams fut président de la Park Commission de l’état de Massachusetts , et il contribua à la création des parcs de cet état.

L'historien

Après 1874, Charles F. Adams se consacra à la rédaction d’études et de livres traîtant de l’histoire américaine. Il fut élu président de la Massachusetts Historical Society en 1895, puis président de la American Historical Association en 1901.

Ses études sur l’histoire en général et sur l’évolution des chemins de fer américains en particulier furent souvent reçues avec grand intérêt, et la finesse des analyses, ainsi que l'indépendance d'esprit de l'auteur, soulevèrent souvent des controverses[19].

Charles F. Adams est "fellow" (membre associé) de la très prestigieuse American Academy of Arts and Sciences dès 1871[20].

En 1907 C.F. Adams, Jr. est invité à prononcer un discours à l'occasion du centenaire de la naissance de Robert E. Lee. Dans le droit fil d'un esprit de réconciliation qui culminera six ans plus tard lors de la commémoration du cinquantenaire de la bataille de Gettysburg [21] , Adams exalte alors la valeur de Lee, et aussi celle de Stonewall Jackson : tous deux, dit-il, forgés "en acier de la meilleure trempe. Je suis fier aujourd'hui de dire que j'étais leur compatriote[22]".

En 1913, à l'âge de 78 ans, invité à s'exprimer lors du "Founders' Day" de Harvard , C.F. Adams décrit l'évolution du paysage politico-économico-culturel américain depuis son entrée à la faculté en 1853 : " 'Tis 60 years since" (voir le chapitre "Extraits de son oeuvre").

Mort

Charles F. Adams, Jr. meurt le 20 mai 1915, une semaine avant son 80° anniversaire. Il est enterré au Mount Wollaston Cemetery (tombe n° 337, dans l’ Old Section) à Quincy (Massachusetts) , le berceau de la famille Adams.

Famille

Ses frères sont Henry Brooks Adams et John Quincy Adams. Un de ses neveux est Charles Francis Adams III, qui fut US Secretary of the Navy (équivalent de ministre de la marine) [23] sous la présidence de Herbert Hoover.

Œuvres

  • Chapters of Erie, and Other Essays (“ Chapitres d’Erie, et autres essais ”) (New York, 1871), écrit en collaboration avec son frère Henry Adams
  • Railroads, Their Origin and Problems (New York, 1878)
  • Notes on Railroad Accidents (New York, 1879)
  • Richard Henry Dana : A Biography (Boston, 1891)
  • Three Episodes of Massachusetts History (Boston, 1892) : une étude sur l’arrivée des premiers colons à Boston Bay - sur la controverse à propos de l'Antinomisme – et sur la direction de l’église et de la ville dans le Massachusetts des débuts.
  • Massachusetts: Its Historians and Its History (Boston, 1893)
  • Antinomianism in the Colony of Massachusetts Bay, 1636-38 (1894).
  • “Imperialism” and “The Tracks of Our Forefathers”, disponible dans le Projet Gutenberg. (1898).
  • Life of Charles Francis Adams (Boston, 1900), dans la collection “ American Statesmen ”
  • Lee at Appomattox, and Other Papers (1902)
  • Charles Francis Adams, 1835-1915: An Autobiography (1916)


Extraits des publications de C.F. Adams, Jr.

(visibles sur Projet Gutenberg )

"Imperialism" , et "The Tracks of our forefathers" ("Les traces de nos ancêtres"), 1898

  • "depuis 1492, l'histoire de l'Espagne et de la domination espagnole a indéniablement été une longue série de crimes et de violations de la loi naturelle, crimes et violations pour lesquels l'Espagne n'a d'ailleurs pas encore totalement expié. Des crimes perpétrés par cette nation, 4 sont particulièrement criants, et, sur la liste des forfaits dont cette nation s'est rendue coupable au long de l'histoire, ne le cèdent qu'à peu d'autres. Ces 4 forfaits ont été: (1) L'expulsion, d'abord des Juifs, puis des Mores, ou Morisques, à la fin du XV° siècle et au début du XVI° siècle; (2) les annales du "Concile Sanglant" (Conseil des troubles) aux Pays-Bas, et l'intestine guerre de Quatre-Vingt ans qu'a dû subir la Hollande avant de pouvoir s'émanciper de la domination espagnole; (3) l' Inquisition, la plus ingénieuse des machines jamais inventée par l'homme afin d'éradiquer et détruire toute intelligence, toute recherche et tout progrès dans une population; et enfin (4) la politique d'extermination des aborigènes d'Amérique , et, quand il ne s'agissait pas d'extermination, leur oppression cruelle et systématique. " [24]
  • "Que nous du Massachusetts nous nous soyons mal conduit vis-à-vis des aborigènes locaux, l'affreux souvenir de la guerre des Pequots sera toujours là pour nous le rappeler. De même, la façon dont notre nation en général s'est comportée avec les Indiens, les Africains, et les Asiatiques est entrée dans l'histoire. Mais par ailleurs l'histoire ne peut nier que notre comportement - qu'on l'appelle comme vous voulez : antichrétien, brutal, génocidaire - a été salvateur pour la race. Il a heureusement préservé le rameau Anglo-Saxon, qui grâce à lui n'est pas devenu une nation de métis, de sang-mêlés (pour utiliser une expression illustrant bien un concept). Les sang-mêlés Canadiens, les Mexicains, les mulâtres, quoi qu'on dise, sont des races qui manquent de virilité et de résistance; et si l'Anglo-Saxon ne fait partie d'aucune de ces races, et est foncièrement viril et résistant, c'est bien grâce au fait que les races moins développées que la sienne ont disparu à son approche. Certes, la nature utilise des méthodes souvent brutales..."[25].

" 'Tis 60 years since"("Il y a maintenant 60 ans ")

(extraits du discours prononcé par C.F. Adams Jr à Harvard à l'occasion du Founders' Day, le 16 janvier 1913, alors qu'il a 78 ans. " 'Tis 60 years since" est la phrase de début d'un chapitre de Waverley , roman de Walter Scott, paru en 1814, qui eut un énorme succès ).

  • " Moi, né dans le Sanhedrin de la Nouvelle-Angleterre, un Brahmin Yankee (cf Brahmane de Boston) par le sang, la tradition et l'environnement..."
  • "c'était la coutume héréditaire dans certaines familles, plus spécialement en Caroline du Sud et en Louisiane - mais en particulier en Caroline du Sud - d'envoyer leurs jeunes à Harvard...
  • "(Mes amis à Harvard) étaient d'une famille et d'une race chez qui on pouvait observer ces qualités viriles des Ecossais-Irlandais et des Presbytériens qui ont bâti des hommes comme les deux Jackson , Andrew Jackson et celui qui est connu dans l'histoire comme Stonewall Jackson..."
  • "Quand j'entrai à Harvard en 1853, les sujets de discussion les plus importants étaient : la question de l'esclavage , qui prenait une importance inquiétante, et se mêlait à la question de la "Nationality" (prérogatives des états par rapport à la Nation). En 3° lieu venait la question du libre-échange et du protectionnisme , et l'école alors appelée "American political economy" s'opposait à celle d'Adam Smith... Les théories de la Démocratie Jeffersonienne (selon qui le monde avait été jusqu'alors beaucoup trop gouverné) étaient acclamées, et on préconisait l'individualisme à outrance, non seulement comme un privilège mais comme un droit... ...On voulait alors que l'intervention gouvernementale soit limitée au minimum, et que chacun ait le droit de se développer selon ses possibilités, avec pour seules limites les droits des autres. Sur le plan matériel, nous nous apprêtions à soumettre un continent...Ce qu'on appelle aujourd'hui "la richesse prédatrice" n'avait pas encore commencé à se concentrer en quelques mains..."
  • "selon la théorie du melting pot universel en vogue pendant ma jeunesse, 7 , ou au plus 14 années, suffisaient pour convertir un immigrant étranger - quelle que soit son origine ou sa religion - en un citoyen américain. L'influence de l'éducation et de l'environnement, pensait-on, étaient puissantes et omni-présentes..."
  • "au lieu de soutenir le gouvernement par ses contributions économiques, le peuple aujourd'hui cherche à se faire soutenir par le gouvernement, soit directement en obtenant des pensions, soit indirectement en espérant les interventions d'un paternalisme industriel..."[26].

Sources

Bibliographie

  • Edward C. Kirkland : Charles F. Adams, Jr.: The Patrician at Bay ("Charles F. Adams, Jr.: le patricien aux abois") , 1965.

Notes

  1. une des 4 familles nord-américaines qui donna 2 présidents aux États-Unis , avec les Bush, les Roosevelt et les Harrison...( voir sur WP en "Adams political family")
  2. Browning, Charles Henry. Americans of Royal Descent: A Collection of Genealogies of American Families Whose Lineage is traced to the Legitimate Issue of Kings. (" Les Américains de sang royal ; une liste des généalogies de familles américaines qui remontent aux rejetons légitimes des rois"). Philadelphia: Porter & Costes, 1891, ed. 2, pp. 68 – 69.
  3. "un bar et un bordel" : cité p. 333-34 dans Foote, Shelby The Civil War: A Narrative Vol. 2, Fredericksburg to Meridian. New York: Random House, 1958. ISBN 0-394-49517-9. Sur la vie dissolue de Hooker et de ses amis, voir l'article de WP en "Joseph Hooker"
  4. selon l'avis des spécialistes (voir P.D.D.) C.F. Adams Jr. a été nommé à la tête du 5th Massachusetts Cavalry , et non du célèbre 5° United States Colored Cavalry , qui était lui aussi composé de noirs, mais originaires du Kentucky
  5. 6 régiments d’US Colored Cavalry existaient dans l'US Army à la fin de la Guerre de Sécession. Bon nombre des cavaliers d’Adams s’enrôla donc dans les 9° et 10° Régiments de Cavalerie US (les futurs Buffalo Soldiers), dès la re-formation de ces régiments en 1866 (voir aussi les articles de WP en “ United States Colored Troops ” et “5th United States Colored Cavalry ”)
  6. contrairement au sens du français "breveté" (soit "titulaire d'un titre ou d'un diplôme garanti par l'état") le brevet (militaire) anglo-saxon signifiait que le bénéficiaire était promu pour faire temporairement fonction de - ou à titre honorifique, après des actes de courage. Un brevet general était donc de rang inférieur par rapport à un full rank general , et un officier des Volontaires considéré comme inférieur à un officier de la Regular Army. Presque tous les officiers supérieurs furent promus au rang supérieur avec un brevet après la fin de la guerre. Le brevet , source de rancœurs et de récriminations multiples, a disparu, pour être remplacé par des honneurs et décorations (voir l'article de WP en "Brevet")
  7. Eicher, John H. and Eicher, David J., Civil War High Commands, p. 739. Stanford University Press, Stanford, CA, 2001. ISBN 0-8047-3641-3
  8. Hunt, Roger D. and Brown, Jack R., Brevet Brigadier Generals in Blue, p. 4. Olde Soldier Books, Inc., Gaithersburg, MD, 1990. ISBN 1-56013-002-4
  9. Hunt and Brown, 1990, p. 4
  10. selon http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=7338000
  11. Adams, Henry, Levenson, J. C., Massachusetts Historical Society, et al. The Letters of Henry Adams, Volumes 4 à 6, 1892�1918. Cambridge: Harvard University Press, 1989, pp. xxxvi à xxxvii.
  12. Harvard College. Memorial of the Harvard Class of 1856: Prepared for the Fifteenth Anniversary of Graduation. Cambridge: Geo. H. Ellis, 1906, pp. 1 à 7.
  13. Rand, John Clark. One of a Thousand: A Series of Biographical Sketches of One Thousand Representative Men Resident in the Commonwealth of Massachusetts, A. D. 1889. Boston: First National Pub. Co., 1890, p. 4.
  14. par Thomas McCraw
  15. WP en écrit : "the machinations of other unscruplous stock jobbers". Voir les articles de WP en "stockjobber" et "market maker"
  16. Clay McShane discute la philosophie de la régulation selon J.F. Adams, Jr dans Technology and Reform: Street Railways and the Growth of Milwaukee, 1887-1900 (Madison: State Historical Society of Wisconsin for the Department of History, University of Wisconsin, 1974), 26-28.
  17. voir l'article de WP en "Crédit Immobilier of America"
  18. Kazin, Michael : Book Review - Railroaded - By Richard White, The New York Times (July 15, 2011).
  19. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées NIE.
  20. Book of Members, 1780-2010: Chapter A, American Academy of Arts and Sciences. Consulté le 1 April 2011
  21. voir l'article Daniel Sickles , chapitre "Défenseur et promoteur du mémorial de Gettysburg"
  22. "worthy of the best of steel. I am proud now to say I was their countryman." . Selon http://www.npg.si.edu/exh/brady/gallery/62gal.html
  23. selon http://www.nndb.com/people/488/000082242/
  24. from the year 1492 down, the history of Spain and Spanish domination has undeniably been one long series of crimes and violations of natural law, the penalty for which has not apparently even yet been exacted in full. Of those national crimes four stand out in special prominence, constituting counts in a national indictment than which history shows few more formidable. These four were: (1) The expulsion, first, of the Jews, and then of the Moors, or Moriscoes, from Spain, late in the fifteenth and early in the sixteenth centuries; (2) the annals of "the Council of Blood" in the Netherlands, and the eighty years of internecine warfare through which Holland fought its way out from under Spanish rule; (3) the Inquisition, the most ingenious human machinery ever invented to root out and destroy whatever a people had that was intellectually most alert, inquisitive, and progressive; and, finally(4), the policy of extermination, and, where not of extermination, of cruel oppression, systematically pursued towards the aborigines of America.
  25. How we of Massachusetts carried ourselves towards the aborigines here, the fearful record of the Pequot war remains everlastingly to tell. How the country at large has carried itself in turn towards Indian, African, and Asiatic is matter of history. And yet it is equally matter of history that this carriage, term it what you will,--unchristian, brutal, exterminating,--has been the salvation of the race. It has saved the Anglo-Saxon stock from being a nation of half-breeds,--miscegenates, to coin a word expressive of an idea. The Canadian half-breed, the Mexican, the mulatto, say what men may, are not virile or enduring races; and that the Anglo-Saxon is none of these, and is essentially virile and enduring, is due to the fact that the less developed races perished before him. Nature is undeniably often brutal in its methods...
  26. I, born of the New England Sanhedrim, a Brahmin Yankee by blood, tradition and environment...- ... it was the hereditary custom of certain families more especially of South Carolina and of Louisiana,--but of South Carolina in particular--to send their youth to Harvard...-...(My friends at Harvard were ) of a family and race in which could be observed those virile Scotch-Irish and Presbyterian qualities which found their representative types in the two Jacksons, Andrew, and him known in history as "Stonewall."...-... When in 1853 I entered Harvard,... the subjects of active contention were the question of Slavery, then grimly assuming shape, and that of Nationality intertwined therewith. Subordinate to this was the issue of Free Trade and Protection, with the school of so-called American political economy arrayed against that of Adam Smith. ...The tenets and theories of Jeffersonian Democracy..., that the world had heretofore been governed too much was loudly acclaimed, and the largest possible individualism was preached, not only as a privilege but as a right....-... The area of government action was to be confined within the narrowest practical limits, and ample scope was to be allowed to each to develop in the way most natural to himself, provided only he did not infringe upon the rights of others. Materially, we were then reaching out to subdue a continent... What is now referred to as "predatory wealth" had not yet begun to accumulate in few hands;...the universal "melting-pot" theory in vogue in my youth was that but seven, or at the most fourteen, years were required to convert the alien immigrant--no matter from what region or of what descent--into an American citizen. The educational influences and social environment were assumed to be not only subtle, but all-pervasive and powerful...- ...Instead of supporting a government economically administered by money contributed by the People, a majority of the People to-day are looking to the government for support, either directly through pension payments or indirectly through some form of industrial paternalism.

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Charles Francis Adams, Jr. de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Charles Francis Adams, Sr. — Charles Francis Adams Charles Francis Adams, Sr. (* 18. August 1807 in Boston, Massachusetts; † 21. November 1886 ebd.) war ein US amerikanischer Jurist und Politiker. Er war der Sohn von John Quincy Adams, dem 6.  …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Francis Adams — may refer to: Charles Adams (ice hockey) (1876–1947), grocery magnate and founder of the Boston Bruins Charles Francis Adams, Sr. (1807–1886), grandson of John Adams, son of John Quincy Adams, U.S. congressman, ambassador Charles Francis Adams,… …   Wikipedia

  • Charles Francis Adams, Sr. — Charles Francis Adams, Sr. Charles Francis Adams, Sr. Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Charles Francis Adams, Jr. — Charles Francis Adams, Jr., 1864 Charles Francis Adams junior (* 27. Mai 1835; † 20. Mai 1915) war ein US amerikanischer Brigadegeneral und Unternehmer. Adams entstammte einer prominenten Bostoner Politikerfamilie. Sowohl sein Urgroßvater John… …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Francis Adams — Charles Francis Adams, Sr. Charles Francis Adams, Sr. Charles Francis Adams, Sr. Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Charles Francis Adams Sr. — Charles Francis Adams, Sr. Charles Francis Adams, Sr. Charles Francis Adams, Sr. Nationalité …   Wikipédia en Français

  • Charles Francis Adams IV — (* 2. Mai 1910 in Boston, Massachusetts; † 5. Januar 1999) war ein US amerikanischer Wirtschaftsmanager und Unternehmer sowie Präsident des Rüstungs und Elektronikkonzerns Raytheon. Leben Adams entstammte einer traditionsreichen politischen… …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Francis Adams — ist der Name folgender Personen: Charles Francis Adams, Sr. (1807–1886), US amerikanischer Jurist und Politiker Charles Francis Adams, Jr. (1835–1915), US amerikanischer General im Sezessionskrieg und Präsident der Eisenbahngesellschaft Union… …   Deutsch Wikipedia

  • Charles Francis Adams, Jr. — For other people named Charles Francis Adams, see Charles Francis Adams. Charles Francis Adams II Born May 27, 1835 …   Wikipedia

  • Charles Francis Adams, Sr. — For other people named Charles Francis Adams, see Charles Francis Adams. Charles Francis Adams Member of the U.S. House of Representatives from Massachusetts s 3rd district …   Wikipedia