Loi sur la capacité juridique de la femme mariée


Loi sur la capacité juridique de la femme mariée
Loi sur la capacité juridique de la femme mariée
Titre Loi sur la capacité juridique de la femme mariée
Pays Canada (Québec)
Territoire d’application Québec
Type Loi publique du gouvernement

(Loi modificatrice)

Branche Droit familial et des personnes
Législature Gouvernement Lesage
Adoption 14 février 1964
Sanction ?
Entrée en vigueur 1er juillet 1964
Abrogation Ne s'applique pas
(mais le Code civil du Bas-Canada a été abrogé en 1993)

La loi sur la capacité juridique de la femme mariée, S. R., 1964, chap. 66 (appelée incorrectement projet de loi 16 ou bill 16) est une loi québécoise qui modifie le Code civil du Bas-Canada de façon à ce que les femmes mariées puissent exercer la pleine capacité juridique. Les modifications importantes sont celles permettant aux femmes mariées d'acquérir la responsabilité civile et financière et de pouvoir exercer une profession sans l'autorisation de leur mari.

Le projet de loi, mené par la première femme députée et ministre de l'histoire du Québec, Marie-Claire Kirkland-Casgrain, est adopté par l'Assemblée législative du Québec le 14 février 1964. La loi entre en vigueur le 1er juillet 1964.

Sommaire

Contexte historique

Avant 1964, le régime matrimonial en vigueur au Québec est celui de la communauté de meubles et acquêts (ou communauté de biens). À l'intérieur de ce régime, les femmes ne sont pas reconnues comme des personnes juridiques autonomes. Cette incapacité découlait, selon plusieurs auteurs, de la volonté de la société d'assurer l'unité de la famille. Jocelyne Légaré explique :

« [...] cette notion d'incapacité de la femme mariée, quelles que soient les justifications idéologiques qu'on utilisait pour la défendre, était intimement liée à une structure subordonnant la femme à son mari. Cette organisation hiérarchique des rapports entre mari et femme a commencé à être démantelée au Québec alors qu'on entrait dans ce qu'il est convenu d'appeler la Révolution tranquille[1]. »

À cette époque, la femme mariée est incapable de poser des actes juridiques simples comme signer un contrat ou être exécutrice testamentaire[2]. Conséquemment, elle ne dispose pas d'ester en justice, c'est-à-dire la possibilité d'intenter un recours devant les tribunaux.

De plus, il n'est pas possible pour la femme mariée d'exercer une profession sans l'accord de son mari[3].

La loi

La Loi sur la capacité juridique de la femme mariée est pilotée par la ministre Marie-Claire Kirkland-Casgrain. Kirkland-Casgrain était à cette époque la première femme à se faire élire députée (1961) et la première femme ayant accédé au Conseil des ministres (1962). Appuyée par le gouvernement Lesage, elle fait adopter la loi par l'Assemblée législative le 14 février 1964. Celle-ci entre en vigueur le 1er juillet 1964.

Contenu

La loi modifie le Code civil du Bas-Canada qui comprenait les dispositions importantes relativement à la capacité juridique des femmes. L'article 177 du Code est modifié de façon à ce qu'il dicte que :

« la femme mariée a la pleine capacité juridique, quant à ses droits civils, sous la seule réserve des restrictions découlant du régime matrimonial. »

La femme est donc capable d'agir civilement et dispose d'ester en justice. Même si des exceptions subsistent relativement aux « restrictions découlant du régime matrimonial », la femme mariée aurait la capacité juridique complète, sous réserve d'exceptions[4].

La loi n'instaure toutefois pas le principe d'égalité totale entre les hommes et les femmes. Le mari conserve une préséance dans l'administration de la famille[5]. Il choisit la résidence familiale[3] et exerce seul l'autorité auprès des enfants. La femme joue donc un rôle soit de suppléante (notamment dans le cas de l'autorité auprès des enfants), soit d'associée (dans la gestion pécuniaire de la communauté familiale). La primauté du père dans l'exercice de l'autorité auprès des enfants ne sera abolie qu'en 1977[6].

La femme mariée obtient aussi plusieurs modifications légales symboliques. Bien que cette obligation n'était plus utilisée devant les tribunaux[3], le devoir d'obéissance de la femme envers son mari est retiré du Code civil.

Finalement, la femme mariée peut dorénavant exercer une profession sans avoir à demander l'autorisation de son mari. Elle peut d'ailleurs jouir des biens qu'elle a acquis par elle-même.

Bibliographie

  • Raoul Barbe, « Canada. La Province de Québec », dans Revue internationale de droit comparé, vol. 17, no 3, 1965, p. 640-642 [texte intégral (page consultée le 9 novembre 2009)] .
  • Germain Brière, « La réforme de la capacité de la femme mariée dans la Province de Québec », dans Revue internationale de droit comparé, vol. 18, no 1, 1966, p. 83-88 [texte intégral (page consultée le 9 novembre 2009)] .
  • Jocelyne Légaré, « La condition juridique des femmes ou l’historique d’une "affaire de famille" », dans Criminologie, vol. 16, no 2, 1983, p. 7-26 .
  • Christine Simard, « L'égalité entre les sexes » sur history.cbc.ca, Société Radio-Canada, 2001. Consulté le 9 novembre 2009.
  • André Giroux, « 40 ans déjà depuis le grand coup de barre », dans Le Journal du Barreau, vol. 36, no 13, août 2004 [texte intégral (page consultée le 9 novembre 2009)] .

Notes et références

  1. Légaré 1983, p. 16.
  2. Simard 2001.
  3. a, b et c Brière 1966, p. 84.
  4. Voir à ce sujet Brière 1966, p. 84.
  5. Barbe 1965, p. 641.
  6. Giroux 2004.

Voir aussi

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Loi sur la capacité juridique de la femme mariée de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • FEMME — LES DISCOURS et les savoirs qui prennent la femme ou le féminin pour objet paraissent d’abord remarquablement anhistoriques et même quasi immuables: des premières représentations médicales du corps aux théories les plus subtiles de la… …   Encyclopédie Universelle

  • capacité — [ kapasite ] n. f. • 1314; lat. capacitas, de capax « qui peut contenir » (→ capable) 1 ♦ Propriété de contenir une certaine quantité de substance. ⇒ contenance, mesure, quantité, volume. La capacité d un récipient. Récipient d une grande… …   Encyclopédie Universelle

  • Femme musulmane — Rapport entre hommes et femmes dans l islam Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Droit successoral de la femme dans le monde musulman — Droit musulman des successions Le droit des successions est réglementé de façon précise par le fikh (la science du droit musulman), qui s appuie sur plusieurs passages du Coran. Il influence de façon assez forte le droit positif d un certain… …   Wikipédia en Français

  • Droits successoral de la femme dans le monde musulman — Droit musulman des successions Le droit des successions est réglementé de façon précise par le fikh (la science du droit musulman), qui s appuie sur plusieurs passages du Coran. Il influence de façon assez forte le droit positif d un certain… …   Wikipédia en Français

  • Place de la femme dans le droit successoral musulman — Droit musulman des successions Le droit des successions est réglementé de façon précise par le fikh (la science du droit musulman), qui s appuie sur plusieurs passages du Coran. Il influence de façon assez forte le droit positif d un certain… …   Wikipédia en Français

  • Rapport homme/femme en islam — Rapport entre hommes et femmes dans l islam Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · islam …   Wikipédia en Français

  • Affaire de l'annulation d'un mariage pour mensonge sur la virginité de l'épouse — Affaire de l annulation d un mariage pour erreur sur la virginité de l épouse Introduction générale Droit Droit civil …   Wikipédia en Français

  • Affaire de l'annulation d'un mariage pour erreur sur la virginité de l'épouse — Titre Fouad X contre Y (les noms des époux ne sont pas connus) Code N° de RG: 08/03786 Pays  France Tribunal …   Wikipédia en Français

  • 1964 au Québec — Éphémérides Chronologie du Québec : 1961 1962 1963  1964  1965 1966 1967 Décennies au Québec : 1930 1940 1950  1960  1970 1980 199 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.