Axiochos


Axiochos

Axiochos (en grec : Ἀξίοχος / Axíochos), dialogue de Platon sur la mort, est l'un des courts dialogues socratiques apocryphes, que les manuscrits joignent aux œuvres de Platon. Le dialogue date du Ier siècle av. J.-C.[1] et serait d'inspiration néopythagoricienne. On y retrouve des passages de l’Iliade, de l’Odyssée, une citation d'Épicharme[2], une citation approximative de Bias de Priène (368b), et une citation d'Euripide[3].

Sommaire

Personnages du dialogue

Le dialogue

Prologue

Socrate marche le long de la rivière Ilissos à Athènes en direction du Cynosarge[4], quand Clinias, accompagné du maître de musique Damon (un des maîtres de Platon) et de Charmide vient lui annoncer que son père, l'homme politique athénien Axiochos, va mourir. En philosophe, Socrate développe une argumentation pour ne pas craindre la mort[5] et narre un mythe raconté par Gobryas (371a-372a)[6]. Les arguments de Socrate une fois développés, Axiochos va mieux, redevient serein, Socrate le quitte et reprend sa route.

Les arguments

  • Premier argument (365d-366b) : Le corps de l'homme n'est source que de peines, et l'homme n'existe que par son âme.
  • Deuxième argument (366d-369b) : La vie ne vaut pas la peine que l'on s'y attache ; les dieux par ailleurs s'empressent d'en délivrer au plus vite ceux qu'ils aiment le plus. Socrate dit tenir cet argument du sophiste Prodicos de Céos.
  • Troisième argument (369b-d) : La mort ne peut affliger ni les vivants, qui ne la connaissent pas, ni les morts, qui ne la ressentent pas. Socrate dit également tenir cet argument de Prodicos de Céos.
  • Quatrième argument (370b-e) : L’être humain s'associe à l'immortalité de son âme par ses réalisations, et non ses possessions.


Même si le style est soigné et l'argumentation de qualité, l'Axiochos est clairement inauthentique :

  • Les arguments sont cyniques (366b-d), épicuriens (365d-e, 369b-370b), stoïciens (370-b-d), platoniciens (371a-372a)
  • Le dialogue relève de la consolation, genre littéraire hybride qui tient à la fois de la lettre de condoléances à l'occasion de la mort de quelqu'un et du traité de morale pratique autour du thème de la mort.

Références

  1. d'après John Madison Cooper et D. S. Hutchinson dans leur Œuvres complètes de Platon, recueil paru en 1997 aux Ed. Hackett - cfr. Plato, Complete works, page 1734.
  2. Une main lave l'autre issue du fragment 30k (366c)
  3. Cresphontès, fragment 449
  4. Le Cynosarge ou Cynosargue (Κυνόσαργες / Kynósarges) est un temple dédié à Héraclès, où sont acceptés les demi-citoyens, comme l'était Antisthène, philosophe fondateur de l'école cynique : c'est l'une des raisons pour lesquelles il y fonde son école, et ses élèves portent ensuite le nom de Cyniques (Κυνικοί / Kynikoí)
  5. comme il le fera dans le Phédon
  6. Mage perse, également écrit Gobrias

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Platon, Œuvres complètes, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 2 vol.), Paris, 1970-1971 ;
  • Platon, Œuvres complètes. Axiochos, édition de Léon Robin, Belles Lettres (CUF), Paris, 1970 ;
  • Platon, Œuvres complètes, Flammarion, sous la direction de Luc Brisson, Paris, 2008 ;

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Axiochos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aspasie — Pour les articles homonymes, voir Aspasie (homonymie). Aspasie, copie romaine d un original grec (vers 460 ?), Pergamon Museum, Berlin …   Wikipédia en Français

  • Dialogues de Platon — Le terme Dialogues de Platon renvoie à l ensemble des différents ouvrages que Platon aurait rédigés. Ils se présentent sous la forme de dialogues philosophiques entre différents personnages. Sommaire 1 Le dialogue chez Platon 2 Le problème de la… …   Wikipédia en Français

  • Platon — Pour les articles homonymes, voir Platon (homonymie) et Plato. Platon ( Πλάτων ) Philosophe occidental Antiquité …   Wikipédia en Français

  • Platon [1] — Platon, 1) P. der Komiker, Dichter der älteren u. mittleren Attischen Komödie, Zeitgenoß des Sokrates u. des Aristophanes, dessen Feind er war; seine Komödien sind verloren. 2) P. der Philosoph (hieß eigentlich Aristokles, bekam den Namen P.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Stephanus-Nummerierung — Der Anfang von Platons Euthyphron in der Ausgabe von Henricus Stephanus, Seite 2. Der Text ist zweisprachig, linke Spalte Latein, rechte Griechisch. Zwischen den Spalten befindet sich die lateinischen Buchstaben (A bis D), die einzelne Abschnitte …   Deutsch Wikipedia

  • Stephanus-Paginierung — Der Anfang von Platons Euthyphron in der Ausgabe von Henricus Stephanus, Seite 2. Der Text ist zweisprachig, linke Spalte Latein, rechte Griechisch. Zwischen den Spalten befindet sich die lateinischen Buchstaben (A bis D), die einzelne Abschnitte …   Deutsch Wikipedia

  • Apologie de Socrate — Pour les articles homonymes, voir Apologie de Socrate (homonymie). Dans l’Apologie de Socrate (Πλάτωνος Ἀπολογία Σωκράτους, sous titrée Genre éthique) Platon rapporte les plaidoyers de Socrate lors de son procès en 399 avant J. C. à Athènes qui… …   Wikipédia en Français

  • Aspasie de Milet — Aspasie Pour les articles homonymes, voir Aspasie (homonymie). Aspasie, copie d un original hellénistique, musée Pio Clementino …   Wikipédia en Français

  • Charmide — Le Charmide (ou Sur la sagesse) est un dialogue de Platon. Il appartient à la série dite des « Premiers Dialogues », composés à l’époque où l’auteur était encore jeune. La date exacte est cependant incertaine : certains critiques… …   Wikipédia en Français

  • Cratyle (Platon) — Pour les articles homonymes, voir Cratyle (homonymie). Le Cratyle (en grec ancien Κρατύλος / Kratýlos) est un dialogue de Platon. Les participants sont Socrate, Cratyle et Hermogène. La discussion porte sur la question de savoir si la langue est… …   Wikipédia en Français