Allophone (phonologie)


Allophone (phonologie)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allophone.

En linguistique, un allophone est l'une des réalisations sonores possibles d'un phonème. Contrairement à deux phonèmes entre eux, deux allophones d'un même phonème ne peuvent s'opposer en distinguant des unités de sens distincts dans une langue : les locuteurs leur attribuent le même rôle fonctionnel en phonologie, même quand ils perçoivent la différence phonétique entre les deux.

Dans le texte qui suit, une forme entre crochets indique une transcription phonétique, tandis qu'une entre barres obliques indique une transcription phonologique.

Sommaire

Distinction entre phonèmes et allophones

Dans une approche structurale, l'identification des phonèmes se fait typiquement par la méthode de la paire minimale, c'est-à-dire en construisant un couple de mots de sens différents et qui ne sont distingués phonétiquement que par un seul son. Par exemple en français, père /pɛr/ et mère /mɛr/ forment une paire minimale qui permettent d'identifier /p/ et /m/ comme des phonèmes distincts.

Avec des allophones, il est impossible de construire de telles paires : la substitution d'un allophone à un autre ne modifie pas le sens du mot. Par exemple en français, père peut diversement se prononcer [pɛr], [pɛʀ] ou [pɛʁ] : les consonnes [r] (roulée alvéolaire), [ʀ] (roulée uvulaire) et [ʁ] (fricative uvulaire) sont phonétiquement des sons différents mais leur différence n'est pas fonctionnellement pertinente : ils sont interprétés comme des variantes de prononciation d'une même unité phonologique, le phonème /r/.

Les locuteurs peuvent être plus ou moins conscients de la situation d'allophonie. Les francophones reconnaissent habituellement la différence entre les différents types de /r/ du français, mais perçoivent bien plus rarement que le phonème /k/ a pour maints locuteurs un allophone palatal [c] devant voyelle antérieure et un allophone vélaire [k] dans les autres positions (comparer par exemple qui et cou, phonologiquement /ki/ et /ku/ mais phonétiquement [ci] et [ku] pour ces locuteurs).

L'allophonie ne doit pas être confondue avec l'homophonie, où des mots différents partagent la même prononciation, les mêmes phonèmes. En français, les suites de phonèmes /pɛr/ et /mɛr/ peuvent chacune correspondre à des sens différents (père, pair, perd... et mère, mer, maire... respectivement) ; mais dans tous les cas, le phonème /r/ pourra être réalisé selon ses différents allophones : les différences phonétiques ne peuvent être associées aux différents sens.

L'allophonie n'a de sens qu'au sein du système phonologique d'une langue donnée : deux sons allophones dans une langue peuvent tout à fait constituer des phonèmes distincts dans une autre. Par exemple, comme vu plus haut, [c] et [k] sont en français deux allophones du phonème /k/, mais en albanais ce sont des phonèmes distincts qui forment des paires minimales : ex. i shquar /i'ʃcuaɾ/ « célèbre, éminent » ~ i shkuar /i'ʃkuaɾ/ « passé, suranné ».

Variante libre et variante combinatoire

Il existe deux grands types d'allophone : la variante libre et la variante combinatoire.

On parle de variante libre quand les divers allophones d'un même phonème sont librement interchangeables en toute position, quel que soit le contexte phonétique. Les diverses prononciation du /r/ français exposées plus haut sont typiquement des variantes libres.

On parle de variante combinatoire quand l'apparition des divers allophones dépend du contexte phonétique, de sorte qu'il ne sont pas interchangeables : ils sont alors typiquement en distribution complémentaire, chaque allophone du phonème apparaissant là où les autres sont exclus. L'allemand en fournit un exemple dans la prononciation du phonème /x/ (écrit ch), réalisé [x] (consonne fricative vélaire sourde, dite en allemand ach-Laut) après une voyelle ou diphtongue postérieure (ex. kochen « cuire », Rauch « fumée », acht « huit ») et [ç] (consonne fricative palatale sourde, dite en allemand ich-Laut) dans les autres positions (ex. stechen « piquer », gleich « pareil », Licht « lumière », Dolch « poignard », Chemie « chimie »[1]).

Limites de la notion d'allophone

Les distributions complémentaires peuvent parfois rendre délicate la définition exacte d'un phonème et de ses différents allophones. Par exemple, en allemand, le phonème /h/ (écrit h) n'apparaît qu'à l'initiale d'un morphème et le phonème /ŋ/ (écrit ng) à la fin, de sorte qu'on ne peut construire de paire minimale avec ces deux sons : il serait donc possible théoriquement de les considérer comme allophones. Cependant, ces sons n'ont aucune similarité phonétique qui les rapprocherait par ailleurs. Dans ce genre de situations, la majorité des linguistes posent l'existence de deux phonèmes distincts, en faisant intervenir l'existence de propriétés communes dans la définition des allophones, au-delà des simples critères de distribution.

Phonologisation d'allophones

En phonétique historique, on parle de phonologisation lorsqu'une distinction phonétique entre deux allophones dans une langue devient susceptible de différencier des paires minimales dans le système d'une, et se change de ce fait en une distinction phonologique entre deux phonèmes.

La phonologisation de variantes combinatoires peut se produire lorsque l'opposition des contextes phonétiques déterminant l'apparition des allophones se modifie tandis que persiste l'articulation de ceux-ci, dont l'apparition n'est plus alors conditionnée. L'évolution de l'anglais en donne un exemple : en vieil anglais, les fricatives /f/, /θ/ et /s/, normalement sourdes, possédaient des allophones sonores [v], [ð] et [z] entre voyelles et / ou consonnes sonores. A la suite de la chute de certaines syllabes inaccentuées, l'opposition est devenue phonologique en anglais moderne :

  • v.a. þéof « voleur » ~ þéofian « voler, dérober » → a.m. thief /θiːf/ ~ (to) thieve /θiːv/
  • v.a. cláþ « vêtement, habit » ~ cláþian « vêtir, habiller » → a.m. cloth /klɒθ/ ~ (to) clothe /kləʊð/[2]
  • v.a. hús « maison » ~ húsian « loger » → a.m. house /haʊs/ ~ (to) house /haʊz/

La phonologisation peut aussi se produire sous l'influence d'une autre langue. En moyen anglais, l'emprunt de nombreux mots au français a contribué à installer dans la langue le contraste entre fricatives sourdes et sonores, notamment à l'initiale : l'anglais moderne comporte ainsi des oppositions comme fine « fin, bien » ~ vine « vigne, liane », seal « phoque » ~ zeal « zèle », etc[3].

Notes et références

  1. Pour les locuteurs prononçant [çe'miː] ; d'autres ne permettent pas le phonème /x/ à l'initiale et prononcent à la place un /k/ : [ke'miː].
  2. La différence entre les voyelles est ultérieure.
  3. Colette Stévanovitch, Manuel de la langue anglaise des origines à nos jours, Paris, Ellipses, 1997, (ISBN 2-7298-4769-3), p. 19-21.

Bibliographie


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Allophone (phonologie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Phonologie du sanskrit — La phonologie du sanskrit est particulièrement bien connue, grâce, notamment, à Pāṇini et ses commentateurs, qui ont pratiqué une description phonologique puis phonétique détaillée de la langue et, d autre part, au respect religieux de la… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie — La phonologie, ou phonématique, est une branche de la linguistique qui étudie l organisation des sons d une langue afin de former un énoncé. Il ne faut pas confondre phonologie et phonétique qui, elle, s intéresse aux sons eux mêmes,… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie des Altgriechischen — Die altgriechische Phonologie (griechisch Προφορά της κλασικής Αρχαίας Ελληνικής γλώσσας : proforá tis klasikís arxaías ellinikís glóssas) ist die Lehre von der Phonologie (bzw. Aussprache) des Altgriechischen. Dabei ist zunächst zu… …   Deutsch Wikipedia

  • Allophone — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. En phonologie, un allophone est l une des réalisations sonores possibles d un phonème. En sociolinguistique et en sociodémographie, un allophone est une… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie du gotique — Cet article traite du système phonologique et phonétique de la langue gotique. Malgré les conventions, mais pour des raisons de lisibilité, on notera les transcriptions phonologiques entre crochets droits, qui sont normalement réservés à la… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie du grec ancien — La phonologie du grec ancien ne peut être traitée d un bloc : en effet, riche d un long passé, cette langue n a pas été toujours prononcée de la même manière. Il convient donc de préciser de quel état du grec on parle, en gardant à l esprit… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie du lojban — Article principal : Lojban. À chaque graphème correspond un seul phonème et réciproquement. La graphie du lojban se fait en général au moyen de l alphabet latin. Les phonèmes sont au nombre de 25 : 6 voyelles et 19 consonnes,… …   Wikipédia en Français

  • Phonologie der spanischen Sprache — Die Aussprache der spanischen Sprache weicht zum Teil erheblich von der deutschen Sprache ab. So treten z. B. im Spanischen viele dem Deutschen fremde Reibe und Dentallaute auf. Viele spanische Konsonanten müssen anders als im Deutschen… …   Deutsch Wikipedia

  • Gotique (phonologie) — Phonologie du gotique Cet article traite du système phonologique et phonétique de la langue gotique. Malgré les conventions, mais pour des raisons de lisibilité, on notera les transcriptions phonologiques entre crochets droits, qui sont… …   Wikipédia en Français

  • Sanskrit (phonologie) — Phonologie du sanskrit Cet article est consacré à la phonologie du sanskrit, qui accompagne l article plus général et global sur la langue sanskrite. Sommaire 1 L importance religieuse de cette discipline 2 Caractéristiques principales de la… …   Wikipédia en Français