Spectromètre magnétique Alpha

Spectromètre magnétique Alpha

Alpha Magnetic Spectrometer AMS-02

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Insigne de la mission

Caractéristiques
Organisation Collaboration AMS
Domaine Rayons cosmiques
Type de mission Module expérimental
Masse ~6,7 t
Lancement 16 mai 2011[1]
Lanceur Navette spatiale Endeavour
Durée 3 ans
Durée de vie 10 ans ou plus
Satellite de Terre
Puissance électrique 2 à 2,5 kW
Orbite LEO (celle de la Station spatiale internationale)
Altitude 341 à 353 km
Période ~91 min
Inclinaison 51,6 °
Programme AMS
Site Site officiel de AMS-02
Principaux instruments
- Détecteur de rayonnement de transition[2]
- Hodoscopes[3]
- Trajectographes[4]
- Aimant non-supraconducteur de la version AMS-01
- Ring imaging Cherenkov detector
- Calorimètre électromagnétique

Le spectromètre magnétique Alpha 2 (en anglais Alpha Magnetic Spectrometer, désigné aussi par AMS-02) est un module expérimental en physique fondamentale d'une valeur de deux milliards de dollars[5] qui a pour ambition de s’attaquer aux plus grandes énigmes posées par notre univers :

Pour répondre à ces questions, le module spatial AMS-02 doit mesurer avec une grande précision et une haute statistique les flux de rayons cosmiques de haute énergie chargés électriquement[7], un domaine aujourd’hui quasiment inexploré. Il est pour cela nécessaire de faire les observations au-delà de l’atmosphère terrestre.
L’instrument, dérivé des technologies utilisées en physique des hautes énergies et en astrophysique, comprenait à l'origine un aimant supraconducteur cryogénique de grande puissance (environ 20 000 fois le champ magnétique terrestre). Un chauffage anormal de cet aimant a été découvert, ce qui a conduit à son échange par celui qui équipait le module prototype désigné par AMS-01.
Il s’agira du premier spectromètre magnétique envoyé dans l’espace pour une mission nominale de 3 ans[8], et ses performances permettront de gagner des facteurs entre cent et mille en précision par rapport aux mesures actuelles[9],[10].
Ce type d’instrument est régulièrement employé dans les expériences de physique nucléaire et de physique des particules, mais il faut des prouesses technologiques pour qu’il puisse résister à un lancement dans l’espace et fonctionner dans l’environnement très contraignant qui y règne.
AMS-02 a été installé sur la Station spatiale internationale (en anglais International Space Station ou ISS) le 20 mai 2011 lors du vol STS-134 de la Navette Endeavour.

En appliquant les technologies de la physique des hautes énergies à la recherche dans l’espace, l’expérience AMS pourrait ouvrir un nouveau champ à l’exploration scientifique, or bien souvent la nature réserve des surprises lorsqu’on s’aventure dans un domaine inexploré : les découvertes les plus percutantes sont aussi les plus imprévues.

Un vol de démonstration a eu lieu en 1998 à bord de la Navette spatiale Discovery avec AMS-01, un instrument prototype simplifié pour valider l’utilisation dans l’espace des technologies utilisées dans AMS-02, et pour étudier leur comportement. Ce vol de 12 jours a permis de ramener une moisson scientifique, et de découvrir l’existence d’une ceinture de particules cosmiques autour de l’équateur géomagnétique vers 400 km d’altitude[9]. Les données recueillies durant ce vol-test ont permis plus d’une dizaine de publications scientifiques.

L’expérience AMS fait l’objet d’une collaboration internationale dirigée par le professeur Samuel Ting du MIT, prix Nobel de physique et initiateur du projet. Elle comprend 60 laboratoires issus de 16 pays, avec une contribution majeure des États-Unis, de l’Europe (Allemagne, Espagne, Finlande, France, Hollande, Italie, Portugal, Suisse), de la Chine et de Taïwan.

Galerie

Notes et références

  1. (en) Launch and Landing, NASA, 15 mai 2011. Consulté le 16 mai 2011
  2. Transition Radiation Detector (TRD) à 20 couches.
  3. Hodoscopes à temps de vol (Time Of Flight, TOF) à 4 couches.
  4. Trajectographe d'étoiles (star tracker) ; trajectographe en silicium (silicon tracker) à 8 couches.
  5. Radio-Canada - Le décollage d'Endeavour reporté
  6. (en) Dark Energy, Dark Matter, NASA Science, 19 août 2010. Consulté le 17 avril 2011
  7. (en) Claude Leroy, Pier-Giorgio Rancoita, Michele Barone, Andrea Gaddi, Larry Price and Randal Ruchti, Astroparticle, Particle and Space Physics, Detectors and Medical Physics Applications - Vol. 5 - Proceedings of the 11th Conference on ICATPP-11, p. 741, World Scientific, Singapour, 2010. (ISBN 978-981-4307-51-2). Google Livres
  8. (en) Alpha Magnetic Spectrometer - 02 (AMS-02), NASA, 9 avril 2011. Consulté le 17 avril 2011
  9. a et b Michel Buénerd, « Baptême de l'espace pour AMS, spectromètre de particules destiné à la recherche de l'antimatière », CNRS-Info, no351, 1er-15 décembre 1997, pp. 7-8. Consulté le 17 avril 2011
  10. En 1999, AMS-01 établit une nouvelle limite supérieure de 1,1×10−6 pour le ratio du flux antihélium/hélium dans l'Univers. AMS-02 cherchera avec une sensibilité de 10−9, une amélioration de 3 décades sur AMS-01.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Spectromètre magnétique Alpha de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Alpha Magnetic Spectrometer — Caractéristiques Organisation DoE/NASA Domaine Matière noire et Antimatière Masse 7 tonnes …   Wikipédia en Français

  • Résonance magnétique nucléaire — Pour les articles homonymes, voir RMN. Premier spectromètre RMN à 1 GHz (23,5 T installé au Centre de RMN à Très Hauts Champs à Lyon en aôut 2009. La résonance magnétique nucléaire (RMN) désigne une propriété de certains noyaux atomiques …   Wikipédia en Français

  • Station spatiale internationale — Pour les articles homonymes, voir ISS. Station spatiale internationale Assemblage …   Wikipédia en Français

  • 2011 en astronautique — Années : 2008 2009 2010  2011  2012 2013 2014 Décennies : 1980 1990 2000  2010  2020 2030 2040 Siècles : XXe siècle  XXIe siècl …   Wikipédia en Français

  • Chronologie d'assemblage de la Station spatiale internationale — Le tableau suivant donne la chronologie d assemblage des principaux composants de le Station spatiale internationale. Les composants en gras indiquent les éléments déjà en place sur la station. Les composants futurs proviennent de la liste de la… …   Wikipédia en Français

  • Endeavour (navette spatiale) — Pour les articles homonymes, voir Endeavour. Endeavour OV 105 …   Wikipédia en Français

  • PAMELA — Pour les articles homonymes, voir Pamela (homonymie). PAMELA …   Wikipédia en Français

  • Zarya — Pour la goélette d exploration, voir Zarya (goélette non magnétique). Le module Zarya photographié depuis la navette lors de la mission STS 88 qui fut la première de la navette spatiale à …   Wikipédia en Français

  • Strangelet — Sommaire 1 Définition 2 La matière étrange et les étoiles à neutrons 3 La matière étrange et les spéculations alarmistes 4 …   Wikipédia en Français

  • Poutre (station spatiale internationale) — Éléments de la station en juin 2008 La poutre de la Station spatiale internationale est une structure métallique de plus de 100 mètres de long qui porte les radiateurs qui dissipent l excès de chaleur de la station et les panneaux solaires qui… …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»