ABIR


ABIR
Carte des concessions de l’État indépendant du Congo, la concession de l’ABIR est indiqué en rouge brun.

L’ABIR (Anglo-Belgian India Rubber Company), anciennement appelée Anglo-Belgian India Rubber and Exploration company, était une compagnie productrice de caoutchouc dans l’État indépendant du Congo, propriété du roi de Belgique Léopold II. La compagnie est fondée avec des capitaux britanniques et belge, et est basée en Belgique. Après 1898, il n’y a plus de capitaux britanniques dans la compagnie et celle-ci est rebaptisée ABIR Congo Company et déplacé son siège dans l’État indépendant du Congo.

Histoire

En 1892, la compagnie obtient une grande concession de 8 millions d’hectares du bassin de Maringa-Lopori dans le nord de l’État pour 60 ans, dans le but d’exploiter l’ivoire, le caoutchouc, tout autres produits et gisements, et reçoit aussi le droit de taxe[1]. L’accord qui la lie à l’État indépendant du Congo l’oblige à verser à celui-ci la moitié de ses profits[2]. La taxe était prise sous forme de caoutchouc tiré d’arbre à caoutchouc relativement rare. Le système de prélèvement était basé sur une série de comptoirs coloniaux le long de deux rivières principales dans la concession. Chaque poste était commandé par un agent européen et armé de soldats pour imposer les taxes ou punir les rébellions.

L’ABIR a connu une période florissante durant les années 1890, en vendant le kilogramme de caoutchouc jusqu’à 10 fr alors qu’il ne lui coutait que 1,35 fr à collecter et transporter. Cependant, le cout humain est assez important car ceux qui ne pouvaient pas payer la taxe étaient emprisonnés, fouettés ou recevaient d’autres punitions corporelles. L’ABIR n’ayant pas réussi à réduire ses abus ou à maintenir ses plantations de caoutchouc, les arbres de caoutchouc utilisé se font de plus en plus rare et la production commence à diminuer à partir de 1904.

Au début des années 1900 le famine et la maladie se répandent dans la concession, ce qui, selon certains, a exacerbé les abus de l’ABIR, réduisant sa production. Plusieurs rébellions contre l’ABIR prennent lieu durant cette période ainsi que des vagues de migrations vers le Congo français ou au sud de la concession. L’ABIR utilisa ses soldats et la force pour rétablir l’ordre dans les zones rebelles.

Un série de rapports sur les opérations dans l’État indépendant du Congo ont été publiés, commençant par celui du consul britannique Roger Casement, et d’autres commissionné par l’État et Léopold II. Ces rapport détaillent des assassinats illégaux, des actes de torture et d’autres abus qui embarrassent l’ABIR et le roi Léopold II, les forçant a poussé certaines réformes. Commençant par la nomination de l’Américain Richard Mohun au poste de directeur de l’ABIR. Cependant les exportations de caoutchouc continue à chuter et les rébellions à augmenter. Poussant l’État à prendre le contrôle de la concession en 1906. L’ABIR continue à percevoir un portion des profits d’exportation de caoutchouc et est refondée en 1911 comme compagnie gérant une plantation de caoutchouc.

En 1912, l’ABIR fusionne avec la Société anversoise de commerce au Congo pour devenir la Compagnie du Congo belge, diminue ses productions de caoutchouc et se concentre sur la production d’huile de palme[1]. La compagnie est active jusqu’en 1926.

Notes et références

  1. a et b Revue des questions scientifiques, volumes 127 à 128, p.282
  2. Ngimbi, p. 67

Bibliographie

  • Ngimbi Kalumvueziko, Congo-Zaïre: le destin tragique d'une nation, L’Harmattan, 2009. ISBN 978-2-296-09607-3


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article ABIR de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Abir — (or abeer) is a dye common in India. It is used during the Holi festival, which is also called the festival of color, when people throw this colourful powder at each other. Abir is typically sold in markets prior to the festival.Abir is available …   Wikipedia

  • abır — is. <fars.> 1. Həya, heysiyyət, şərəf, hörmət, qədir qiymət. <Zibeydə:> Axır mənim də özümə görə adım, abrım var! M. F. A.. <Gövhər:> İndiyədək abır, ismət saxladıb məni. . N. V.. <Birisi:> Məgər mən öz abrımdan keçib… …   Azərbaycan dilinin izahlı lüğəti

  • abır-həya — is. bax abır 1 ci mənada. Abır həyadan salmaq – biabır etmək, rüsvay etmək. <Babacan:> . . Yazıq Kamalı abır həyadan salıb. Ə. Ə …   Azərbaycan dilinin izahlı lüğəti

  • abir — əˈbi(ə)r noun ( s) Etymology: Hindi abīr India : a perfumed red powder used at the Holi festival …   Useful english dictionary

  • Abir — Provenance. Prénom d origine arabe. Signifie: mélange de parfum Histoire. Depuis maintenant quatorze siècles, la plupart des musulmans, de par le monde, qu ils soient asiatiques, africains, européens ou américains, ont à coeur de choisir pour… …   Dictionnaire des prénoms français, arabes et bretons

  • abır — (Salyan) məc. geyim, paltar. – Adamı abırına görə tanıyıllar …   Azərbaycan dilinin dialektoloji lüğəti

  • âbir — (A.) [ ﺮﺑﺎﻋ ] yaya …   Osmanli Türkçesİ sözlüğü

  • abir — ə. keçən, keçib gedən, keçici …   Klassik Azərbaycan ədəbiyyatında islənən ərəb və fars sözləri lüğəti

  • ABİR — (Ubur dan) Bir yerden geçen, giden yolcu. Geçen. * Hz. İbrâhimin (A.S.) dedelerinden birisinin adı …   Yeni Lügat Türkçe Sözlük

  • ABIR (Abramovitz), DAVID — (1922– ), Israeli aerospace engineer. Abir, who was born in Kaunas, Lithuania, and came to Palestine in 1934, was chief instructor of the Aero clubs of Palestine, which included the aviation unit of the Palmaḥ (1943–46). He served in the Israel… …   Encyclopedia of Judaism