Évêque de Bâle

Évêque de Bâle

Diocèse de Bâle

Le diocèse de Bâle est une circonscription ecclésiastique de l'Église catholique-romaine. Il porte ce nom pour des raisons historiques, bien que la ville de Bâle est protestante depuis la Réforme. Jusqu'à la Réforme, l'évêque de Bâle résidait effectivement à Bâle. En 1528, Porrentruy devient le lieu de résidence de l'évêque et le restera jusqu'en 1828, date à laquelle la ville de Soleure devient le siège officiel de l'évêché. La cathédrale baroque St. Urs est l'église principale de l'évêché. De 999 à 1802, l'évêque de Bâle était également prince du Saint-Empire romain germanique et, à ce titre, propriétaire terrien dans l'actuel canton du Jura, dans le Jura bernois, dans le Birseck et dans le district de Laufon.

Sommaire

Territoire

Le territoire actuel du diocèse s'étend sur les cantons d'Argovie, de Berne, de Bâle-Campagne, de Bâle-Ville, du Jura, de Lucerne, de Schaffhouse, de Soleure, de Thurgovie et de Zoug. Il est divisé en trois régions, nommées selon les trois Saints du diocèse, Saint Urs, Saint Viktor, et Sainte-Vérène.

Direction

En 2007, l'évêque diocésain est Kurt Koch. Établi à Soleure, il dispose de deux évêques auxiliaires (Martin Gächter et Denis Theurillat) ainsi que d'une trentaine de collaborateurs et collaboratrices répartis dans 6 vicariats[1] pour l'aider dans sa tâche.

Histoire

Origine

La première mention d'un évêque dans la région date de 346 à Augusta Raurica. Il a pour nom Justinien et est évêque des Rauraques, dont le territoire couvre approximativement celui de l'évêché actuel. Il est mentionné comme participant au Concile de Sardica en 343 et à celui de Cologne en 346. Comme les fouilles des fondations de l'église de l'antiquité tardive de Kaiseraugst le montre, une communauté chrétienne doit s'être établie dans cette région déjà auparavant.

Vers l'an 400, Basilia est évoqué en tant que siège épiscopal et se trouve désormais sur la colline bâloise du Münster, mieux protégée contre les invasions des Alamans. Le premier évêque de Bâle nommé est saint Pantalus. Toutefois, en 618 encore, un certain Ragnacher du couvent de Luxeuil porte le titre d'évêque de Bâle et Augst. Le règne du roi des Francs Pépin le Bref (mort en 768) et l'évêque Walaus marquent le début d'une liste d'évêques de Bâle ininterrompue jusqu'à nos jours.

Du temps de Charlemagne, Bâle a une certaine importance avec l'évêque Haito qui est également abbé du monastère de Reichenau et confident et conseiller de l'Empereur. Haito est envoyé en 811 à Byzance par l'Empereur.

Les princes-évêques de Bâle

Au Moyen Âge, sous l'autorité du Saint-Empire, les évêques de Bâle sont princes d'Empire. Comme les autres évêques importants, ils possèdent également des terres et deviennent une puissance temporelle. Le centre de l'évêché est la ville de Bâle avec sa cathédrale et sa maison du chapitre. Le développement temporel de l'évêché commence en 999 lorsque le roi Rodolphe III de Bourgogne fait cadeau de l'abbaye bénédictine de Moutier-Grandval, de la forteresse de Saint-Ursanne et du Münstertal.

A cela s'ajoutent le Sisgau et le Buchsgau ainsi que des possessions à l'extérieur du diocèse: des territoires près du lac de Bienne, la seigneurie de Porrentruy et le bailliage de Schliengen avec Istein et Kleinbasel. L'évêché connait sa plus grande extension sous l'évêque Burkard (1072-1107) qui a les faveurs de l'Empereur Henri IV et qui l'a soutenu lors de la querelle des investitures et l'a accompagné à Canossa.

Après une longue période de stagnation, les territoires des princes-évêques de Bâle commencent à décliner, au profit tant des Habsbourg en développement que d'une bourgeoisie de Bâle en quête d'autonomie. Des villes appartenant autrefois à l'évêché, Breisach, Neuenburg am Rhein et Rheinfelden deviennent la proie des Habsbourg. L'influence habsbourgeoise est également croissante en Alsace et à Bâle dès la seconde moitié du XIIIe siècle. A partir de ce moment-là, l'évêque réoriente sa politique territoriale vers le Jura.

L'élection contestée d'un nouvel évêque en 1436 est négociée durant le concile de Bâle qui s'est ouvert en 1431. En 1527, l'évêque abandonne le château des princes-évêques de Bâle pour aller résider à Porrentruy. La chapitre de la cathédrale reste en revanche en ville jusqu'en 1529.

Réforme et exil à Fribourg-en-Brisgau

La ville de Bâle, qui a rejoint la Suisse depuis 1501, s'affranchit de l'autorité du prince-évêque. En 1525, les abbayes de Beinwil et Lucelle sont pillées lors de la guerre des paysans

La ville de Bâle adopte la réforme en 1527 lors du règne de Philippe de Gundelsheim qui doit quitter Bâle et s´établir à Porrentruy, alors sous la juridiction de l´archevêque de Besançon.

Le 9 février 1529, un mercredi de carnaval, les protestants entrent dans la cathédrale de Bâle et démolissent des icônes. Des trésors inestimables de la Bâle médiévale sont alors perdus, mais le célèbre trésor de la cathédrale est complètement épargné. Le 12 mai, le Chapitre cathédral quitte également Bâle pour s´établir à Fribourg-en-Brisgau, dans le diocèse de Constance, en 1529. Le 28 août 1529, le chapitre et la ville de Fribourg en Brisgau signent un traité définissant les conditions juridiques et fiscales, la possession de maisons et l'utilisation de la cathédrale. Depuis lors, Bâle n'est plus ni le lieu de résidence de l'évêque, ni celui du chapitre de la cathédrale et tous deux résident désormais en dehors du diocèse.

C'est l´évêque Jacques Christophe Blarer de Wartensee qui mène la Contre-Réforme dans le diocèse. Il applique les réformes du concile de Trente et réussit à faire revenir le Laufonnais et le Birseck à la foi catholique.

Extension temporelle

Les territoires temporels des Princes-évêques de Bâle s'étendent sur la chaîne du Jura, du lac de Bienne jusqu'à la trouée de Belfort et à la plaine du Haut-Rhin. Il est divisé linguistiquement: la majorité parle français, mais les districts de Zwingen, Pfäffiken, Birseck et Bienne, ainsi que les territoires situés sur la rive droite du Rhin sont germanophones. La cour princière de Porrentruy est également germanophone. Au niveau religieux, le sud est réformé, tandis que le nord et les districts germanophones sont catholiques.

Au niveau institutionnel, l'évêché est divisé en dix-sept bailliages et seigneuries dotés d'institutions variant fortement des uns aux autres. Les seigneurs locaux ou baillis représentent le prince et peuvent parfois administrer plusieurs de ces subdivisions. Ces postes deviennent progressivement héréditaires.

Le nord du diocèse est considérée comme étant terre d'Empire. Le sud, en revanche, est lié juridiquement avec différentes collectivités helvétiques. Ainsi, la ville de Bienne est alliée à Berne, Fribourg et Soleure et est donc tournée vers la Confédération. Le prince-évêque n'est plus que le souverain nominal des villes du sud: La Neuveville et la prévôté de Moutier-Grandval sont conbourgeois de la ville de Berne depuis 1486, tandis que l'abbaye de Bellelay est alliée à Soleure. Toutes deux bénéficient de la neutralité helvétique. Par ailleurs, les seigneuries d'Erguël, Orvin, La Neuveville, la Montagne de Diesse et Bienne sont considérées comme des terres helvétiques.

En 1556, Delémont et les Franches-Montagnes signent un traité de combourgeoisie avec la ville de Bâle.

Des assemblées des différents États se réunissent de manière irrégulière de 1566 à 1752, notamment pour débattre des contributions extraordinaires demandées par le prince-évêque. Elles sont présidées généralement par l'abbé de Bellelay. Les seigneuries helvétiques - à l'exception de Bellelay, ont toujours refusé de participer à ces assemblées et de donner ces contributions.

Le règne de Jakob Christoph Blarer von Wartensee (1575-1608) marque le retour à la prospérité pour l'évêché. En 1579, le prince-évêque s'allie avec les sept cantons catholiques de la Confédération pour contre-balancer l'influence de la Berne réformée au sud du Jura. Comme l'alliance est renouvelée sans interruption jusqu'en 1735, l'évêché est également considéré comme tourné vers la Confédération. Toutefois, les cantons protestants ont toujours refusé qu'il devienne le quatorzième canton suisse. Le 15 septembre 1599, le prince-évêque signe le Traité d'échange de Bienne avec Berne: Bienne et plusieurs communes environnantes sont remises à Berne, en échange de 15'000 couronnes, de la renonciation du traité de combourgeoisie avec Moutier-Grandval et à la suppression de la plupart des droits des Biennois sur l'Erguël.

Extension spirituelle

L'extension spirituelle de l'évêché, le diocèse, a une extension plus grande que les territoires temporels de l'évêché et s'étend loin au-delà, comprenant aussi des parties de l'Alsace, le Fricktal habsbourgeois et de grandes parties du canton de Soleure.

La plus grande partie des possessions temporelles des princes-évêques appartiennent au diocèse de Bâle, mais l'Ajoie et le siège épiscopal de Porrentruy font partie de l'archevêché de Besançon. Il faudra attendre 1779 pour que l'Ajoie soit incorporée à l'évêché de Bâle. La partie située au Sud de Pierre-Pertuis est rattachée à l'évêché de Lausanne, tandis que les territoires de la rive droite du Rhin avec le bailliage de Schliengen appartiennent à l'évêché de Constance.

Le chapitre de la cathédrale à Arlesheim

Lors de Guerre de Hollande (1672-1678) qui oppose le roi de France Louis XIV et l'Empereur Léopold Ier, allié des Hollandais, le chapitre se trouve à Fribourg en Brisgau, exactement entre les deux fronts. Les Autrichiens amputent les revenus du chapitre en 1670, puis logent des troupes dans ses bâtiments. En 1675, les Français confisquent la plupart des sources de revenu du chapitre en Aslace et dans le Sundgau. Lorsque les Français prennent Fribourg en 1677, ils ne reconnaissent pas la neutralité du chapitre et exige qu'il quitte la ville. En 1678, le chapitre se retire à Arlesheim sur appel du prince-évêque.

L'évêque Johann Konrad von Roggenbach décide la construction d'une église, d'une maison du chapitre et de maisons pour ses membres. La cathédrale d'Arlesheim est inaugurée en 1681.

L'évêché de Bâle

Suite à l'invasion des troupes françaises et la conquête de la Confédération helvétique, le territoire de l´ancienne principauté épiscopale est rattachée à la France en tant que département du Mont-Terrible, puis que département du Haut-Rhin. En 1801 l'évêché de Bâle est sécularisé par le traité de Lunéville. Le congrès de Vienne en 1815 divise le territoire de l'ancienne principauté entre le canton de Berne pour la plus grande partie et le canton de Bâle, pour le Birseck.

En mars 1828, un Concordat entre les États de Lucerne, Berne, Soleure et Zoug permet de fixer les frontières des diocèses. À cette occasion, la ville de Soleure est désignée comme le siège du diocèse de Bâle. Cette réorganisation est confirmée par le pape Léon XII le 7 mai 1828.

Références

  1. Diocèse de Bâle, « L´Evêché ». Consulté le 14 septembre 2007

Sources

Articles connexes

  • Portail du catholicisme Portail du catholicisme
  • Portail de la Suisse Portail de la Suisse
Ce document provient de « Dioc%C3%A8se de B%C3%A2le ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Évêque de Bâle de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Bâle (canton) — Canton de Bâle Canton de Bâle 1501   1833 …   Wikipédia en Français

  • Évêque de Metz — Liste des évêques de Metz Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le « Graouilly » sur les bords de la Seille. Fondé vers le IIIe siècle, l’évêché de Metz a longtemps été une entité à la fois politiquement puissante et riche …   Wikipédia en Français

  • Bâle (ville) — Bâle Pour les articles homonymes, voir Bâle (homonymie) et Bale. Bâle Basel Vue aér …   Wikipédia en Français

  • BÂLE — Métropole rhénane, Bâle (allemand: Basel) est la principale porte d’entrée de la Suisse. C’est aussi, comme Genève, une ville État dont l’agglomération étouffe, dans un minuscule canton de 34 kilomètres carrés, le plus petit de la Confédération… …   Encyclopédie Universelle

  • Bâle — Pour les articles homonymes, voir Bâle (homonymie) et Bale. Bâle Basel Vue d ensemble de la commune …   Wikipédia en Français

  • Évêque constitutionnel — En France, un évêque constitutionnel est un évêque catholique issu du clergé ayant prêté le serment de la Constitution civile du clergé entre 1791 et 1801 ou un évêque de l Ancien Régime ayant prété le serment. Les évêques constitutionnels sont… …   Wikipédia en Français

  • Évêque de Coutances — Liste des évêques de Coutances Liste des évêques du diocèse de Coutances (jusqu en 1854) : Sommaire 1 Premiers évêques 1.1 Liste traditionnelle (Ve Xe s.) 1.2 Exil à Rouen (v. 911 1025) …   Wikipédia en Français

  • Évêque Cauchon — Pierre Cauchon  Pour l’article homonyme, voir Cauchon.  Pierre Cauchon (né en 1371 à Reims mort en décembre 1442 à Rouen), évêque de Beauvais, est surtout connu pour avoir été l ordonnateur du procès de Jeanne d Arc à Rouen. Son nom n… …   Wikipédia en Français

  • Évêque de Milan — Liste des évêques puis archevêques de Milan Le Diocèse de Milan fut fondé dès le IIIesiècle, et élevé au rang d archidiocèse au VIIIe siècle. Il s’agit aujourd hui du plus important diocèse d Italie. L archevêque de Milan est l évêque… …   Wikipédia en Français

  • ÉVÊQUE —     Samuel Ornik, natif de Bâle, était, comme on sait, un jeune homme très aimable, qui d ailleurs savait par coeur son Nouveau Testament en grec et en allemand. Ses parents le firent voyager à l âge de vingt ans. On le chargea de porter des… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»