Épisode des Horaces et des Curiaces


Épisode des Horaces et des Curiaces

Combat des Horaces et des Curiaces

Les trois Horaces et les trois Curiaces étaient les champions mythologiques qui, d'après la légende rapportée par Tite-Live, se seraient battus en duel pendant la guerre entre Rome et Albe-la-Longue, durant le règne de Tullus Hostilius (selon la tradition, troisième roi de Rome entre 673 et 641 av. J.-C.).

Les deux villes décidèrent d'un commun accord de régler leur conflit en désignant trois champions de chaque côté. Tite-Live considère, sans en être certain que les Horaces étaient les champions de Rome et les Curiaces ceux d'Albe. D'après la légende, les Albains furent tous les trois blessés rapidement et deux des Romains tués. Le Horace survivant, Publius Horatius prit la fuite, poursuivi par les Curiaces blessés. Mais ceux-ci ne le rattrapèrent pas en même temps, ce qui permit à l'Horace de les tuer l'un après l'autre. À son retour à Rome, il tua sa propre sœur qui pleurait son fiancé, un des trois Curiaces, car, selon lui, « ainsi meurt toute Romaine pleurant un ennemi ». Condamné à mort, il fut acquitté devant l'Assemblée du Peuple mais dut passer sous le joug, symbole de la soumission à la loi romaine.

La gens Horatia est alors soumis à des cérémonies purificatrices.

Sommaire

Représentations artistiques

Le Combat des Horaces et des Curiaces

Sous le règne de Tullus Hostilius, une guerre meurtrière éclata entre les habitants d'Albe et ceux de Rome. Pour mettre fin à ce conflit, les chefs des deux peuples conclurent un accord : trois frères défendraient chaque camp, les Horaces pour Rome et les Curiaces pour Albe.

« Dès le premier choc, les cliquetis des armes fit passer un grand frisson dans l'assistance ; tous en perdaient la voix, et le souffle. Mais au cœur de la mêlée, les trois albains furent blessés, tandis que deux romains tombaient, mourant l'un sur l'autre. Leur chute fit pousser des cris de joie à l'armée albaine ; les légions romaines tremblaient pour leur unique champion, que les trois Curiaces avaient entourés. Par bonheur il était indemne, trop faible, à lui seul, il est vrai, pour tous ses adversaires réunis, mais redoutable pour chacun pris à part. Afin de les combattre séparément, il prit la fuite, en se disant que chaque blessé le poursuivrait dans la mesure de ses forces. Il était déjà à une certaine distance du champ de bataille, quand il tourna la tête et vit ses poursuivants très espacés. Le premier n'était pas loin : d'un bond, il revint sur lui : Horace avait déjà tué son adversaire et vainqueur, marchait au second combat. Poussant des acclamations, les Romains encouragent leur champion : lui, sans donner au dernier Curiace, qui n'était pourtant pas loin, le temps d'arriver, il tue l'autre. Maintenant la lutte était égale, survivant contre survivant; mais ils n'avaient ni le même moral, ni la même force. L'un, deux fois vainqueur, marchait fièrement à son troisième combat ; l'autre s'y traînait , épuisé. Ce ne fut pas un combat : c'est à peine si l'Albain pouvait porter ses armes ; il lui plonge son épée dans la gorge, l'abat, et le dépouille.[1] »

De retour du combat

« Horace chargé de son triple trophée, marchait à la tête des romains. Sa sœur, qui était fiancée à l'un des Curiaces se trouve sur son passage près de la porte Capène ; elle a reconnu sur les épaules de son frère la cotte d'armes de son amant, qu'elle même avait tissée de ses mains: alors s'arrachant les cheveux, elle redemande son fiancé et l'appelle d'une voix étouffée par les sanglots. *indigné de voir les larmes d'une soeur insulter à son triomphe et troubler la joie de Rome, Horace tire son épée, et en perce la jeune fille en l'accablant d'imprécations : " Va, lui dit il, avec ton fol amour, rejoindre ton fiancé, toi qui oublies et tes frères morts, et celui qui te reste, et ta patrie. Périsse ainsi toute Romaine qui osera pleurer la mort d'un ennemi"[2]. »

Notes

  1. Histoire romaine Livre I, 25, traduction G. Baillet éd les belles lettres, 1940 (1985).
  2. Histoire Romaine, Livre I, 26, trad. A. Flobert, éd. Flammarion


  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Combat des Horaces et des Curiaces ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Épisode des Horaces et des Curiaces de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jacques-Louis David — Pour les articles homonymes, voir David. Jacques Louis David Autoportrait (17 …   Wikipédia en Français

  • Jacques Louis David — Pour les articles homonymes, voir David. Jacques Louis David …   Wikipédia en Français

  • Louis David — Jacques Louis David Pour les articles homonymes, voir David. Jacques Louis David …   Wikipédia en Français

  • Histoire militaire de la Rome antique — Évolution de l Empire romain (animation)     République romaine 509 avant J. C. 27 avant J. C …   Wikipédia en Français

  • Péplum — Pour les articles homonymes, voir Péplum (homonymie). Charlton Heston ( …   Wikipédia en Français

  • ROME — Jusqu’au XIXe siècle, Rome fut un des principaux foyers d’art de l’Europe (pour la Rome antique, cf. ROME ET EMPIRE ROMAIN L’art). En instituant, en 1666, l’Académie de France à Rome, Colbert ne fit que sanctionner au profit des «pensionnaires»… …   Encyclopédie Universelle

  • Tullus Hostilius — Titre 3e roi légendaire de Rome 672 – 641 av. J. C. ( 32 ans) Prédécesseur Numa Pompilius Successeur Ancus Marcius …   Wikipédia en Français

  • ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines — Le départ dans l’histoire d’une ville ou bien d’un peuple destiné à un haut avenir est, le plus souvent, entouré d’un halo qui le dérobe à un examen et à une vision précise. On comprend aisément pourquoi. L’historien est mal armé pour l’étude… …   Encyclopédie Universelle