Épargne


Épargne
Page d'aide sur les redirections Pour la commune du département de Charente-Maritime, voir Épargnes.

Sur les autres projets Wikimedia :

L'épargne est la partie du revenu qui n'est pas consommée. C'est la partie qui ne se détruit pas immédiatement. Dans une acception plus large, elle désigne tout comportement qui inclut un sacrifice dans l'espoir d'obtenir un meilleur rendement futur[1]. Toutefois, cette définition simple de l'épargne cache les discordes théoriques relatives aux déterminants de l'épargne, aux conséquences de l'épargne sur l'économie globale et aux différentes façons de mesurer l'épargne.

Sommaire

Les formes de l'épargne

L'argent épargné est employé sous forme de :

Les déterminants de l'épargne

La question des déterminants acheminant l'épargne fait apparaître une différence fondamentale entre l'approche néoclassique et l'approche keynésienne des comportements économiques. Alors que pour les économistes néoclassiques, l'épargne est déterminée par le taux d'intérêt réel, pour Keynes et pour les économistes qui s'en réclament, l'épargne dépend uniquement du revenu, le taux d'intérêt ne déterminant que la forme de l'épargne (soit de l'épargne thésaurisée soit de l'épargne financière).

L'approche néoclassique des déterminants de l'épargne

Pour les économistes néoclassiques, le niveau d'épargne est déterminé par le taux d'intérêt. En effet, dans le cadre de la théorie néoclassique, l'agent économique cherche à maximiser son utilité et lorsqu'il est amené à faire un arbitrage entre consommation et épargne, il va considérer ce que lui rapportera l'épargne, autrement dit, il va considérer le taux d'intérêt. Si celui-ci est élevé, l'agent sera incité à épargner puisque épargner permettra d'assurer des revenus importants dans le futur. A l'inverse, lorsque le taux d'intérêt est faible, l'agent a tendance à peu épargner, car l'épargne ne lui rapportera que peu de revenus dans le futur. C'est donc l'épargne qui précède la consommation .

L'approche keynésienne des déterminants de l'épargne

L'approche keynésienne du comportement d'épargne est tout autre : c'est ici la consommation qui précède l'épargne. Le niveau d'épargne n'est pas déterminé par le taux d'intérêt mais par le niveau de revenu de l'agent. Celui-ci consomme d'abord et attribue le reste de son revenu (celui qui n'a pas été consommé) à l'épargne ou à la thésaurisation en fonction du taux d'intérêt i. Si le taux d'intérêt i est élevé, alors l'individu aura une préférence pour l'épargne. Par contre si le taux d'intérêt est faible, il penchera en faveur de la thésaurisation. Là est la grande différence avec les néo-classiques car Keynes prend en compte le caractère irrationnel des agents économiques avec la thésaurisation.

Les conséquences du comportement d'épargne sur l'économie globale

Le comportement d'épargne n'est pas neutre quant à l'économie appréhendée globalement. En effet, une insuffisance d'épargne peut porter préjudice à l'investissement et donc à l'activité économique dans le futur. A l'inverse, un excès d'épargne peut être préjudiciable à la demande et donc, là encore, à l'activité économique.

Taux d'épargne

Le taux d'épargne est le rapport entre le montant de l’épargne et le revenu disponible brut (RDB).

\text{Taux} = \frac{\text{epargne}}{\text{montant du revenu brut disponible}} X 100

En France, le taux d’épargne des ménages a baissé entre 1980 et 1988, puis après être remonté jusqu’à 15 % en 1992, il est resté stable depuis lors[2].

Citations

« L'épargne est l'origine du capital comme elle est la justification morale du capitalisme, puisqu'elle représente une privation, un effort et même un sacrifice. Car celui qui ne consomme pas tout ce qu'il a gagné pense aux autres au lieu de penser à lui-même. Il pense à ses enfants, à ses successeurs. Il pense, sans le savoir à tout le monde. Il n'y a eu de civilisation qu'à partir du jour où des hommes, au lieu de manger tout le gibier de leur chasse et de se gaver, ont fumé ou salé de la viande, ce qui a permis à la tribu de se livrer à d'autres travaux. » L'Action française du 6 juin 1925, Jacques Bainville.

Notes et références

  1. Pascal Salin, La vérité sur la monnaie, Odile Jacob, p. 13
  2. Les comptes de la Nation en 2006, graphique « Évolution du pouvoir d’achat, des dépenses de consommation et de l’épargne des ménages », INSEE

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Épargne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ÉPARGNE — Comme tout bien économique, l’épargne fait l’objet d’une offre et d’une demande sur un marché. Elle est formée et demandée pour financer l’investissement. L’investisseur a pour prototype le capitaliste de l’époque classique, qui obéit à… …   Encyclopédie Universelle

  • Epargne — Épargne  Pour la commune du département de Charente Maritime, voir Épargnes …   Wikipédia en Français

  • épargné — épargné, ée (é par gné, gnée) part. passé. 1°   Mis en réserve par l économie. Une somme importante épargnée peu à peu. Il fit à la reine des funérailles très magnifiques où rien ne fut épargné ROLLIN, Hist. anc. Oeuv. t. VI, p. 336, dans POUGENS …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Epargne — (fr., spr Eparnj), 1) die Ersparung; 2) Sparsamkeit; 3) das Ersparte …   Pierer's Universal-Lexikon

  • épargne — (Caisse d ): Occasion de vol pour les domestiques …   Dictionnaire des idées reçues

  • épargne — (é par gn ) s. f. 1°   Administration des dépenses telle qu elles soient moindres que les recettes. Il a amassé de grands biens par son épargne. •   L épargne est nécessaire à qui veut s agrandir, TH. CORN. D. Bertr. de Cigarral, I, 4. •   Peut… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ÉPARGNE — s. f. Économie dans la dépense. Il a amassé de grands biens par son épargne. Épargne honteuse, sordide, mesquine, etc. C est un homme de grande épargne. Il faut aller à l épargne. Il a beaucoup amassé par ses épargnes.   Il se dit quelquefois de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ÉPARGNE — n. f. économie dans la dépense. Il a amassé une petite aisance par son épargne. Il se dit de la Chose même qu’on a épargnée, économisée. Son épargne monte à tant cette année. L’épargne française. La petite épargne, L’ensemble des économies faites …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Epargne — Epar|gne* [e parnjə] die; <aus gleichbed. fr. épargne zu épargner, vgl. ↑epargnieren> (veraltet) Sparsamkeit, Ersparnis …   Das große Fremdwörterbuch

  • Epargne salariale — Épargne salariale L épargne salariale est, pour le droit français, un ensemble des dispositifs permettant aux salariés d être associés financièrement à la bonne marche de leur entreprise et/ou de se constituer une épargne avec l aide de celle ci …   Wikipédia en Français