Élections cantonales françaises de 1998


Élections cantonales françaises de 1998

Les élections cantonales de 1998 ont eu lieu les 15 et 22 mars 1998.

Ces élections ont habituellement lieu tous les trois ans pour renouveler la moitié des conseillers généraux qui siègent au sein d'un conseil général pour un mandat de 6 ans.

Sommaire

Résultats

Alors que souvent en France, les élections intermédiaires ne sont pas favorables au pouvoir en place, les élections cantonales de 1998 voient une poussée de la gauche.

Tendances Premier tour
(% sur exprimés)
Second tour
(en sièges)
Extrême-gauche - 8
Parti communiste français - 143
Parti socialiste - 663
Mouvement des radicaux de gauche - 36
Les Verts - 1
Divers gauche - 153
Union pour la démocratie française - 336
Rassemblement pour la République - 307
Divers droite - 360
Front national et extrême droite - 3
Source : Quid

Au premier tour, les partis de la « gauche plurielle » obtiennent 44 % des voix, contre 40,1 % pour les partis de droite et 13,5 % pour le Front national[1]. Ils semblent en mesure de conserver les départements qu'ils détiennent et de progresser un peu. Le premier tour est concomitant des élections régionales, élections à la proportionnelle ne nécessitant qu'un tour. Or à l'issue des régionales, le FN se trouve en position d'arbitre en pouvant faire basculer douze régions à droite.

Entre les deux tours, le débat politique tourne autour d'éventuelles alliance entre le Front National et les partis de la majorité présidentielle de Jacques Chirac. Le vendredi 20 mars 1998 à deux jours du scrutin, a lieu l'élection des présidents de région au sein des conseils régionaux. Dans cinq régions, celui-ci est élu avec l'appoint des voix des conseillers FN créant un forte polémique, la presse et la gauche nommant ce jour le « vendredi noir »[2].

Au second tour, en réaction au « vendredi noir », les électeurs de gauche se mobilisent tandis que nombre d'électeurs de droite s'abstiennent. De plus la droite se trouve, comme lors des législatives de 1997, gênée par des triangulaires gauche/droite /FN là ou celui-ci a pu se maintenir en passant la barre de 10% des inscrits. Les partis de la « gauche plurielle » obtiennent 47 % des voix, contre 44,5 % pour les partis de droite et 8,5 % pour le Front National. Au final la gauche conquiert près de 400 nouveaux cantons[3], lui permettant de faire basculer 11 départements tandis qu'aucun ne passe à droite[1].

Étiquette politique des présidents de conseil général après les élections cantonales de 1998

Départements ayant basculé à gauche

Les présidents de conseil général élus en 1998

  • Les noms des présidents nouvellement élus en 1998 sont suivis d'une astérisque.

Source : Atlaspol pour les noms et étiquettes politiques au moment de l'élection, sauf indication contraire ou absence de données.

Département Président Parti
01 Ain Jean Pépin UDF
02 Aisne Jean-Pierre Balligand * PS
03 Allier Jean-Claude Mairal* PCF
04 Alpes-de-Haute-Provence Jean-Louis Bianco PS
05 Hautes-Alpes Alain Bayrou DL
06 Alpes-Maritimes Charles Ginésy RPR
07 Ardèche Michel Teston* PS
08 Ardennes Roger Aubry DVD
09 Ariège Robert Naudi PS
10 Aube Philippe Adnot MLM
11 Aude Marcel Rainaud* PS
12 Aveyron Jean Puech UDF
13 Bouches-du-Rhône François Bernardini[4]* PS
14 Calvados Anne d'Ornano UDF
15 Cantal Roger Besse RPR
16 Charente Jean-Michel Boivin RPR
17 Charente-Maritime Claude Belot RPR
18 Cher Serge Vinçon* RPR
19 Corrèze Jean-Pierre Dupont RPR
2A Corse-du-Sud Marc Marcangeli* CCB (DVD)
2B Haute-Corse Paul Giacobbi[5]* PRG
21 Côte-d'Or Louis de Broissia RPR
22 Côtes-d'Armor Claudy Lebreton PS
23 Creuse Gérard Gaudin RPR
24 Dordogne Bernard Cazeau PS
25 Doubs Georges Gruillot RPR
26 Drôme Jean Mouton[6] UDF
27 Eure Henri Collard PR
28 Eure-et-Loir Martial Taugourdeau RPR
29 Finistère Pierre Maille* PS
30 Gard Alain Journet PS
31 Haute-Garonne Pierre Izard PS
32 Gers* Philippe Martin PS
33 Gironde Philippe Madrelle PS
34 Hérault André Vezinhet* PS
35 Ille-et-Vilaine Pierre Méhaignerie UDF
36 Indre Louis Pinton UDF
37 Indre-et-Loire Jean Delaneau UDF
38 Isère Bernard Saugey* UDF
39 Jura Gérard Bailly RPR
40 Landes Henri Emmanuelli PS
41 Loir-et-Cher RPR
42 Loire Pascal Clément DL
43 Haute-Loire Jacques Barrot UDF
44 Loire-Atlantique Luc Dejoie RPR
45 Loiret Éric Doligé RPR
46 Lot Jean Milhau PRG
47 Lot-et-Garonne Jean François-Poncet* PR
48 Lozère Jean-Paul Pottier* DL
49 Maine-et-Loire André Lardeux RPR
50 Manche Jean-François Le Grand* RPR
51 Marne Albert Vecten UDF
52 Haute-Marne Bruno Sido* RPR
53 Mayenne Jean Arthuis UDF
54 Meurthe-et-Moselle Michel Dinet* PS
55 Meuse UDF
56 Morbihan Jean-Charles Cavaillé* RPR
57 Moselle Philippe Leroy RPR
58 Nièvre Bernard Bardin PS
59 Nord Bernard Derosier* PS
60 Oise Jean-François Mancel[7] DVD
61 Orne Gérard Burel RPR
62 Pas-de-Calais Roland Huguet PS
63 Puy-de-Dôme Pierre-Joël Bonte* PS
64 Pyrénées-Atlantiques François Bayrou UDF
65 Hautes-Pyrénées François Fortassin PRG
66 Pyrénées-Orientales Christian Bourquin* PS
67 Bas-Rhin Philippe Richert* UDF
68 Haut-Rhin Constant Georg* DVD
69 Rhône Michel Mercier UDF
70 Haute-Saône Marc Roussel* MRG
71 Saône-et-Loire René Beaumont UDF
72 Sarthe Roland du Luart* RPR
73 Savoie Michel Barnier RPR
74 Haute-Savoie Ernest Nycollin* UDF
75 Paris Jean Tibéri RPR
76 Seine-Maritime Charles Revet RPR
77 Seine-et-Marne Jacques Larché UDF
78 Yvelines Franck Borotra RPR
79 Deux-Sèvres UDF
80 Somme RPR
81 Tarn Thierry Carcenac PS
82 Tarn-et-Garonne Jean-Michel Baylet PRG
83 Var Hubert Falco UDF
84 Vaucluse Jacques Bérard[8]* RPR
85 Vendée Philippe de Villiers MPF
86 Vienne René Monory UDF
87 Haute-Vienne Jean-Claude Peyronnet PS
88 Vosges Christian Poncelet RPR
89 Yonne Henri de Raincourt UDF
90 Territoire de Belfort Christian Proust* MDC
91 Essonne Michel Berson* PS
92 Hauts-de-Seine Charles Pasqua RPF
93 Seine-Saint-Denis Robert Clément PCF
94 Val-de-Marne Michel Germa* PCF
95 Val-d'Oise François Scellier PR
971 Guadeloupe Jacques Gillot* GUSR
972 Martinique Claude Lise[9] RDM
973 Guyane Joseph Ho-Ten-You[10]
974 Réunion Jean-Luc Poudroux RPR
975 Saint-Pierre-et-Miquelon Marc Plantegenest[11] AD (DVD)
976 Mayotte Younoussa Bamana[12] UDF

Notes et références

  1. a et b Site france-politique
  2. Marianne du 23/03/1998
  3. Etude du CEVIPOF Sylvain Brouard
  4. Remplacé en Août par Jean-Noël Guérini
  5. succède à so père
  6. Au bénéfice de l'âge,gauche et droite étant à égalité
  7. exclu du RPR en 1998 pour ses accords de désistement avec le FN
  8. au bénéfice de l'âge
  9. Source : @ntilles.com
  10. Source : Adege
  11. Source : RFO
  12. Source : Le petit futé, Mayotte - Comores, 2005

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Élections cantonales françaises de 1998 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Elections regionales francaises de 1998 — Élections régionales françaises de 1998 Les nouvelles présidences des régions à l issue du scrutin Les élections régionales de 1998 ont eu lieu le 15 mars 1998 dans les 22 régions de France métropolitaine et dans les 4 régions d Outre… …   Wikipédia en Français

  • Élections sénatoriales françaises de 1998 — Cet article fournit un résumé des résultats des élections sénatoriales françaises de 1998, qui ont eu lieu le 27 septembre 1998. Répartition des sièges[1] Nombre total des sièges : 321 [23] Groupe communiste, républicain et citoyen 16… …   Wikipédia en Français

  • Élections régionales françaises de 1998 — Les nouvelles présidences des régions à l issue du scrutin Les élections régionales de 1998 ont eu lieu le 15 mars 1998 dans les 22 régions de France métropolitaine et dans les 4 régions d Outre mer. Elles ont vu quatorze régions… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 2008 — Élections cantonales françaises de 2008 Étiquettes pour les nouvelles présidences des conseils généraux français Les élections cantonales françaises de 2008 ont permis d élire les conseillers généraux de la moitié des cantons français.… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 1982 — Élections cantonales françaises de 1982 Les élections cantonales se déroulent les 14 et 21 mars 1982. Contexte Le scrutin a lieu un peu moins d un an après le double succès de la gauche à la présidentielle et aux législatives. Les cantons… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 1976 — Élections cantonales françaises de 1976 Les élections cantonales ont lieu les 7 et 14 mars 1976 et concernent la moitié des cantons de France, excluant la Région parisienne. Sommaire 1 Résultats 1.1 Chiffres 2 Notes et références de l article …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 2004 — Élections cantonales françaises de 2004 Les élections cantonales en France ont lieu le 21 et 28 mars 2004. Elles voient un net progrès de la gauche, qui conquiert la majorité des départements français. Étiquette politique des présidents de… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 1967 — Élections cantonales françaises de 1967 Les élections cantonales se sont déroulées les 24 septembre et 1er octobre 1967. Résultats Ces élections représentent un succès pour l opposition de gauche, dans la logique du redressement opéré lors des… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 1992 — Élections cantonales françaises de 1992 Les élections cantonales ont eu lieu les 22 et 29 mars 1992. Le premier tour se déroule en même temps que les élections régionales. Résultats Le taux d abstention au premier tour est seulement de… …   Wikipédia en Français

  • Elections cantonales francaises de 1985 — Élections cantonales françaises de 1985 Les élections cantonales ont lieu les 10 et 17 mars 1985. Résultats Succès de l opposition de droite (RPR et UDF), qui gagne dix nouvelles présidences de conseils généraux, établissant le rapport de forces… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.