Église Saint-Martin de Pouillon


Église Saint-Martin de Pouillon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Martin.
Église Saint-Martin de Pouillon
Image illustrative de l'article Église Saint-Martin de Pouillon
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattaché à Paroisse Sainte-Marie-des-Arrigans
Diocèse d'Aire et Dax
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style(s) dominant(s) roman et gothique
Protection  Inscrit MH (1996)
Géographie
Pays Drapeau de France France
Région Aquitaine
Département Landes
Ville Pouillon
Coordonnées 43° 36′ 19″ N 0° 59′ 48″ W / 43.605225, -0.99660243° 36′ 19″ Nord
       0° 59′ 48″ Ouest
/ 43.605225, -0.996602
  

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Église Saint-Martin de Pouillon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Martin de Pouillon

L'église Saint-Martin se situe sur la commune de Pouillon, dans le département français des Landes. La ville de Pouillon est une étape sur une voie secondaire du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. L'église de Pouillon est inscrite au titre des Monuments historiques par arrêté du 23 décembre 1996[1]. Elle se singularise par son chevet roman du XIe siècle et par l'architecture de ses absidioles du XIIe siècle.

Sommaire

Historique

Une dédicace gravée sur une pierre de l’abside a été découverte dans ses combles en 1855. Elle permet de situer la construction de l’église Saint-Martin au XIe siècle, soit aux environs de 1045 ou de 1025, selon un examen plus approfondi.

A première vue, cette dédicace en latin dit : « Le deux des Ides de juin[2], dédicace de cet autel en l'honneur de saint Martin et de tous les saints par Raymond, archevêque d'Auch. » L'archevêque de la ville d'Auch qui était Raimond Copa, permet aux historiens de situer la date de consécration de l’église Saint-Martin aux alentours de 1045. Mais une étude plus approfondie semble démontrer que le mot latin qui se rapporte à Auch, a été ajouté ultérieurement.

Pour être plus précis,

« nous constatons un fait indiscutable, à savoir qu’il existe deux inscriptions superposées : la première, de l’époque romane, portant simplement « RAIMOND EVEQUE », l’autre portant « RAIMOND ARCHEVEQUE D’AUCH », apocryphe, due très vraisemblablement aux moines de Cagnotte, installés à Pouillon après la reconnaissance de l’église, au XVIe siècle... »

Selon l'auteur de cette étude, la consécration de l’église peut être attribuée à Raimond le Vieux ou à Raimond de Sentes, mais

« L’hypothèse la plus vraisemblable est donc que l’inscription primitive se rapporte à Raimond le Vieux, et qu’elle remonte aux environ de 1025, la construction de l’église étant, par la suite du début ou XI ou de la fin du Xème siècle. [3]»

Jusqu’à ce jour, la deuxième inscription « efface » le nom et la mémoire d’un évêque devenu indésirable, d’un évêque accusé de simonie et défait par le pape en l’an 1058. Il possédait en propre six diocèses. Avant d’être écarté par le pape, Raimond le Vieux fut d’abord poursuivi par Saint Austinde[4], évêque d’Auch, pour son caractère indépendant. La dédicace retrouvée dans les combles de l’église de Pouillon ne se rapporte pas seulement à l’édification et à l’histoire cette église, mais aussi à l’édification et à l’histoire de l’Église elle-même.

La construction de l'église Saint-Martin se poursuit et, au XIIe siècle, son abside apparaît avec deux absidioles prolongées par des collatéraux.

Au XIVe siècle, durant la guerre de Cent Ans, la nef et les collatéraux ont été fortifiés, comme l'atteste les albalatrières et créneaux visibles dans l'abside. Des réduits défensifs sont construits au-dessus des absidioles, ainsi qu’un chemin de ronde au-dessus de l’abside.

Il est probable que la nef et les collatéraux aient été incendiés durant les Guerres de Religion[5] car, selon les archives paroissiales, ils ont été reconstruits et même voutés d'ogives aux XVIe siècle et au XVIIe siècle, par « les jurats de la paroisse, avec le concours du Seigneur de St Martin et de Lamothe ».

Le maître-autel a été réalisé au XVIIIe siècle par les frères Mazetti.

L'église est achevée au XIXe siècle par l'architecte Loupot. Il ajoute deux travées à l'ouest et construit le clocher.

Les vitraux modernes ont été réalisés par un maître verrier de Tarbes, M. Letienne, sur des cartons de Mme Blanc-Subes de Saint-Pandelon. Ces vitraux qui illustrent les béatitudes, communiquent leurs couleurs à l'église. Ce phénomène est visible sur les phographies ci-dessus.

Présentation

A l’extérieur, l’abside semi-circulaire se détache des deux murs plats des absidioles. L’abside romane a été rehaussée au XIVe siècle. La partie qui a été réhaussée, est enduite et ornée d’une frise d'inspiration romane ayant l’aspect d’un cerclage clouté. Les ouvertures les plus hautes desservent le chemin de ronde. A l’origine, treize modillons romans réunis par des motifs étoilés rejoignaient la toiture. Actuellement, ils délimitent la partie romane.

Ces modillons aux motifs variés se répartissent de part et d’autre des deux contreforts. Au-dessous, trois fenêtres en arc de plein cintre, sont ornées d’archivoltes, de colonnettes, de chapiteaux et de tailloirs qui se prolongent par un bandeau du mur. Les archivoltes sont composées de trois voussures. La première fait apparaître un tore et les deux autres, les éléments qui ont été repris au-dessus : le cerclage clouté qui est bien un élément roman et le motif étoilé qui sera réutilisé avec les modillons. Les chapiteaux présentent un décor feuillagé. La base des fenêtres est soulignée par un larmier à billettes qui court sur tout le pourtour de l'hémicycle. Les deux murs extérieurs des absidioles sont pourvus d’arbalétrières.

A l’intérieur, l’abside centrale et les deux absidioles présentent des voûtes en cul de four et un appareil régulier. L'abside dispose de cinq fenêtres dont deux fenêtres qui s'ouvrent directement dans la voûte des absidioles. Les absidioles, semi-circulaires à l’intérieur, ont pour originalité d’être prises dans un massif rectangulaire et donc de présenter une surface plane à l’extérieur. Selon Jean Cabanot, cette disposition est exceptionnelle dans les Landes et dans les Pyrénées-Atlantiques et elle est d'autant plus étonnante qu'elle est associée à une abside principale de type différent. Par ailleurs, la base de l’abside et des absidioles est animée par des niches de faible profondeur, de forme semi-circulaire, voûtées en cul-de-four. Ces éléments [6], empruntés à l’architecture romaine, sont insolites dans le Sud-Ouest.

Ces sculptures ornent le devant de l'abside et des absdioles :

La nef gothique communique avec les collatéraux par de grandes arcades qui retombent sur de solides piles octogonales. Les six travées, y compris les deux plus récentes, sont couvertes d’une croisée d’ogive. A l’ouest, l’église présente un clocher en pierre travaillé. Il est couvert d'une flèche octogonale et de quatre petites tourelles bordées par une balustrade ciselée. Il est flanqué au sud d'une tourelle d'escalier couverte d’une terrasse crénelée.

L'orgue

L’orgue de l’église Saint-Martin a été construit entre 1975 et 1977 par les facteurs Pesce[7] de Pau. Il se compose d’un buffet moderne composé de deux corps comprenant un positif à trois tourelles et deux plates faces, grand-corps reprenant la même disposition. 64 tuyaux en étain sont placés en façade (35 pour le grand-corps - 29 pour le positif de dos). La transmission est mécanique. Il dispose de 3 claviers de 56 notes et un pédalier de 30 notes.

Les jeux se répartissent comme suit :

I : Positif de dos : Bourdon 8, Prestant 4, Nazard 2 2/3, Doublette 2, Tierce 1 3/5, Larigot 1 1/3, Cymbale III, Cromorne 8, Chalumeau 4
II : Grand Orgue : Bourdon 16, Montre 8, Bourdon 8, Flûte 8, Prestant 4, Doublette 2, Fourniture III, Cymbale II, Trompette 8, Clairon 4
III : Récit : Salicional 8, Unda Maris 8, Flûte à cheminée 8, Flûte à cheminée 4, Nazard 2 2/3, Gemshorn 2, Tierce 1 3/5, Fourniture III, Trompette 8, Basson-Hautbois 8
Pédale : Flûte 16, Bourdon 16, Flûte 8, Flûte 4, Cor de nuit 2, Bombarde 16, Trompette 8, Clairon 4

Notes et références

  1. Église Saint-Martin de Pouillon, sur la base Mérimée, ministère de la Culture
  2. Dans ces inscriptions commémoratives qui participent à la célébration des anniversaires à date fixe, l’année n’est pas mentionnée.
  3. Henry Delfour, "Sur l'incription latine de l'église de Pouillon" P6 et 7
  4. Saint Austinde (voir ce nom) a joué un rôle important dans la Réforme grégorienne (voir cet article)
  5. Voir Guerres de religion dans les Landes
  6. Selon Jean Cabanot, ces éléments ont principalement été employés jusqu'au début de la période gothique dans des régions allant de la Vénétie et de la Lombardie à la Catalogne et au Languedoc, et remontant vers le Rhin moyen et le pays liégeois.
  7. Michel et Gilbert Pesce

Bibliographie

  • Henry Delfour, "Sur l'incription latine de l'église de Pouillon"
  • Francis Zapata, Jean-Pierre Rousset "Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes" P70
  • Monique Veaux "A la découverte de Dax et de sa région" P186
  • David Chabas, "Villes et villages des Landes" T1 P303
  • Raoul Deloffre & Jean Bonnefous "Eglises, châteaux et fortifications des Landes méridionales" P163
  • Jean Cabanot, "Le chevet roman de l’église Saint-Martin de Pouillon", bulletin de la Société de Borda 1970, P315

Liens externes

Orgue en Aquitaine

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Église Saint-Martin de Pouillon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Église Saint Martin — Pour les articles homonymes, voir Saint Martin et Saint Martin. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Église Saint Martin peut désigner : Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Église Saint Martin homonymie — Église Saint Martin Pour les articles homonymes, voir Saint Martin et Saint Martin. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Église Saint Martin peut désigner : Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Église Saint-Martin — Cette page d’homonymie répertorie les différents édifices religieux partageant un même nom. Pour les articles homonymes, voir Saint Martin et Saint Martin …   Wikipédia en Français

  • Pouillon (Landes) — Pour les articles homonymes, voir Pouillon. 43° 36′ 20″ N 0° 59′ 43″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint-André (Marseille) — Pour les articles homonymes, voir Saint André. Saint André, anciennement Séon Saint André, est un quartier du 16e arrondissement de Marseille, au nord de la ville. Longtemps jumelé à Saint Henri sous le nom Séon, cet ancien village du terroir de… …   Wikipédia en Français

  • Liste des églises des Landes — Le département français des Landes compte 438 églises[1] pour un total de 331 communes, soit une moyenne de 1,32 église par commune. La commune de Parleboscq, née de la réunion de sept paroisses, compte à elle seule sept églises. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques des Landes — Au 31 décembre 2009, le département français des Landes compte 200 immeubles protégés au titre des monuments historiques, avec 42 classés et 158 inscrits[1]. La liste suivante recense de manière exhaustive ces monuments, présentés par commune.… …   Wikipédia en Français

  • Chevet — Pour les articles homonymes, voir Chevet (homonymie). Chevet de style roman de l église de Saint Léonard de Noblat En architectur …   Wikipédia en Français

  • Frères Mazzetti — Les frères Mazzetti (Bernard Virgile (1706 1785) et Jacques Antoine) sont des sculpteurs originaires de Cevio en Suisse italienne, installés en Avignon[1]. Ils sont très présents dans l art chrétien landais du XVIIIe siècle. Sommaire 1… …   Wikipédia en Français

  • Freres Mazzetti — Frères Mazzetti Les frères Mazzetti (Bernard Virgile et Jacques Antoine) sont des sculpteurs originaires de Cevio en Suisse[1], très présents dans l art chrétien landais du XVIIIe siècle. Œuvre Ils ont notamment réalisé : les retables… …   Wikipédia en Français