Éducation au Québec


Éducation au Québec

Système d'éducation québécois

Le système d'éducation québécois est un système éducatif appliqué dans la province de Québec, au Canada. Il se distingue à plusieurs niveaux de ceux des autres provinces canadiennes. Il est géré par le Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) du Québec.

Ce système comporte 4 niveaux d'enseignement : l'enseignement préscolaire-primaire, secondaire, collégial et universitaire. Parmi ces niveaux se rattachent la formation professionnelle (secondaire), l'éducation aux adultes (primaire et secondaire) et la formation continue (collégial et universitaire).

L'enseignement québécois se donne en plusieurs langues (français, anglais et certaines langues amérindiennes). Lors de l'année scolaire 2005-2006, le français était la langue d'enseignement d'environ 85,9 % des étudiants, l'anglais, de 13,6 %, l'enseignement bilingue (anglais-français), de 0,3 %, et l'enseignement en diverses langues amérindiennes, de 0,1 %.[1]

Il existe un réseau public et un réseau privé d'éducation dans cette province (les deux étant subventionnés par le Gouvernement du Québec). Durant l'année 2005-2006, le réseau public pré-collégial était fréquenté par environ 89 % des étudiants et le réseau privé, par 11 %[1]. Peu importe le réseau, les barèmes de l'éducation québécoise relèvent du MELS.

Sommaire

Histoire

Article connexe : Histoire du Québec.

Avant le XIXe siècle

XIXe siècle

École de rang de la région de Granby (début XXe siècle).

Anciennement, il y avait des écoles catholiques et protestantes. Le droit de fréquenter l'école catholique était garanti par l'Acte de Québec de 1774, protégeant ainsi la totalité de la population de langue française catholique qui vivait dans un pays où la population anglaise était majoritairement protestante. La signature de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique de 1867 confirme le droit à une éducation basée sur la religion. La Loi de 1867 confère aux provinces la compétence en matière d'éducation.

Pendant plus d'un siècle, les immigrants non catholiques venant de l'extérieur du Canada qui s'établissaient au Québec ne pouvaient pas, en théorie du moins, fréquenter l'école française. Dans les faits, la religion était peu prise en compte dans les écoles publiques depuis les années 1970, l'éducation religieuse pouvant être remplacée par l'enseignement moral au choix des parents. Une modification apportée à la Loi sur l'instruction publique de 1998 a remplacé les commissions scolaires confessionnelles par des commissions scolaires fondées sur la langue et non sur la religion. depuis l'année Scolaire 2008-2009, il n'y as plus De choix de religions et les écoles sont devenus 100% Laïques. le Cours de Religion as été remplacé, au Primaire et au Secondaire, par le cours d'Éthique et Culture Religieuse, qui fusionne l'enseignement général des Grandes Religions ainsi que la Morale, de plus d'inclure, au second cycle du Secondaire, la Formation Choix de Carrière (Cours maintenant enlevé de l'horaire des Étudiants suite à la Réforme) et un peu de Philosophie (Nouveauté).

Fondation du ministère de l'éducation

Le ministère de l'éducation du Québec fut fondé en 1964.

Rapport Parent

Article détaillé : Rapport Parent.

Présentation du réseau

Durant l'année scolaire 2005-2006, 1 799 236 étudiants fréquentaient, à temps plein ou partiel, le système d'éducation québécois. De ce nombre, environ 33 % fréquentaient le niveau préscolaire-primaire, 27 % le niveau secondaire, 14 % l'éducation aux adultes, 11 % le niveau collégial et 15 % le niveau universitaire.[2]

La fréquentation scolaire est obligatoire de 6 ans jusqu'à 16 ans (âge normalement atteint par les élèves lors de leur quatrième ou cinquième année du secondaire) ou l'obtention d'un Diplôme d'études secondaires (DES).

Les deux premiers niveaux sont l'enseignement préscolaire-primaire et l'enseignement secondaire, composés respectivement de 7 et 5 années d'enseignement. Ces deux niveaux sont gérés par 72 commissions scolaires, dont 60 sont de statut linguistique français, 9 de statut linguistique anglais et 3 de statut particulier[3]. Elles s'occupent des écoles préscolaires, primaires, secondaires, des centres d'éducation des adultes et des centres de formation professionnelle.

Le troisième niveau correspond à l'enseignement collégial. Il y a 119 établissements qui dispensent l'enseignement collégial dont 48 collèges d'enseignement général et professionnel (cégep) et 11 collèges gouvernementaux[3]. Les programmes y sont d'une durée typique de 2 ou 3 ans.

Le quatrième niveau d'enseignement correspond au niveau universitaire. Le Québec possède 19 universités dont 16 de statut linguistique français et 3 de statut linguistique anglais. De ce nombre, 10 universités sont publiques et rattachées au réseau de l'Université du Québec[3].

Éducation préscolaire-primaire

Éducation préscolaire

L'éducation préscolaire comprend la pré-maternelle et la maternelle, qui sont souvent rattachées aux écoles de niveau primaire. Les enfants à la maternelle ont typiquement 5 ans et fréquentent l'école toute la journée. Les classes de pré-maternelle (4 ans) du réseau public ne sont présentes que dans les milieux défavorisés. Les élèves fréquentent ces classes soit le matin, soit l'après-midi. La pré-maternelle et la maternelle ne sont toutefois pas obligatoires dans le système actuel, bien que la majorité des enfants la fréquentent.

Éducation primaire

L'éducation primaire est composée de 6 niveaux nommés de première à sixième année. Le MELS impose aux élèves de sixième année un examen de passage du primaire au secondaire. Bien que l'examen de la sixième année soit très important, plusieurs écoles secondaires utilisent les résultats cumulés de toutes les années précédentes pour classer l'étudiant.[réf. nécessaire]

Éducation secondaire

Article détaillé : Enseignement secondaire.

Les études secondaires québécoises sont divisées en cinq niveaux (secondaire 1 à 5) d'une durée d'un an chacun. On y distingue également 2 cycles. Les 1re, 2e et 3e secondaires font partie du premier cycle[4] alors que les 4e et 5e secondaires font partie du deuxième cycle du secondaire[5].

Ces années correspondent, dans le reste du Canada, aux années allant de la septième à la onzième année. Les élèves qui fréquentent le niveau secondaire ont typiquement de 12 à 17 ans. À la fin du secondaire, les élèves reçoivent un diplôme d'études secondaires (DES).

Les élèves souhaitant se rendre plus rapidement sur le marché du travail peuvent, dès l'âge de seize ans, ne pas terminer leurs études secondaires et faire des études professionnelles. Celles-ci, d'une durée d'environ deux ans, débouchent sur l'obtention du Diplôme d'études professionnelles (DEP), qui correspond à une formation spécifique à un métier. Cependant, le DEP permet l'accès à des études collégiales dans un domaine de profession connexe, moyennant certains crédits du secondaire régulier du secteur des jeunes ou des adultes.

Pour les adultes (16 ans et plus) qui désirent retourner aux études et qui ne désirent pas se déplacer, la Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec offre la formation à distance depuis 1995. Cependant, ce sont les commissions scolaires du Québec qui prennent les inscriptions et s'occupent de tout ce qui concerne les apprentissages. Il y en a au moins une dans chaque région du Québec.

Depuis septembre 2005, un nouveau programme (nommé communément La réforme) est implanté graduellement au secondaire.

Éducation collégiale

Les étudiants qui poursuivent des études postsecondaires vont dans un établissement d'enseignement collégial cégep où ils feront un programme qui consiste en deux ou trois années d'études et qui débouche sur un Diplôme d'études collégiales (DEC). Les programmes sont divisés en deux grandes catégories : les programmes préuniversitaires et les programmes techniques.

  • L'éducation préuniversitaire, d'une durée normale de 2 ans, prépare l'étudiant à son entrée à l'université à l'aide de cours d'apprentissage général. Plusieurs programmes sont offerts, entre autres :
  • Sciences humaines
  • Sciences de la nature
  • Arts et lettres
  • Double-DEC
  • L'éducation technique, d'une durée normale de 3 ans, permet à l'étudiant d'acquérir des connaissances plus spécifiques et pratiques concernant un métier. À la fin de ce programme, l'étudiant peut décider d'entrer directement sur le marché du travail ou de continuer ses études à l'université.

Certains cours sont obligatoires dans ces deux types de parcours. Ainsi, des cours de littérature, de philosophie, d'anglais, et d'éducation physique sont suivis par l'ensemble des étudiants au collégial. Finalement, l'étudiant doit passer une Épreuve uniforme de français afin d'obtenir son DEC.

Éducation universitaire

Les étudiants qui désirent poursuivre des études universitaires devront donc avoir complété, au minimum, 13 années d'études préuniversitaires : six années d'études primaires, cinq années d'études secondaires et deux années d'études collégiales, donc une de plus que dans les autres provinces canadiennes. Ainsi, les étudiants de l'extérieur du Québec doivent faire une année supplémentaire avant de débuter leurs études universitaires. Toutefois, ils ont une année de moins au premier cycle universitaire et complètent donc le même nombre d'années pour l'obtention d'un baccalauréat ou d'un certificat. Autrement, le déroulement des études universitaires ressemble généralement à ce qui est la norme ailleurs en Amérique du Nord.

Les études universitaires, qui sont subventionnées par le gouvernement du Québec, sont reconnues pour leur coût relativement peu élevé comparativement aux autres établissements d'Amérique du Nord. Elles sont cependant beaucoup plus coûteuses si l'on compare avec certains pays d'Europe, tels la France ou les pays scandinaves. Avec ses quatre universités, Montréal est la ville d'importance qui possède le plus haut pourcentage d'étudiants en Amérique du Nord.

Le gouvernement du Québec possède un réseau d'universités publiques : l'Université du Québec. Cette dernière possède des établissements dans plusieurs villes de la province.

Certaines universités offrent des programmes en régime coopératif. Ce type de régime consiste à insérer des stages rémunérés à l'intérieur du programme universitaire suivi, augmentant ainsi sa durée normale tout en permettant aux étudiants d'acquérir une expérience du marché du travail dans leurs domaines respectifs.[6]

Les études universitaires sont divisées en trois cycles distincts.

Premier cycle

Il existe deux types d'études de premier cycle universitaire : le certificat et le baccalauréat.

Certificat universitaire

Le certificat est d'une durée d'un an.

Baccalauréat

La plupart des programmes de baccalauréat durent trois ans. Les exceptions notables sont les études en médecine (beaucoup plus longues), en génie et en éducation (quatre ans au lieu de trois).

Deuxième cycle

Les programmes de deuxième cycle universitaire sont d'une durée normale de deux ans et mènent à l'obtention d'un diplôme de maîtrise. Il s'agit d'une initiation à la recherche universitaire (à la recherche scientifique pour les étudiants en sciences) qui peut se conclure par la rédaction d'un mémoire de maîtrise. Dans plusieurs cas, les étudiants de deuxième cycle publient des articles dans des revues ou publications scientifiques.

Troisième cycle

Les programmes de troisième cycle universitaire sont d'une durée variable et mènent à l'obtention d'un doctorat. Les étudiants au troisième cycle universitaire, les doctorants, sont des chercheurs. Ils publient des articles et rédigent une thèse de doctorat.

Post-doctorat

Après des études doctorales, les chercheurs peuvent poursuivre leurs recherches en entamant un post-doctorat.

Langue d'enseignement

Au Québec, il existe un réseau scolaire francophone et un réseau scolaire anglophone. La langue d'enseignement demeure une question litigieuse. En vertu de la Charte de la langue française, adoptée en 1977, les étudiants doivent fréquenter l’école française. Toutefois, les élèves qui répondent à l’un des critères suivants peuvent fréquenter l’école anglaise :

  • les enfants qui ont fait la majorité de leurs études primaires ou secondaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada ;
  • les enfants qui ont un père ou une mère qui a fait la majorité de ses études primaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada ;
  • les enfants de citoyens canadiens qui ont un frère ou une sœur qui a fait ou est en train de faire ses études primaires ou secondaires en anglais au Québec ou ailleurs au Canada[7].

Cette restriction ne s'applique pas à l'enseignement post-secondaire, ni aux écoles qui ne reçoivent pas de subventions de l'état.

Frais de scolarité

Les frais de scolarité du système d'éducation québécois sont parmi les plus faibles en Amérique du Nord. En sus du matériel exigé (papeterie, cahiers d'exercices, manuels...), pour les citoyens du Québec, l'éducation primaire et secondaire est à peu près gratuite. L'éducation collégiale exige des frais de l'ordre de 200 à 300 dollars canadiens par année alors que, pour l'université, ceux-ci sont de l'ordre de 1 000 dollars par trimestre.

Prêts et bourses

Afin de faciliter l'accès aux études post-secondaires, le gouvernement du Québec a créé un programme de prêts et bourses pour les étudiants québécois. Selon un calcul tenant compte, entre autres, du revenu annuel de l'étudiant et de ses parents[8], un certain montant d'argent pourra être prêté sans intérêt à l'étudiant. Ce dernier devra rembourser ce montant une fois qu'il ne sera plus considéré comme étudiant à temps plein. Dans certains cas, en plus du prêt, l'étudiant peut bénéficier d'une bourse qu'il n'a pas à rembourser.

En plus de ce système, il existe d'autres organismes permettant aux étudiants d'être financés pour leurs études. Parmi ceux-ci, notons les Fonds québécois de la recherche sur la nature et les technologies (FQRNT) et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) qui financent certains étudiants performants en sciences.

Système d'éducation privé

Un réseau privé coexiste avec le système d'éducation public québécois. Dans ces écoles, qui sont parfois partiellement financées par le Ministère, la responsabilité administrative incombe à une autorité locale (conseil d'administration ou autre, selon du type de corporation) qui doit répondre de sa gestion auprès de la Direction de l'enseignement privé du MELS et doit appliquer l'intégralité du programme décidé par le Ministère, bien que des matières optionnelles puissent y être ajoutées.

Durant l'année scolaire 2005-2006, le réseau privé comportait 264 écoles primaires et secondaires, 60 établissements dispensant l'enseignement collégial et 9 universités.[3]

Contestations

Comparaison des systèmes d'éducation français et québécois

Cas particulier : En vertu d'une entente-cadre sur la reconnaissance des diplômes signée en 1996 par la Conférence des présidents d’universités (CPU), la Conférence des directeurs d’écoles et de formations d’ingénieurs (CDEFI) et la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), le baccalauréat français (12 années de scolarité) est reconnu comme l'équivalent du diplôme d'études collégiales québécois (13 années de scolarité) en matière d'accès à l'enseignement universitaire au Québec[9].

Système français Année d’études Système québécois
Primaire préparatoire
CP
1 Primaire
1er
Élémentaire
CE1
2 2e
CE2 3 3e
Moyen
CM1
4 4e
CM2 5 5e
Collège
Secondaire
6e
6 6e
5e 7 École secondaire
Secondaire
I
4e 8 II
3e
DNB
9 III
CAP/BEP Lycée
Seconde
10 IV DEP
Première 11 V
DES
BT / Bac. Pro Terminale Dipl Baccalauréat 12 Cégep
2 ans
DEC pré-universitaire
Cégep
3 ans



DEC technique
DUT (université) /
BTS (lycées)
Universitaire
Filière LMD
(Licence Master Doctorat)


Licence
13
14 Universitaire
1er cycle
(cursus de 3 ou 4 ans)



Baccalauréat
15
Master 1 16
Master 2
(ex DEA / DESS)
17 2e cycle



Maîtrise
DESS









Doctorat
18
19 3e cycle





Doctorat
20
21
     Primaire et secondaire

Études supérieures :      Cheminement général      Cheminement technique ou technologique

Signification des sigles
  • BESD : Bacc. de l’enseignement du second degré
  • DEA : Diplôme d’études approfondies
  • Bacc. T. : Baccalauréat de technicien ou technologique
  • DEC : Diplôme d’études collégiales
  • BEP : Brevet d’études professionnelles
  • DEP : Diplôme d’études professionnelles
  • BT : Brevet de technicien
  • DES : Diplôme d’études secondaires
  • BTS : Brevet de technicien supérieur
  • DESS : Diplôme d’études supérieures spécialisées
  • CAP : Certificat d’aptitude professionnelle
  • DUT : Diplôme universitaire de technologie
  • BEPC : Diplôme national du brevet

Comparaison des systèmes d'éducation canadien et québécois

Système canadien
(excluant le Québec)
Année d’études Système québécois
Élémentaire
« Elementary School »
1er
1 Primaire
1er
2e 2 2e
3e 3 3e
4e 4 4e
5e 5 5e
6e 6 6e
Secondaire
« Middle School ou
Junior High School »
7e
7 École secondaire
Secondaire
I
8e 8 II
« Senior High School »
9e
9 III
Technical Vocational High School
Programmes d'apprentissage de niveau secondaire
« Apprenticeship Option »
(formule variant d’une province à l’autre)
10e 10 IV DEP
11e 11 V
DES
12e

High School
Diploma
12 Cégep
2 ans
DEC pré-universitaire
Cégep
3 ans



DEC technique
Collège universitaire
2 ans
College diploma


/

4 ans


Bachelor degree’s
Collège communautaire
2 ans


College diploma
Undergraduate
Université
4 ans






Bachelor degree’s
13
14 Universitaire
1er cycle
(cursus de 3 ou 4 ans)



Baccalauréat
15

16
« Graduate school »
Graduate



Master degree’s
17 2e cycle



Maitrise
DESS
18
Postgraduat





Doctorate
19 3e cycle






Doctorat
20
21

Études supérieures :      Cheminement général      Cheminement technique ou technologique

Notes et références

  1. a  et b Raymond Ouellette, avec la collaboration de Julie Béliveau, Marius Demers et Pie Landry Iloud, « Statistiques de l'éducation - Édition 2007 », 2007, MELS. Consulté le 13 avril 2009., p. 43.
  2. Raymond Ouellette (2007), op. cit., p. 42.
  3. a , b , c  et d Raymond Ouellette (2007), op. cit., p. 27.
  4. Cependant, certains programmes du deuxième cycle commencent lors du troisième secondaire.
  5. Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, « L'Éducation au Québec - l'enseignement secondaire », 2008, Gouvernement du Québec. Consulté le 18 juin 2009.
  6. Université de Sherbrooke. Bienvenue dans l'univers du régime coopératif, page consultée le 29 mars 2008.
  7. Qui peut fréquenté l'école anglophone? sur Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Gouvernement du Québec. Consulté le 25 avril 2009
  8. Si l'étudiant est toujours considéré à la charge de ces derniers.
  9. Québec. Ministère de l'Immigration et des communautés culturelles du Québec (2005). France Guide de comparaison des études avec le système éducatif du Québec[pdf], p. 12.

Voir aussi

Institutions scolaires

Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Enseignement collégial

Enseignement universitaire

Liens externes

  • Portail de l’éducation Portail de l’éducation
  • Portail du Québec Portail du Québec
Ce document provient de « Syst%C3%A8me d%27%C3%A9ducation qu%C3%A9b%C3%A9cois ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Éducation au Québec de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Education in Québec — The Québec education system is governed by the Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (Ministry of Education, Recreation and Sports). It is administered at the local level by publicly elected French and English school boards. Teachers… …   Wikipedia

  • Higher education in Quebec — is an education system that is unique from other provinces in Canada. Instead of entering university or college directly from high school, Quebec students enter post secondary studies at the collegiate level into institutions called Collège… …   Wikipedia

  • Système d'éducation au Québec — Système d éducation québécois Le système d éducation québécois est un système éducatif appliqué dans la province de Québec, au Canada. Il se distingue à plusieurs niveaux de ceux des autres provinces canadiennes. Il est géré par le Ministère de l …   Wikipédia en Français

  • Liste des ministres de l'Éducation du Québec — Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Logo du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) est un ministère du Québec géré par le gouvernement du …   Wikipédia en Français

  • Ministre de l'Éducation du Québec — Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Logo du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) est un ministère du Québec géré par le gouvernement du …   Wikipédia en Français

  • Ministère de l'Éducation du Québec — Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Logo du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) est un ministère du Québec géré par le gouvernement du …   Wikipédia en Français

  • Ministère de l'éducation du Québec — Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Logo du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport du Québec (MELS) est un ministère du Québec géré par le gouvernement du …   Wikipédia en Français

  • College education in Quebec — This article is about post secondary education in Québec. For other uses, see College (Canada). College education, College, (often incorrectly by the umbrella acronym CEGEP) in the Canadian province of Quebec is the post secondary level… …   Wikipedia

  • QUÉBEC —  Cet article concerne la province canadienne. Pour l article sur la capitale, voir Québec (ville). Pour les autres significations, voir Québec (homonymie). Québec …   Wikipédia en Français

  • Quebec — Québec  Cet article concerne la province canadienne. Pour l article sur la capitale, voir Québec (ville). Pour les autres significations, voir Québec (homonymie). Québec …   Wikipédia en Français