École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques


École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques
École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques
Nouveau logo ENSSIB.gif
Informations
Fondation 1963
Type Grand établissement (EPSCP)[1]
Localisation
Coordonnées 45° 46′ 49″ N 4° 51′ 46″ E / 45.780219, 4.86288345° 46′ 49″ Nord
       4° 51′ 46″ Est
/ 45.780219, 4.862883
  
Ville Villeurbanne
Pays Drapeau de France France
Direction
Directeur Anne-Marie Bertrand
Divers
Site web www.enssib.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques

L'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques (Enssib) est un grand établissement public français d'enseignement supérieur en sciences de l'information et des bibliothèques et en histoire placé sous la tutelle directe du ministère français de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Elle est située à Villeurbanne, à côté de Lyon.

Sommaire

Histoire

Les bâtiments de l'Enssib

L'École nationale supérieure de bibliothécaires (ENSB), ancêtre de l'Enssib est créée en 1963 à Paris, par le décret no 63-712 du 12 juillet 1963[2], avec le statut d'établissement public à caractère administratif. L'École est alors installée au sein de la Bibliothèque nationale, dans le bâtiment du 2, rue Louvois, où subsistent la salle de conférences et des salles de cours, actuellement réutilisées par le département de la Musique. La médiathèque publique de Massy sert alors de « bibliothèque d'application » aux élèves. L'ENSB est transférée à Villeurbanne en 1974.

Elle est remplacée par l'Enssib, créée par le décret no 92-25[1] du 9 janvier 1992. Elle bénéficie désormais du statut de grand établissement et voit ses missions s'élargir. Dès 1999, l'Enssib fusionne avec l'Institut de formation des bibliothécaires (IFB). L'Enssib assure la formation initiale et continue de l'ensemble des conservateurs des bibliothèques ainsi que des bibliothécaires d'État ; elle accueille des étudiants en master et doctorat en cohabilitation avec les universités Lyon 1 et Lyon 2, l'École normale supérieure lettres sciences humaines et l'École pratique des hautes études.

Fonctionnement actuel

Localisation

L'Enssib est située à Villeurbanne, près de Lyon, sur le campus universitaire de la Doua. Elle disposait en outre de bureaux à Paris (15e arrondissement) jusqu'en août 2009, pour la rédaction du Bulletin des bibliothèques de France[3], date d'intégration de celui-ci dans les locaux de l'Enssib, motivée par la Révision générale des politiques publiques. En revanche, le site de Grandclément (également à Villeurbanne, dans le quartier du même nom), où était installé initialement l'Institut de formation des bibliothécaires, aujourd'hui intégré dans l'enssib, est désormais abandonné avec l'agrandissement des locaux de la Doua.

Organisation

L'Enssib est un grand établissement (établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel), une "grande école" qui dépend du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Elle est placée sous l'autorité d'un directeur (actuellement Anne-Marie Bertrand), assisté par les décisions de trois conseils[4] :

  • Le conseil d'administration (CA), dont la composition est fixée par le décret n°92-25 du 9 janvier 1992 et modifiée par le décret n°2003-894 du 12 septembre 2003 définit les grandes orientations. Il se réunit au moins deux fois par an et comprend sept membres de droit (représentants des directions concernées des administrations centrales), neuf membres nommés (quatre par le ministère chargé de l'enseignement supérieur, quatre par le ministère de la Culture et un par le ministère de l'Intérieur) et vingt-deux membres élus, représentant les diverses catégories de personnel et les élèves.
  • Le conseil scientifique (CS), dont la composition fixée par les mêmes décrets est consulté par le CA pour tout ce qui concerne les enseignements (orientations, habilitation des diplômes, hors prérogatives du MESR en matière de diplômes d'enseignement supérieur...) et la recherche. Il est également chargé de l'évaluation pédagogique et scientifique de l'Enssib. Il se réunit au moins deux fois par an et comprend vingt-quatre membres : douze personnalités qualifiés nommées pour trois ans (arrêté du 19 juillet 2007) dont trois désignées par le CA de l'Enssib, cinq nommées par le ministre chargé de l'Enseignement supérieur et quatre nommées par le ministre de la Culture ; et douze membres élus, représentant les personnels (neuf représentants élus pour trois ans) et les élèves fonctionnaires (trois représentaits élus pour un an).
  • La commission paritaire d'établissement, qui comprend des représentants de l'école et de certaines catégories de personnel (hors les enseignants chercheurs) se réunit deux fois par an.
  • Enfin, un comité technique paritaire a été créé au printemps 2009, mettant l'enssib en conformité avec la loi.

Les services de l'Enssib sont répartis en plusieurs directions et missions :

  • Départements
    • Département des études et de la recherche, regroupant le directeur des études, le directeur de la recherche, les responsables des diplômes et les enseignants chercheurs : quatre professeurs des universités, six maîtres de conférences, trois enseignants chercheurs associés ;
    • Département des services aux bibliothèques, regroupant la bibliothèque, formist, le service des éditions (responsable des presses de l'enssib et du Bulletin des bibliothèques de France), les services de veille professionnelle, la valorisation et la bibliothèque numérique ;
    • Département de l'informatique ;
    • Services administratifs et financiers, sous l'autorité du secrétaire général.
  • Chargés de mission (sous l'autorité directe du directeur de l'Enssib)
    • Évaluation ;
    • Relations internationales.

Formations

L'amphithéâtre

L'Enssib forme :

  • les conservateurs et bibliothécaires d'État ;
  • par délégation de l'INET : les conservateurs territoriaux (travaillant pour les collectivités territoriales, essentiellement dans les bibliothèques municipales et départementales) ;
  • une partie des bibliothécaires territoriaux peuvent suivre pour leur formation initiale des cycles de formation auxquels participe l'enssib ;
  • des étudiants de diverses filières à travers trois masters spécialisés ;
  • l'ensemble des personnels des bibliothèques françaises à travers la formation continue ; l'enssib est toutefois mandatée essentiellement par les ministères de tutelle pour la formation des personnels de catégorie A des bibliothèques.

Jusqu'en 2008, elle était aussi chargée de l'organisation des concours de recrutement d'agents de la filière bibliothèque pour la fonction publique (l'ensemble des concours pour la fonction publique d'État, et les concours de catégorie A pour la fonction publique territoriale). Ces concours sont désormais organisés par les administrations de tutelle.

Les conservateurs d'État et territoriaux

Les élèves conservateurs (d'État et territoriaux) suivent un cursus de dix-huit mois (six mois pour les conservateurs promus), sanctionné par l'obtention du « diplôme de conservateur des bibliothèques » (DCB). La scolarité comprend deux stages dont un stage de quatre mois, qui peut être effectué en France ou à l'étranger.

Ils ont le statut de conservateur stagiaire. À l'issue de leur formation, les conservateurs d'État sont nommés sur un poste vacant en fonction de leurs choix et des demandes des établissements. Les conservateurs territoriaux sont inscrits sur une liste d'aptitude et peuvent alors être recrutés directement par une collectivité.

Disposant généralement d'un diplôme sanctionnant cinq ans d'études à l'entrée de l'Enssib, les conservateurs stagiaires sont encouragés depuis longtemps à préparer un doctorat afin d'anticiper l'ouverture des postes à l'ensemble des conservateurs européens et d'assurer leurs missions de personnels scientifiques des bibliothèques. L'évolution du recrutement montre qu'un nombre de plus en plus important de conservateurs recrutés par concours sont déjà titulaires d'un doctorat. Les conservateurs stagiaires se voient aussi proposer, à partir de l'année 2008-2009, le master Livre et savoir destiné à sanctionner leur formation professionnelle, s'adaptant ainsi au système européen de formation.

Les élèves conservateurs ont décidé d'attribuer un nom à leur promotion (traditionnellement numérotées depuis 1992, année de transformation de l'ENSB en Enssib) à partir de 2005 :

Les bibliothécaires d’État

Contrairement aux conservateurs, les lauréats du concours de bibliothécaire d’État sont affectés à un établissement dès leur succès au concours, avec le statut de bibliothécaire stagiaire. Leur période de stage dure un an. Jusqu'en 2010, leur formation initiale était étalée pendant toute cette année, les modules de formation à l'Enssib alternant avec le travail dans leur établissement d'affectation. Depuis 2011[5] , la formation à l'Enssib est concentrée sur les six premiers mois (d'octobre à mars), le bibliothécaire rejoignant ensuite son établissement d'affectation.

La formation des bibliothécaires d’État ne débouche pas sur un diplôme mais sur une simple certification[6].

Les masters

L'Enssib propose trois masters en cohabilitation avec d'autres établissements :

  • Master professionnel SIB (Sciences de l'information et des bibliothèques), avec l'université Lyon 1. Il est l'héritier du Dessid et de l'IUP DIST. Il offre des enseignements dans les domaines suivants :
    • Gestion de l'information scientifique et technique dans l'entreprise (GISTE)
    • Services documentaires numériques (SDN)
    • Systèmes d'information multilingue (SIMIL)
  • Master Cultures de l'écrit et de l'image[7], (orientation recherche et professionnelle) avec l'Université Lumière Lyon 2 (département d'histoire), avec la collaboration de l'École nationale des chartes.
  • Master Livre et savoir (Lettres et arts) avec l'École normale supérieure de Lyon (ENS-LSH), jusqu'à l'année 2010-2011. Ce master propose une formation unique en première année et deux spécialités en deuxième année :
    • édition électronique des savoirs ;
    • bibliothèques.

La recherche

L'Enssib mène également une activité de recherche, en partenariat avec d'autres établissements d'enseignement supérieur, français et étrangers.

Le centre Gabriel Naudé a pris la suite du Centre de recherche en histoire du livre (équipe d'accueil 3717). Il travaille autour de trois axes[8]. Le premier axe concerne l'histoire du livre. Des projets de longue haleine se poursuivent, comme Prosopographie des hommes du livre (Dominique Varry). Cet axe accueille plusieurs projets autour de l'utilisation de l'outil informatique dans l'objectif de faire progresser la recherche en histoire du livre et des bibliothèques, avec un projet de Bibliographie électronique des éditions lyonnaises du XVIe siècle, financé de 2007 à 2010, visant à l'exhaustivité et complété par une base de matériels typographiques destinée à aider à l'identification d'ouvrages non localisés (William Kemp). Il a accueilli entre 2007 et 2011 le séminaire "Auteur, imprimeur, traducteur, collaborateur... qui écrit?"[9] destiné à étudier les processus de production du livre au début de l'époque moderne, proposé par Raphaële Mouren et Martine Furno. Dans le domaine de la recherche en histoire du livre et des bibliothèques, le centre Naudé organise des colloques[10] et des journées d'étude[11].

Le second axe concerne la recherche en histoire des bibliothèques à l'époque moderne et contemporaine. Il comprend un projet de reconstitution de collections dispersées par l'utilisation combinée des sources disponibles (inventaires manuscrits et imprimés, livres eux-mêmes, notices) grâce à l'utilisation de bases structurées (« collections et collectionneurs », Isabelle Westeel et Raphaële Mouren[12]) ; pour l'histoire contemporaine, se fonde sur des monographies d'établissements et l'étude de la bibliothèque comme résultat d'un milieu socio-culturel et historique donné. Dernière publication parue : Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées-Les bibliothèques françaises sous l'occupation, Paris, Gallimard, 2008.

Enfin, le troisième axe, socio-anthropologique, explore les représentations des bibliothèques et bibliothécaires et s'interroge sur les usages de ces établissements.

Elico (Équipe de recherche de Lyon en information et communication) regroupe des chercheurs de six institutions de recherche lyonnaises[13].

La diffusion des savoirs

L'Enssib possède ses propres éditions (Presses de l'Enssib), qui proposent des éditions traditionnelles sur papier mais aussi des éditions électroniques. Une archive ouverte dans les domaines de recherche des chercheurs de l'établissement a été mise en place. Une partie des travaux et mémoires académiques des élèves et des étudiants est disponible en ligne, les autres sont à la bibliothèque et décrits dans le Sudoc.

L'Enssib participe à l'Institut d'histoire du livre[14], avec la ville de Lyon (bibliothèque municipale et musée de l'Imprimerie), l'École normale supérieure Lettres sciences humaines (ENS-LSH, anciennement ENS Fontenay Saint-Cloud) et l'École nationale des chartes. L'objectif de l'IHL est une activité de diffusion autour de l'histoire du livre, par l'organisation annuelle de l'École de l'IHL, ouverte à tous les publics où interviennent des spécialistes internationaux de l'histoire du livre[15], par l'édition d'une collection aux presses de l'ENS-LSH, "Métamorphoses du livre" (deux numéros par an)[16], par l'organisation de colloques[17] ou la participation à des colloques et journées d'études.

Le Bulletin des bibliothèques de France, principale revue professionnelle des bibliothécaires de France, dépend administrativement de l'Enssib.

L'enssib pilote deux programmes sur l'information et la formation :

  • formist, Formation à l'information scientifique et technique[18]
  • sibel, Sciences de l'information et des bibliothèques en ligne[19]

La bibliothèque

L'enssib, comme tout établissement d'enseignement supérieur, comprend une bibliothèque. Ses collections sont spécialisées en sciences de l'information et des bibliothèques ainsi qu'en histoire du livre. Elle est ouverte à tous gratuitement, y compris pour le prêt.

Évaluations

Un rapport remis en 2004 par l'Inspection générale des bibliothèques et l'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche pointait entre autres un projet d'établissement pour le quadriennal 2002-2005 trop éclectique[20].

Comme tous les établissements d'enseignement supérieur, l'enssib a été évaluée par l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) en 2010-2011. Les rapports sont disponibles en ligne sur le site de l'AERES[21]. L'évaluation du Centre Gabriel Naudé (équipe d'établissement) a reconnu la qualité du travail de ses membres et a attribué la note A au centre. L'évaluation des formations a conduit à la reconnaissance de tous les diplômes d'enseignement supérieur proposés par l'enssib pour le quinquennal 2011-2015[22].

Jurisprudences administratives

Jurisprudence du 24 avril 2008

Le 20 juin 2008, une requête est enregistrée[23] auprès du Conseil d'État, par un élève de l'école exclu[23] de la liste d'attribution du diplôme de conservateur de bibliothèques, par le jury d'attribution[23] réuni le 24 avril 2008.

Le 25 novembre 2009, le Conseil d'État établit une jurisprudence sur la base de la considération suivante :

« Considérant que les épreuves subies par les conservateurs des bibliothèques stagiaires à l'issue de leur scolarité à l'ENSSIB, si elles donnent lieu à un classement des stagiaires par ordre de mérite, ne présentent pas de ce seul fait, en l'absence de tout effet de droit attachés à un tel classement, le caractère d'un concours mais celui d'un examen professionnel[23]. »

Entre autres décisions, la délibération du 24 avril 2008, conduisant à l'exclusion de l'élève de la liste d'attribution du diplôme, est annulée[23] par le Conseil d'État.

Jurisprudence du 6 décembre 2010

Le 12 juillet 2010, une seconde requête est présentée[24] par le même élève, auprès du Conseil d'État incluant notamment : « d'enjoindre à l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques (ENSSIB) de rapporter ou de faire rapporter le règlement de scolarité de l'école, les décisions qu'elle a prises les 25 mars, 31 mai, 12 juin et 15 juillet 2010 et la délibération du 9 juillet 2010 du jury d'attribution du diplôme de conservateur des bibliothèques et au ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche de rapporter sa décision du 8 novembre 2010 mettant fin à son stage pour insuffisance professionnelle »[24].

Le 6 décembre 2010, la requête de l'élève est rejetée[24], en particulier car :

« Considérant que la décision du 25 novembre 2009 du Conseil d'Etat n'impliquait pas nécessairement l'attribution à M. A du diplôme de conservateur des bibliothèques mais seulement que des mesures soient prises pour qu'il subisse à nouveau, dans les conditions prévues par le règlement de la scolarité, les épreuves de l'examen professionnel sanctionné par la délivrance de ce diplôme. »[24].
« Considérant qu'à la suite de cette décision, M. A a été informé par la directrice de l'ENSSIB, le 25 mars 2010, des modalités selon lesquelles cette décision serait exécutée et a été invité, le 31 mai 2010, à passer, les 7 et 8 juillet suivants, les épreuves qui n'avaient pas été évaluées à l'issue de la scolarité qu'il avait suivie dans cette école à compter du 1er janvier 2007 ; qu'un jury, constitué le 21 juin 2010, s'est réuni le 9 juillet 2010 pour délibérer sur l'attribution à M. A du diplôme de conservateur des bibliothèques en tenant compte, d'une part, de la note de stage établie en fonction des appréciations figurant sur le rapport de l'établissement d'accueil et des notes obtenues dans les épreuves évaluées lors de la scolarité suivie par M. A et, d'autre part, des notes qu'il a obtenues lors des épreuves organisées les 7 et 8 juillet 2010 ; que M. A a été informé par une lettre du 15 juillet 2010 des conclusions de la délibération du jury et de ce que la directrice de l'ENSSIB proposerait au ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche de les suivre. »[24].

Associations d'élèves et d'anciens élèves

L'association des conservateurs de bibliothèques (ACB) (loi 1901) avait été fondée comme l'association des anciens de l'ENSB. Elle a été dissoute. L'actuel Bureau des élèves est une association loi 1901 qui regroupe les élèves et étudiants de l'Enssib, quel que soit leur statut, afin d'organiser la vie étudiante. L'association des anciens étudiants de l'Enssib (toutes formations confondues) a été créée en 2010.

Liste des directeurs

Liste des directeurs
ENSB
1964 1971 Paule Salvan
1971 1974 Noë Richter
1974 1984 Michel Merland
1984 1985 Madeleine Wagner (intérim)
1985 1992 Jacques Kériguy
Enssib
1992 1995 Jacques Kériguy
1995 1995 Jean-Pierre Casseyre (intérim)
1995 2005 François Dupuigrenet Desroussilles
2005 En cours Anne-Marie Bertrand

Notes et références

  1. a et b Décret n°92-25 du 9 janvier 1992 relatif à l'organisation de l'Ecole nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques
  2. JORF du 19 juillet 1963 page 6638 : Décret n°63-712 du 12 juillet 1963 portant création d'une école nationale supérieure de bibliothécaires
  3. BBF
  4. Site officiel
  5. BO du MESR : arrêté du 11-5-2010 "Bibliothécaires stagiaires"
  6. Enssib : Formation initiale des bibliothécaires d'État
  7. Présentation du master Cultures de l'écrit et de l'image par l'enssib, établissement cohabilité
  8. Centre Gabriel Naudé
  9. Site institutionnel de l'enssib, programme du séminaire Qui écrit?
  10. Programme officiel du colloque Qui novi? Sébastien Gryphe 450 ans après sa mort
  11. Programme officiel de la journée d'études "je lègue ma bibliothèque à..."
  12. Site institutionnel de l'enssib, Programme Collections et collectionneurs
  13. Présentation d'Elico
  14. Institut d'histoire du livre, site institutionnel
  15. Site institutionnel de l'IHL : présentation de l'École de l'IHL
  16. Site institutionnel de l'ENS-LSH, Presses de l'ENS-LSH, présentation de la collection "Métamorphoses du Livre"
  17. Site institutionnel de l'Institut d'histoire du livre, programme du Colloque La littérature antique classique dans les bibliothèques (XVe-XIXe siècles)
  18. SITE WEB FORMIST :
  19. ::. Sibel .::
  20. Rapport de l'Inspection générale des bibliothèques, ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/igaen/rapports/enssib_2004.pdf
  21. Rechercher un rapport d'évaluation
  22. http://www.enssib.fr/ecole/offre-de-formation/formation-initiale
  23. a, b, c, d et e (fr) Détail d'une jurisprudence administrative, Conseil d'État, N° 317419., 25 novembre 2009. Consulté le 12 mai 2011.
  24. a, b, c, d et e (fr) Détail d'une jurisprudence administrative, Conseil d'État, N° 341588., 6 décembre 2010. Consulté le 26 mai 2011.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires: