Yannick Souvre


Yannick Souvre

Yannick Souvré

Pix.gif Yannick Souvré Basketball pictogram.svg
Fiche d’identité
Nationalité France France
Naissance 19 septembre 1969 à France Toulouse
Taille 1,75 m
Poids 65 kg
Situation en club
Numéro 8
Poste meneuse
Carrière professionnelle*
Saison Club Moy. pts
1984-1989
1989-1990
1990-1992
1992-1993
1993-2003
BAC Mirande
Fresno State
Racing Club de Paris
SPO Rouen
CJM Bourges
-
9,8
9,6
10,4
8,0
Sélection en équipe nationale**
1985-2002 France France (243 sél) 1 428
Basketball Hall of Fame [[{{{HOFannée}}} en sport|{{{HOFannée}}}]]

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Yannick Souvré (née le 19 septembre 1969 à Toulouse, mais passant son enfance à Tournefeuille, commune adjacente) est une ancienne joueuse de basket-ball français, jouant au poste de meneuse. Avec trois Euroligue, une Coupe Ronchetti obtenues avec son club de Bourges et un titre de Championne d'Europe avec l'Équipe de France, elle détient l'un des plus beau palmarès du basket féminin français.

Sommaire

Carrière sportive

Les débuts

Fille de lancien international André Souvré, elle rejoint , dès l'âge de 15 ans, le club de Mirande où, sous la conduite de Alain Jardel, elle remporte ses deux premiers titres de championne de France, alors qu'elle n'a pas encore 20 ans[1].

Elle fait durant la saison 1989-1990 une expérience aux États-Unis, dans le championnat NCAA chez les Fresno State. Elle y dispute une seule saison au cours de laquelle elle dispute 18 rencontres, marquant 9,8 points en 27 minutes[2]. Elle revient en France, pour évoluer deux saisons au Racing Club de Paris puis une saison au SPO Rouen.

Bourges

Pour sa première saison sous le maillot de Bourges, dirigé par l'entraîneur Vadim Kapranov arrivé la saison précédente, elle termine à la cinquième place du championnat de France, ce qui octroie au club sa première qualification européenne, la Coupe Ronchetti[1].

Bourges parvient la saison suivante en finale cette coupe, disputée en deux rencontres face aux Italiennes de Lavezzini Basket Parme. Les berruyères remportent le match aller de 9 points, 56 à 47, puis vont remporter le match retour en Italie 56 à 53, remportant ainsi le premier titre du basket-ball féminin français en coupe d'Europe[1]. Peu de temps après, le club remporte son premier titre de champion de France, donnant ainsi accès au club à la prochaine édition de la Euroligue.

En 1996, pour sa première participation au plus niveau européen, Bourges atteint le Final Four, terminant finalement à la quatrième place. Le club confirme son titre de champion de France et remporte un autre trophée en France, avec le tournoi de la Fédération.

Lors de la saison 1996-1997, Bourges se qualifie pour le Final Four qui se déroule à Larissa. Bourges est privée de son entraîneur Vadim Kapranov, en deuil en raison du décès de sa fille. Sous la conduite de Olivier Hirsch, les berruyères éliminent les italiennes de Côme en demi-finale avant de remporter leur premier titre européen, face aux Allemandes de Wupperthal. Yannick Souvré, avec 7 points, 4 rebonds et 6 passes en 38 minutes, est nommée MVP du Final Four[3]. Plus tard dans la saison, Bourges remporte son troisième titre consécutif de champion de France.

Bien que presque tout l'effectif est en fin de contrat, la saison suivante voit l'équipe de Bourges évoluer avec les mêmes joueuses. Bourges atteint de nouveau le Final Four, qui se déroule à Bourges dans la salle du Prado, performance imitée par le grand rival français des berruyères, Valenciennes. La demi-finale, qui oppose les deux équipes, voit la victoire des tangos sur le score de 69 à 48. En finale, Bourges bat les Espagnoles du Getafe Madrid sur le score de 76 à 64, pour remporter son deuxième titre consécutif[4]. Bourges assoit sa domination sur le basket-ball français en remportant le championnat de France. Souvré est nommée Co-MVP du Championnat.

Pour la saison d'Euroligue 1998-1999, Bourges est éliminé au stade des quarts de finale, battu par le futur vainqueur de la compétition Ružomberok par deux victoires à une, 65 à 58 lors de la manche décisive disputée à Ružomberok.

En 2000, Bourges dispute sa troisième finale d'Euroligue mais échoue de 3 points face aux Slovaques de Ružomberok (67 à 64 après deux prolongations) après avoir éliminé les russes de Moscou en demi-finale, rencontre où elle marque 5 points en 38 minutes[5]. Lors de la finale, elle joue 47 des 50 minutes de la rencontre, marquant 8 points, prenant 5 rebonds et délivrant 5 passes [6].

Disputé à Messine, le Final Four de l'Euroligue 2000-2001 voit les deux clubs français se rencontrer en finale. l'USVO, qui est invaincu dans la compétition, a éliminé les tchèques de Brno en demi-finale, les tangos de Souvré l'emportant pour leur part face aux Hongroises de Pecs 62 à 52. La finale se décide sur un dernier panier de Cathy Melain qui traverse tout le terrain après la remise en jeu faisant suite à l'égalisation des valenciennoises[7]. Sur la scène française, Valenciennes prend sa revanche en remportant le titre de champion de France, Bourges remportant un nouveau tournoi de la Fédération.

La victoire de l'USVO en championnat de France est le début d'une période de domination de ce dernier club sur le basket-ball français. Bourges dispute la finale en 2002.

Pour la dernière saison de Souvré sous le maillot des tangos, le club de Bourges ne parvient pas en finale du championnat, pour la première fois depuis 1994. Le club dispute un nouveau Final Four de l'Euroligue, de nouveau disputé à domicile. Souvré dispute celui-ci tout en étant blessé et Bourges termine à la quatrième place, éliminée par le club rival français de Valenciennes sur le score de 89 à 57[8], le titre étant remporté par les russes d'UMMC Iekaterinbourg.

Équipe de France

Elle débute sous le maillot bleu avec l'équipe de France cadette, avec laquelle elle dispute le championnat d'Europe en 1985. Elle dispute également deux championnats d'Europe junior, en 1986 puis 1988.

Pour sa première compétition sous le maillot des Bleus, lors du championnat d'Europe 1989 disputé en Bulgarie, elle termine à la huitième et dernière place.

Suit ensuite une période creuse où la France joue au troisième niveau européen. En 1993, lors de leur retour dans l'élite européen lors du championnat d'Europe 1993, les Françaises battent la Russie puis la Hongrie pour retrouver en demi-finale l'Italie qui évolue à domicile. Les françaises l'emportent finalement 56 à 54 pour parvenir en finale, mais doivent céder face aux Espagnoles sur le score de 63 à 53[1]. Les Françaises disputent l'édition de 1994 des Goodwill Games, compétition dont elles remportent la médaille d'argent, battue par les États-Unis sur le score de 87 à 63[9]. Après un championnat du monde de 1994 terminé à la 9e place, la France déçoit lors du Championnat d'Europe 1995. Souvré, pour ses déclarations dans la presse, est exclue du groupe pour les qualifications disputées en 1996.

En 1997, elle retrouve à la place de sélectionneur son ancien entraîneur de Mirande, Alain Jardel. Celui-ci fait de Souvré sa capitaine. Il donne d'ailleurs un rôle étendu à ce capitanat en faisant de Souvré son relais avec les autres joueuses avec lesquelles il n'entretenait pas de relations personnelles [10].

La France, termine avec la médaille de bronze lors des jeux méditerranéens puis se qualifie pour le prochain championnat d'Europe lors du Challenge Round européen de Tel-Aviv.

Lors de ce championnat d'Europe 1999, disputé en Pologne, l'équipe de France féminine devient la première sélection française d'un sport collectif féminin à se qualifier pour les jeux olympiques d'été. Cette qualification est obtenue grâce à une victoire en quart de finale face à la Yougoslavie[11]. La France remporte ensuite sa demi-finale face à la Slovaquie sur le score de 66 à 39 pour obtenir le droit de défier les Polonaises qui évoluent à domicile. Celles-ci, menées par Małgorzata Dydek, remportent finalement le titre européen sur le score de 59 à 56. Le poste de leader de Souvré est important dans son équipe: elle passe ainsi les quarante minutes du match sur le parquet lors de la rencontre face à la Yougoslavie[11].

Lors des jeux Olympiques de Sydney, la France remporte ses quatre premières rencontres avant de perdre contre l'Australie. La France se voit opposer en quart de finale à la Corée du Sud. Elle est surprise par le jeu de ces adversaires, basé sur la vitesse et l'adresse et n'arrive pas à assoir son jeu basé sur la défense et le contrôle du jeu. La Corée remporte la rencontre 68 à 59[12]. La France termine finalement la compétition à la cinquième place. Lors de ces jeux, Souvré apporte 6,4 points et 2,43 passes [13]. Même ci cette compétition reste un échec sportif pour les françaises, l'événement reste toutefois l'un des souvenirs les plus marquant de sa carrière: « As a player I had three very special moments. The first was being an Olympian. It was incredible to be a part of the whole Olympic experience and ambiance »[14].

La France dispute le championnat d'Europe 2001 à domicile. Après un match de poule remporté péniblement par la France face à l'Ukraine, elle trouve les mots pour relancer son équipe: « Mais qu'est-ce qu'on croit ? Si on ne joue pas tous les matchs à 110%, on est une équipe complètement banale »[15]. La France enchaîne ensuite les victoires face à la Pologne (73 à 66), l'Espagne (70 à 64), la Slovaquie (72 à 56). En demi-finale, les Françaises éliminent la Lituanie sur le score de 75 à 44 pour accéder à la finale disputée au Mans face à la Russie, dirigée par son ancien entraîneur de Bourges, Vadim Kapranov et où évolue sa coéquipière Ilona Korstine. Les Françaises marquent 73 points à la meilleure défense de la compétition (56,3 points concédés avant la rencontre) pour l'emporter 73 à 68, Souvré apportant 11 points, dont un 3 sur 6 à trois points. Sur l'ensemble de la compétition, Souvré apporte 7,4 points, 5,6 passes et 1,6 rebonds en 23 minutes[16].

Elle dispute sa dernière compétition avec les Bleues lors du championnat du monde 2002 disputée en Chine. Lors de ce mondial, elle se blesse à la cheville lors de la première rencontre, l'opposant à Cuba. Suite à cette blessure, elle annonce sa décision d'arrêter sa carrière internationale la veille du quart-de-finale de ses coéquipières contre l'Australie[17]. En l'absence de leur capitaine, et d'Isabelle Fijalkowski qui a pris sa retraite, les joueuses françaises terminent à la huitième place.

Vie extra-sportive

Vie privée

Elle s’est mariée avec Jean-Daniel Vacheron le 9 septembre 2006 à Sancerre (Cher).

Gérance

Elle travaille depuis novembre 2003 à la FIBA Europe, la fédération européenne de basket-ball. Elle est directrice générale de FIBA Europe Properties, l'agence qui s'occupe de gérer les droits marketing, merchandising et télévisuels de la FIBA Europe et de tous ces événements. Elle a 6 personnes dans son département qui couvre les secteurs de la communication, médias, marketing, merchandising et événementiel.

Elle a été Présidente de la Commission basket féminin au sein de la FIBA mais a dû démissionner de ce poste car elle ne pouvait être à la fois élue et employée.

Elle a également occupée un poste de consultante auprès de Sport+, notamment lors des matchs de l'EuroBasket Femmes 2005.

Carrière

Joueuse

Saisons Équipe Pays
1984-1989 BAC Mirande France France
1989-1990 Fresno State University (NCAA) États-Unis États-Unis
1990-1992 Racing Club de Paris France France
1992-1993 SPO Rouen France France
1993-2003 CJM Bourges Basket France France

Palmarès

Équipe de France

Palmarès collectifs

Elle a également participé aux championnats du monde de 1994 (9e) et de 2002 (8e), ainsi qu’aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000 (5e, première nation européenne).

Elle a participé à deux autres phases finales de championnat d'Europe, terminant 8e des Championnnat d'Europe 1989 et classée de 10 à 14e lors des Championnnat d'Europe des 1995 .

Récompenses individuelles

Club

Palmarès collectifs

Récompenses individuelles

Statistiques

Statistiques personnelles en Ligue Féminine de Basket (LFB)

Saison
Club
M Min 2Pts 2Pts int. 2Pts ext. 3Pts LF Rebonds F Fp C PD Int BP Éva Pts
Mo R T  % R T  % R T  % R T  % R T  % Ro Rd Rt Mo Mo Tot Mo
2002-2003
Bourges
26 27:54 6 14 42,9 4 7 57,1 2 7 28,6 43 135 31,9 11 14 78,6 8 62 70 2,7 2,4 0,8 0,1 4,7 1.3 2.1 7,2 152 5,8
2001-2002
Bourges
29 30 53 162 32 - - - - - - 35 112 31 23 25 92 9 85 94 3 - - 5 176 48 57 11 164 5
2000-2001
Bourges
25 28,1 51 136 37,5 - - - - - - 42 118 35,6 9 13 69,2 9 71 80 3,2 - - 1 116 43 61 9,72 153 6,1
1999-2000
Bourges
28 35,4 72 168 42,9 - - - - - - 43 111 38,7 20 30 66,7 10 81 91 3,3 - - 5 169 51 65 12,57 207 7,4
1998-1999
Bourges
28 31,1 77 166 46,4 - - - - - - 36 103 35 28 36 77,8 16 64 80 2,9 - - 1 146 58 61 12,32 218 7,8

Statistiques en Euroligue

Statistisque
saison M Min 2pts 3pts LF Rebonds Pd F Bp Int C Points
R/T % R/T % R/T % O D T T Moy.
2001-2002 16 30,4 5/15 33,3 29/76 38,2 10/11 90,9 0,2 2,5 2,7 3,4 2,5 2,2 1,9 0,1 107 6,7
2000-2001 16 29,9 10/23 43,5 23/80 28,8 15/23 65,2 0,4 2,4 2,8 3,3 3,2 2,0 1,8 0,2 104 6,5
1999-2000 19 37,6 12/39 30,8 20/73 27,4 39/46 84,8 0,2 2,9 3,1 3,9 3,2 2,0 2,2 0,0 123 6,5
1998-1999 16 34,3 23/41 56,1 20/49 40,8 24/25 96,0 0,5 2,3 2,8 3,5 2,9 2,0 2,6 0,0 130 8,1
1997-1998 19 38,1 21/40 52,5 23/62 37,1 19/24 79,2 0,3 2,6 2,8 4,1 3,2 2,0 2,7 0,0 130 6,8
1996-1997 18 35,2 25/39 64,1 26/65 40,0 38/51 74,5 0,1 3,6 3,7 4,8 2,7 2,6 1,7 0,0 166 9,2
1995-1996 14 34,9 10/25 40,0 14/47 29,8 27/35 77,1 0,4 2,7 3,1 3,6 3,1 2,7 1,5 0,0 89 6,4

Distinction personnelle

En 1999, elle est décorée de l'Ordre National du Mérite.

En 2004, elle est élevée au grade de chevalier de la Légion d'honneur [19].

Notes et références

  1. a , b , c  et d La grande histoire du basket-ball français, l'Équipe, (ISBN 2915535566)
  2. (fr) Yannick SOUVRÉ, basketstat.com. Consulté le 14 mai 2009
  3. Bourges au Nirvana, le journal de l'année 1997 , l'Équipe
  4. C'est un chef d'œuvre, le journal de l'année 1998 , l'Équipe
  5. (en) CJM Bourges Basket 58-55 Dynamo, Final score, 27-17, 31-38, fibaeurope.com. Consulté le 14 mai 2009
  6. (en) CJM Bourbes Basket 64-67 SCP, Final score, 27-31, 25-21, 7-7, 5-8, fibaeurope.com. Consulté le 14 mai 2009
  7. Triple ban pour Bourges, le journal de l'année 2001 , l'Équipe
  8. (en) CJM Bourges Basket 57-89 Union Sportive Valenciennes Olympic, fibaeurope.com. Consulté le 3 juin 2009
  9. (en) Goodwill Games, Basketball, goodwillgames.com. Consulté le 14 mai 2009
  10. (fr) Basket. Les Bleues en outsiders, site de L'Humanité. Consulté le 14 avril 2009
  11. a  et b Des filles de rève, le journal de l'année 1999, l'Équipe
  12. (fr) Des regrets plein le panier, site ladepeche.fr. Consulté le 24 avril 2009
  13. (en) Yannick Souvré, site sports-reference.com. Consulté le 27 avril 2009
  14. (en) Panel share special moments on and off the court, site fibaeurope.com. Consulté le 25 avril 2009
  15. Sacrées championnes, le journal de l'année 2001, l'Équipe
  16. Reines d'Europe, le journal de l'année 2001, l'Équipe
  17. (fr) Souvré raccroche, l'Équipe. Consulté le 14 mai 2009
  18. (fr) René Le Goff élu nouveau président de la LNB, sport.fr. Consulté le 14 mai 2009
  19. (fr) Décret officiel, site personnel de Yannick Souvré

Annexes

Liens externes

  • Portail du basket-ball Portail du basket-ball
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Yannick Souvr%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Yannick Souvre de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.