Wallaby


Wallaby
Nom vernaculaire ou
nom normalisé ambigu :
Le terme « Wallaby » s'applique en français à
plusieurs taxons distincts.
Wallaby
Wallaby de Bennett
Wallaby de Bennett
Taxons concernés

Les espèces parmi les genres :

Certaines espèces parmi les genres :

Le wallaby (mot d'origine aborigène Eora, une tribu originaire des environs de Sydney) est un nom vernaculaire donné à tout un ensemble de marsupiaux semblables à des kangourous de petite taille. Il n'y a pas de définition stricte du mot. On appelle wallaby tout macropodidé qui est considéré comme n'étant pas assez grand pour faire partie des kangourous au sens strict ou qui n'a pas reçu une autre dénomination. Il faut théoriquement en éliminer les wallaroos : Macropus robustus, intermédiaires entre kangourous et wallabies.

En France, depuis le début des années 1970, des wallaby de Bennett échappés du parc zoologique de Sauvage, situé à Émancé (78), colonisent le sud de la forêt de Rambouillet où ils se reproduisent. Il est présent dans de nombreux parcs zoologiques français et européens dans lesquels, il se reproduit sans problème. Grâce à son épaisse fourrure, il peut supporter des températures relativement basses. Le climat océanique de L'Est Australien et de la Tasmanie est très proche du climat européen, ce qui explique en grande partie pourquoi le wallaby de Bennet est celui qui s'est le mieux adapté au continent européen.

On peut distinguer, au sein même des wallabies, les petrogales (ou wallabies des rochers), les lièvres-wallaby, et les thylogales (ou pademelons, wallabies nains et forestiers).

Le pluriel de wallaby est wallabys ou, si l'on choisit de suivre la graphie anglaise, wallabies[1],[2].

Sommaire

Physiologie

  • Habitat : Australie
  • Biotope : plaines arborées, zone boisées, broussailles, couvert végétal
  • Social : il vit en petit groupe de 8 à 10 individus maximum, certains mâles peuvent êtres célibataires
  • Nourriture : il digère la cellulose comme les ruminants (herbes, feuilles des buissons, racines, écorces, bourgeons et fruits)
  • Gestation : 35 jours, le petit continue à se développer dans la poche marsupiale
  • Nombre de petits : 1
  • Poids :
    • Femelles : 8 à 15 kg
    • Mâles : 15 à 24 kg
  • Hauteur assis:
    • Femelles : 50 à 75 cm
    • Mâles : 70 à 90 cm
  • Vitesse de déplacement par bonds :
    • moyenne : 10 à 20 km/h
    • pointe de : 30 à 45 km/h (selon l'espèce)
  • Sauts :
    • en hauteur : jusqu'à 1,50 mètre
    • en longueur : jusqu'à 6 mètres
  • Longévité  : jusqu'à 12 ans dans la nature

Caractéristiques

A l'arrêt, en position assise, les wallabys se tiennent en appui sur trois points : leurs deux pieds aux 4e et 5e doigts bien développés et leur longue queue.

Pour se déplacer lentement, ils prennent appui sur leurs longs pieds et sur leurs mains.

Pour se déplacer rapidement, ils sautent par bonds, grâce à la détente par appui sur leurs longs pieds, leur queue servant de balancier.

Ils se servent de leurs petites mains pour saisir et manger les aliments, se toiletter en peignant leur pelage et en se grattant derrière les oreilles comme pourrait le faire un Primate.

Les mâles sont très agressifs entre eux, en particulier quand il y a des femelles. Quand ils se battent, ils cherchent à se saisir par les mains puis se donnent de forts coups de pieds.

Vivre dans une poche

le petit dans la poche

Les wallabies et les autres grands marsupiaux mettent bas un ou deux petits au maximum et les portent dans une vaste poche, caractéristique des marsupiaux. Même complètement sevré, les petits continuent à dormir ou à se laisser transporter dans la poche.

La mère procède à un nettoyage de la poche marsupiale avant la mise bas, l'embryon, encore aveugle et sourd, détruit son enveloppe, sort, grimpe par reptation sur le ventre le long d'une piste tracée par la mère. Sitôt dans la poche il attrape une mamelle et commence à s'allaiter. Il reste environ 5 mois à l'abri dans cette poche.

Déplacement

Les wallabys, se déplacent par petits bonds à une vitesse moyenne de 15 km/h mais en cas de danger, ils bondissent rapidement et atteignent une vitesse de pointe maximale d'environ 45 km/h (pour les espèces les plus rapides). Ils peuvent faire des bonds jusqu'à 1,50 mètre de hauteur et jusqu'à 6 mètres en longueur.

Photographie

Liste des wallabies

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Merci d'ajouter en note des références vérifiables ou le modèle {{Référence souhaitée}}.

Liste alphabétique de noms vernaculaires attestés[3] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Noms vernaculaires et noms scientifiques correspondants

Voici la liste des espèces qu'on a l'habitude d'appeler wallaby[réf. nécessaire].

Autres « Wallabies »

Espèces considérées comme étant également des « Wallabies »[réf. nécessaire].

Anecdotes

L'équipe d'Australie de rugby à XV porte le surnom de "Wallabies" et a pour logo un Wallaby de couleur jaune.

Wallaby est un totem scout classique.

Le wallaby donne aussi son nom au parc d'attraction "Walibi".

Un groupe d'échassiers urbains à Namur en Belgique se nomme "Wallabia".

Notes et références

  1. Le Trésor de la Langue Française Informatisé
  2. rapport du Conseil supérieur de la langue française § II.7
  3. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Wallaby de Wikipédia en français (auteurs)