Vortigern


Vortigern

Vortigern (en gallois moderne Gwrtheyrn) fut un roi de l’île de Bretagne du Ve siècle après J.-C. La qualification de « roi » est contredite par Gildas, qui le décrit plutôt comme « président », soit « principal du conseil ». Si la réalité historique du personnage n’est pas remise en cause, il convient cependant d’être prudent, car ce qui nous a été transmis à son propos relève plus du légendaire de la matière de Bretagne, d’autant qu’on le retrouve associé à la légende arthurienne.

On retient l’année 410 pour situer la fin de la présence romaine dans l’île de Bretagne. C'est peu après que Vortigern apparaît, à cette époque que l’historiographie anglaise nomme les Dark Ages (c’est-à-dire les « âges sombres »). Il est considéré comme un notable britto-romain. Selon les sources, il est souverain de toute l’île, vers 425, ou roi des Brittons-romains du Kent (le Cantium antique), vers 450.

Vortigern

Sommaire

Vortigern dans l’Historia regum Britanniae

L’accession au trône

La légende (des rois d'Angleterre) raconte que Constant (fils de l'usurpateur Constantin III), retiré dans son couvent, laisse le gouvernement du royaume à Vortigern, sans qui rien ne se fait. Vortigern songe alors à s’emparer de la royauté. Tous les prétendants au trône sont trop jeunes pour régner. Il commence donc par s’emparer des trésors royaux, ainsi que des villes fortifiées, au prétexte de menaces étrangères (les Pictes, alliés aux Danois et aux Norvégiens), et y place ses hommes. Il fait venir des Pictes d’Écosse et les place auprès du roi, tout en les traitant somptueusement. Par stratagème, il fait naitre chez les Pictes l’idée qu’il serait un meilleur roi que Constant. Constant est assassiné par les Pictes qui le décapitent et offrent sa tête à Vortigern, qui feint la douleur et fait châtier les meurtriers.

Le débarquement des Saxons

Vortigern devient roi et assujettit les seigneurs du royaume. Mais son forfait vient à être su, et les Pictes forment une coalition en Albanie (ancien nom de l'Ecosse).

Une armée étrangère, menée par les frères Hengist et Horsa débarque dans le Kent. Vortigern les prie de venir le rencontrer alors qu’il séjourne à Dorobernia (aujourd’hui Cantorbéry). Hengist lui apprend qu’ils sont originaires de Saxe en Germanie, dont ils ont été chassés selon une coutume en cas de surpopulation. Le roi les questionne sur leur religion, puis leur propose une alliance : en échange de leur aide, il fera leur fortune. Les Saxons acceptent et s’installent à la cour du roi. Les Pictes envahissent le royaume et pillent les terres du nord, Vortigern et ses guerriers se déplacent vers l’ennemi pour une terrifiante bataille. L’aide des Saxons est décisive, les Pictes sont défaits et s’enfuient.

L’alliance matrimoniale

Conformément à sa promesse, le roi donne des terres à Hengist, afin qu’il récompense ses guerriers. Considérant les dangers qui menacent le royaume, le Saxon propose de faire venir d’autres guerriers de Germanie. Le roi accepte et lui accorde le droit de se construire une forteresse, Castrum Corrigiae.

Dix huit navires arrivent de Germanie, pleins de guerriers saxons. Ronwen, la magnifique fille d’Hengist est du voyage. Le Saxon invite le roi dans sa nouvelle résidence, il tombe instantanément amoureux de la jeune fille. Il l’épouse la nuit suivante en échange du territoire du Kent. Ce mariage n’est pas du goût des autres seigneurs, ni de ses trois premiers fils, Vortimer, Katigern et Pascent. C’est à cette époque que saint Germain, l’évêque d’Auxerre et saint Loup, évêque de Troyes, viennent dans l’île de Bretagne restaurer la vraie foi, abâtardie par les impies.

Fin de règne

Hengist demande à Vortigern de faire venir son fils Octa et son cousin Ebissa, afin qu’ils défendent les terres proches de l’Écosse. Ce sont 300 navires qui débarquent dans l’île. L’aide de cette puissante armée saxonne permet au roi de battre ses ennemis. Mais les Bretons demandent à Vortigern de se débarrasser des alliés saxons qui terrifient la population. Face à ses réticences, on lui retire la souveraineté et son fils Vortimer est proclamé roi. Ce dernier attaque les Saxons qui sont magistralement battus à quatre reprises et retournent en Germanie.

Le nouveau roi confisque et redistribue les biens des Saxons à son peuple, mais il est empoisonné par Ronwen, l’ancienne reine. Il est inhumé dans la cité de Trinovantum. Vortigern reprend sa place royale et il apprend qu’Hengist, en Germanie, s’apprête à revenir dans l’ile avec 300 000 soldats. La crainte d’une nouvelle invasion saxonne et la ruse d’Hengist débouche sur la décision d’une réunion à Ambrius. Lors de cette conférence où l’on devait parler de paix, Hengist saisit Vortigern et les Saxons égorgent 460 seigneurs bretons, ils sont enterrés à Kaercaradoc (aujourd’hui Salisbury).

Il s’ensuit une bataille entre les deux camps, dont les Saxons sortent vainqueurs, non sans dommage. Vortigern est retenu comme otage, on lui laisse la vie et on lui accorde la liberté en échange de l’occupation du royaume. De nombreuses villes sont investies et les habitants massacrés. Le roi se réfugie en Cambrie.

Étymologie

Son nom est indiscutablement brittonique : composé de Uor-, gwr-, grand, superieur et tigern, traduit prince, son nom signifie donc « Grand Souverain »[1]. Tigern, tiern en breton, signifie littéralement chef de maison, ti, c'est-à-dire chef de clan. Le terme désigne au moyen âge un sénéchal, responsable d'une division territoriale. Le mot tigern n'implique pas nécessairement une origine royale, ni même aristocratique, vu le fait que -tigern fût aussi employée en Irlande pour des noms de communs - cependant on le retrouve dans les noms de deux rois Tigernach Tetbannach Mac Luchta et Tigernmas. L'origine supposée romaine est sans fondement.

Bède le Vénérable au VIIIe siècle le mentionne sous le nom de « Vurtigirnus ». La latinisation de son nom quatre siècles plus tard ne suffit pas à en faire un Romain d'origine, comme pouvait l'être Ambrosius Aurelianus.

Selon Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britanniae, il serait devenu roi, après avoir assassiné le fils du roi Constantin (III - en réalité co-empereur), et se serait allié aux Saxons pour combattre les Pictes venus du nord.

Cette alliance avec des Germains lui a conféré une réputation de traître dans le monde celtique. Il aurait été destitué par son peuple au profit de son fils Vortimer (en gallois Gwerthefyr), et se serait réfugié au Pays de Galles, où, selon la légende, il aurait rencontré Merlin l'Enchanteur. Il aurait ensuite assassiné son fils afin de récupérer le trône.

Postérité

Selon l'Historia Brittonum de Nennius la postérité de Vortigern fut la suivante:

De plus un quatrième fils serait issu de sa relation incestueuse avec une de ses filles:

Notes

  1. Christian-J. Guyonvarc'h, Les Druides, page 424 (voire section bibliographie).

Sources

  • Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, trad. Laurence Mathey-Maille, Les Belles lettres, coll. « La Roue à livres », Paris, 2004, (ISBN 2-251-33917-5).

Bibliographie

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot, février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
     
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot, août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
     
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997, (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », avril 1995, 216 p. (ISBN 2-7373-1198-7).
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
       
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 978-2-914855-37-0).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout, octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2) .
  • Consulter aussi la Bibliographie sur la mythologie celtique et la Bibliographie sur la civilisation celtique.

Articles connexes

Rois légendaires de l'île de Bretagne
Prédécesseur Successeur
Constantin II Vortigern Vortimer
Rois légendaires de l'île de Bretagne
Prédécesseur Successeur
Vortimer Vortigern Ambrosius Aurelianus

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vortigern de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vortigern — (pronEng|ˈvɔrtɨɡɝːn; also spelled Vortiger and Vortigen, and in Welsh Gwrtheyrn), was a 5th century warlord in Britain, a leading ruler among the Britons (Brythons). His existence is considered likely, though information about him is shrouded in… …   Wikipedia

  • Vortigern — Vortigern, wahrscheinlich ein romano keltischer Kriegsherr des 5. Jahrhunderts, wird in späteren Quellen bezichtigt, die Angelsachsen eingeladen zu haben, als Söldner nach Britannien zu kommen. Später hätten diese Söldner dann revoltiert und… …   Deutsch Wikipedia

  • Vortigern — Vortigern. Vortigern (pronunciado en inglés ˈvɔrtɨɡɝːn; también deletreado Vortiger y Vortigen, y en galés Gwr …   Wikipedia Español

  • Vortigern — (fl. 425 455)    King of the Britons, who assumed power after the Roman withdrawal from the island. According to an early tradition recorded by the Anglo Saxon Chronicle, Bede, and Gildas, Vortigern invited the Saxon kings Hengist and Horsa to… …   Encyclopedia of Barbarian Europe

  • Vortigern — ▪ king of the Britons also spelled Wyrtgeorn flourished 425–450       king of the Britons at the time of the arrival of the Saxons under Hengist and Horsa in the 5th century. Though the subject of many legends, he may probably be safely regarded… …   Universalium

  • VORTIGERN —    a British prince of the 5th century, who, on the withdrawal of the Romans, invited the Saxons to aid him against the incursions of the Picts, to, as it proved, their own installation into sovereign power in South Britain …   The Nuttall Encyclopaedia

  • Vortigern and Rowena — or Vortigern, an Historical Play is a play that was touted as a newly discovered work by William Shakespeare when it first appeared in 1796. It was eventually revealed to be a piece of Shakespeare Apocrypha, the product of prominent forger Willi …   Wikipedia

  • HMS Vortigern (D37) — HMS Vortigern was a V Class destroyer of the Royal Navy. She served in both World Wars, and was sunk in 1942.Construction and commissioning Vortigern was ordered from J. Samuel White, of Cowes, Isle of Wight during the First World War under the… …   Wikipedia

  • HMS Vortigern — Technische Daten Schiffstyp: Zerstörer Verdrängung: 1.188 …   Deutsch Wikipedia

  • HMS Vortigern (D37) — Technische Daten Schiffstyp …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.