Villard-de-Lans


Villard-de-Lans
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villard-de-Lans (race bovine), Villard et Lans.

45° 04′ 15″ N 5° 33′ 05″ E / 45.0708333333, 5.55138888889

Villard-de-Lans
La maison du Villard-de-Lans.
La maison du Villard-de-Lans.
Armoiries
Administration
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Villard-de-Lans
(chef-lieu)
Code commune 38548
Code postal 38250
Maire
Mandat en cours
Chantal Carlioz
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du massif du Vercors
Site web www.villard-de-lans.fr
Démographie
Population 4 035 hab. (2008)
Densité 60 hab./km²
Gentilé Villardiens
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 15″ Nord
       5° 33′ 05″ Est
/ 45.0708333333, 5.55138888889
Altitudes mini. 720 m — maxi. 2 286 m
Superficie 67,20 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Villard-de-Lans est une commune française, située dans le département de l'Isère, en région Rhône-Alpes.

Sommaire

Géographie

Situation

Villard-de-Lans appartient au parc naturel régional du Vercors. La commune est située au pied de la Grande Moucherolle, 2e sommet du Vercors, point culminant à 2285 m.

Le sol karstique de Villard-de-Lans favorise l’infiltration de l’eau, d’où l’absence de lacs naturels. Toutefois, Villard-de-Lans possède un étang saisonnier, le lac du Lauzet, qui se remplit par capillarité à la fonte des neiges.

Hydrographie

La commune est parcourue par quatre rivières : la Bourne, la Fauge et sa cascade, le Corrençonnais, le Méaudret.

Hameaux de la commune

Le lieu-dit Les Clots.
Le lieu-dit Les Clots.
  • Bonneton
  • Bois Barbu
  • Charpichon
  • Coucourdan
  • Fenat
  • Frier
  • L'Achard
  • L'Essarton
  • La Balmette
  • La Bonnetière
  • La Font de la Maie
  • La Tancanière
  • Les Arriberts
  • Les Bernards
  • Le Balcon de Villard
  • Les Blachons
  • Les Bonnets
  • Les Bouchards
  • Les Chaberts
  • Les Clots
  • Les Cochettes
  • Les Espinasses
  • Les Eymards
  • Les Jeandiats
  • Les Gauchets
  • Les Geymonds
  • Les Glovettes
  • Les Guillets
  • Les Jarrands
  • Les Lombarts
  • Les Montauds
  • Les Mourets
  • Les Nobles
  • Les Olivets
  • Les Poulats
  • Les Pouteils
  • Les Vières
  • Payonnère
  • Pompeillon
  • Tintaine
  • Valchevrière
  • Ville Vieille

Communes limitrophes

Villard-de-Lans est situé[1] à environ 34 km de Grenoble.

Transports et voies de communications

Réseau routier

L'avenue du général de Gaulle.
L'avenue du général de Gaulle.

La commune est desservie par la route départementale 215c qui relie le lieu-dit Le clos de la Balme (Corrençon-en-Vercors) au lieu-dit Les Sables (Villard-de-Lans), par la route départementale 215b, qui relie la RD 215c au Balcon de Villard, et par la route départementale 531, qui relie Saint-Just-de-Claix à Sassenage.

Desserte ferroviaire

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Grenoble, située à environ 35 km de la commune.

Bus

La gare routière de Villard-de-Lans.
La gare routière de Villard-de-Lans.
La navette gratuite à la gare routière.
La navette gratuite à la gare routière.

La commune est desservie par :

  • les lignes 5100, 5120 et 5130 du réseau Transisère ;
  • des navettes gratuites :
    • Gare routière de Villard ↔ Le Balcon de Villard (ou/et) Les Glovettes (Domaine alpin). Fonctionne en saison estivale et hivernale,
    • Gare routière de Villard ↔ Bois Barbu (Domaine nordique). Fonctionne uniquement en saison hivernale,
    • Gare routière de Villard (ou/et) Côte 2000 (Domaine alpin) ↔ Corrençon centre ↔ Hauts Plateaux (Domaine nordique) ↔ Clos de la Balme (Domaine alpin). Fonctionne uniquement en saison hivernale.

Aéroport

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Grenoble-Isère situé à environ 70 km.

Sentiers de randonnées

Le territoire communal est traversé par :

Histoire

Héraldique

Blason Villard de Lans.svg

D'or à un ours en pied d'argent ombré de sable dans sa partie inférieure, chaussé d'azur chargé à dextre d'un sapin d'argent et à sénestre d'un sapin de sable *.
* Il y a là non respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives.

Étymologie

Historique

Du Moyen Âge au XVIe siècle

Fondé au XIe siècle, le territoire du Villard de Lans se structura en hameaux au gré des fronts de défrichements qui définirent les terroirs cultivables. Le bourg fut fondé au croisement de deux chemins existant depuis la République romaine, celui de Cassenatico (Sassenage) à Dea Augusta (Die) et celui qui reliait le Royans au Col Vert.

Sous suzeraineté des seigneurs de Sassenage, Villard de Lans fut cité pour la première fois en 1080 dans le cartulaire de Saint Hugues sous le vocable de Sancti Boniti di Vilar juxta Lanz, mais on ignore encore la raison du choix de ce saint patron. Le terme « du Villard » désigne dès sa fondation un ensemble d'habitats, un bourg, burgum dépendant alors du château de Corrençon.

Au cours de son histoire, la paroisse resta la plus peuplée du massif du Vercors. Le 21 septembre 1145, une bulle papale confirme l'église Sancti Boniti di Vilari dans le diocèse de Grenoble (l'héritage antique situait la délimitation plus au nord, entre le col de l'Arc et la Bourne). Le « mandement du Villard de Lans », englobant les hameaux de Corrençon et de Méaudret apparaît à ce moment. Le mandement de Lans, son voisin, exerçait sa domination sur les paroisses de Méaudre et Autrans. L'ensemble était réuni sous la désignation des « Quatre Montagnes ».

Bourg commercial particulièrement actif et prospère, le Villard se voit octroyer à l'occasion de la charte des franchises de 1338 un article lui reconnaissant le monopole commercial de son marché sur l'ensemble des Quatre Montagnes. Sous l'épisode co-seigneurial de 1243-1360, le bourg est élevé au statut de capitale de la baronnie au même titre que Sassenage. Il devient un enjeu d'influence par le biais de transactions et de procédures juridiques.

Paroisse forestière, la communauté dudit lieu sut tirer avantage de ses forêts de résineux dès le XIIIe siècle en déployant un vaste réseau marchand réputé. En 1265, la première scie à eau du Vercors est mentionnée sur le domaine féodal de la Bessia (Les Blachons) ; au XVe siècle, quatre scieries fonctionnent et centralisent la transformation du bois des Quatre Montagnes.

Objet de toutes les attentions, la paroisse voit ses prérogatives augmenter au XVIe siècle. Le commerce du bois et l'agriculture céréalière garantissant la plus grande part des revenus de la baronnie de Sassenage.

Les guerres de religion et la faillite financière des barons au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle entraîna la rupture des liens privilégiés entre le Villard et Sassenage.

Du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle

Plaque à l'École polonaise de Paris en mémoire des morts du lycée polonais Cyprian Norwid de Villard-de-Lans pendant la Seconde Guarre mondiale.
Plaque à l'École polonaise de Paris en mémoire des morts du lycée polonais Cyprian Norwid de Villard-de-Lans pendant la Seconde Guarre mondiale.

Autonome, la communauté augmenta massivement l'exploitation forestière au cours du XVIIe siècle, permettant à quelques familles locales d'en tirer des profits considérables (Ravix-Delors, Gaillard, Lavallonne). Lié économiquement au Pont en Royans, le Villard de Lans utilisa sa position au cœur des montagnes pour s'instaurer comme un carrefour marchand incontournable. Le « Breuil » ou champ de foire, issu du Moyen Âge, devint un marché référent pour l'ensemble du Vercors.

Le XVIIIe siècle vit le florissement des domaines agricoles particuliers, chaque hameau dépendant la plupart du temps d'une famille « châtelaine » exploitant des fermiers. L'état du couvert forestier, dévasté par la surexploitation privée pose problème dès 1700 et il apparut nécessaire d'inverser ce phénomène.

En 1780, les premières mesures furent prises avec la saisie des fustes (grumes) dans les six scieries de la paroisse. En 1782, pendant trois jours, les commissaires enquêteurs saisirent plus de 5 000 fustes malgré l'opposition de la population. La destruction de certaines scieries fut ordonnée.

La Révolution française, suivie avec enthousiasme par les Villardiens, fit surgir des « querelles de clochers » lors de l'effondrement des mandements seigneuriaux. Chaque commune réclamant son autonomie. Lans et Le Villard se disputèrent le titre de chef-lieu de canton, finalement obtenu par le Villard qui avait su conserver l'intégrité de son mandement. Néanmoins, une scission apparut en 1808 avec le hameau de Corrençon, réclamant la part de ses droits féodaux sur les bois noirs de Corrençon et une partie de la forêt de Charpennel.

En 1812, le dernier grand incendie qui dévasta la majeure partie du bourg, dont la maison bourgeoise de Mme de Lavallonne (les précédents eurent lieu en 1649 et 1763), obligea les habitants à investir dans les toitures en tuiles et la création d'un embryon de protection contre les incendies avec la réforme de l'ancien chemin de ronde médiéval pour la surveillance des incendies. La dispersion des biens seigneuriaux permit l'investissement de certaines familles, issues des anciens notables du XVIIIe siècle, qui surent tirer profit des nouveaux liens avec les places financières. Rapidement, le bourg du Villard-de-Lans fut ceinturé de maisons de maîtres, propriétés de familles de notaires ou notables (Bertrand-Jullien, Jourdan, Lavallonne, Achard-Piccard, Nicollet, Cocat, etc.). Cette même année, le bourg accueillit sa première école.

En 1857, après près de 50 ans de procès et de négociations, le hameau de Corrençon se détacha de la commune du Villard-de-Lans et s'érigea en commune indépendante.

En 1888, Villard-de-Lans devient une des premières communes de France électrifiée grâce à l'ingénieur Séraphin Achard-Picard.

Le XXe siècle

Après la Première Guerre mondiale, de 1920 à 1938, Villard-de-Lans fut accessible de Grenoble par le Tramway Grenoble - Villard-de-Lans.

Villard-de-Lans prévoyait de se doter d'une ligne de chemin de fer à crémaillère, la Patache, à l'horizon 2008. La ligne de 6 km devait passer par l'ouest du village, partant du parking de la combe Fichetaire pour rejoindre les Sagnes, l’Essarton, desservir la Maison médicale, la colline des Bains, le lycée, et relier la Côte 2000 puis les Charpennes avec plus de 2 000 voyageurs en une heure et par tous les temps. Le matériel roulant devait être récupéré du métro Ouchy à Lausanne. Suite aux élections municipales de 2008, le projet a été annulé par la nouvelle équipe, le jugeant trop coûteux.

Le ski, jusqu'alors moyen de transport, devient un outil économique. Certains Villardiens s'y adonnent et deviennent champions. Parallèlement, Villard-de-Lans fait de son climat un atout tant sur le plan touristique que sur celui de la santé. Le village connaîtra alors jusqu'à la fin des années 1970 la grande période du climatisme. L'air pur des montagnes sera bénéfique à de nombreux enfants. Dès lors, Villard devient une station climatique renommée dans toute la France. La station est alors fréquentée par les grands du monde : l'impératrice austro-hongroise Zita, le roi du Maroc Hassan II, Georges Guétary, Fernandel, Hugues Auffray, Brigitte Bardot, Henri Cochet, Georges Perec.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Villard-de-Lans accueille le seul lycée polonais de l'Europe occupée, installé dans les bâtiments de l'hôtel du Parc et du château.

Le 9 juin 1944, quelques jours après le débarquement des troupes anglo-américano-canadiennes en Normandie, l'immense majorité des hommes valides de Villard-de-Lans rejoignent le maquis en réquisitionnant tous les cars et toutes les voitures de la compagnie Huillier. Grâce à un stratagème (faux enlèvement), les gendarmes de la commune rejoignent le maquis.

Peu après la proclamation de la république du Vercors, le 14 juillet, Villard-de-Lans est occupé. Le 23 juillet, le hameau de Valchevrière, ainsi que les fermes de Roche et Mistri, sont incendiés. La population villardienne et le maquis paieront un lourd tribu.

Malgré les conséquences de la guerre, le village continue son expansion. Le projet d'aménagement de la côte 2000 se concrétise avec la construction de la première télécabine en 1951. La station accueille alors les championnats de France de ski en 1953 et 1969. En 1964, le lycée climatique Jean Prévost accueille ses premiers élèves.

Les Jeux Olympiques de 1968 renforcent la notoriété de Villard-de-lans et du plateau des Quatre Montagnes et permettent le développement des voies d'accès au plateau du Vercors. Villard-de-Lans a l'honneur d'accueillir les épreuves de luge sur les pentes de la Balmette.

Si le tourisme reste de nos jours l'activité principale du village, l'agriculture et l'exploitation forestière demeurent des incontournables qui ont, depuis toujours, joué un rôle primordial dans la vie des Villardiens.

Administration

Maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1790 Claude Mazet    
1790 1792 Pierre Nicollet    
1792 1794 Pierre Allard    
1794 1794 Jean Achard    
1794 1800      
1800 1805 Joseph Aimard    
1805 1810 Jean Baptiste Joseph Aimard    
1810 1817 Jean Baptiste Joseph Gabriel Jullien    
1817 1822 Jean Baptiste Allard    
1822 1835 Jean Baptiste Joseph Gabriel Jullien    
1835 1836 Pierre Antoine Roux-Fouillet    
1836 1837 Jean Baptiste Allard    
1837 1838 Félix Eusébe Eugéne Bertrand    
1838 1840 Jean Baptiste Allard    
1840 1848 Joseph Peyronnet    
1848 1852 Julien Roux-Fouillet    
1852 1878 Jean Claude Achard-Picard    
1878 1884 Jean Séraphin Jourdan    
1884 1895 Antoine Roux-Fouillet    
1895 1907 Jean Cocat    
1907 1929 Jules Masson    
1929 1935 Paul Pouteil-Noble    
1935 1961 René Mure-Ravaud    
1961 1970 Roger Lefrançois    
1970 1971 Gaston Rey    
1971 1977 André Ravix    
1977 1983 Albert Orcel PS  
1983 1989 Marcel Bonnard    
1989 1995 Albert Orcel PS  
1995 2001 Michel Daudens    
2001 2008 Jean-Pierre Bouvier SE  
2008 en cours Chantal Carlioz[2] DVD  
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Services publics

La maison et le centre d'entretien routier du conseil général de l'Isère.
La maison et le centre d'entretien routier du conseil général de l'Isère.

La commune dispose des services suivants :

Démographie

Évolution démographique

En 2008, Villard-de-Lans comptait 4 035 habitants (soit une augmentation de 6 % par rapport à 1999). La commune occupait le 2 490e rang au niveau national, alors qu'elle était au 2 464e en 1999, et le 61e au niveau départemental sur 533 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Villard-de-Lans depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[5], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises.

Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu chaque année par roulement au cours d'une période de cinq ans[6]. Pour Villard-de-Lans, le premier recensement a été fait en 2006[7], les suivants étant en 2011, 2016, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1e janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Villard-de-Lans, est un recensement exhaustif[8].

Le maximum de la population a été atteint en 2006 avec 4 088 habitants.

Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population 2 058 1 814 2 147 2 131 2 026 2 196 2 298 2 500 2 597
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 2 406 2 047 2 002 1 970 2 020 2 032 1 915 1 846 1 849
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 1 801 1 790 1 698 1 524 1 631 1 885 2 215 3 990 3 321
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 -
Population 2 760 3 085 3 258 3 224 3 346 3 799 4 088 4 035 -
Notes, sources, ... Sources : base Cassini de l'EHESS pour les nombres retenus jusqu'en 1962[9], base Insee à partir de 1968 (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[10],[11]

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (19,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 24,1 %).
Pyramide des âges à Villard-de-Lans en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,9 
4,9 
75 à 89 ans
8,2 
12,7 
60 à 74 ans
15,0 
21,0 
45 à 59 ans
19,5 
21,3 
30 à 44 ans
23,6 
17,2 
15 à 29 ans
14,4 
22,5 
0 à 14 ans
18,5 
Pyramide des âges du département de l'Isère en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,7 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
21,8 
30 à 44 ans
21,0 
20,7 
15 à 29 ans
19,2 
20,4 
0 à 14 ans
18,6 

Économie

L'entrée du casino et du centre aquatique.
L'entrée du casino et du centre aquatique.

L'économie de Villard-de-Lans repose essentiellement sur le tourisme, avec de nombreux commerces ouverts toute l'année, ainsi que les équipements suivants :

Villard-de-Lans a toujours été reconnu pour son agriculture. Une race bovine porte son nom (la Villard-de-Lans ou Villarde). Cette commune du Vercors fait partie de l'AOC Bleu du Vercors-Sassenage. De plus la bière[14] du Vercors biologique est élaborée à Villard-de-Lans depuis le printemps 2009.

Le bourg est un centre économique sur le plateau des quatre montagnes. Ses commerces permettent d'éviter à de nombreux habitants de se rendre à Grenoble pour y trouver les produits du quotidien. Une zone d'activités commerciales se trouve au hameau des Geymonds, et un centre de télétravail au cœur du village accueille de nombreux salariés du tertiaire.

Enseignement

Le lycée climatique de Villard-de-Lans.
Le lycée climatique de Villard-de-Lans.

La commune possède[15] :

Sport

  • Patinoire couverte.
  • Sept terrains de tennis extérieurs , et deux tennis couverts.
  • Une piscine en plein air et une autre couverte (centre aquatique).
  • Une salle de musculation (centre de remise en forme).
  • Un terrain multisport.
  • Plusieurs terrains de football en plein air (Geymonds, Jeandiats) et un terrain de rugby (cour du lycée climatique)(En construction).
  • Piste de luge olympique.
  • Parc de loisirs bi saisonnier pour luge et VTT (colline des bains).
  • Nombreux aménagements pour les activités de pleine nature (luge, VTT, sentiers de randonnées, ski de randonnée).

Lieux et monuments

La salle de La Coupole.
La salle de La Coupole.
La chapelle de Valchevrière.
La chapelle de Valchevrière.
Le cimetière communal.
Le cimetière communal.
  • La statue de l'Ours, située sur la place de la Libération, qui est l'emblème du village.
  • La piste de luge olympique en béton.
  • Une église est présente en plein centre de la commune.
  • Un temple protestant évangélique est présent au hameau les Geymonds.
  • Un monument souvenir aux morts des deux guerres mondiales se trouve au centre de la commune, place de la Libération. Chaque année, des cérémonies sont organisées par le maire de la commune pour commémorer les armistices.
  • Gorges de la Bourne.
  • Valchevrière, haut-lieu de la résistance française.
  • Un cimetière communal.
  • La salle de spectacle de La Coupole.

Activités festives

Jumelage

Personnalités liées à la commune

  • Anne Floriet, skieuse de fond handisport, médaillée d'or et de bronze aux Jeux olympiques handisport de Turin en 2006.
  • Carole Montillet, championne olympique de descente à ski en 2002 et vainqueur de la coupe du monde de Super G en 2003.
  • Wenceslas Jean Godlewski (1906-1996). Codirecteur, puis directeur du lycée polonais Cyprian Norwid où il était professeur[16].
  • Simon Fourcade, biathlète concourant en Coupe du Monde de biathlon, champion du monde en relais mixte en 2009.

Notes et références

  1. La distance entre la commune et : la préfecture, le chef-lieu d'arrondissement et le chef-lieu du canton avec Mappy.fr.
  2. Résultats des élections municipales de mars 2008 sur le site officiel de la préfecture de l'Isère.
  3. La gendarmerie sur le site de la préfecture de l'Isère.
  4. Annuaire des centres d'entretiens routiers sur le site du conseil général de l'Isère.
  5. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  6. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009.
  7. Calendrier des recensements des communes du département de l'Isère sur www.insee.fr, Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  8. Par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 d’afficher dans le tableau des recensements : la population 2006, première population légale connue post-1999, les populations légales suivantes correspondant aux années réelles de recensement et enfin la dernière population légale publiée par l’INSEE. Dans le graphique sont par contre représentés l’ensemble des populations légales connues.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur site de l'École des hautes études en sciences sociales. Consulté le 23 juillet 2011.
  10. Évolution et structure de la population (de 1968 à 2007) sur Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  11. Recensement de la population au 1er janvier 2008 sur Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  12. Évolution et structure de la population à Villard-de-Lans en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  13. Résultats du recensement de la population de l'Isère en 2007 sur le site de l'Insee. Consulté le 23 juillet 2011.
  14. Site officiel de la bière du Vercors.
  15. Site officiel de l'académie de Grenoble.
  16. Lecteur, puis maître de conférences associé, Wenceslas Jean Godlewski a enseigné la langue et la littérature polonaises à la faculté des lettres de Lille (Lille III) et aux facultés catholiques de Lille, avant et après la Seconde Guerre mondiale, puis à l’École supérieure de journalisme de Lille. Pendant l’occupation, il était professeur au lycée polonais de Villard-de-Lans, dont il était aussi codirecteur. Auteur de poésies en polonais et en français, traducteur de chefs-d’œuvre de la littérature polonaise, il fut déporté à Mauthausen.
  17. La médaille de bronze de Marie Dorin sur le site Le Monde.fr.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Villard-de-Lans de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Villard-de-lans — Pour les articles homonymes, voir Villard et Lans. Villard de Lans …   Wikipédia en Français

  • Villard de Lans — Pour les articles homonymes, voir Villard et Lans. Villard de Lans …   Wikipédia en Français

  • Villard de lans — Pour les articles homonymes, voir Villard et Lans. Villard de Lans …   Wikipédia en Français

  • Villard-de-Lans — Villard de Lans …   Deutsch Wikipedia

  • Villard-de-Lans — Villard de Lans …   Wikipedia Español

  • Villard-de-Lans — is a town and commune of France on the Vercors Plateau in the Isère département .The town is a centre for skiing in Winter and hiking and hot air ballooning in other seasons.1968 Winter OlympicsAt the 1968 Winter Olympics held in neighboring… …   Wikipedia

  • Villard-de-Lans — Original name in latin Villard de Lans Name in other language Lo Vilar de Lans, Villar de Lan, Villard, Villard de Lans, wei la er de lang, Виллар де Лан, Віллар де Лан State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 45.0707 latitude 5.55281… …   Cities with a population over 1000 database

  • Villard-de-Lans (race bovine) — Villard de Lans Espèce …   Wikipédia en Français

  • Villard-de-lans (race bovine) — VILLARD DE LANS Région d’origine Région Vercors en France …   Wikipédia en Français

  • Villard-de-Lans vit l'art de rire — « Villard de Lans vit l art de rire » est le nom d un festival d humour et de création créé en 1990, rassemblant chaque année des jeunes talents et des artistes humoristes et de café théâtre ayant une plus ou moins grande renommée. Le… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.