Vaterland


Vaterland

SS Leviathan

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léviathan (homonymie).
Leviathan
Le Leviathan quitte le port de New-York, vers 1925
Le Leviathan quitte le port de New-York, vers 1925
Noms : Vaterland (1914 - 1917)
Leviathan (1917 - 1938)
Type : Paquebot transatlantique
Histoire
Lancement : 13 avril 1913
En service : 14 mai 1914
Statut : Démantelé le 6 juin 1938
Caractéristiques techniques
Longueur : 290 m
Maître-bau : 30 m
Tonnage : 54 282 tjb
59 956 (après 1922)
Propulsion : Turbines actionnant quatre hélices
Vitesse : 26 nœuds
Autres caractéristiques
Passagers : 1 165 à l'origine ; 14 000 en transport de troupes
Équipage : 1 234
Chantier : Blohm & Voss, Hambourg
Armateur : HAPAG (1914 - 1917)
United States Lines (1917 - 1938)
Pavillon : Allemagne Allemagne (1914 - 1917)
États-Unis États-Unis (1917 - 1938)

Le SS Vaterland est un paquebot transatlantique allemand construit par les chantiers Blohm & Voss pour la compagnie maritime HAPAG. C'est le deuxième navire d'une série de trois paquebots, avec l’Imperator et le Bismarck. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, le Vaterland est interné aux États-Unis, et saisi lors de l'entrée en guerre de ces derniers. Renommé Leviathan, il sert de transport de troupes durant la fin de la guerre, puis officie comme transatlantique pour la compagnie United States Lines. Jusqu'à sa démolition en 1938, sa carrière se révèle être un désastre financier.

Sommaire

Histoire

Construction

Le Vaterland en cale sèche le 5 mars 1914 à Hambourg.

L’idée de la construction de trois paquebots géants pour la HAPAG vient de son président, Albert Ballin. En effet, le seul navire d’ampleur de la compagnie est le Deutschland, dont les nombreux problèmes d'ordre technique font fuir la clientèle. De plus, sa taille est alors nettement inférieure à celle des paquebots britanniques construits au début du XXe siècle. La compagnie a également produit l’Amerika et le Kaiserin Auguste Viktoria qui ont rencontré un certain succès mais ne parviennent toujours pas à la hauteur de leurs concurrents. Le trio de Ballin a donc pour but de concurrencer les trios de la Cunard et de la White Star non pas par la vitesse, mais par la taille et le luxe. Le premier paquebot de la série est l’Imperator dont la carrière débute en 1913.

Le second paquebot, le SS Vaterland est construit par les chantiers Blohm und Voss de Hambourg, en Allemagne. La décoration intérieur des navires du trio est l'œuvre de Charles Mewès[1]. Le Vaterland est lancé le 13 avril 1913. A cette époque, il porte provisoirement le nom d’Europa[2]. Le navire bnéficie d'aménagements prestigieux, à l'instar de son jumeau, avec deux suites impériales, un café véranda et un restaurant à la carte. Le Kaiser Guillaume II participe lui même à la décoration en lui offrant quatre toiles datant du XVIIe siècle, d’un buste le représentant (ce qui a déjà été fait sur l’Imperator) et d’un bronze représentant Marie Antoinette.

Début de carrière

Le Vaterland arrivant à New York.

Le Vaterland effectue sa traversée inaugurale entre Cuxhaven et New York le 14 mai 1914. Son arrivée est pathétique puisque le géant des mers entre dans le port de New York trainé par les remorqueurs, ses machines ayant été victimes d'une avarie[3]. Le paquebot ne fait que quelques allers et retours (subissant d'autres problèmes techniques) lorsque, fin juillet 1914, éclate la Première Guerre mondiale. Le Vaterland se trouve alors dans le port deNew York. Étant dans l'impossibilité de retourner en Allemagne du fait de la domination britannique sur les océans, le paquebot reste amarré à Hoboken, dans le New Jersey, pendant trois ans.

Première Guerre mondiale

Le Leviathan en tenue de camouflage.

Le paquebot est saisi par les États-Unis à l'entrée en guerre de ceux-ci, le 6 avril 1917. Il est confié à l’U.S. Navy en juin 1917, et mis en service en juillet 1917 sous le nom d'USS Vaterland, sous le commandement du capitaine J. W. Oman. Le président Wilson le baptise Leviathan le 6 septembre 1917. Un essai vers Cuba est réalisé en novembre 1917 et le bâtiment sert en décembre comme transporteur de troupes vers Liverpool, en Angleterre. Du fait des travaux à réaliser, il ne peut rejoindre les États-Unis qu’en février 1918. Un second voyage vers Liverpool en mars est à nouveau suivi de travaux. C'est à cette époque que le bâtiment est repeint d'un motif de camouflage qu'il conserve jusqu'à la fin de la guerre. Le Leviathan fait des allers et retours réguliers entre les États-Unis et le port français de Brest, transportant plus de 14 000 personnes par voyage, pour un total cumulé de plus de 119 000 soldats au 11 novembre 1918, date de l’Armistice. Le Leviathan est ensuite repeint en gris en décembre 1918 et refait neuf allers et retour pour ramener les soldats vers les États-Unis. Le dernier voyage a lieu le 8 septembre 1919. Le 29 octobre 1919, l'USS Leviathan quitta la marine militaire américaine.

L'après-guerre

Le Leviathan entouré de remorqueurs.

En avril 1922, le paquebot rejoint le port de Newport News, en Virginie, où il est entièrement rénové selon les standards de l'époque. Les derniers travaux prennent fin en juin 1923. Les rénovations sont menées par l’architecte Gibbs, qui sera dans les années 1950 le décorateur de l’United States. N’ayant pas eu accès aux plans originaux du navire que les allemands n'avaient pas voulu lui céder, il doit recréer totalement l’intérieur du paquebot[2]. Sa masse est portée à 59 956 tonneaux pour un coût de 10 millions de dollars.

Le SS Leviathan est le « roi » de la flotte marchande américaine et est utilisé comme paquebot transatlantique au début des années 1930. Surnommé « Levi Nathan », ce navire n'est pas aussi apprécié que ses rivaux européens, du fait de l'absence d'alcool à bord, en raison de la prohibition. En effet, le navire est considéré comme une extension du territoire américain et est soumis aux même lois[3]. De plus, les lois sur l'immigration font chuter la rentabilité des troisièmes classes. Le navire ne fait donc que peu de traversées rentables. On dit également que la cuisine et le service y laissent à désirer. Cependant, l'orchestre du Leviathan enregistre plusieurs disques microsillon au début des années 1920. La baisse de la clientèle due à la Grande dépression frappe durement le Leviathan. Il est désarmé en 1931 et, à l'exception de quelques mois de service en 1934, reste inutilisé jusqu'au 10 décembre 1937, date de sa vente à une société britannique qui lui fait faire son dernier voyage transatlantique à destination de Rosyth, en Écosse, où il est démantelé le 6 juin 1938. Ce dernier voyage se fait sans passagers, et est marqué par diverses pannes et des menaces de grève de la part de l'équipage[3].

Le Leviathan vu du pont.

Le réalisateur Alfred Hitchcock voulait utilser le Leviathan dans une super production sur la tragédie du Titanic. Avant qu'il n'ait pu s'assurer de l'usage du navire, ses propriétaires l'avaient vendu pour son démantèlement en Grande-Bretagne.

La marine américaine ne posséda de bâtiment plus grand que le Leviathan qu'en 1945, avec la construction du porte-avions USS Midway. De plus, aucun bâtiment commercial des États-Unis ne dépassa par la taille le Leviathan, jusqu'à 1952, année de construction du SS United States.

Notes et références

  1. On peut noter que l'associé de Mewès, Arthur Joseph Davies, travaillait à la même époque sur le concurrent direct du trio de la HAPAG, l’Aquitania.
  2. a  et b (fr)Vaterland, les Grands Paquebots. Consulté le 14 juin 2009
  3. a , b  et c Olivier Le Goff, Les plus beaux paquebots du monde, Solar, 1998, p.52 -53

Voir aussi

Liens internes

Bibliographie

  • Olivier Le Goff, Les plus beaux paquebots du monde, Solar, 1998

Liens externes

Commons-logo.svg

Précédé par SS Leviathan Suivi par
Imperator
Queen Mary 2 05 KMJ.jpg
Plus grand (tonnage) paquebot du Monde
1913 - 1914
Bismarck
Majestic
Queen Mary 2 05 KMJ.jpg
Plus grand (tonnage) paquebot du Monde
1922 - 1932
Normandie
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
Ce document provient de « SS Leviathan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Vaterland de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Vaterland — Vaterland …   Deutsch Wörterbuch

  • Vaterland — ist die Bezeichnung für das Land, aus dem man selbst bzw. die Vorfahren stammen und in dem sich ein Mensch verwurzelt fühlt, in dem meistens verwandtschaftliche Beziehungen bestehen und häufig emotionale Erfahrungen in der individuellen… …   Deutsch Wikipedia

  • Vaterland — nennt sich der Staat immer dann, wenn er sich anschickt, auf Menschenmord auszugehen. «Friedrich Dürrenmatt [1921 1990]; schweiz. Dramatiker» Das žVaterlandœ ist der Alpdruck der Heimat. «Kurt Tucholsky» …   Zitate - Herkunft und Themen

  • Vaterland — Vaterland, 1) das Land, worin der Vater eines Menschen zur Zeit der Geburt des Letzteren seinen Wohnsitz hatte; 2) das Land, wo Jemand geboren ist; 3) das Land, wo Jemand seinen Wohnsitz hat, s. Heimathsrecht; 4) das Land, in welchem gewisse… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Vaterland — 1. Besser fürs Vaterland gefochten und gestorben, als durch falschen Frieden in den Grund verdorben. Lat.: Pugna pro patria. 2. Das Vaterland erwartet, dass jeder seine Pflicht thue. 3. Das Vaterland ist lieb vnd süss, dass man sein stets… …   Deutsches Sprichwörter-Lexikon

  • Vaterland — Heimatland; Geburtsland; Heimat * * * Va|ter|land [ fa:tɐlant], das; [e]s, Vaterländer [ fa:tɐlɛndɐ] (geh., oft emotional): Land, Staat, in dem jmd. geboren ist und dem er sich zugehörig fühlt: er liebt sein Vaterland. Syn.: ↑ Heimat. * * *… …   Universal-Lexikon

  • Vaterland — das Vaterland, ä er (Mittelstufe) geh.: Land, in dem jmd. geboren ist Beispiel: Er ist fürs Vaterland gefallen. Kollokation: sein Vaterland verlassen …   Extremes Deutsch

  • Vaterland — Vater: Die gemeingerm. Bezeichnung für »Haupt der Familie, Erzeuger, Ernährer« (mhd. vater, ahd. fater, got. fadar, engl. father, schwed. fader) geht mit Entsprechungen in anderen idg. Sprachen auf idg. *pətē̓r »Vater, Haupt der Familie« zurück …   Das Herkunftswörterbuch

  • Vaterland, B. — B. Vaterland (11. Dec.), ein holländischer Pfarrer, welcher im J. 1073 von den Calvinisten zu Alcmar des Glaubens wegen ermordet wurde, findet sich mit seinem Leidensgenossen Da v id bei Migne mit der Bezeichnung »selig« …   Vollständiges Heiligen-Lexikon

  • Vaterland — Geburtsland, Heimat[land]. * * * Vaterland,das:⇨Heimat(1) VaterlandHeimatland,Geburtsland,Herkunftsland,Ursprungsland,Heimat …   Das Wörterbuch der Synonyme