Utopique


Utopique

Utopie

L'utopie (néologisme de l'écrivain anglais Thomas More), synthèse des mots grecs οὐ-τοπος (lieu qui n'est pas) et εὖ-τοπος (lieu de bonheur) est une représentation d'une réalité idéale et sans défaut. Cela se traduit, dans les écrits, par un régime politique idéal (qui gouvernerait parfaitement les hommes), une société parfaite (sans injustice par exemple, comme la Callipolis de Socrate) ou encore une communauté d'individus vivant heureux et en harmonie (l'abbaye de Thélème, dans Gargantua, de Rabelais, en 1534).

Devant la menace de la censure politique ou religieuse, les auteurs situent l'action dans un monde imaginaire, île inconnue par exemple (L'Île des esclaves, Marivaux, 1725), ou montagne inaccessible (la découverte de l'Eldorado, dans Candide, 1759).

Une utopie peut désigner également une réalité difficilement admissible : en ce sens, qualifier quelque chose d'utopique consiste à le disqualifier et à le considérer comme irrationnel. Cette polysémie, qui fait varier la définition du terme entre texte littéraire à vocation politique et rêve irréalisable, atteste de la lutte entre deux croyances, l'une en la possibilité de réfléchir sur le réel par la représentation fictionnelle, l'autre sur la dissociation radicale du rêve et de l'acte, de l'idéal et du réel.

Sommaire

Origine du terme utopie

Wiktprintable without text.svg

Voir « utopie » sur le Wiktionnaire.

Le terme d'utopia est un néologisme grec forgé par Thomas More en 1516 pour désigner la société idéale qu'il décrit dans son œuvre (en latin) Utopia. Il est traduit en français par utopie. Ce terme est composé de la préposition négative grecque ou et du mot topos qui signifie lieu. Le sens d'utopie est donc, approximativement, « sans lieu », « qui ne se trouve nulle part ». Cependant, dans l'en-tête de l'édition de Bâle de 1518 d'Utopia, Thomas More utilise, exceptionnellement, le terme d' Eutopia pour désigner le lieu imaginaire qu'il a conçu. Ce second néologisme ne repose plus sur la négation ou mais sur le préfixe eu, que l'on retrouve dans euphorie et qui signifie bon. Eutopie signifie donc « le lieu du Bon ».

Si de ces deux mots, seul le premier passera à la postérité, ils n'en sont pas moins complémentaires pour décrire l'originalité de l'Utopia de More. En effet, cette œuvre a pour caractéristique d'être, d'une part, un récit de voyage et la description d'un lieu fictif (utopia) et, d'autre part, un projet d'établissement rationnel d'une société idéale (eutopia). Ces deux aspects du texte de Thomas More ont amené à qualifier d'utopie des œuvres très différentes.

Définition

L'utopie (eutopia) est la description d'une société idéale. Elle procède d'ailleurs d'une tradition que l'on fait remonter à La République de Platon. Plus spécifiquement l'utopie (utopia) est un genre littéraire s'apparentant au récit de voyage mais ayant pour cadre des sociétés imaginaires.

Ces deux définitions ne s'excluent pas : l'Utopie de Thomas More, La Cité du Soleil de Campanella ou La Nouvelle Atlantide de Francis Bacon remplissent ces deux conditions et sont à la fois des récits et des descriptions de sociétés originales.

Cependant, dès le XVIIe siècle, de nombreux auteurs s'empareront de ce nouveau genre littéraire et en développeront l'aspect romanesque et satirique au détriment du projet politique. C'est ainsi que des œuvres telles que Les voyages de Gulliver (1721) de Jonathan Swift furent qualifiées en leur temps d'utopies.

Thomas More inventa le genre littéraire de l'utopie, il avait l'ambition d'élargir le champ du possible et non de l'impossible comme ce mot est synonyme aujourd'hui.

Dans son essai consacré aux premières utopies, celles d’avant les récits de More, de Campanella ou de Cabet (les Premières utopies, les Primaires, 1938), Régis Messac donne une définition restrictive du terme Utopie. « Le mot d’Utopie, forgé par Thomas More, et de nom propre devenu générique, est d’usage courant pour désigner les œuvres littéraires qui, sous une forme fictive et narrative, nous offrent l’image d’un État idéal, où tous les maux et les torts de la société présente sont guéris et redressés. Ce genre littéraire fut longtemps le principal véhicule des idées réformatrices, mais ces écrits se répètent beaucoup, on y retrouve cent fois les mêmes banalités, cent fois les mêmes lacunes ou les mêmes erreurs. »

Autrement dit, Régis Messac considère l’utopie comme une œuvre purement romanesque, nécessairement progressiste, constituée de deux éléments : « le cadre, c’est-à-dire le récit d’aventures fantaisistes ou fantastiques, le roman merveilleux ou géographique ; le contenu, c’est-à-dire la représentation d’une société idéale. » Cependant, si l’un ne va pas sans l’autre, « l’un ou l’autre des deux éléments peut prédominer ». Pour Messac, il va sans dire que ne peuvent être considérées comme de véritables utopies les œuvres où domine le second élément, le contenu, c'est-à-dire la représentation d’une société parfaite ou du moins perfectionnée.

C'est pourquoi Messac ne reconnaît ni la République de Platon ni la Cyropédie de Xénophon comme appartenant exactement au genre utopique ; il dissipe à ce propos certaines équivoques et considère ces œuvres comme relevant de la catégorie des traités de politique pareils à ceux de Bodin, Machiavel et Montesquieu. « Tout au plus, dit-il, peut-on ranger, si l’on veut, la Cyropédie dans la catégorie des utopies pédagogiques et le mettre à côté de Télémaque, auquel il servit d’ailleurs de modèle. »

Par ailleurs, Régis Messac observe que les récits utopiques répondent à un besoin social. « Il est sans doute permis de dire, écrit-il, dans l’ensemble, que ce sont les périodes d’incertitude, d’inquiétude, voire de souffrance, qui sont surtout favorables à l’apparition de récits de ce genre. Lorsque beaucoup d’hommes, la majorité des hommes, peut-être, sont contraints de se replier sur eux-mêmes, ils cherchent dans leur imagination ce que la réalité leur refuse, et l’on voit fleurir les utopies. »

Théodore Monod, de son coté, écrit « L'utopie est simplement ce qui n'a pas encore été essayé!  »

Histoire de l'utopie

Les caractéristiques de l'utopie

Celles-ci ont beaucoup évolué au fil des siècles.

  • Le lieu est souvent imaginaire et inaccessible. Ex : L'Eldorado
  • Le bonheur individuel et collectif.
  • La justice est équitable.
  • Le pouvoir est bon et équitable.
  • Le travail est un plaisir.
  • La richesse est accessible à tous.
  • Il y a une communauté des ressources.
  • La souffrance est vaincue.

Les précurseurs de l'utopie

Platon (tableau de Raphaël)

Platon est le premier grand idéaliste de la pensée occidentale. On peut en effet rapprocher l'utopie (au sens moderne que prit ce mot) du concept d'idée de Platon.

La pensée de Platon est exposée dans l’ouvrage classique la République, dont le titre même est un programme. Par République, Platon entend Politeia, c’est-à-dire État, Constitution. Platon voulut donc tracer les grandes lignes de ce que devait être une cité organisée de manière idéale par castes. C’est cette volonté de constituer une cité idéale qui fait de Platon le grand fondateur du concept d'idée, qui fut repris ultérieurement par les utopistes du XIXe siècle.

Il est très important de noter que, même si Platon a réfléchi aux questions économiques, sa pensée ne fut pas aussi aboutie sur ce thème que celle de son successeur Aristote, qui écrivit un ouvrage dédié à l'économie : Économiques.

Voir : Histoire de la pensée économique

Genèse du genre : L'Utopie de Thomas More

L'Utopie de Thomas More, gravure de Holbein pour une édition de 1518

L'avocat et homme de lettres Thomas More s'inscrit, à l'instar de son ami Érasme, dans le cadre du mouvement humaniste qui redécouvre la littérature antique grecque et latine et s'en inspire. More connaissait les œuvres d'Aristote et de Platon et le projet de cité idéale qui occupe une partie de La République peut être considéré comme l'une des sources d'inspiration de l'Utopie. Le texte de More est cependant également tributaire de son époque : il emprunte en partie sa forme aux récits de voyage de Vasco de Gama ou de Magellan. La découverte du Nouveau monde en 1492 a mis les Européens en contact avec d'autres peuples, très différents, et permet à More d'imaginer une civilisation originale située aux confins du monde connu. De manière plus générale, son projet de société s'inscrit dans le courant philosophique de la Renaissance qui place l'Homme au centre du monde.

Le premier livre de L'Utopie rapporte une conversation entre le narrateur et plusieurs autres personnages, dont Raphaël Hythlodée un navigateur qui a découvert l'île d'Utopie. La discussion porte principalement sur les injustices et les défauts de la société, injustices auxquelles Raphaël Hythlodée oppose les sages coutumes du pays dont il a fait la découverte. Le second livre rapporte la description par Hythlodée de l'Utopie. Cette description, assez détaillée, porte sur les lois, les coutumes, l'histoire, l'architecture et le fonctionnement économique de l'île.

La société utopienne est foncièrement égalitaire et ignore toute propriété privée. On peut la qualifier de communiste. Elle repose en outre sur un ensemble de lois et sur une organisation très rationnelle et précise. Elle est présentée comme la plus aboutie des civilisations.

On peut voir dans cette œuvre avant tout une critique de la société anglaise (et européenne) du XVIe siècle. Les vertus de l'Utopie sont en quelque sorte des réponses aux injustices du monde réel : elles les soulignent par contraste (l'égalité de tous les citoyens utopiens met en lumière l'extrême misère, à cette époque, de nombre de paysans anglais sans terres) et montrent que les maux de l'Angleterre ne sont peut-être pas des fatalités puisque les Utopiens les ont résolus. L'Utopie, qui se présente comme une œuvre de fiction, affirme néanmoins que l'homme a la possibilité d'influer sur son destin et est donc porteuse du concept d'histoire. More s'abstient pourtant de présenter son utopie comme un programme politique. Il considère la réalisation d'une telle société comme souhaitable mais affirme ne pas même l'espérer.

Ainsi, le genre littéraire crée par Thomas More repose sur un paradoxe. Il se présente en effet comme une œuvre de fiction sans lien avec la réalité : le nom de l'île ("nulle part") mais aussi du fleuve qui la traverse (Anhydre, c'est-à-dire sans eau) ou du navigateur Hythlodee (qui signifie : raconteur de balivernes) sont là pour nous le rappeler. Cependant, l'utopiste se refuse à tout recours au merveilleux ou à la fantaisie et le bonheur qui est censé régner en Utopie se doit de reposer sur la cohérence du projet. Nul climat paradisiaque, nulle bénédiction divine, nul pouvoir magique n'a contribué à la réalisation de la société parfaite. Il s'agit donc d'une fiction dont la valeur repose sur la cohérence du discours.

Les utopies de la renaissance

François Rabelais

Les utopies de la période classique

Les utopies des Lumières

Les utopies au XIXe siècle

François Marie Charles Fourier

Les utopies au XXe siècle

On notera, qu'il s'agisse d'Orwell, Huxley, Silverberg ou Houellebecq, que leurs œuvres respectives renvoient plus à la notion de « contre-utopie » (ou dystopie).

Les utopies au XXIe siècle

L'utopie dans les arts

L'utopie en architecture

L'utopie au cinéma

L'utopie en dessin et peinture

L'utopie en littérature

Il s'agit de distinguer les Utopies purement littéraires t. q. L'Astrée des Utopies scientifiques, politiques et religieuses. Mais il existe aussi des Utopies à thèmes mixtes t. q. Libertalia ou Micromégas.

Dans l'Antiquité

Platon

À l'ère moderne

L'utopie en musique

Portée du concept d’utopie

Intérêt politique

- L’utopie a une double fonction dans le discours politique : celle de proposer une rupture radicale avec un système existant et de plus de proposer un modèle de société idéale. Ce n’est pas un simple progrès qui intéresse les Utopistes mais une rupture nette et un saut qualitatif radical.

L'utopie peut donc s'inscrire également sur du long terme, voire du très long terme sans tomber dans une radicalité qui elle-même permettrait des résistances, l'empêchant d'être et restant donc dans le vide qui est son sens premier. Comment alors préserver l'altérité du phénomène révolutionnaire utopique?

Personnalités utopistes

Auteurs d'un monde utopiste


Utopistes contemporains


Bibliographie

Documents externes

  • (fr) Voir - Liste regroupant les principales œuvres utopiques et dystopiques de -III av. J.C à nos jours.
  • (fr) Voir - Erwelyn.com et sa bibliographie thématique sur la contre-utopie.
  • (fr) Voir Utopie, la quête de la société idéale en Occident : un dossier de la BnF

Liste d'ouvrages

Voici une liste non exhaustive d'œuvres utopistes, classées par date de parution.

  • Monin Emmanuel-Yves, "Chez les Bâtisseurs d'Utopies" , Editions Y.Monin, 2009, (ISBN 978-2-910097-11-0).
  • Yolène Dilas-Rocherieux, , "L'utopie ou la mémoire du futur, de Thomas More à Léninz, Pocket Robert Laffont, 2007.
  • (fr) Christophe Cousin, Sur la route des utopies, Arthaud, 2007, (ISBN 2-70039-673-12)
  • (fr)Nathalie Brémand, Les socialismes et l'enfance : expérimentation et utopie (1830-1870), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008 (Collection Histoire), 365 p.
  • (fr) Albert Jacquard, Mon utopie, Stock, 2006, (ISBN 2-23405-940-2)
  • (fr) Thomas More, L'Utopie, J'ai Lu, 2003, (ISBN 2-29033-768-4)
  • (fr) Jacques Attali, Fraternités : une nouvelle utopie, Le Livre de Poche, 2002, (ISBN 2-25315-278-1)
  • (fr) Erich Fromm, L'Homme et son utopie, Desclée de Brouwer, 2001, (ISBN 2-22004-973-6)
  • (fr) Jean Servier, Histoire de l'utopie, Gallimard, 1991, (ISBN 2-07032-647-0)
  • (fr) Gilles Lapouge, Utopie et civilisations, Albin Michel, 1991, (ISBN 2-22604-947-9)
  • (fr) René Dumont, L'Utopie ou la mort, Seuil, 1974, (ISBN 2-02000-371-6)
  • (fr) Mario Salerno, La Deuxième Terre, Publibook, 2004, (ISBN 2-74830-552-3)

Vidéographie

Voir aussi

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la science-fiction Portail de la science-fiction
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Ce document provient de « Utopie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Utopique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • utopique — [ ytɔpik ] adj. • v. 1840; utopien fin XVIIIe; de utopie ♦ Qui constitue une utopie, tient de l utopie. ⇒ chimérique, imaginaire, irréalisable; irréaliste. « voyant [les transformations sociales] d une manière un peu utopique, que vient corriger… …   Encyclopédie Universelle

  • UTOPIQUE — adj. des deux genres Qui a le caractère de l’utopie. Une méthode utopique. Un esprit utopique …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • utopique — (entrée créée par le supplément) (u to pi k ) adj. Qui a le caractère de l utopie. •   Tant que le congrès [ouvrier] a duré, elle [la presse réactionnaire] s est appliquée à donner un relief particulier aux déclamations et aux propositions… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Socialisme utopique — L expression « socialisme utopique » désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle (qui ont précédé Marx et Engels) tels Robert Owen en Grande Bretagne, Saint Simon, Charles Fourier, Étienne Cabet …   Wikipédia en Français

  • Socialiste utopique — Socialisme utopique L expression « socialisme utopique » recouvre plusieurs courant du socialisme. Dans son sens historique, le Socialisme utopique désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle… …   Wikipédia en Français

  • Socialisme utopique et socialisme scientifique — est un livre d Engels publié en 1880. Sources Sur les autres projets Wikimedia : « Socialisme utopique et socialisme scientifique », sur Wikisource (bibliothèque universelle) Lire en ligne …   Wikipédia en Français

  • Socialisme utopique — ● Socialisme utopique nom péjoratif donné par F. Engels aux doctrines socialistes fondées sur un idéal sentimental et réformateur, telles que le saint simonisme, le fouriérisme, etc., par opposition au socialisme scientifique, fondé sur la lutte… …   Encyclopédie Universelle

  • Communauté socialiste — Socialisme utopique L expression « socialisme utopique » recouvre plusieurs courant du socialisme. Dans son sens historique, le Socialisme utopique désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle… …   Wikipédia en Français

  • Communautés socialistes — Socialisme utopique L expression « socialisme utopique » recouvre plusieurs courant du socialisme. Dans son sens historique, le Socialisme utopique désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle… …   Wikipédia en Français

  • Communisme expérimental — Socialisme utopique L expression « socialisme utopique » recouvre plusieurs courant du socialisme. Dans son sens historique, le Socialisme utopique désigne les doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle… …   Wikipédia en Français