Urbanisme de Saint-Etienne


Urbanisme de Saint-Etienne

Urbanisme de Saint-Étienne

Détail du plan de la ville à la veille de la Révolution française

Des origines de Saint-Étienne on sait bien peu de choses aujourd'hui encore. De nombreux toponymes semblent témoigner d'une présence gauloise ( Chambon, Guizet, Clapier, Roannelet, Chavanelet, Chavassieux, Creux ). Cette présence est en tout cas attestée par l'archéologie le long de l'axe Rhone-Loire (vallée du Gier, Saint-Jean-Bonnefonds sur le site du Colombier, Bouthéon, principalement sur des versants exposés au sud). La capitale du Forez située sur le principal axe de communication entre le Rhône et la Loire garde néanmoins des origines obscures.

L'originalité de l'urbanisme de Saint-Étienne réside dans le développement de formes urbaines originales au XIXe et au XXe siècle, associées à l'implantation de grandes industries.

Sommaire

XVIIIe siècle

À la fin de l'Ancien Régime la ville se présentait sous l'aspect d'un gros bourg de 20 000 habitants, aux formes médiévales. La "cité" confinée dans la limite des anciens remparts s'était développée à l'Est et à l'Ouest le long de la route reliant Lyon au Puy-en-Velay (voir : Rue de Lyon). C'est dans ces faubourgs (Tarentaize, Saint-Jacques, Lacroix) que se développe toute l'activité artisanale qui fait la renommée de la ville (fabrication d'armes, forges et travail de la soie). Saint-Étienne est aussi une ville commerçante ouverte sur la facade atlantique grâce à la Loire, base arrière du commerce triangulaire.

Passage obligé pour entrer ou sortir du massif central, la ville est néanmoins assez enclavée et souffre des contraintes géographiques et climatiques d'un milieu montagnard (effet d'ubac sur le versant Nord du Pilat). Une fois quitté le centre et ses faubourgs, ont trouve le long des axes secondaires des constructions assez massives qui reprennent les formes de l'habitat montagnard vernaculaire du Pilat (maçonnerie en grès mais aussi en schistes sur un ou deux niveaux d'élévation).

L'occupation des sols par les institutions religieuses (minimes, Sainte-Catherine) freine alors le développement des axes de communications vers l'extérieur (Roanne au Nord, Lyon à l'Ouest, Le Puy-en-Velay à l'Ouest et Annonay au Sud ).

Début XIXe siècle, un cadre politique plus favorable

La Révolution française va offrir un cadre politique favorable : en 1792 la confiscation des biens du clergé va créer un nouveau cadre en donnant la possibilité aux notables stéphanois d'acquérir les anciens terrains des religieux.

L'Empire va poser les bases de la stabilité (loi sur les concessions de 1810) mais dans un contexte économique assez peu favorable. La perte des départements étrangers en 1815 propulse de fait Saint-Étienne au rang de première ville industrielle française.

Les travaux sont confiés à l'architecte-voyer Pierre Antoine Dalgabio. La nouvelle route de Roanne est tracée en plein milieu du couvent qui est alors détruit pour laisser place au premier tronçon de la future Grand'rue.

Les quartiers de Roannelle, Polignais, Tarentaize et la Pareille sont intégrés à la commune-centre en 1790.

Le découpage en îlot des surfaces à lotir devient en fait le plan-maître qui va conditionner par la suite le développement de la ville. Une méridienne, formée par la nouvelle route de Roanne vers le nord et la nouvelle route d'Annonay au sud, forme le nouvel axe de la ville. En 1825, la connexion entre les deux est assurée par la rue Saint-Louis (actuelle rue Gambetta) conçue sur le modèle de la rue de Rivoli à Paris.

C'est également à cette période que les travaux de recouvrement du lit du Furan commencent autour de l'actuelle place du Peuple. Aux lendemains du Premier Empire, commencent à naître des projets de places publiques et de promenades autour de l'hôtel de ville.

Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, la population atteint 50 000 habitants (66 000 avec les communes voisines). Cette période est celle des beaux jours de la bourgeoisie stéphanoise (en particulier les fabricants de rubans), elle se traduit par la construction des immeubles à cour.

Les immeubles de fabricants

Au départ, ils sont installés dans le nouveau centre, autour de la place de l'hôtel de ville et dans les rues adjacentes. Les acquéreurs ont d'abord construit des immeubles le long de l'alignement défini par le plan Dalgabio et ont ensuite aménagé les Îlot urbain.

Ces immeubles sont pourvus d'une cour - la recette - où le fabricant fournissait régulièrement à ses sous-traitants - les passementiers- la soie et recevait ensuite les produits finis sous forme de rubans.

Voyage aérien en France, Saint-Étienne,vers 1860

Parallèlement au lotissement bourgeois du centre-ville, des quartiers ouvriers se développent dans les communes alentours (Outre-Furan, Valbenoîte et Montaud) et sur les collines (Crêt-de-Roch, Tardy).

Contrairement à l'idée reçue, Saint-Étienne n'est pas alors, à proprement parler, une ville ouvrière mais un centre bourgeois qui fait sous-traiter les activités de production dans les quartiers et communes périphériques.

1855 Les annexions communales

Au début des années 1850, la pression des fabricants à la recherche de terrains constructibles entraîne le lotissement progressif des terrains plats au-delà de la rue du Grand-Gonnet. L'annexion communale de Montaud semble alors irrésistible.

En 1855, Montaud, Valbenoîte, Outre-Furan et l'éphémère commune de Beaubrun sont intégrées à Saint-Étienne. La superficie de la ville passe de 256 à 3 986 ha. pour une population de près de 95 000 habitants. Au sein de ce nouveau territoire plus vaste subsistent des zones vides. La ville mettra plusieurs décennies à retrouver une cohérence.

À partir de cette période, les équipements urbains encombrants sont rejetés systématiquement dans les « vides » du nouvel espace communal : la prison et la caserne sont installées à Valbenoîte. La Manufacture d'armes de Saint-Étienne s'installe dans le quartier du Marais en 1864.

L'ancienne commune de Montaud vers 1865.

L'opposition entre ville et mine

Article détaillé : Houillères de la Loire.

Les espaces dédiés à l'industrie lourde et aux activités extractives forment dès le XIXe siècle les "marges" urbaines. Les compagnies de mine, soucieuses d'éviter les litiges pour les dégats de surface; handicapées par la coutume locale des redevances tréfoncières n'auront de cesse d'acheter les terrains surplombant leurs exploitations. La ville de Saint-Étienne quant à elle, met en place une limite administrative censée la protégée des dégats miniers.

En effet, dès 1824, Saint-Étienne dans ces anciennes limites est protégée des incursions souterraines par la ligne d'investison qui interdit aux exploitants le sous-sol de la ville. Les communes suburbaines ( Montaud, Outre-Furan ) soucieuses de ne pas entraver leur développement économique ne prennent pas de telles mesures.

Ainsi à l'Est de la ville ( Le Marais, l'ancienne commune d'Outre-Furan, le Treuil ) la majeure partie des terrains appartiennent soit à la S.A. des Houillères de Saint-Étienne soit à la métallurgie lourde.

A l'Ouest ( Beaubrun, ancienne commune de Montaud ), la S.A. des Mines de la Loire gèle le développement de la ville au-delà de la ligne d'investison.

Associée au développement des voies de chemin de fer et des embranchements privés l'industrialisation périphérique va proprement geler le centre bourgeois et artisanal de Saint-Étienne dans ses limites anciennes.

Les demandes de dérogation des compagnies de mines désireuses de pénétrer la ligne d'investison et l'opposition quasi systématique du conseil municipal (où siège les fabricants de Saint-Étienne) sont les éléments constitutifs d'une dualité socio-économique (industrie locale contre industrie nationale) et spatiale (espaces urbains contre espaces industriels).

Enfin, contrairement à ce qui se passe dans d'autres bassins, les compagnies de mines ne construisent pas de logements pour leurs ouvriers avant le début du XXe siècle. Les initiatives privées étant inexistantes au XIXe siècle et restant assez modestes jusqu'aux années 1920.

1855-1880

Vue sur le boulevard du Nord, panoramique du clocher de l'église du Soleil, vers 1865
  • Création du boulevard du Nord (actuel Boulevard Jules Janin) permettant de rejoindre la station de Châteaucreux.
  • Réalisation du cours Fauriel, lieu de promenade de 2 km de long entre Villeboeuf et le Rond-Point.
  • Construction de la Manufacture Nationale d'Armes.
  • Aménagement de la place de Montaud (actuelle place Jacquard).
  • 1856 : "régénération" du quartier St.-André et des Gauds.
    La Compagnie Immobilière de Saint-Étienne (en fait constituée de capitaux lyonnais) lance en 1856 un ambitieux programme de restructuration des vieux quartiers le long de la route d'Annonay. La Compagnie entreprend le lotissement de 8 îlots situés de part et d'autre de l'actuelle rue Gambetta (alors route d'Annonay) et de l'actuel cours Victor Hugo (où le Furan coulait alors à ciel ouvert). Les logements proposés étaient destinés à la classe moyenne supérieure (petits rentiers, employés, homme d'affaire, fabricants). La couverture du Furan (à la fois source d'énergie mais également égout à ciel ouvert) faisait partie intégrante du projet. Les résultats escomptés ne seront pas atteints, en 1860 seul un îlot est réalisé le long de la place des Ursules. Les lotissements à pourvoir seront occupés par les Halles et la bourse du travail.

En fait, c'est en périphérie que la bourgeoisie stéphanoise s'installe. À l'écart de la ville, les lotissements et pavillons s'implantent sur les collines (Montaud, la Vivaraize, Villeboeuf).

XXe siècle

Sources

  • Cartes et plans, M. Bonilla, F. Tomas, D. Vallat, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2005. ISBN 2-86272-379-7
  • De la construction du bassin aux enjeux de la mémoire minière : les territoires du charbon en région stéphanoise, Thèse de doctorat en Géographie, Aménagement et Urbanisme, C. Chaut-Morel Journel, Université Jean Monnet - Saint-Étienne, septembre 1999.
  • Couriot, l'album, coll. Patrimoine du bassin de la Loire n°1, Musée de la mine de Saint-Étienne( édition Ville de Saint-Étienne ), 2002.
  • 100 sites en enjeux, L'héritage industriel de Saint-Étienne et de son territoire, coll. Patrimoines du bassin de la Loire n°2, Musée de la mine de Saint-Étienne (édition Ville de Saint-Étienne), 2006.

Liens internes

  • Portail de Saint-Étienne Portail de Saint-Étienne
Ce document provient de « Urbanisme de Saint-%C3%89tienne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Urbanisme de Saint-Etienne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Urbanisme de Saint-Étienne — Détail du plan de la ville à la veille de la Révolution française Des origines de Saint Étienne on sait bien peu de choses aujourd hui encore. Les premiers écrits qui mentionnent l existence de Sanctus Stephanus de Furano Saint Étienne de Furan… …   Wikipédia en Français

  • Saint-Etienne — Saint Étienne 45°26′05″N 4°23′25″E / 45.43472, 4.39028 …   Wikipédia en Français

  • Saint-etienne — Saint Étienne 45°26′05″N 4°23′25″E / 45.43472, 4.39028 …   Wikipédia en Français

  • Saint-étienne — 45°26′05″N 4°23′25″E / 45.43472, 4.39028 …   Wikipédia en Français

  • Saint etienne — Saint Étienne 45°26′05″N 4°23′25″E / 45.43472, 4.39028 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Étienne — Pour les articles homonymes, voir Saint Étienne (homonymie). 45° 26′ 05″ N 4° 23′ 25″ E …   Wikipédia en Français

  • Saint-Etienne-Vallee-Francaise — Saint Étienne Vallée Française Pour les articles homonymes, voir Saint Étienne (homonymie). Saint Étienne Vallée Française le village vu du Sud …   Wikipédia en Français

  • Saint-étienne-vallée-française — Pour les articles homonymes, voir Saint Étienne (homonymie). Saint Étienne Vallée Française le village vu du Sud …   Wikipédia en Français

  • Saint-Etienne-le-Laus — Saint Étienne le Laus Saint Étienne le Laus Vue depuis l église de Saint Étienne le Laus …   Wikipédia en Français

  • Saint-Étienne-d'Avançon — Saint Étienne le Laus Saint Étienne le Laus Vue depuis l église de Saint Étienne le Laus …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.