Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines


Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines logo 2011.png
Devise La dynamique du savoir et de l'innovation
Informations
Fondation 22 juillet 1991
Fondateur Plan université 2000
Type Université publique (EPSCP)
Budget 143 millions d’euros (en 2010)[1]
Localisation
Coordonnées 48° 47′ 59″ N 2° 08′ 27″ E / 48.7997018, 2.140944548° 47′ 59″ Nord
       2° 08′ 27″ Est
/ 48.7997018, 2.1409445
  
Ville Versailles
Pays Drapeau de France France
Campus Versailles, Mantes-en-Yvelines, Vélizy-Villacoublay, Saint-Quentin-en-Yvelines, Rambouillet, Le Chesnay, Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville
Direction
Président Sylvie Faucheux (depuis 2002)
Directeur Romain Aparicio
Chiffres clés
Personnel 1 400 + 1 200 intervenants (en 2010)
Enseignants 1 360 enseignants et enseignants-chercheurs (en 2010)
Enseignants-chercheurs 1360
Étudiants 18 000 (en 2010)
Doctorants 715 (en 2010)
Niveau Bac+8 (Doctorat)
Divers
Affiliation UniverSud Paris[1], System@tic Paris-Région, Cosmetic Valley, Medicen, Mov'eo, Advancity
Site web www.uvsq.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

L’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) est l'une des quatre nouvelles universités (UEVE, Université de Cergy-Pontoise, Université de Marne-la-Vallée et UVSQ) créées en 1991 (plan Université 2000). Celle-ci est implantée dans le département des Yvelines et, depuis 2002, dans les Hauts-de-Seine.

Elle accueille environ 18 000 étudiants et emploie 1 400 personnes dont 1 360 enseignants. 1 200 intervenants viennent enrichir chaque année l'enseignement dispensé.

Les disciplines enseignées sont les sciences exactes, les sciences humaines et sociales, les sciences juridiques et politiques, l'ingénierie, la technologie et la médecine. L’université est également pionnière dans l’enseignement des interactions entre économie, éthique, environnement et développement durable.

Sommaire

Histoire

L’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) est créée le 22 juillet 1991 à partir de deux centres délocalisés de l'Université de Paris VI et Paris X. Elle est dotée en 1996 de structures et d'instances. La création de l'IUT de Mantes-la-Jolie en 2001 (anciennement annexe de l'IUT de Vélizy) précède d'un an l'ouverture de l'Institut universitaire professionnalisé (IUP) arts, sciences, culture et multimédia, rattaché à l'UFR de sciences. En 2002, l'UFR médicale Paris-Ouest devient affilié à l'UVSQ (précédemment affiliée à Paris V), renommée « Paris-Île-de-France-Ouest  » (PIFO). Le CFA d'Alembert à Guyancourt est créé en 2006. L'année 2007 est marquée par le déménagement de l'UFR médicale Paris Île-de-France Ouest (PIFO) à Saint-Quentin-en-Yvelines et la création, avec l’Université Paris XI et l’École normale supérieure de Cachan du PRES UniverSud Paris. Enfin, 2010 est l'année de la réorganisation de l'UFR sciences humaines et sociales de l'UVSQ. Il disparait pour laisser la place à 4 nouvelles UFR et instituts : institut des études culturelles, institut supérieur de management, institut de langues et études internationales et unité de formation et de recherche de sciences sociales.

Administration

Gouvernance

Comme tout établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, l’université est dirigée par un président élu à la majorité absolue des membres élus du conseil d’administration. Il est membre de droit des trois conseils de l’établissement. Les représentants des personnels (enseignants-chercheurs et IATOS) et les représentants extérieurs, siégeant aux conseils de l’université, bénéficient d’un mandat de quatre ans, les membres étudiants élus de deux ans.

  • Le conseil d’administration (CA), composé de 30 membres élus, décide de la politique de l’établissement. Il est notamment responsable du vote du budget, de la répartition des emplois ainsi que de l’approbation des accords et conventions[2].
  • Le conseil des études et de la vie universitaire (CEVU), composé de 40 membres élus, est un organe propositionnel au CA, chargé des questions relatives à la formation initiale et continue. Il oriente le CA en instruisant les demandes d’habilitation et les projets de nouvelles filières[3].
  • Le conseil scientifique (CS), composé de 40 membres élus, est un organe propositionnel au CA, chargé des questions relatives à la recherche et à son orientation au sein de l’établissement. Assurant la liaison entre l’enseignement et la recherche, il est consulté sur les modifications apportées aux enseignements de troisième cycle, sur l’intitulé à emplois de recherche et sur les demandes d’habilitation[4].

Historique des présidents

La présidente actuelle de l’université est Sylvie Faucheux. C’est la troisième personne à exercer cette fonction depuis la création de l’établissement. Elle est élue en 2002 après la démission de Dominique Gentile son prédécesseur, puis réélue en 2008[5].

Budget

L’université a dépensé pour son fonctionnement 143 millions d’euros en 2010 ce qui représente une hausse de 13,1 % par rapport à 2009[6]. Le budget alloué au fonctionnement a progressé de 29,2 % sur la période 2007-2010. Le montant des investissements sur la même période a été au total d'environ 3,3 millions d’euros[7].

Fondation université de Versailles

Une fondation universitaire est préparée dès l'automne 2008[8] et mise en place en 2010. Baptisée Mov’eoTec[9], elle concerne les transports et la mobilité durable et s'intéresse aux problématiques suivantes : réduire la consommation d'énergie et les émissions de CO2, faire baisser le nombre de morts et de blessés sur les routes, redonner de la mobilité aux personnes en situation de handicap, etc.

Composantes

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines se découpe en plusieurs composantes. On trouve d’une part les unités de formation et de recherche (UFR) et d’autre part les « instituts et écoles ».

Unités de formation et de recherche

L'UVSQ abrite sept unités de formation et de recherche :

Instituts et écoles

L'UVSQ dispose d'une école d'ingénieurs, l'Institut des sciences et techniques des Yvelines, créée en 1992 et qui délivre des diplômes d'ingénieur spécialisés en informatique ou mécatronique habilités par la commission des titres d'ingénieur.

Elle comprend également deux instituts universitaires de technologie : IUT de Vélizy avec une antenne à Rambouillet et IUT de Mantes-en-Yvelines et un centre de formation d'apprentis, le CFA d'Alembert créé en 2006 par l'UVSQ et la Chambre de commerce et d'industrie de Versailles-Val-d'Oise-Yvelines. Il est situé à Guyancourt, commune de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Observatoire

L'UVSQ abrite l'observatoire des sciences de l’univers. Situé à Saint-Quentin-en-Yvelines, il accueille les formations en sciences de l'environnement, sciences des systèmes, et sciences de l'homme. L'université se démarque par sa forte implication dans le développement durable.

Écoles doctorales

L’université dispose d’écoles doctorales qui ont la charge du suivi des étudiants en troisième cycle universitaire, mais aussi de la gestion des habilitations à diriger des recherches. Celles-ci sont au nombre de cinq[10] et 102 doctorats ont été délivrés en 2009[11].

Bibliothèques et réseau documentaire électronique

La bibliothèque universitaire sur le site de Guyancourt

Sa bibliothèque principale, achevée en juin 2002, occupe une surface de 8 400 m2 et comporte plus de 100 000 ouvrages. En 2005, l'université inaugurait la bibliothèque de Saint-Quentin-en-Yvelines disposant d'une surface de 7 500 m2 sur trois niveaux et 1 100 places de lecture[12]. Pour finir, la rentrée 2011 a vu la mise en service de la nouvelle bibliothèque du campus des sciences de l'UVSQ, situé à Versailles[13].

Implantations

L'université est implantée principalement sur quatre campus situés dans les villes de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, Mantes-en-Yvelines et de Vélizy-Villacoublay / Rambouillet, mais dispose aussi d'autres implantations sur un total de huit sites, répartis dans deux départements et sept communes. Au total l'établissement dipose en 2011 d'un patrimoine de 160 000 m2 de surfaces bâties[14].

Site de Versailles

Le site de Versailles accueille les services centraux, l'UFR « sciences » et le département informatique de l'institut des sciences et techniques des Yvelines.

Site de Saint-Quentin-en-Yvelines

Le site de Saint-Quentin-en-Yvelines regroupe les UFR « droit et sciences politiques », « sciences sociales », « recherche médicale Paris Île-de-France Ouest » et l'observatoire des sciences de l'univers.

Site du Chesnay

Le site du Chesnay se compose d'une antenne de l' UFR « sciences ».

Site de Vélizy-Villacoublay

Le site de Vélizy-Villacoublay accueille le siège de l'IUT de Vélizy.

Site de Rambouillet

Le site de Rambouillet accueille une antenne de l'IUT de Vélizy.

Site de Mantes-la-Jolie

Le site de Mantes-la-Jolie est le siège de l'IUT de Mantes-en-Yvelines.

Site de Mantes-la-Ville

Le site de Mantes-la-ville abrite le département mécatronique de l'institut des sciences et techniques des Yvelines.

Enseignement et recherche

Formations

À la rentrée 2011, l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines propose 48 mentions de licences générales et professionnelles, 52 diplômes universitaires, 10 formations en ligne, 93 mentions de Master, 13 diplômes universitaires de technologie, 2 diplômes d’ingénieurs, un diplôme en médecine, un diplôme de sage-femme et 2 diplômes d’accès aux études universitaires[15].

La licence générale est délivrée en 2008 dans quatre domaines qui se déclinent en mentions, puis en spécialités : Arts-lettres-langues (5 mentions), Droit–économie-gestion (18 mentions), Sciences humaines et sociales (9 mentions) et Science-technologie-santé (24 mentions)[16]. Le master est délivré en 2008 dans cinq domaines qui se déclinent en mentions, puis en spécialités et éventuellement en parcours : Arts-lettres-langues (1 mention), Sciences humaines et sociales (5 mentions), Droit-économie-gestion (5 mentions), Sciences de l'environnement-du territoire et de l'économie (4 mentions) et Science-technologie-santé (8 mentions)[17].

Relations internationales

L'université a développé depuis sa création des conventions d'échanges comme Erasmus, la conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ), ou d'autres types d'échanges bilatéraux avec des universités étrangères. Leur nombre est d'environ 230 en 2011[18]. L'université a accueilli via ces conventions 330 étudiants étrangers en 2010[19]. Le volume d'étudiants Erasmus représente sur la période 2003-2008 entre 0,41 et 0,67 % des étudiants de l’université, ce qui place l'établissement entre la 61e et la 75e place des universités françaises pour ce type d’accord[20].

L'université accueille par ailleurs des étudiants étrangers permanents qui visent l’obtention de diplômes français. En 2010, ceux-ci sont au nombre de 2 400[21], soit 13,3 % de l’effectif total. Ils sont plus nombreux en proportion dans les formations de troisième cycle, dans lesquelles ils représentent près de la moitié des effectifs (45 %).

Recherche

Les activités de recherche de l’université sont effectuées dans 35 unités de recherche. 23 de ces laboratoires sont des équipes d'accueil, et douze autres des unités mixtes de recherche liées au CNRS. Elles sont regroupées dans six pôles et comptent au total près de 950 chercheurs titulaires et 715 doctorants[22].

  • Le « Pôle chimie, physique, matériaux, énergies renouvelables » , centre pour l'étude des matériaux et des solides accueillera d’ici 2013 l’Institut de la fiabilité des matériaux pour la mécatronique et les systèmes complexes.
  • Le « Pôle environnement et développement durable » traite de nombreuses thématiques : sciences exactes, humanités, économie, médecine, etc.
  • Le « Pôle mathématiques, informatique, sciences pour l’ingénieur » qui étudie deux thématiques fortes : mathématiques-informatique et ingénierie des systèmes.
  • Le « Pôle biologie et santé » regroupe environ 300 chercheurs et 1200 étudiants de 1re année de médecine. Les domaines de recherche sont : biologie, médecine, épidémiologie et santé des populations. Ce pôle est rattaché à plusieurs hopitaux comme Ambroise-Paré, Raymond-Poincaré, Sainte-Périne, Foch, etc.
  • Le « Pôle cultures, humanités et sciences des sociétés » avec trois axes forts de formation et de recherche : les langues et les civilisations, la culture et ses métiers, les sciences sociales.
  • Le « Pôle institutions et organisations » qui s'intéresse aux sciences de gestion, du droit et de la science politique.

Par ailleurs, l'architecte Michel Rémon a réalisé, sur le terrain d'une des anciennes ferme de Troux de Guyancourt, l'Institut Pierre-Simon Laplace: institut de recherche en sciences de l'environnement global. L'institut est placé sous l'autorité du climatologue Jean Jouzel[23], lauréat du prix Nobel 2007 dans le cadre du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Michel Rémon a réutilisé une partie des bâtiments de l'ancienne ferme dont la maison de maître et a réalisé un bâtiment neuf sur trois niveaux abritant les laboratoires et chercheurs. Ce site accueille la direction centrale de l'institut et un laboratoire (LATMOS). Le coût global du projet est de 29 millions d'euros pour un équipement d'une surface utile de 8 950 m². Ainsi, depuis mars 2009, 250 à 300 chercheurs et ingénieurs étudient les sciences de l’univers[24]. L'institut Pierre-Simon Laplace est composé de 6 laboratoires dont seuls 3 sont sous tutelle partielle de l'UVSQ : centre d'étude des environnements terrestres et planétaires, service d'aéronomie, laboratoire des sciences du climat et de l'environnement.

Le service d'aéronomie et partiellement le centre d'étude des environnements terrestres et planétaires ont fusionné le 1er janvier 2009 pour donner naissance au laboratoire atmosphères, milieux et observations spatiales (LATMOS) placé sous tutelle de l'UVSQ.

Scientométrie

L'UVSQ figure au classement de Shanghai de 2010 et 2011[25].

Vie étudiante

Associations étudiantes

Les activités associatives sont portées au niveau institutionnel par une « direction de la vie étudiante », présidée par un vice-président. En septembre 2011, 31 associations sont agréés par l'UVSQ[26]. Elles couvrent les domaines des sciences, sciences sociales et humaines, droit, médecine, humanitaire-social-environnement, communication, loisirs, réflexion et politique.

Conçue par l'architecte Fabienne Bulle, une maison de l’étudiant sera livrée en 2013. D’une surface de 1 730 m2, ce bâtiment accueillera des locaux d’échanges et d'animation culturelle, une salle polyvalente, une salle d’arts plastiques, des espaces de services et une cafétéria[27], etc.

Sociologie

Sur les 14 226 étudiants recensés par l'université en 2004, 77,1 % étaient titulaires d'un baccalauréat général, 12,3 % d'un baccalauréat technologique et 0,7 % d'un baccalauréat professionnel. Par ailleurs, 12,5 % des étudiants sont boursiers. Concernant les origines sociales, 49,2 % des étudiants ont une origine sociale favorisée et 20,2 % une origine sociale défavorisée. 30,6 % ont une origine sociale moyenne ou plutôt favorisée[28].

Évolution démographique

Années 1993 1995 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Population 7 209[29] 9 322[29] 10 029[29] 10 200[29] 10 579[30] 10 719[29],[31] 12 769[29],[32] 13 295[29],[33]
Années 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 -
Population 14 226[34] 14 765[35] 14 450[36] 13 992[37] 13 654[38] 14 623[39] 15 142[40] -

Personnalités liées

Enseignants et anciens enseignants

Voir la catégorie : Enseignant à l'université de Versailles.

Docteurs honoris causa

Lors de la cérémonie de remise des titres de docteur honoris causa le 18 octobre 2011 à à l'Orangerie du château de Versailles, Sylvie Faucheux, alors Présidente de l'université, décerne, en présence de Alain Boissinot, la distinction à six personnalités[41] : Andrew Abbott (professeur de sociologie à l'université de Chicago), George Bermann (professeur en droit international à l'université de Columbia), Amos Gitaï (cinéaste et réalisateur israélien), Robin Hartshorne (professeur de mathématiques émérite à l'université de Californie à Berkeley), Günther Lottes (professeur d'histoire à l'université de Potsdam) et Seiji Miyashita (professeur de physique à l'université de Tokyo).

Image et communication

L'établissement s'est doté d'un logo reprenant le dessin d'un lever de soleil blanc sur une Terre verte faisant référence au développement durable, thématique majeure de l'université.

Un journal baptisé « T'DACtu » est publié par l'université tous les deux mois. Il est destiné aux partenaires institutionnels de l'établissement, ainsi qu'aux étudiants et aux personnels[42]. Un journal vidéo intitulé « UVSQ & Vous  »[43] est également proposé une fois par mois.

Pour approfondir

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article : Ouvrage utilisé comme source pour la rédaction de cet article

Article connexe

Lien externe

Notes et références

  1. a et b Page chiffres clés sur Site uvsq.fr, 21/09/2011. Consulté le 4 octobre 2011
  2. Conseil d'administration, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, consulté sur www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  3. Conseil des études et de la vie universitaire, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, consulté sur www.uvsq.fr le 15 juillet 2011
  4. Conseil scientifique, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, consulté sur www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  5. « Sylvie FAUCHEUX », consulté sur www.educpros.fr le 14 octobre 2011
  6. L’UVSQ voit son budget s’accroître de 13,1 % en 2010, consulté sur site www.uvsq.fr le 16 octobre 2011
  7. Les moyens supplémentaires des universités en 2010, consulté sur www.personnels.uvsq.fr le 16 octobre 2011
  8. Une fondation pour les transports et la mobilité durables, consulté sur site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  9. L’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines crée une seconde fondation partenariale dénommée Mov’eoTec, consulté sur site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  10. Les écoles doctorales, www.uvsq.fr, consulté le 15 octobre 2011
  11. Les chiffres clés, www.uvsq.fr, consulté le 15 octobre 2011
  12. Moderniser nos bibliothèques, consulté sur site www.uvsq.fr le 17 octobre 2011
  13. UNE NOUVELLE BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE POUR L'UVSQ, consulté sur site www.jversailles.fr le 17 octobre 2011
  14. La Direction du Patrimoine immobilier et de l'environnement, consulté le 16 octobre 2011 sur site www.uvsq.fr
  15. Les chiffres clés, consulté sur site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  16. Les licences, consulté sur site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  17. Les masters, consulté sur site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  18. L'international à l'UVSQ, consulté sur le site www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  19. L’UVSQ en chiffres, consulté sur site www.uvsq.fr le 16 octobre 2011
  20. Programme Erasmus, Classement français des universités françaises les plus performantes par année académiques, agence Europe-Education-Formation France, juillet 2010, consulté sur www.europe-education-formation.fr le 16 octobre 2011
  21. Les chiffres clés, consulté sur site www.uvsq.fr le 16 octobre 2011
  22. Recherche Innovation - Valorisation, www.uvsq.fr, consulté le 17 octobre 2011
  23. « Jean Jouzel, sentinelle du climat », Le Monde, 23 août 2007
  24. Source : Le moniteur des travaux publics et du bâtiment du 30 novembre 2007 page 29
  25. Page classement de Shanghai 2011 sur Site de l'ARWU 2011, 2011. Consulté le 4 octobre 2011
  26. Page le portail des étudiants - Panorama des associations sur Site etu.uvsq.fr, 21/09/2011. Consulté le 4 octobre 2011
  27. Région Ile de France : Maison de l'étudiant sur Site iledefrance.fr, 21/02/2011. Consulté le 4 octobre 2011
  28. Rapport d'évaluation de l'Université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines, consulté sur site www.cne-evaluation.fr le 17 octobre 2011
  29. a, b, c, d, e, f et g Comité national d'évaluation, L'université de Marne la Vallée, rapport d'évaluation, mai 2006, Paris, 64 pages, p. 6
  30. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  31. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  32. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  33. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  34. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  35. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  36. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  37. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  38. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  39. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  40. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  41. des docteurs honoris causa de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, consulté sur www.uvsq.fr le 15 octobre 2011
  42. Le journal T'DACtu, consulté sur site www.uvsq.fr le 16 octobre 2011
  43. UVSQ & Vous - le magazine vidéo de l'université, consulté sur site www.uvsqp.fr le 16 octobre 2011

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Universite de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines — Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Nom original UVSQ Informations Fondation 22 juillet 1991 Type Université publique Localisation …   Wikipédia en Français

  • Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines — Nom original UVSQ Informations Fondation 22 juillet 1991 Type Université publique Localisation …   Wikipédia en Français

  • Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines — Nom original UVSQ Informations Fondation 22 juillet 1991 Type Université publique Localisation …   Wikipédia en Français

  • Université de versailles-saint-quentin-en-yvelines — Nom original UVSQ Informations Fondation 22 juillet 1991 Type Université publique Localisation …   Wikipédia en Français

  • Université de Versailles-Saint-Quentin — en Yvelines Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Nom original UVSQ Informations Fondation 22 juillet 1991 Type Université publique Localisation …   Wikipédia en Français

  • Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines University — Infobox University name = Versailles Saint Quentin en Yvelines University native name = Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines image size = caption = latin name = motto = tagline = established = 1991 closed = vision = type = Public… …   Wikipedia

  • Universidad de Versailles Saint Quentin en Yvelines — Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Universidad de Versailles Saint Quentin en Yvelines Acrónimo UVSQ Tipo Pública Fundación 1991[1 …   Wikipedia Español

  • Universität Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines — Die Universität Versailles, eigentlich Universität Versailles Saint Quentin en Yvelines (frz. Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, UVSQ), ist eine Hochschule im Großraum Paris in Frankreich. Sie hat mehrere Standorte im Département …   Deutsch Wikipedia

  • Saint-quentin-en-yvelines — Communauté d’agglomération Administration Pays France Région …   Wikipédia en Français

  • Saint Quentin en Yvelines — Communauté d’agglomération Administration Pays France Région …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.