Univers observable


Univers observable
Voir l'article Univers pour un point de vue général de l'Univers.
Visualisation de l'univers observable en trois dimension sur 93 milliards d'années lumière (28 milliards de parsecs). L'échelle est telle que les légers grains de lumières représentent des regroupements de grands nombres de superamas. Le superamas de la Vierge où se trouve notre galaxie la Voie lactée est situé au centre, mais est trop petit pour être visible sur l'image.

L'univers observable est un terme utilisé en cosmologie pour décrire la partie visible de notre Univers. Par définition même, la limite de cette partie visible est située à l'horizon cosmologique. Du fait que notre Univers a un âge fini, environ 14 milliards d'années, la lumière des objets célestes situés au-delà de l'horizon n'a pas eu le temps de parvenir jusqu'à nous et ces objets sont donc invisibles.

Il serait scientifiquement inconséquent d'ignorer la partie non observable de l'Univers sous prétexte que nous ne pouvons pas la voir. C'est toute la force des modèles théoriques de pouvoir appréhender l'Univers dans son ensemble alors que nous ne pouvons en voir qu'une partie. D'ailleurs la lumière voyageant à la vitesse de 300 000 kilomètres par seconde, chaque seconde de temps qui s'écoule nous fait découvrir une profondeur d'espace nouvelle de 300 000 kilomètres. De la sorte, en une année, quelques galaxies nouvelles supplémentaires se découvrent à notre vue. On conçoit qu'il serait absurde de dénier la réalité de ces objets avant que nous puissions les voir alors qu'ils vont apparaitre d'un moment à l'autre. Appréhender la seule partie observable de l'Univers n'est pas appréhender la réalité de l'Univers dans son ensemble.

Sommaire

Taille de l'univers observable

Puisque l'âge de notre Univers est de quelque 14 milliards d'années, la lumière émise par un astre ne peut pas avoir voyagé plus de 14 milliards d'années. Par conséquent la lumière issue des objets les plus éloignés que nous puissions détecter, à la limite de la partie observable de notre Univers, aura mis 14 milliards d'années pour nous parvenir. Pendant ce temps la lumière aura parcouru exactement 14 milliards d'années-lumière et par conséquent ce nombre fixe commodément la taille de la partie observable de notre Univers.

C'est une autre question de savoir à quelle distance géométrique se situent actuellement les objets dont nous recevons la lumière, 14 milliards d'années après qu'ils l'ont émise. Pour déterminer cette distance, il faut adopter un modèle d'univers et connaissant la vitesse d'expansion de l'espace en déduire la distance dont se sera éloigné l'objet considéré depuis l'émission des photons. Dans le cadre du modèle standard de la cosmologie la distance actuelle de l'horizon cosmologique est de l'ordre de 45 milliards d'années-lumière.

Nous ne pouvons donc pas observer les objets situés sur l'horizon cosmologique à sa distance actuelle. Nous ne pouvons théoriquement observer les objets que jusqu'à la distance du fond diffus cosmologique, 300 000 années après le Big Bang, quand l'Univers s'était assez refroidi pour permettre aux électrons de se joindre aux noyaux atomiques, ce qui amena un arrêt à l'effet Compton des photons ambiants en permettant ainsi aux photons de survivre assez longtemps pour atteindre la Terre.
Toutefois il serait (théoriquement) possible d'extraire des informations d'avant cette époque, grâce à la détection des ondes gravitationnelles ou des neutrinos « fossiles ». Ni les unes ni les autres n'ont encore été détectés.

Contenu de l'univers observable

Voici trois façons d'estimer en ordre de grandeur la quantité de matière dans la partie observable de notre Univers. Elles conduisent à un nombre total d'atomes de l'ordre de 1080 en chiffres ronds.

  1. L'horizon de notre Univers est situé actuellement à environ 40 milliards d'années-lumière, comme nous venons de le voir. Si l'on néglige les effets de courbure de l'espace, le volume de l'espace visible représente : 4/3.π.R3 = 2×1080 m3. La densité critique de l'Univers, pour une constante de Hubble égale à 75 (km/s)/Mpc, est de : 3.H2/(8.π.G) = 10−26 kg/m3 ; soit environ 5 atomes d'hydrogène par mètre cube. En multipliant ceci par le volume de la partie visible de l'Univers, on obtient 1081 atomes d'hydrogène.
  2. Une étoile typique « pèse » environ 2×1030 kg (c'est la masse du Soleil), ce qui fait environ 1057 atomes d'hydrogène par étoile. Une galaxie typique contient environ 400 milliards d'étoiles ce qui fait que chaque galaxie aurait en moyenne environ 1×1057 × 4×1011 = 4×1068 atomes d'hydrogène. Il y aurait peut-être 80 milliards de galaxies dans la partie observable de notre Univers, ce qui fait au final 4×1068 × 8×1010 = 3×1079 atomes d'hydrogène dans l'Univers.
  3. Enfin une façon simple, plus rigoureuse et moins arbitraire d'estimer l'ordre de grandeur des quantités cherchées est de faire les calculs à partir des équations de Friedmann. Une application numérique pouvant être considérée comme une bonne première approximation de la réalité donne une densité actuelle de 5×10-27 kg/m3 pour un volume total de l'Univers de 1081 m3 dont nous ne verrions que 20 %. Ces nombres conduisent à 1054 kg de matière, c'est-à-dire à 5×1080 atomes, dans la partie observable de notre Univers.

Il est à noter que ces nombres, si incroyablement grand soient-ils restent imaginables. Prenons par exemple un jeu de tarot (78 cartes) et essayons de réaliser toutes les configurations de tri possible (!78, factorielle 78). Si nous séparons tout les atomes de l'univers en groupes de 78 et que nous considérons que toutes les nanosecondes (échelle de grandeur des réactions atomiques) leurs configurations changent afin d'en générer de nouvelles (une par groupe de 78 atomes), combien leurs faudra-t-ils de temps avant de réaliser toutes les possibilités que nous offre un jeu de tarot? la réponse est d'environ 180 000 fois l'âge de l'univers! Cette métaphore est utilisé notamment en écologie (Process Ecology, Robert E. Ulanowicz) pour aider l'esprit humain à se rendre compte de l'importance des évènements de chance singuliers (qui ne se réalisent qu'une seule et unique fois dans l'histoire de l'univers).

Articles connexes

Références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Univers observable de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Univers visible — Univers observable Voir l article Univers pour un point de vue général de l Univers. L univers observable est un terme utilisé en cosmologie pour décrire la partie visible de notre Univers. Par définition même, la limite de cette partie visible… …   Wikipédia en Français

  • UNIVERS — Il peut paraître illusoire, inutile ou présomptueux d’oser consacrer quelques lignes à l’Univers dans son ensemble. Nous sommes écrasés par son immensité et sa diversité. Néanmoins, l’intelligence de l’homme l’a conduit à inventer un très grand… …   Encyclopédie Universelle

  • Univers de milne — Chronologie du Modèle standard de la cosmologie Cosmologie quantique (?) Ère de Planck (?) Inflation cosmique Préchauffage Réchauffage Ère d …   Wikipédia en Français

  • Univers hesitant — Univers hésitant Le terme d’univers hésitant se réfère à un modèle cosmologique décrivant un univers homogène et isotrope c’est à dire de type Friedmann Lemaître Robertson Walker dont l’expansion passe dans un premier temps par une phase… …   Wikipédia en Français

  • Univers — Pour les articles homonymes, voir Univers (homonymie). Universum C. Flammarion, gravure sur bois, Paris 1888, coloris : Heikenwaelder Hugo, Wien 1998. L’Univers est l’ensemble de tout ce qui exis …   Wikipédia en Français

  • Univers de Friedmann-Lemaître-Robertson-Walker — Métrique de Friedmann Lemaître Robertson Walker En cosmologie, la métrique Robertson Walker, souvent couplée aux équations de Friedmann Lemaître du paramètre d expansion R(t) (généralement abrégé modèle FLRW), est une métrique permettant de… …   Wikipédia en Français

  • Univers de Milne — L univers de Milne ou modèle de Milne est un ancien modèle cosmologique proposé par Edward Arthur Milne. Il est classiquement interprété comme étant la limite d un univers en expansion quand la densité de matière devient négligeable devant la… …   Wikipédia en Français

  • Univers hésitant — Le terme d’univers hésitant se réfère à un modèle cosmologique décrivant un univers homogène et isotrope c’est à dire de type Friedmann Lemaître Robertson Walker dont l’expansion passe dans un premier temps par une phase déccélérée (les distances …   Wikipédia en Français

  • Univers-îles — Galaxie  Cet article concerne les galaxies au sens général. Pour les articles homonymes, voir Galaxie (homonymie). Pour notre propre galaxie, voir Voie lactée …   Wikipédia en Français

  • Univers d'Einstein-de Sitter — Espace d Einstein de Sitter En cosmologie, l espace d Einstein de Sitter est le nom donné au modèle cosmologique de type Friedmann Lemaître Robertson Walker dont la densité d énergie est égale à la densité critique (la courbure spatiale est donc… …   Wikipédia en Français