Ultras (football)


Ultras (football)

Ultras (supporters)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ultra.

Les Ultras constituent une catégorie particulière de supporters de football bien qu’ils soient également présents de manière plus réduite en basket-ball, handball, hockey sur glace, rugby. Le but d'un groupe ultra est de soutenir de manière inconditionnelle son équipe de prédilection. Ce soutien s'organise autour de plusieurs axes : les tifos, les chants et les déplacements pour assister aux différents matchs de l'équipe soutenue. À la différence des autres groupes de supporters, souvent informels, un groupe ultra s'organise en une structure indépendante vis-à-vis du club. Parfois ces groupes se distinguent également par des engagement politiques, comme par exemple les groupes affichant les couleurs nationales (bleu blanc et rouge) donc nationalistes. Mais on retrouve également des groupes communistes ou plus globalement ouvert aux autres cultures.

Sommaire

Concept

Par définition un ultra est une personne ayant la mentalité ultra (et dans la majeure partie des cas ayant un lien avec un groupe ultra), qu'il soit membre ou sympathisant. Une personne ayant l'idéologie et les activités d'un ultras sans faire partie d'un groupe (il faut entendre par la qu'il n'en côtoie pas du tout) est donc appelé à juste titre un indépendant. Une personne côtoyant un groupe ultra ne sera cependant pas forcément un ultra. Il n'y a pas de définitions ou de critères spécifiques permettant de déterminer qui est ultra qui ne l'est pas.

Comment reconnaître un ultra ? C'est simple : on ne le reconnaît pas. Tout le monde peut-être un ultra, et cela fait parti de la richesse du mouvement.

Les finalités du groupe ultras sont d'encourager l'équipe. Pour cela ils chantent, agitent des drapeaux, étendards et tifos, se servent parfois de moyens pyrotechniques interdits dans les stades (question qui fait débat depuis longtemps dans le milieu). Mais le groupe ultra vit également pour se faire connaître, pour se faire un nom. Un groupe qui encourage son équipe de manière efficace et qui se conduit dignement sera respecté, un groupe déloyal et dont la présence au stade est mineure ne le sera pas. Pour résumé simplement, les meilleurs qualités dont peut se targuer un groupe ultra sont l'audace, la créativité et l'honneur (loyauté et dignité).

Les ultras se veulent contre le foot business, contre la répression (condamnations sévères lors de l'usage de fumigènes, liberté d'expression dans les banderoles tifos et étendards, équipes de sécurité trop virulentes, etc ...), des interdictions de stades abusives et des peines exagérées qui leurs sont arbitrairement infligés (voir à ce sujet l'affaire Santos Mirasierra).

Les ultras sont peu appréciés des forces de l'ordre qui sont souvent employées pour calmer des supporters jugés trop agités, voir dangereux. Mais les avis à cette question divergent et font débat, et peuvent changer d'un stade à l'autre, et d'un groupe à l'autre. Que faut-il faire et que ne faut-il pas faire dans un stade de football, la question reste sans réponse.

Les groupes ultras sont regroupés sous forme d'association loi 1901, pour financer des déplacements en car ils doivent donc faire appel aux cotisations de leurs membres ainsi qu'aux produits récoltés de la vente de leurs produits dérivés. Ces déplacements en car seront également financés par les participants (le prix variant selon la distance à parcourir). En général, la fabrication d'étendards/tifos/banderoles/bâches (très souvent manuelle) et l'achat de matériel divers ne se fait pas au frais de l'association mais des membres participants.

Le milieu ultra est très fermé et il est difficile d'y rentrer. De plus il est très difficile de s'informer sur ce milieu. Par pure allégorie nous pourrions évoquer un stade de football : si vous n'y êtes pas, impossible de savoir ce qui s'y passe.

Le groupe ultra est à la fois une charge et une fierté pour le club de football. Une charge car l'usage de fumigènes est facturé au club par la ligue de football professionnel, et car le groupe peut parfois donner une image négative du club (voir l'affaire de la banderole des [1]Boulogne Boys). Une fierté car il montre que le public est bien présent et que le stade est animé. Il n'est également pas désagréable pour un dirigeant de club de pouvoir dire que ses supporters sont parmi les meilleurs (comme à Nice, ou la renommée de la BSN85 rattrape parfois celle du club lui-même).

Au stade, le groupe ultra forme un bloc face au terrain, les membres sont debout et doivent chanter pendant 90 minutes. A ces chants peuvent s'additionner une gestuelle applaudissements rythmés, brandissement d'écharpe, emploi de drapeaux, etc ... Le groupe est coordonné et dirigé par un "kapo", une personne unie d'une mégaphone qui se situe face à eux (et donc dos au terrain) et qui a pour but de lancer les chants, d'indiquer la gestuelle, de diriger et coordonner le groupe avec parfois d'autres groupes de supporters. Les groupes ultras (comme les groupes non ultra) se réunissent en général derrière une banderole ou leur nom est écrit, avec parfois leur emblème ou bien divers détails.

Principaux Groupes Ultras Français encore en activité

Par ordre d'apparition:

Historique

Le mouvement de supporter naît au Brésil dès les années 1940 avec la mise en place de Torcida. Ces groupes de supporters n'ont rien à voir avec les organisations existantes jusque-là au Brésil comme ailleurs. Le mouvement ultra' débarque en Europe via l' Italie et la Yougoslavie d'alors, ou plutôt la Croatie. Les actualités cinématographiques yougoslaves diffusent des images de la Coupe du monde de football de 1950, avec de nombreux plans de foules exubérantes : les Torcida. Les supporters de l'Hajduk Split sont les premiers Européens à adopter cette attitude dès le 28 octobre 1950 à l'occasion d'un match contre l'Étoile Rouge de Belgrade. Ce premier groupe prend pour nom : Torcida. L'intensité de la partie face au grand rival et le but victorieux inscrit à la 87e minute aide à la naissance du mouvement. Les supporters envahissent le terrain au coup de sifflet final, et portent en triomphe le buteur jusqu'au centre de la ville. Les « exploits » des fans de l'Hajduk Split marquent les années 1950 et années 1960, mais la vraie naissance du groupe en tant que groupe Ultra n'est qu'en 1981 lorsque leur bâche apparait pour la 1ère fois .

Le vraie naissance du mouvement Ultra' telle que nous le connaissant aujourd'hui se produit en Italie. Les clubs italiens découvrent les us et coutumes du supporterisme dans les années 1950 . Nombre de groupes se constituent en Italie dès les années 1950 , le 1er groupe ULTRA en Italie et en Europe en général dont la mentalité est proche de celle des ultras d'aujourd'hui est le COMMANDO ULTRAS de l'AC Milan puis apparaissent les groupes Ultras Tito Cucchiaroni de la Sampdoria de Gênes et les Fedelissimi Granata du Torino et d'autre ...

Le mouvement ultra' atteint la France au milieu des années 1980. Le premier groupe ultra en France est le Commando Ultra de l'Olympique de Marseille fondé en 1984 suivis des Boulogne Boys du Paris Saint-Germain Football Club et la Brigade Sud Nice de l'OGC Nice tous les deux fondés en 1985 et Yankee nord Marseille, des south winners (Olympique de Marseille) et des Bad Gones de l'Olympique lyonnais créés en 1987 ainsi que des Ultramarines Girondins de Bordeaux puis les Fanatics en 1988 Olympique de Marseille. Cette forme de supporters laisse froid les îles britanniques dont les supporters préfèrent avoir une relation directe et personnelle avec « leur » club plutôt que de passer par un groupe de supporters. C'est la base même du conflit qui oppose l'école dite italienne (Ultras) et l'école dite britannique.

Les groupes ultras sont théoriquement financièrement indépendants du club qu'ils soutiennent. Ils s'autofinancent par différents moyens, chaque groupe ayant son style de financement. Parmi ces moyens on trouve les déplacements pour suivre le club à l'extérieur au cours desquels nourriture et boissons peuvent être vendues, des quêtes en tribune, la vente de gadgets portant le nom du groupe ou de la ville, la vente d'un fanzine édité par le groupe, etc... Cependant, des dérives mercantiles existent lorsqu'un groupe produit des gadgets en très grande quantité pour les vendre à un maximum de personne, même extérieures au groupe. Les Irreducibilli (Lazio de Rome, Italie) possèdent même plusieurs boutiques officielles où ils vendent billets et matériels divers. En France, le CU84 de Marseille possédait une boutique de ce type, en face du stade vélodrome, mais en 2007, ils s'en sont débarrassés, préférant revenir sur des bases plus ultras et moins "foot bussiness". Une partie de la mouvance Ultra estime que ces groupes s'éloignent de la mentalité originelle et de l'opposition au "Foot Buisness"

Les ultras des différents groupes de l'hexagone se concertèrent ensemble en 2007 , suite au décès du supporter Julien Quemener, pour mettre en place des actions communes et aboutir ensemble à une manifestation visant à défendre leurs droits et faire entendre leurs voix. À l'initiative des Boulogne Boys 1985 (groupe parisien) s'était créé le CNS (Coordination Nationale des Supporters) et dont la première action fut une banderole commune dans les différents stades français ("supporter n'est pas un crime"). Cependant, ce comité national s'est vite dissipé, certains grands groupes n'ayant jamais voulu rejoindre ce mouvement pour des raisons peu claires, sans doute une question de leadership. Ils fondèrent alors la Coordination Nationale des Ultras, organisation regroupant 24 groupes ultras d'équipes différentes.

Le 17 avril 2008 a officiellement marqué la fin du groupe parisien des Boulogne Boys 1985. Cette dissolution, prononcé par Michèle Alliot-Marie, survenue après l'affaire de la banderole parisienne lors de la finale de la Coupe de la Ligue contre Lens où était écrit "Chômeurs, pédophiles, consanguins : Bienvenue chez les Ch'tis". Cette affaire à longuement occupé la scène médiatique, même si certains n'y voient qu'un fait divers peu grave visant à humilier de manière corrosive et humoristique l'adversaire d'un soir plutôt qu'une réelle volonté d'insulter gratuitement les Ch'tis. Cette dissolution a été unanimement dénoncée par les ultras mais aussi par plusieurs sociologues spécialisés dans le monde des Tribunes dénonçant un coup médiatique visant le groupe le plus calme de la Tribune Boulogne au lieu des indépendants de cette tribune, supporters les plus virulents n'appartenant à aucun groupe.

Cette dissolution donna lieu à une manifestation le 17 mai 2008 organisée conjointement à Lens et à Nice. Cette marche commune de différents groupes ultras réunit au total plus de 2 700 supporters classiques & ultras (environ 700 à Lens et 2 000 à Nice). Cette manifestation avait pour but de dénoncer la répression abusive dont sont souvent victimes les ultras, de favoriser la liberté d'expression de ceux-ci mais aussi de dénoncer le football business, sujet très important que les ultras ne cessent de dénoncer au profit d'un football populaire. Cette manifestation a réuni des groupes de différents clubs français mais aussi belges, suisses et italiens ainsi qu'allemands venus dénoncer les mêmes problèmes vécus dans leurs pays.

Article connexe

Liens externes

Commons-logo.svg

  • Portail du football Portail du football
Ce document provient de « Ultras (supporters) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ultras (football) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ultras — (Latin word deriving from beyond in English, with the implication that their enthusiasm is beyond the normal) are a sanctioned form of sports team supporters renowned for their violent conduct. They are predominantly European and South American… …   Wikipedia

  • Ultras White Knights — UWK 07 (Arabic: ألتراس وايت نايتس) are the leading ultras group in Egypt and are so far El Zamalek s only ultras group; they made their first action on :12 4 2007 on [Fisaly] match.Their first banner was unhurled on 17 3 2007 against Al Helal… …   Wikipedia

  • Football hooliganism — such as brawls, vandalism, and intimidation carried out by Association football club supporters and fans.cite news |title=Another sorry outbreak of the English disease |publisher=The Independent|date=2004 06… …   Wikipedia

  • Football Club — Football Pour les articles homonymes, voir Football (homonymie). Football Soccer …   Wikipédia en Français

  • Football au Portugal — Football Pour les articles homonymes, voir Football (homonymie). Football Soccer …   Wikipédia en Français

  • Football européen — Football Pour les articles homonymes, voir Football (homonymie). Football Soccer …   Wikipédia en Français

  • Ultras Ahlawy — Ultras AhlawyUA 07 (Arabic: التراس اهلاوي) is the leading ultras group in Egypt. The first appearance of this group was on 13 April 2007 (Al Ahly Vs Enppi in the Egyptian premier league), when they raised their banner for the first time. Since… …   Wikipedia

  • Football Club De Gueugnon — FC Gueugnon …   Wikipédia en Français

  • Football Club Gueugnonnais — Football Club de Gueugnon FC Gueugnon …   Wikipédia en Français

  • Football club de gueugnon — FC Gueugnon …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.