Ueli Steck


Ueli Steck
Ueli Steck Pix.gif
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport pratiqué Alpinisme
Période active De 1995 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité Drapeau de Suisse Suisse
Naissance 4 octobre 1976 (1976-10-04) (35 ans)
Lieu de naissance Langnau im Emmental
Surnom The Swiss Machine[1]

Ueli Steck, né le 4 octobre 1976 à Langnau im Emmental est un alpiniste suisse. Il a travaillé comme charpentier avant de devenir alpiniste professionnel. Il est notammment connu pour ses ascensions en solitaire et ses records de vitesse. Il est aussi un des ambassadeurs des « speed climbers » qui depuis environ 30 ans dynamitent les mythes de l'alpinisme en réalisant des ascensions à un rythme extraordinaire.

Sommaire

Biographie

Enfant, Ueli Steck joue au hockey sur glace. À 12 ans, il découvre l'escalade et s'inscrit au Club alpin suisse. Il se passionne aussitôt pour ce sport ainsi que pour l'alpinisme et arrête le hockey[2]. À l'âge de 18 ans, il réalise l'ascension de la face nord de l'Eiger et le pilier Bonatti dans le massif du Mont-Blanc. Il se fait rapidement un nom dans le monde de l'alpinisme pour son talent mais aussi pour son goût du risque, et se démarque par ses ascensions en solitaire sur des voies inédites ou ses records de vitesse dans les plus dures faces de la planète. En 1998, il fait l'ascension en solo du couloir Haston sur le Mönch en 3 h 30, et en 1999, la route Lauper sur l'Eiger en 5 h.

En 2001, il réalise la première ascension de la face ouest du Mont Pumori avec Ueli Bühler[2]. À partir de 2002, il réalise plusieurs ascensions avec Stephan Siegrist : « The Young Spider » (2002) et « La Vida es Silbar » (2003) sur la face nord de l'Eiger, puis ils enchaînent les 3 faces nord de l'Eiger, du Mönch et de la Jungfrau en 25 heures (2004)[3]. En 2005, il réalise la première ascension en solo de la face nord du Cholatse (6 440 m) et de la face ouest du Tawoche (6 505 m)[4].

Ueli Steck fait régulièrement parler de lui grâce à ses records de vitesse. En 2007, il établi un nouveau record de la face nord de l'Eiger en 3 h 54[5], puis en février de l'année suivante il bat son propre record de 67 minutes avec un temps de 2 h 47 min 33 s[6].

Au mois de mai 2008, en pleine préparation de leur excursion à la face sud de l'Annapurna dans l'Himalaya et après une première tentative avortée, Ueli Steck et Simon Anthamatten doivent arrêter brusquement leurs préparatifs pour partir sauver un alpiniste espagnol. L'équipe de Iñaki Ochoa de Olza a dû renoncer à sa tentative d'atteindre le sommet de l'Annapurna et c'est lors de leur descente qu'Ochoa s'effondre à terre. Ayant reçu un appel de détresse, Steck et Anthamatten partent immédiatement de leur camp de base vers le camp à 7 400 m où se trouvait Ochoa, soigné par son collègue roumain Horia Colibasanu. En raison des conditions météorologiques difficiles et des risques d'avalanches, les suisses ont grimpé deux jours avant d'atteindre le camp d'Ochoa. Une fois là-bas, Colibasanu, qui souffrait de problèmes de santé lui-même, a quitté le camp pour descendre avec Anthamatten sur le camp de base à 4 000 m. Steck est resté pour soigner Ochoa. Une équipe de sauvetage était rassemblée mais les conditions météorologiques défavorables ont empêché les sauveteurs d'atteindre le camp où Ochoa et Steck demeuraient. Un hélicoptère de sauvetage ne pouvant pas être utilisé à si haute altitude, Ochoa est malheureusement décédé le 23 mai. Steck est resté avec lui jusqu'à la fin, et ce n'est que le samedi qu'il est retourné au camp de base où Anthamatten et les autres sauveteurs l'ont attendu.

Le 13 janvier 2009, Ueli Steck boucle une trilogie de record (Eiger, Grande Jorasse, Cervin) sur face nord en ne mettant que 1 h 56 pour atteindre le sommet du Cervin par la voie Schmid. La même année il reçoit le Piolets d'Or 2009 en difficulté technique pour le première ascension de la face nord du Tengkampoche (6 500 m) avec son compatriote Simon Anthamatten[7]. Le 9 juillet, il réussit son premier sommet de plus de 8 000 m en réalisant l'ascension du Gasherbrum II (8 035 m) en solo[8].

Au début 2011, il commence le Projet Himalaya, une expédition de 5 mois dans la chaîne de l'Himalaya durant laquelle il compte réaliser plusieurs ascensions records. Le 17 avril, il réalise l'ascension de la face sud du Shisha Pangma (8 013 m) en un temps record de 10 h 30[9],[10]. Il est parti du camp de base situé à 5 800 m d'altitude à 22 h 30 le samedi 16 avril et atteint le sommet à 9 h 00 le lendemain, et est de retour au camp de base moins de 20 h après son départ[11]. Seulement 18 jours plus tard, le 5 mai, il réalise l'ascension du Cho Oyu (8 201 m) avec Don Bowie malgré les conditions météorologiques difficiles[12].

Ascensions notables

Voies ou sommets réalisés en équipe

Tracé de la voie ouverte par Ueli Steck et Ueli Bühler sur la face ouest du Pumori dans la chaîne de l'Hymalaya
Voie ouverte par Ueli Steck et Ueli Bühler sur la face ouest du Pumori, (Himalaya)
  • 2001 : Face ouest du Pumori (Himalaya) avec Ueli Bühler, première ascension
  • 2002 : Face nord de l'Eiger/voie The Young Spider avec Stephan Siegrist
  • 2003 : Face nord de l'Eiger/voie La Vida es Silbar avec Stephan Siegrist

Voies ou sommets réalisés en solo

  • 2004 : Wendenstöcke/voie Excalibur
  • 2005 : Cholatse et Tawoche (Himalaya), première ascension en solo
  • 2006 : Face nord de l'Eiger/voie The Young Spider
  • 2010 : Face nord des Droites/voie Ginat, amélioration du record de Christophe Profit

Voie ou sommet réalisés en record de temps

  • 2004 : Faces nord de l'Eiger, du Mönch et de la Jungfrau, en un temps record de 25 h avec Stephan Siegrist
  • 2007 : Face nord de l'Eiger, en un temps record de 3 h 54
  • 2008 : Face nord de l'Eiger, en un temps record de 2 h 47 min 33 s
  • 2008 : Face nord des Grandes Jorasses/voie Colton-McIntyre, en un temps record de 2 h 21 à vue
  • 2009 : Face nord du Cervin/voie Schmid, en un temps record de 1 h 56 à vue
  • 2011 : Face sud du Shisha Pangma (8 013 m), en un temps record de 10 h 30

Voie réalisées en escalade libre

  • 2008 : Face Nord de l'Eiger/voie Pacienca 8a/5.13b, première ascension en escalade libre
  • 2009 : El Capitan/voie Golden Gate 8a/5.13b

Bibliographie

  • (de) Gabriella Baumann-von Arx (ill. Robert Bösch), SOLO : der Alleingänger Ueli Steck : eine Nahaufnahme, Wörterseh, 2006, 239 p. (ISBN 9783033006362) (OCLC 180900239) 

Sources

  • Jean Ammann , la Liberté, 22 janvier 2009

Notes et références

  1. Ueli Steck - Part 1: The Swiss Machine sur http://www.climbing.com/. Consulté le 1er mai 2011
  2. a et b (en) Biography sur http://www.uelisteck.ch/. Consulté le 15 mai 2011
  3. Sophie Roulin, « L’Eiger comme terrain de jeu ». Mis en ligne le 2 février 2006, consulté le 1er mai 2011
  4. (en) Christine Kopp, « Ueli Steck climbing solo on Cholatse and Tawoche » sur http://www.planetmountain.com/. Consulté le 1er mai 2011
  5. (en) Lindsay Griffin, « STECK SHATTERS EIGER RECORD » sur http://www.alpinist.com/. Mis en ligne le 6 mars 2007, consulté le 9 août 2011
  6. (en) Erik Lambert, « Steck Cuts 67 Minutes Off Eiger Record » sur http://www.alpinist.com/. Mis en ligne le 14 février 2008, consulté le 9 août 2011
  7. Résultats des Piolets d'Or 2009 sur http://www.pioletsdor.com/. Consulté le 1er mai 2011
  8. Premier 8000 pour Ueli Steck sur http://www.kairn.com/. Mis en ligne le 16 juillet 2009, consulté le 9 août 2011
  9. Christian Levesque, « Malade : Ueli Steck grimpe le Shishapangma en 10h30! » sur http://carnetsdaventures.ca/. Mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 15 mai 2011
  10. (en) Jack Geldard, « Ueli Steck - Shisha Pangma Speed Climb » sur http://www.ukclimbing.com/. Mis en ligne le 28 avril 2011, consulté le 15 mai 2011
  11. (en) Successful on Shisha Pangma sur http://www.uelisteck.ch/. Mis en ligne le 19 avril 2011, consulté le 15 mai 2011
  12. (en) Detial report: Success on Cho Oyu sur http://www.uelisteck.ch/. Mis en ligne le 11 mai 2011, consulté le 15 mai 2011

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ueli Steck de Wikipédia en français (auteurs)