Trophee


Trophee

Trophée

Un trophée est une marque de l'accomplissement d'une action particulière. Généralement, le trophée est une récompense remise au vainqueur d'une épreuve (notamment dans le sport). Le trophée peut également être une preuve arrachée au vaincu, que le vainqueur garde comme marque de son acte. Le trophée est remis au vainqueur (et des titres symboliques à ses seconds) lors d'une cérémonie officielle par un membre éminent de la discipline ou d'une instance fédérale. L'objet du trophée peut être symbolique (une coupe ou une médaille), financier (un bon d'achat, un chèque), ou un contrat (contrat d'édition). La cérémonie est souvent enjolivée d'un discours, d'une remise de bouquet ou d'une couronne, d'une montée des couleurs (drapeau), de l'émission d'un hymne spécifique ou national. Souvent des hôtesses apportent le trophée placé sur un coussin, selon un protocole visant à reconnaître la dimension exceptionnelle de la victoire. L'élévation au rang de héros est marqué aussi par la montée sur le podium. Le champagne est un élément supplémentaire festif.
Le trophée est attribué selon des catégories, des mentions, des domaines. La compilation des résultats forme le palmarès. Des exemples de catégorie:

  • pour l'ensemble de la carrière
  • premier œuvre
  • meilleur étranger
  • prix du public...

Sommaire

Étymologie

Bas-relief de la Renaissance représentant un trophée (Palais de Charles Quint).

Le terme de trophée dérive du latin trophaeum, altération de tropaeum. Ce terme fait référence à une coutume indo-européenne qui consistait à suspendre sur une place publique des objets pris sur un champ de bataille, pour commémorer la victoire. Ainsi, selon Jules César les gaulois vainqueurs suspendaient les cadavres des vaincus, en armes sur des pieux, les Romains se contentaient de suspendre les armes des vaincus sur des arbres. On retrouve ce terme en grec ancien, τρόπαιον où il désignait un monument célébrant une victoire à l'emplacement de celle ci. Le terme τρόπαιος se traduisant par « qui fait tourner, qui met en fuite » et τροπη signifie « tour, changement de direction, fuite, déroute »[1]

L'épreuve

  • L'organisateur est une fédération, une fondation, une société
  • Les participants sont volontaires sur inscription ou sur qualification, ou alors choisis par le jury

La récompense

Le trophée (objet)

Il peut être confié à un sculpteur célèbre, c'est en général une forme sur un socle:

La forme peut être en métal ou d'aspect métallique (or, argent ou bronze) ou dans d'autres matières (plexiglas, cristal, pierre). Cette forme est fixée le plus souvent sur un socle lourd (pierre ou bois). Les trophées sont acquis le plus souvent de façon définitive, d'autres sont détenus pour une année et remis au lauréat suivant. Dans ce cas le palmarès peut être gravé sur l'objet.

La cérémonie

  • Le protocole est calculé et défini, avec la disposition matériel : podium, bouquets, entrée des personnalités, l'ordre et la durée des discours
  • La presse est conviée pour faire parler de l'événement, il y a donc une forme d'autopromotion de l'organisateur et de sa discipline, et souvent une cooptation des membres du jury
  • Les récompensés portent des titres divers : ils sont lauréats, récipiendaires, titulaires, primés, champions
  • Les seconds reçoivent des récompenses moindres, souvent jusqu'à la 10°place : ils sont accessit, dauphin, finaliste, vice-champion

Le refus du trophée

Des esprits libres refusent les honneurs, par indépendance, refusent de rentrer dans l'establishment, la norme. Ils refusent de devenir l'instrument d'un système, de devenir apparatchik. Ainsi en 1884 des artistes voulant s'échapper de l'académisme ont créé un salon sans récompenses (le Salon des Indépendants), ainsi Jean-Paul Sartre a refusé le Prix Nobel en 1964. De même, certains prix littéraires sont entachés chaque année de rumeur d'absence de neutralité des membres du jury, de pression des grands éditeurs. D'autres cas débouchent sur la création de nouvelles fédérations dissidentes des fédérations établies, pour constituer des palmarès parallèles. Plus les critères de récompense sont subjectifs, plus grand est le risque de compromission (voir boxe, patinage artistique).

Trophée dans le sport

Trophée dans les arts

En musique, théâtre, cinéma, bédé, littérature, voir aussi:

Quelques exemples:

Trophée dans le domaine intellectuel

En science, architecture, industrie,

Trophée dans la culture populaire et les jeux

Chasse

  • Un trophée de chasse est une pièce naturalisée ou séchée d'un animal chassé et abattu. Ce sont par exemple les deux bois d'un cervidé, solidaires de l'os frontal ou du crâne entier, une patte, la tête ou le corps entier d'un animal, monté sur socle ou en applique murale. Le trophée de chasse s'il provient d'un animal tué en forêt est considéré par la FAO comme un Produit forestier, autre que le bois à comptabiliser dans l'évaluation de la production des forêts. Une mue, bois unique détaché physiologiquement du crâne tous les ans chez les cervidés, n'est pas un trophée de chasse puisque sa découverte ne découle pas d'un acte de chasse.

(Voir aussi taxidermie).

Tauromachie

  • le trophée est la récompense que peut recevoir le matador à la fin de chaque combat sur décision du président. Il s'agit d'une ou des deux oreilles, ou des deux oreilles et la queue du taureau.

Internet

Voir aussi la liste des prix

Notes et références

  1. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de Trophée du CNRTL.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Wiktprintable without text.svg

Voir « trophée » sur le Wiktionnaire.

  • Portail de la peinture Portail de la peinture
Ce document provient de « Troph%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Trophee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • TROPHÉE — À l’origine, chez les Grecs puis chez les Romains, le trophée est formé des armes du vaincu accrochées à un arbre: elles sont des offrandes aux dieux qui ont donné la victoire. Devenu vers la fin de la République monument de pierre, le trophée… …   Encyclopédie Universelle

  • trophée — TROPHÉE. s. m. La despoüille d un ennemi vaincu que l on mettoit ordinairement sur un arbre dont on avoit coupé les branches. On appelle aussi, Trophée, Un amas d armes en signe de victoire aprés le gain d une bataille. Dresser, élever, ériger un …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Trophee FA — Trophée FA Le Trophée FA est une compétition anglaise de football qui a été créée en 1970. Championnat Groupe Nord/Groupe Sud Saison Champion Score Finaliste 1969 70 Macclesfield Town 2 0 Telford United 1970 71 Telford …   Wikipédia en Français

  • Trophée (BD) — Trophée (revue) Trophée est une revue de l éditeur de Petit format Aventures Voyages qui a eu 87 numéros de février 1971 à mai 1990. Au sommaire, essentiellement des séries de sport d origine britannique comme Romano, Hamish la foudre ou Mousie l …   Wikipédia en Français

  • Trophée FA — Le Trophée FA est une compétition anglaise de football qui a été créée en 1970. Championnat Groupe Nord/Groupe Sud Saison Champion Score Finaliste 1969 70 Macclesfield Town 2 0 Telford United 1970 71 Telford …   Wikipédia en Français

  • trophée — Trophée, Tropheum. Trophées sont enseignes de victoire, mises en apparence devant les puissants: c est à sçavoir, despoüilles et butins faicts en guerre par mort ou suitte des ennemis. Dresser un trophée, Erigere tropheum …   Thresor de la langue françoyse

  • Trophée — Un trophée est une marque de l accomplissement d une action particulière. Généralement, le trophée est une récompense remise au vainqueur d une épreuve (notamment dans le sport). Le trophée peut également être une preuve arrachée au vaincu, que… …   Wikipédia en Français

  • trophée — (tro fée) s. m. 1°   La dépouille d un ennemi vaincu que l on mettait ordinairement sur un tronc d arbre dépouillé de ses branches. •   La joie des Grecs après la victoire était bien plus modeste : ils érigeaient des trophées, mais de bois, c est …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TROPHÉE — s. m. La dépouille d un ennemi vaincu, que l on mettait ordinairement sur un tronc d arbre dont on avait coupé les branches.  Il se dit aussi d Un assemblage d armes élevées et disposées avec art, pour conserver le souvenir d une victoire, d une… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TROPHÉE — n. m. Dépouille d’un ennemi vaincu, que l’on mettait ordinairement sur un tronc d’arbre dont on avait coupé les branches. Il se dit aussi d’un Assemblage d’armes, de drapeaux, élevés et disposés avec art, pour conserver le souvenir d’une victoire …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.