Travail à la chaîne


Travail à la chaîne

Fordisme

Le fordisme est un mode de développement de toute entreprise (ou d'organisation du travail) qui apparait en 1908, inventé par Henry Ford (1863 - 1947), fondateur de l'entreprise du même nom, et largement inspiré d'une autre organisation du travail, le taylorisme ou organisation scientifique du travail (ou OST).

Sommaire

Principes

Le but de ce développement de l'entreprise est d'accroître la productivité et la production de l'entreprise grâce à plusieurs principes :

  • la division du travail en une division verticale (séparation entre conception et réalisation) et en une division horizontale (parcellisation des tâches), et l'apparition de la ligne de montage (et donc du travail à la chaîne).
  • la standardisation permettant de produire en grandes séries à l'aide de pièces interchangeables.
  • l'augmentation du pouvoir d'achat des ouvriers (5 dollars / jour contre 2 à 3 auparavant), afin de stimuler la demande de biens et donc d'augmenter la consommation. Mais cette augmentation des salaires avait pour but principal de lutter contre le taux de roulement (démission des ouvriers) devenu de plus en plus élevé avec l'apparition du travail à la chaine, qui rendait les conditions de vie des ouvriers encore plus difficiles qu'auparavant.

De plus, si les ouvriers étaient mieux payés, ils étaient "exempts de préoccupation étrangère aux travail, et donc plus industrieux, par conséquent, plus productifs" (Ma vie, mon œuvre de Henry Ford).

Conséquences

Les conséquences sont une hausse de la production et de la productivité, mais aussi de la consommation, une baisse du coût de production (par une économie de main-d'œuvre et de surface), une dé-qualification du travail ouvrier, un meilleur contrôle par la direction du travail ouvrier, la réalisation d'un travail ouvrier de plus en plus répétitif et monotone, et une standardisation de la production dans le but de favoriser une consommation de masse. Cette époque a été caractérisée par l'école de la régulation.

Ainsi, le fordisme comporte aussi bien des avantages que des inconvénients, et ces inconvénients conduiront à une crise économique et sociale de l'organisation scientifique du travail (en particulier en raison de la concurrence des entreprises asiatiques, fonctionnant selon le toyotisme). Aujourd'hui, le taylorisme et le fordisme ne sont plus ce qu'ils étaient, en raison de la concurrence et de leurs incapacités à répondre à une diversification de la production, ils ont dû changer pour s'adapter, c'est pourquoi on parle aujourd'hui de néofordisme et Post-taylorisme.

Historique

Dans son autobiographie My Life, and Work, parue aux États-Unis en 1922, Henry Ford révèle que son idée de la chaîne de production était née après une visite, adolescent, d'un abattoir de Chicago[1]. Les prémices des chaînes de production seraient donc plutôt situées dans l'industrie de la viande, au sein des grands abattoirs Union Stock Yards.

Le rôle de la Première Guerre mondiale semble à première vue central dans la genèse du modèle fordiste. Elle ouvre le XXe siècle (fragilisation des impérialismes européens, montée en force de la superpuissance américaine et Révolution russe) et introduit un changement économique (alternative planificatrice communiste), politique (brutalisations des sociétés européennes ) et technologique (production, consommation et éducation de masse). La mobilisation totale des sociétés dans la guerre marque durablement le siècle.

La Seconde Guerre mondiale constitue pourtant un moment essentiel de l’évolution vers le paradigme fordiste. Les techniques fordistes mises au point et appliquées aux États-Unis comme solution à la crise économique de 1929 (conjonction d’un système de production de masse à une intervention étatique à travers l'investissement et la planification) ne sont effectivement transcrites que dans l’après-guerre en Europe, à travers notamment le plan Marshall. Le régime d’accumulation fordiste ne se déploie véritablement que dans l’après-guerre dans un contexte d’explosion de la consommation et de boom démographique, il est caractérisé par une norme de production (standardisation des segments de produits et des tâches de production) et une norme de consommation (l'augmentation de la productivité et des salaires nominaux permet une croissance du pouvoir d'achat) , qui permettent l’intégration sociale.

Guy Debord écrit en 1967 dans La Société du spectacle : « Avec la révolution industrielle, la division manufacturière du travail et la production massive pour le marché mondial, la marchandise apparaît effectivement comme une puissance qui vient réellement occuper la vie sociale. »[2]

Notes et références

  1. Ma vie et mon oeuvre par Henry Ford en collaboration avec Samuel Crowther, Paris, Payot, 1926, p.78.
  2. Guy Debord, La Société du spectacle, Gallimard, Folio, 1992, p. 39.

Annexes

Bibliographie

  • Robert Boyer, André Orléan, « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire. D'Henry Ford ou fordisme », Revue économique, année 1991, volume 42, numéro 2, p. 233-272. [lire en ligne]
  • Pierre Dockès, « Les recettes fordistes et les marmites de l'histoire : (1907-1993) », Revue économique, année 1993, volume 44, numéro 3, p. 485-528. [lire en ligne]

Articles connexes

  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail de l’automobile Portail de l’automobile
Ce document provient de « Fordisme ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Travail à la chaîne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Travail à la chaîne — ● Travail à la chaîne mode de fabrication industrielle dans lequel le produit à fabriquer se déplace automatiquement et successivement devant chaque poste de travail ; travail astreignant et monotone, sans un instant de répit …   Encyclopédie Universelle

  • Travail à la chaine — Le travail à la chaine consiste à décomposer un travail complexe en tâches élémentaires et hiérarchisées pour les faire ensuite s exécuter de manière successive et répétitive. Il s agit d une application du principe très ancien de la division du… …   Wikipédia en Français

  • Le Travail À La Chaîne — était un jeu télévisé québécois diffusé à Radio Canada de 1973 à 1981. Le travail à la chaîne est un jeu télévisé faisant participer à la fois des artistes et des gens choisis au hasard parmi le public. Chacun, à tour de rôle, est appelé à… …   Wikipédia en Français

  • Le travail a la chaine — Le travail à la chaîne Le travail à la chaîne était un jeu télévisé québécois diffusé à Radio Canada de 1973 à 1981. Le travail à la chaîne est un jeu télévisé faisant participer à la fois des artistes et des gens choisis au hasard parmi le… …   Wikipédia en Français

  • Le travail à la chaîne — était un jeu télévisé québécois diffusé à Radio Canada de 1973 à 1981. Le travail à la chaîne est un jeu télévisé faisant participer à la fois des artistes et des gens choisis au hasard parmi le public. Chacun, à tour de rôle, est appelé à… …   Wikipédia en Français

  • chaîne — [ ʃɛn ] n. f. • chaeine v. 1080; lat. catena I ♦ Suite d anneaux entrelacés (⇒ chaînon, 1. maille, maillon). A ♦ 1 ♦ Dispositif formé d anneaux entrelacés servant à orner. ⇒ chaînette, gourmette. Chaîne et médaille offertes au baptême. Chaîne d… …   Encyclopédie Universelle

  • chaîné — chaîne [ ʃɛn ] n. f. • chaeine v. 1080; lat. catena I ♦ Suite d anneaux entrelacés (⇒ chaînon, 1. maille, maillon). A ♦ 1 ♦ Dispositif formé d anneaux entrelacés servant à orner. ⇒ chaînette, gourmette. Chaîne et médaille offertes au baptême.… …   Encyclopédie Universelle

  • TRAVAIL — ON en a fait maintes fois la remarque: l’apparition du mot «travail» est relativement récente. Cela ne signifie certes pas que la réalité désignée par ce mot le soit également, ni qu’il existât jamais de sociétés se livrant à la complète oisiveté …   Encyclopédie Universelle

  • TRAVAIL - Nouvelle division du travail — Adam Smith estimait au XVIIIe siècle que la division du travail provenait d’une «propension [de la nature humaine] au trafic, au troc et à l’échange d’une chose contre une autre». C’est l’extension du marché qui entraîne la nécessité de ne faire… …   Encyclopédie Universelle

  • Chaine — Chaîne Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour l’article homophone, voir Chêne (homonymie) …   Wikipédia en Français