Transition democratique espagnole


Transition democratique espagnole

Transition démocratique espagnole

Royaume d'Espagne

Reino de España es


1975 — 1982

Flag of Spain 1977 1981.svg Escudo de España (1977-1981).svg
Drapeau Armoiries

Devise : Una, Grande y Libre
 
Hymne : Marcha Granadera

Informations générales
 Statut Monarchie absolue (1975-1977)
Monarchie constitutionnelle (depuis 1977)
 Capitale Madrid
 Langue(s) Espagnol
 Religion(s) {{{religion}}}
 PIB {{{pib}}}
 PIB/hab. {{{pib hab}}}
 Monnaie Peseta
 Fuseau horaire {{{fuseau horaire}}}
 Dom. internet {{{domaine internet}}}
 Ind. tél. {{{indicatif téléphonique}}}
 {{{infgen1 titre}}} {{{infgen1}}}
 {{{infgen2 titre}}} {{{infgen2}}}
 {{{infgen3 titre}}} {{{infgen3}}}
 {{{infgen4 titre}}} {{{infgen4}}}
 {{{infgen5 titre}}} {{{infgen5}}}

Population
{{{population}}}
{{{population2}}}
{{{population3}}}
{{{population4}}}
{{{population5}}}

Superficie
{{{superficie}}}
{{{superficie2}}}
{{{superficie3}}}
{{{superficie4}}}
{{{superficie5}}}

Histoire et événements
 20 novembre 1975 Mort de Francisco Franco
 29 décembre 1978 Constitution de 1978
 23 février 1981 Tentative de coup d'État
 28 octobre 1982 Élections législatives
{{{evt5}}}
{{{evt6}}}
{{{evt7}}}
{{{evt8}}}
{{{evt9}}}
{{{evt10}}}
{{{evt11}}}
{{{evt12}}}

Pouvoir exécutif
   Roi d'Espagne
 Depuis 1975 Juan Carlos Ier
{{{leaderA2}}}
{{{leaderA3}}}
{{{leaderA4}}}
{{{leaderA5}}}
   Président du Gouvernement
 1976-1981 Adolfo Suárez
 1981-1982 Leopoldo Calvo-Sotelo
{{{leaderB4}}}
{{{leaderB5}}}
   {{{titre leaderC}}}
{{{leaderC1}}}
{{{leaderC2}}}
{{{leaderC3}}}
{{{leaderC4}}}
{{{leaderC5}}}
   {{{titre leaderD}}}
{{{leaderD1}}}
{{{leaderD2}}}
{{{leaderD3}}}
{{{leaderD4}}}
{{{leaderD5}}}
   {{{titre leaderE}}}
{{{leaderE1}}}
{{{leaderE2}}}
{{{leaderE3}}}
{{{leaderE4}}}
{{{leaderE5}}}

Pouvoir législatif
{{{parlement}}}
 1975-1977 Cortes franquistes
 1977-1979 Cortes constituantes
 Depuis 1979 Cortes Generales
{{{parlement4}}}
{{{parlement5}}}

Entité précédente Entité suivante
Espagne franquiste Espagne franquiste
Espagne démocratique Espagne démocratique

La Transition démocratique espagnole (en espagnol, Transición Española) désigne le processus correspondant au remplacement progressif du franquisme par un régime démocratique. On considère habituellement qu'elle s'étend de la mort du général Franco, en 1975, jusqu'à la première alternance politique, en 1982, avec l'arrivée au pouvoir du Parti socialiste ouvrier espagnol de Felipe González.

Sommaire

La transition constitutionnelle (1975-1978)

Le premier gouvernement de Juan Carlos Ier (nov. 1975-juillet 76)

Deux jours après la mort du général Francisco Franco, le 20 novembre 1975, le prince Juan Carlos de Borbón est proclamé roi d'Espagne sous le nom de Juan Carlos Ier et devient ainsi le nouveau chef de l'état.

Juan Carlos Ier hérite tous les pouvoirs réservés par les lois du régime franquiste au chef de l'État et la direction notamment de trois corps franquistes, constitués de l'armée, du Mouvement national (parti unique) et des Cortés franquistes.

Le 12 décembre 1975, sa première décision est de confirmer à son poste, Carlos Arias Navarro, le dernier Président du gouvernement de Franco.

De timides signaux d'ouverture sont envoyés de la part du nouveau gouvernement à la société civile mais celle-ci en attend davantage maintenant de ce dernier, d'autant plus qu'aux frontières, le Portugal s'est démocratisé suite à la révolution des œillets en 1974.

Le roi, tout comme une partie des dirigeants du régime ressentent cette demande et se doivent de négocier le passage vers la démocratie, en formant ce qu'on désigne comme le groupe des "aperturistes", en opposition de ceux qui censurent toute évolution du régime (les bunkeristes).

Face au corps dirigeant du régime, en début 1976 apparaissent les deux premières organisations politiques: la Plateforme de coordination démocratique représentant la démocratie-chrétienne et les socialistes d'une part, d'autre part la Junta démocratique dirigé par le Parti communiste d'Espagne (PCE).

Dans la rue, la contestation qui a lieu pour exiger la démocratie et la dissolution des structures administratives franquistes, dégénère parfois en violence. La violence est même encouragée durant tout le processus par des mouvements d'extrême gauche, des groupes terroristes comme ETA ou Grapo mais aussi par des groupes de néofascistes qui refusent toute évolution. Ils ne réussiront pas cependant à faire dégénérer les discussions en confrontation ouverte mais, au contraire, affirmeront le compromis de la majorité dans le processus démocratique. C'est pourquoi notamment, alors que certains observateurs envisageaient fin 1975 un retour à une forme de guerre civile qui n'a finalement pas eu lieu, que l'on considère que la Transition a été un processus pacifique.

Histoire de l'Espagne
Alhambra-petit.jpg
Préhistoire de l'Ibérie
Celtibères
L’Hispanie antique
Espagnes médiévales
- Hispanie wisigothe
- Conquête musulmane
- al-Andalus
- Reconquista
Maison de Habsbourg
Succession d'Espagne (1680-1701)
Guerre de succession
Succession d'Espagne (1701-1883)
Maison de Bourbon
L’Espagne des Lumières
Guerre d'indépendance
Restauration absolutiste
Règne d'Isabelle II
Révolution de 1868
Sexenio Democrático
Ire République
Restauration des Bourbons
Dictature de Primo de Rivera
IIe République
Guerre d'Espagne
Régime franquiste
Transition démocratique
Miracle économique espagnol
Thèmes connexes
L’empire colonial espagnol
La politique de l’Espagne
Les rois d'Espagne
Les présidents du Gouvernement

Le 3 mars 1976, 5 ouvriers sont tués et une centaine de personnes blessés lors de graves affrontements à Vitoria (Pays basque, Euskadi) entre la Police (surnommée "los grises" par la couleur de leur uniforme) et les participants à une réunion ouvrière. De cet évènement va naître la Coordination Démocratique ou "Platajunta", union de d'une Plataforma de Coordinación Democrática et de la Junta Democrática.

Le 9 mai 1976, deux militants Carlistes (monarchistes d'une branche dissidente) sont tués à Montejurra (Navarre) par des radicaux issus de la même formation.

Tous ces incidents provoquent une prise de conscience au niveau du pouvoir et dès mai 1976, deux lois reconnaissant le droit de réunion et d'association sont approuvées par les Cortès.

Arias Navarro, en désaccord avec la ligne politique réformiste que veut suivre le Roi, est contraint à la démission le 1er juillet 1976.

La désignation d'Adolfo Suárez et la dissolution du régime (juil.1976- avr. 1977)

Le roi va alors pouvoir nommer un homme de confiance qu'il avait repéré depuis un certain temps et qui partage son intention de conduire le pays vers un nouveau régime.

Adolfo Suarez, homme de confiance de Juan Carlos Ier et de la ligne "aperturiste" qui représentait le parti unique au sein du gouvernement d'Arias Navarro, est ainsi nommé au poste de président du gouvernement le 3 juillet 1976.

Sous le gouvernement de Adolfo Suárez, une série de réformes essentielles à la réussite de la Transition sont entreprises par les institutions du régime.

Pendant le mois de juillet 1976, les partis politiques sont légalisés à l'exception de ceux qui prônent un état totalitaire et à la fin du mois, le 31 juillet 1976 l'amnistie générale est déclarée pour tous les prisonniers politiques ou de conscience (à l'exception de ceux condamnés pour actes de terrorisme).

Le 16 novembre 1976, il fait approuver par le Congrès des Députés franquiste sa propre dissolution (exigence formulée par Franco lui-même) avec la loi de réforme politique (le "Hara-kiri" des cortes franquistes), validé le 15 décembre par référendum.

Peu avant, le 5 décembre 1976, le PSOE organise la première assemblée libre d'un parti de gauche en Espagne depuis la fin de la IIe République, 37 ans auparavant.

Le 23 décembre 1976, Santiago Carrillo, Secrétaire général du PCE, est arrêté provoquant une semaine après la dissolution du Tribunal de l'Ordre public, organe de répression du système franquiste.

Le début de l'année 1977 est marqué par des graves attentats terroristes qui mettent en péril les réformes acquises.

Le 24 janvier 1977 un commando néofasciste assassine 5 avocats et en blesse grièvement 4 (Massacre d'Atocha).

Le 30 mars 1977, la liberté syndicale est légalisée. Comme les Cortes franquistes, le Movimiento Nacional (l'ancien parti unique) dirigé par Suárez accepte sa dissolution, confirmée par décret le 1er avril 1977. Par le même décret, la censure est abrogée.

De la légalisation du PCE à l'assemblée constitutionnelle (avr. 1977-juin 1977)

Le 9 avril 1977, durant la Semaine sainte, le Parti communiste d'Espagne (PCE) est légalisé, ce qui permettra le retour au pays de nombreux anciens exilés républicains dont d'autres dirigeants historiques du communisme espagnol comme Dolores Ibárruri "La Pasionaria". La monarchie parlementaire et ses symboles seront acceptés par le PCE.

Le 28 avril 1977, les centrales syndicales sont légalisées: l'Union générale des travailleurs (UGT, socialiste) et les CCOO (Commissions ouvrières, communistes) deviendront les plus importantes à niveau national.

En mai 1977, le président du gouvernement Adolfo Suárez crée sa propre formation politique, l'Union du centre démocratique (UCD).

Tolède, 15 juin 1977 - électeurs

Le 15 juin 1977, les électeurs espagnols élisent l'assemblée constituante. C'est la première élection démocratique depuis 1936.

L'UCD de Suárez sort vainqueur. En deuxième position arrive le PSOE puis plus loin derrière le PCE et l'Alliance populaire (AP-droite)) dirigée par l'ancien ministre franquiste Manuel Fraga (fondateur plus tard de l'Alliance populaire, AP).

La rédaction de la Constitution espagnole de 1978 (juin 1977-oct. 1978)

Le nouveau parlement travaille à la rédaction du texte de la nouvelle Constitution. Les rédacteurs sont issus de tous les partis politiques de l'assemblée : Gabriel Cisneros, Miguel Herrero et José Pedro Pérez Llorca (UCD), Gregorio Peces-Barba (PSOE), Manuel Fraga (Alliance populaire), Miquel Roca (Parti nationaliste catalan) et Jordi Solé Tura (PCE).

La crise économique, les actes terroristes et les questions du Pays basque et la Catalogne sont les principaux fronts de bataille du premier gouvernement démocratique.

En septembre 1977, la Généralité de Catalogne est rétablie, présidé par Josep Tarradellas.

Le 12 décembre, l'autonomie de la Communauté autonome du Pays basque (Euskadi) est reconnue.

Le 10 octobre 1978, le texte de la nouvelle Constitution est approuvé par le Parlement. Le maintien de l'unité de l'Espagne est confirmée mais l'état est décentralisé.

Le 6 décembre 1978, la Constitution est approuvée par référendum. Elle entre en vigueur le 29 décembre 1978.

Le 6 décembre est déclaré jour de la fête nationale de la Constitution.

L'UCD, au premier gouvernement constitutionnel, 1978-1981

Après l'acceptation du texte constitutionnel, Adolfo Suárez convoque un nouvel appel aux urnes pour le Parlement et pour les municipales en mars de 1979 avec un résultat semblable à celles de 1977 : victoire du parti de l'UCD aux législatives, mais une majorité de d'électeurs des partis de gauche aux élections municipales.

En 1980, les communautés de Catalogne et du Pays basque organisent les premières élections de leurs parlements autonomes avec les victoires du Parti nationaliste basque (PNV-EAJ) et de Convergència i Unió, deux partis nationalistes modérés.

Adolfo Suárez affaibli sur le plan politique au sein de son propre gouvernement présente sa démission le 29 janvier 1981.

La tentative de coup d'État du 23 février 1981

Article détaillé : coup d'État du 23-F.

Une tentative de putsch surprit le Congrès des Députés le 23 février 1981, au moment du débat de l'investiture du nouveau président du gouvernement, Leopoldo Calvo-Sotelo.

Quelque 200 gardes civils du lieutenant-colonel Antonio Tejero investissent le parlement aux cris de « Tout le monde par terre ! » et tirent des coups de feu. On craignait la déroute du processus démocratique.

Le cerveau politique de ce putsch était en fait le général Alfonso Armada, un ancien secrétaire du roi Juan Carlos, qui voulait présider un "gouvernement de concentration" avec, parmi ses ministres, 6 personnalités communistes et socialistes et des membres de l'UCD et de l'Alliance populaire. Il se voulait être un "de Gaulle" espagnol qui se substituerait au chef du gouvernement, Adolfo Suárez, débordé par les nationalismes basque et catalan, par les attentats de l'ETA et par la grogne qui en résultait dans les casernes. Il avait dans ce but pris contact avec de nombreux politiciens depuis plusieurs mois mais Suarez l'avait pris par surprise en démissionnant le 29 janvier 1981. Armada chercha alors à imposer sa voie gaullienne aux élus du parlement. Il sauverait la nation d'un putsch qu'il pilotait pourtant lui-même.

Carmen Echave (une collaboratrice du vice-président du Congrès des députés) rapporta que parmi les personnalités de droite et de gauche que voulait proposer Armada pour entrer dans son "gouvernement de concentration" figuraient Felipe González (PSOE) pour être vice-président chargé des Affaires politiques, Javier Solana (PSOE) pour être ministre des Transports et des Communications, Enrique Múgica (PSOE) pour être ministre de la Santé, Gregorio Peces Barba (PSOE) pour être ministre de la Justice, Jordi Sole Tura (PCE) pour être ministre du Travail ou encore Ramon Tamames (PCE) pour être ministre de l'Économie.

Cette liste dictée par Armada par téléphone au lieutenant-colonel Antonio Tejero Molina suscita la perplexité de ce dernier qui croyait que le putsch instaurerait un régime militaire pur et dur alors que le général Armada voulait faire approuver sa proposition de "gouvernement de concentration" par les députés. Ainsi "choqué", le lieutenant-colonel Tejero refusa net au général Armada l'accès à l'hémicycle parlementaire.

Cette rébellion dans la rébellion fut déterminante dans l'échec du putsch, confirmée depuis 25 ans par toutes les analyses sur cette tentative de coup d'État. D'autres facteurs ont également joué. Ainsi ce n'est qu'à Valence que les chars commandés par le lieutenant-général Jaime Milans del Bosch occupèrent la rue.

Après avoir appelé plusieurs chefs de l'armée pour leur ordonner en tant que commandant en chef de défendre la démocratie, le roi Juan Carlos exigea lors d'une allocution télévisée, que les forces armées rentrent dans leur caserne et soutiennent sans conditions le gouvernement démocratique légitime.

Trente-deux officiers et un civil furent jugés et condamnés pour la tentative de putsch dite du 23-F. Cet événement majeur eu pour conséquence de consolider la monarchie et libérer la démocratie espagnole de la tutelle militaire. C'est à ce moment que de nombreux républicains se rallient à Juan Carlos, on les appela les juancarlistes selon l'expression de Jorge Semprún.

Alfonso Armada fut condamné à 30 ans de prison, mais libéré dès 1988. Antonio Tejero fut condamné également à 30 ans de prison et n'en purgea que la moitié.

L'UCD, la deuxième présidence du gouvernement, (1981-82)

Le successeur au sein de l'UCD de Adolfo Suárez est Leopoldo Calvo-Sotelo, qui est investi deuxième président du gouvernement de la démocratie espagnole le 25 février 1981, une fois finie la tentative de coup d'État du 23 février.

Pendant son mandat présidentiel, l'Espagne adhère à l'OTAN en décembre 1981. Au mois de juillet 1981, le divorce est légalisé malgré l'opposition de la hiérarchie de l'Église catholique.

La hausse du chômage, l'endurcissement du terrorisme et la désintégration de l'UCD, décident Leopoldo Calvo-Sotelo de convoquer des nouvelles élections législatives en octobre 1982.

La victoire du PSOE d'octobre 1982

Le 28 octobre 1982 le PSOE, dirigé par Felipe González, obtient la majorité absolue aux élections législatives. La formation de droite AP, dirigé par Manuel Fraga Iribarne, arrive en deuxième rang, tandis que l'UCD et le PCE perdent une grand partie de leurs électeurs.

Avec la formation du premier gouvernement de gauche depuis la fin de la guerre civile, les historiens considèrent achevé le processus de la transition démocratique espagnole.

Transition sociale

D'un point de vue culturel, on parle de la movida pour qualifier cette époque de libéralisation morale de l'Espagne.

Transition économique

Lire Économie de transition.

Voir aussi

  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de l’Espagne Portail de l’Espagne

Ce document provient de « Transition d%C3%A9mocratique espagnole ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Transition democratique espagnole de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Transition démocratique espagnole — Royaume d Espagne Reino de España es 1975 – 1982 …   Wikipédia en Français

  • Transition démocratique en Espagne — Transition démocratique espagnole Royaume d Espagne Reino de España es 1975   1982 …   Wikipédia en Français

  • Transition democratique — Transition démocratique La transition démocratique est une analyse du processus politique caractérisé par passage progressif de la dictature à la démocratie. La transition peut avoir lieu dans des conditions très différentes. Elle s étale en… …   Wikipédia en Français

  • Transition démocratique — La transition démocratique est un processus politique caractérisé par passage progressif d un régime de dictature à une démocratie. La transition peut avoir lieu dans des conditions très différentes. Elle s étale en général sur plusieurs années… …   Wikipédia en Français

  • Transition démocratique en Argentine — Histoire de l Argentine L histoire de l Argentine commence bien avant l installation des espagnols. Longtemps colonie espagnole, elle finit par obtenir son indépendance au XIXe siècle. Sommaire 1 La préhistoire les premières populations… …   Wikipédia en Français

  • Transition économique — Économie de transition Une économie de transition est une économie anciennement planifiée ayant amorcée son passage vers une organisation où domine l économie de marché dans un système capitaliste, et où pour cela : l État a perdu une grande …   Wikipédia en Français

  • Histoire espagnole — Histoire de l Espagne Histoire de l Espagne Préhistoire de l Ibérie Celtibères …   Wikipédia en Français

  • Navarre espagnole — Communauté forale de Navarre Pour les articles homonymes, voir Navarre. Comunidad Foral de Navarra Nafarroako Foru Komunitatea …   Wikipédia en Français

  • Constitution Espagnole De 1978 — Espagne Cet article fait partie de la série sur la politique de l Espagne, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français

  • Constitution espagnole de 1978 — Titre Constitución española de 1978 Pays  Espagne Langue(s) officielle(s) du texte Espagnol Type Loi fondamentale …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.