Traite de commerce et d'amitie entre la France et la Perse


Traite de commerce et d'amitie entre la France et la Perse

Traité de commerce et d'amitié entre la France et la Perse

Le traité de commerce et d'amitié entre la France et la Perse fut signé à Versailles le 13 août 1715.

Sommaire

Généralités

Ce traité fut conclu pour l'application du traité de commerce de 1708 par Jean-Baptiste Colbert de Torcy, Louis Phélypeaux de Pontchartrain, et Nicolas Desmarets du côté français et par l'ambassadeur du Chah Hussein de Perse Mehmet Rıza Beğ assisté de Hagopdjan de Deritchan du côté persan[1]. Ces derniers durent rester toute l'année à Paris pour la négociation, ralentie du fait de la maladie de Louis XIV[2].

Le traité prévoyait notamment l'établissement d'un consulat de Perse à Marseille, principal port de commerce avec l'Orient. Le choix d'Hagopdjan à ce poste fut agréé en octobre [3] .

À la suite de la ratification du traité par les deux souverains, un consul français, le chevalier Padéry, s'établit à Chiraz.

La tentative française de nouer des relations commerciales avec la Perse se soldera par un échec dû à la situation politique troublée de cette période de l'histoire de ce pays, mais aussi à sa situation géographique difficile et aux rivalités avec la Turquie et la Russie.

Extrait du Traité

Texte des quatre premiers articles:[4]

Article 1

Les marchands persans venant véritablement des États du roi de Perse dans le port de Marseille, jouiront des mêmes privilèges et exemptions que les autres marchands sujets de S. M. T. C.[5], à condition néanmoins qu'ils ne pourront apporter en France aucune marchandises dont l'entrée en est défendue; que pour les transports des marchandises permises qu'ils y apporteront, ils se seront servis de vaisseaux français, et que ce seront toutes marchandises du cru des États du roi de Perse, ce qu'ils justifieront par un certificat qu'ils auront le soin de prendre du consul de la nation française.

Article 2

Ils pourront avoir à Marseille un consul de leur nation, auquel le roi fera donner une maison pour son logement, et ledit consul jouira de l'exemption de la taille.

Article 3

Ledit consul aura seul le droit de décider tous les différends que les marchands persans pourront avoir entre eux; et à l'égard des différends qui pourront survenir entre les Persans et les sujets de S. M. T. C.[5], ou gens d'une autre nation, la connaissance et la décision en appartiendront aux juges du lieu établis par S. M. T. C.[5], et s'il arrive qu'un marchand français débiteur d'un Persan, vienne à faire faillite, les droits du Persan lui seront conservés, et il les pourra exercer contre la personne et sur les biens du débiteur, de la même manière que les sujets de Sa Majesté, et conformément aux règles établies dans le royaume pour ces sortes de cas.

Article 4

Si un marchand persan vient à décéder en France où il serait venu faire commerce, ses biens et effets seront remis au consul de sa nation pour être conservés aux héritiers du défunt; et cependant, s'il y a preuve qu'il soit mort débiteur de quelques sommes envers un Français ou gens d'une autre nation, le créancier sera payé de sa dette sur les biens et effets, avant que le consul de Perse puisse en disposer.

Notes

  1. Voir http://www.diplomatie.gouv.fr
  2. Leur présence lancera la mode du "goût persan"
  3. Dans G. ARAL, Revue du Monde Arménien Moderne et Contemporain, Tome 6 (2001), Paris, pp. 29-36.
  4. Dans CLERCQ (Jules de), Recueil des traités de la France, publié sous les auspices du Ministère des affaires étrangères, t. I (1713-1802), Paris, 1880, pp. 16-20
  5. a , b  et c Sa Majesté Très Chrétienne
  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de l’Iran Portail de l’Iran
Ce document provient de « Trait%C3%A9 de commerce et d%27amiti%C3%A9 entre la France et la Perse ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Traite de commerce et d'amitie entre la France et la Perse de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Traité de commerce et d'amitié entre la france et la perse — Le traité de commerce et d amitié entre la France et la Perse fut signé à Versailles le 13 août 1715. Sommaire 1 Généralités 2 Extrait du Traité 2.1 Article 1 …   Wikipédia en Français

  • Traité de commerce et d'amitié entre la France et la Perse — Le traité de commerce et d amitié entre la France et la Perse fut signé à Versailles le 13 août 1715. Sommaire 1 Généralités 2 Extrait du Traité 2.1 Article 1 2.2 …   Wikipédia en Français

  • Traité de commerce et d'amitié entre la France et la Perse (1715) — Traité de commerce et d amitié entre la France et la Perse Le traité de commerce et d amitié entre la France et la Perse fut signé à Versailles le 13 août 1715. Sommaire 1 Généralités 2 Extrait du Traité 2.1 Article 1 …   Wikipédia en Français

  • amitié — [ amitje ] n. f. • amistié 1080; lat. pop. °amicitatem, accus. de °amicitas, class. amicitia 1 ♦ Sentiment réciproque d affection ou de sympathie qui ne se fonde ni sur les liens du sang ni sur l attrait sexuel; relations qui en résultent. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • Traité de Lhassa — Pour les articles homonymes, voir Lhassa (homonymie). Traité de Lhassa Titre Convention entre la Grande Bretagne et le Tibet Pays …   Wikipédia en Français

  • 1715 en France — Années : 1712 1713 1714  1715  1716 1717 1718 Décennies : 1680 1690 1700  1710  1720 1730 1740 Siècles : XVIIe siècle  XVIIIe s …   Wikipédia en Français

  • Islam en France — Minaret de la Grande Mosquée de Paris L islam est considéré comme la deuxième religion en France après le catholicisme. Une étude du Pew Research Center de 2011 estime que la population de culture musulmane, mineurs compris, est de… …   Wikipédia en Français

  • Château de Versailles — La Cour de marbre vue de nuit. Période ou style Baroque, Classicisme Propriétaire initial Couronne de France Destination initiale …   Wikipédia en Français

  • Hagopdjan de Deritchan — Hagopdjan de Deritchan, Acoljean de Richtan, ou de son nom arménien Hakobjan Arhitchanents (La Nouvelle Djoulfa, ? Marseille, 25 août 1726[1] ou 2 février 1728), était un riche marchand arménien, qui fut le premier consul …   Wikipédia en Français

  • 13 aout — 13 août ← Août → 1er 2 3 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.