Traite de Londres (1795)

Traite de Londres (1795)

Traité de Londres (1795)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Londres.

Le Traité de Londres de 1795 appelé en anglais le Jay Treaty (d’après le nom de John Jay, président de la Cour suprême des États-Unis) était un traité entre les États-Unis et la Grande-Bretagne signé le 19 novembre 1794. Ce traité a essayé de résoudre certains désaccords qui ont surgi suite à la Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique malgré le Traité de Paris .

Lors de son deuxième mandat George Washington s’est concentré sur sa politique étrangère. L’urgence était de renégocier avec le gouvernement britannique d'où l'envoi à Londres du Président de la Cour suprême spécialiste des traités et relativement anglophile. Les Américains avaient un certain nombre de points de discorde qu'ils voulaient traiter :

  • Sur le territoire américain dans la région des Grands Lacs les Britanniques occupaient encore un certain nombre de forts.
  • Les négociants américains voulaient des compensations pour les navires et les marchandises confisqués pendant la guerre d'indépendance.
  • Les États du sud réclamaient des compensation pour les esclaves que les Britanniques leur avaient pris pendant la révolution.
  • Les hommes d’affaire voulaient que les Antilles britanniques soient rouvertes au commerce américain.

Les négociations de Jay avec les Britanniques ne furent pas particulièrement un succès.

Certes les Britanniques ont accepté d’évacuer les forts occidentaux et de compenser les propriétaires de navires américains. En échange ils ont reçu des Américains le statut commercial de la « nation la plus favorisée ». Cependant, les Britanniques ont refusé de donner plus de concessions tant que les États-Unis n'auront pas fourni de compensations aux nombreuses propriétés loyalistes saisies après la révolution. Les Britanniques ont aussi refusé de permettre le commerce entre les États-Unis et les Antilles, (ceci surtout pour affaiblir l’économie française). En plus, le traité n’a pas statué sur deux autres désaccords entre les deux nations :

  • L’enrôlement forcé des marins (la presse) de souche britannique.
  • Les dettes dues par compensation aux loyalistes.

En effet, ceci n’a jamais été tellement développé comme prévu dans la motion et jamais appliqué et fut finalement surpassé après la guerre de 1812 par le Traité de Gand.

Ce traité a été soumis pour ratification au Sénat Américain le 8 juin 1795. Le 24 juin le Sénat a passé une résolution notifiant au président d'amender le traité en suspendant le 12ème article qui concernait le commerce entre les États-Unis et les Antilles. Le 14 août le Sénat a ratifié le traité avec la condition que le traité contienne des phrases spécifiques quant à la résolution du 24 juin. Le traité a été ratifié par la Grande-Bretagne le 28 octobre 1795 et les ratifications ont été échangées à Londres puis proclamées le 29 février 1796.

Beaucoup d'Américains ont été fort mécontentés par cet accord et il y eut de nombreuses protestations publiques aux États-Unis contre John Jay et son traité. Un cri populaire fut lancé :

"Maudissez John Jay ! Maudissez tout ceux qui ne maudiront pas John Jay ! Maudissez tous ceux qui ne mettront pas de lumières à leur fenêtre en s’y asseyant toute la nuit pour maudire John Jay"
(-- William Weeks, Building the Continental Empire, p. 23 --)

Cependant, le conseiller Alexander Hamilton a convaincu Washington que c'était le meilleur traité qui pouvait être espéré et le président a accepté de le signer.

Cette action a poussé le ministre des affaires étrangères Thomas Jefferson (qui en diplomatie internationale était francophile), à commencer à former un groupe actif et ouvertement en opposition à Hamilton et ses associés anglophiles. Le groupe de Jefferson s'est appelé "les Républicains", et nommé plus tard le Parti Républicain-démocratique.

  • De plus, ce traité autorisant la marine britannique à confisquer les marchandises d'origine française transportées sur les navires des États-Unis fut la raison de la décision de la Convention thermidorienne de bloquer les bateaux américains dans les ports français et d'autoriser la guerre de course. Ceci amena le gouvernement américain à la décréter en 1798 la quasi guerre.

Sommaire

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sources

Notes et références


  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis
Ce document provient de « Trait%C3%A9 de Londres (1795) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Traite de Londres (1795) de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Traité de londres (1795) — Pour les articles homonymes, voir Traité de Londres. Le Traité de Londres de 1795 appelé en anglais le Jay Treaty (d’après le nom de John Jay, président de la Cour suprême des États Unis) était un traité entre les États Unis et la Grande Bretagne …   Wikipédia en Français

  • Traité de Londres (1795) — Pour les articles homonymes, voir Traité de Londres. Le Traité de Londres de 1795 appelé en anglais le Jay Treaty (d’après le nom de John Jay, président de la Cour suprême des États Unis) était un traité entre les États Unis et la Grande Bretagne …   Wikipédia en Français

  • Article 12 du Traité de Londres (1795) — L Article 12 du Traité de Londres (1795) est une clause de la convention commerciale entre l Angleterre et les Etats Unis visant à solder les différents consécutifs à la guerre d indépendance. C est l un des premiers grands thèmes d affrontement… …   Wikipédia en Français

  • Traite de Londres — Traité de Londres Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. 1358 : Traité de Londres entre la France et l Angleterre 1359 : Traité de Londres (l Endenture) entre la France et l… …   Wikipédia en Français

  • Traité de londres — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. 1358 : Traité de Londres entre la France et l Angleterre 1359 : Traité de Londres (l Endenture) entre la France et l Angleterre 1474 :… …   Wikipédia en Français

  • Traité de Londres — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. 1358 : Traité de Londres entre la France et l Angleterre 1359 : Traité de Londres (l Endenture) entre la France et l Angleterre 1474 :… …   Wikipédia en Français

  • Traité de Jay — Traité de Londres (1795) Pour les articles homonymes, voir Traité de Londres. Le Traité de Londres de 1795 appelé en anglais le Jay Treaty (d’après le nom de John Jay, président de la Cour suprême des États Unis) était un traité entre les États… …   Wikipédia en Français

  • 1795 aux États-Unis — Éphémérides Chronologie des États Unis : 1792 1793 1794 1795  1796 1797 1798 Décennies aux États Unis : 1760 1770 1780  1790  1800 1810 …   Wikipédia en Français

  • LONDRES — est la fille d’un fleuve, et son port a été, pendant des siècles, un élément vital de l’essor de la ville; mais la Tamise a également constitué une barrière longtemps difficile à franchir, exigeant, jusqu’en 1750, le recours à un pont unique ou à …   Encyclopédie Universelle

  • 1795 — Années : 1792 1793 1794  1795  1796 1797 1798 Décennies : 1760 1770 1780  1790  1800 1810 1820 Siècles : XVIIe siècle  XVIIIe …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»