Toyen


Toyen
Toyen in 1930

Marie Čermínová, connue sous le nom de Toyen, née à Prague, le 21 septembre 1902 et morte à Paris le 9 novembre 1980 est une artiste peintre tchèque surréaliste.

Sommaire

Biographie

Après des études à l'École des arts appliqués de Prague, Marie Čermínová co-fonde avec l'écrivain Karel Teige le groupe anarchiste Devětsil en 1920.

En 1922, elle rencontre le peintre Jindřich Štyrský. Ensemble, ils participent à une exposition collective organisée par Devětsil et intitulée « Bazart d'art moderne ». Elle adopte le nom Toyen, d'après citoyen en français (1923)[1].

Dans ses premières œuvres, Toyen s'inspire d'un cubisme puriste qu'elle abandonne pour une série de tableaux naïfs aux sujets exotiques[2].

En 1925, avec Štyrský, elle s'installe à Paris. Ils créent un nouveau style qu'ils appellent « artificialisme », par lequel ils anticipent de nombreux éléments de l'abstraction lyrique ultérieure. Cependant, les fragiles champs arachnéens baignant dans un demi-jour tamisé et enfumé sont remplacés par des pâtes crues et lourdes réparties irrégulièrement en surfaces structurales[2].

Ils rencontrent le groupe surréaliste. Leur première exposition commune est organisée à la galerie Vavin et Philippe Soupault écrit la préface du catalogue.

De retour à Prague en 1929, Toyen fait paraître des dessins érotico-humoristique dans la Revue érotique créée par Štyrský. En 1932, elle illustre la « Justine » de Sade.

En 1934, le poète Vítězslav Nezval et Teige, Toyen et Štyrský fondent le groupe surréaliste de Prague qui accueille chaleureusement André Breton et Paul Éluard en mars 1935[3]. Cette même année, en mai, elle participe à l'Exposition internationale du surréalisme à Ténérife (Îles Canaries).

En 1938, à l'occasion d'une exposition commune Štyrský et Toyen paraît une double monographie dont les textes sont signés Nezval, Teige et Vitèzslau.

En 1939, l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'Allemagne, lui interdit toute expression publique. Dans la clandestinité, elle réalise un cycle de dessin Tir (Střelnice, 1940)[4], des illustrations érotiques pour l'ouvrage du poète Jindřich Heisler Seules les crécerelles pissent (1940) et Cache-toi, guerre ! (Schovej se valko), une série de dessins accompagnant des poèmes du même Heisler (1944).

Jindřich Štyrský meurt en 1942.

Après la guerre, Toyen expose à nouveau à Prague en 1945, puis en 1947, elle quitte la Tchécoslovaquie pour Paris, avec Jindřich Heisler. Elle participe aux activités du groupe surréaliste et expose à la galerie Denise Renée. Le catalogue est préfacé par André Breton.

Dans les années 60, elle collabore aux publications du collectif "Maintenant" animé par Radovan Ivsic et Annie Le Brun.

Toyen est enterrée au cimetière des Batignolles à Paris. Sur son faire-part de décès, il est écrit : « Je m'aperçois que ma page blanche est devenue verte ».[réf. nécessaire]

Œuvres

  • « Le Reste de la nuit », 1935 (?)[5].
  • « Spectres du désert », 1937, dessins[5].
  • « Le Tir », 1940, dessins
  • « Relâche », 1943, huile sur toile, 109 x 52,5 cm[6].
  • « Au château Lacoste », 1946[7].
  • « Tous les éléments », 1950, huile sur toile, 68,2 x 104,5 cm[8]
  • « Le Paravent », 1966[9].
  • « Coulée dans le lointain », 1962, huile sur toile, 51 x 150 cm[10]
  • « Le Festin de soie », 1962, huile sur toile, 100 x 60 cm[11].

Bibliographie

  • Radovan Ivsic, Toyen, Paris, Filipacchi, 1974.
  • Adam Biro & René Passeron, Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs,, Office du livre, Fribourg, Suisse et Presses universitaires de France, Paris, 1982, pages 405 et 406.
  • Georgiana Colvile, Scandaleusement d'elles. Trente quatre femmes surréalistes, Jean-Michel Place, Paris, 1999, pages 284 à 289, avec une photographie de l'artiste réalisée par Man Ray en 1935.

Film

  • Zdenèk Kopac, Angoisse, 1967, Prague[12].

Références et notes

  1. Colvile, op. cité, p. 284
  2. a et b Biro, op. cité, p. 405
  3. Du 27 au 29 mars.
  4. Biro, op. cité, p. 406
  5. a et b Cité dans Biro, op. cité, p. 406
  6. Reproduction (à l'envers) dans Colvile, op. cité, p. 286
  7. Reproduction dans Biro, op. cité, p. 406
  8. Collection particulière, Paris. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 288
  9. Collection particulière. Reproduction dans Biro, op. cité, p. 406
  10. Collection particulière, Dallas. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 289
  11. Collection particulière. Reproduction dans Colvile, op. cité, p. 287
  12. Cité dans Colvile, op. cité, p. 285

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Toyen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Toyen — in 1930 Toyen, eigentlich Marie Čermínová (* 21. September 1902 in Prag ; † 9. November 1980 in Paris) war eine tschechische surrealistische Malerin, Zeichnerin und Grafikerin, Vertreterin des Poetismus. Sie studierte zunächst in ihrer… …   Deutsch Wikipedia

  • Tøyen — is a residential area in the central parts of Oslo, Norway, part of the borough of Gamle Oslo. It is noted for its high concentration of immigrants. The multicultural atmosphare makes Tøyen very trendy and poplular with continually rising cost of …   Wikipedia

  • TOYEN — MARIA face= EU Caron アERMÍNOVÁ dite (1902 1980) On commence mieux aujourd’hui à prendre la mesure de ce que fut, vers 1923, l’avant garde tchécoslovaque dans tous les domaines (peinture, linguistique). Ces domaines n’étaient pas cloisonnés, et un …   Encyclopédie Universelle

  • Toyen —   [ tɔiən], eigentlich Marie Čermínová [ tʃɛrmiːnɔvaː], tschechische Malerin, * Prag 12. 9. 1902, ✝ Paris 9. 11. 1980; lebte 1925 29 und ab 1947 ständig in Paris. 1934 war sie Gründungsmitglied der Surrealistengruppe um K. Teige in Prag. Ihre… …   Universal-Lexikon

  • Toyen — For the residential area in Oslo, Norway, see Tøyen. Toyen in 1930 …   Wikipedia

  • Toyen —    see Cerminova, Marie …   Dictionary of erotic artists: painters, sculptors, printmakers, graphic designers and illustrators

  • Toyen — ► (1902 80) Seudónimo de Marie Germinova, pintora checa. Autora de Espectro amarillo …   Enciclopedia Universal

  • toyen — citoyen concitoyen mitoyen …   Dictionnaire des rimes

  • Tøyen (station) — Infobox T bane station name = Tøyen caption = Tøyen subway station, photograph taken from platform for outbound trains locale = Tøyen municipality = Oslo line = Common Tunnel distance = 2.1 km elevation = 22.2 m coordinates =… …   Wikipedia

  • Tøyen Railway Station — Infobox Norwegian station name = Tøyen caption = locale = Grünerløkka municipality = Oslo line = Gjøvikbanen distance = 4.45 km elevation = 75.2 m asl coordinates = start = 1904 architect = platforms = 2 owner = Jernbaneverket operator = NSB… …   Wikipedia