Théorie de la médiation


Théorie de la médiation

La théorie de la médiation ou Anthropologie Clinique est un modèle d'analyse en sciences humaines.

Initiée à Rennes par Jean Gagnepain et ses élèves[1] au cours des années 1960 et 1970, la TDM a connu ses premières ramifications en France par les professeurs Philippe Bruneau et Pierre-Yves Balut, archéologues à Paris IV-Sorbonne dans l'UFR d'Histoire de l'Art et d'Archéologie, et en Belgique où elle a été introduite par Jacques Schotte[2].

Aujourd'hui, elle est représentée à Rennes en Sociologie et en Sciences du Langage, dont Jean-Yves Dartiguenave, Armel Huet ou encore Jean-Claude Quentel, qui a récemment dirigé un ouvrage intitulé Histoire du sujet et théorie de la personne où la Théorie de la Médiation rencontre la pensée de Marcel Gauchet. Un numéro de la revue Le Débat lui a été consacré en 2006.

Sommaire

Présentation générale

La TDM s'est construite sur la confrontation d' apport linguistique de Ferdinand de Saussure avec les pathologies du langage, en particulier les aphasies étudiées en collaboration avec Olivier Sabouraud, professeur de neurologie. Si l'héritage de Gagnepain est marqué par la phénoménologie allemande et le structuralisme saussurien, Freud et Marx y ont également un rôle décisif. En effet, pour la TDM abstraction (Saussure), implicite (Freud) et dialectique (Marx) sont des caractéristiques essentielles de la raison humaine.

Langage

Le langage n'est pas la seule spécificité humaine, même si, ayant fait l'objet des recherches les plus abouties scientifiquement, il est un lieu d'observation efficace pour analyser analogiquement les quatre plans de la rationalité[3] modélisés par la TDM.

Quatre plans

Car si le langage est bien une manifestation proprement humaine, l'homme fait preuve d'autres capacités spécifiques qui ont conduit la TDM, contrainte par l'analyse des pathologies, à décomposer la rationalité en quatre plans :

  • La rationalité logique, qui spécifie la capacité de signe (le savoir, le langage, la logique...), objet de la glossologie.;
  • La rationalité technique, qui spécifie la capacité d'outil (le faire, la technique, le rapport médiatisé à l'objet matériel, à l'habitat etc.,...), objet de l'ergologie.;
  • La rationalité ethnique, qui spécifie la capacité de personne (l'être, la société, le rapport à l'autre...), objet de la sociologie.;
  • La rationalité éthique, qui spécifie la capacité de norme (le vouloir, la morale ou l'éthique, la maîtrise du désir...), objet de l'axiologie.

Il est essentiel de comprendre que les concepts de signe, outil, personne et norme ne renvoient pas à des réalités positives, mais à des processus implicites (on reconnaît sous cet implicite l'inconscient freudien, mais qui n'est plus limité au champ du langage).

Analogie

Ce découpage permet de construire un modèle où chaque plan peut être établi par analogie[4] avec les trois autres : ainsi la fameuse distinction saussurienne des faces du signe (repensée par la TDM) ---- (signifiant/signifié) ---- trouve son équivalent analogique au plan de l'outil ---- (fabriquant/fabriqué) ----, au plan de la personne ---- (instituant/institué) ---- et au plan de la norme ---- (réglementant/réglementé). Ainsi également la biaxialité (taxinomie/générativité) attestée par l'étude des 2 principaux types d'Aphasie se retrouve-t-elle analogiquement dans les quatre plans.

Cette rationalité diffractée suppose d'accepter de penser que l'homme soit déterminé par des capacités "culturelles" proprement humaines qui sont corticalement conditionnées (Jean Gagnepain y insiste tout en argumentant fortement son hostilité au réductionnisme, à l'évolutionnisme et au positivisme). Capacités "culturelles" donc, spécifiques de l'humain, mais nous partageons avec l'animal sur les quatre plans un fond "naturel" et la TDM rend compte avec une grande rigueur de cette séparation nature/culture. Elle le fait à travers les concepts de formalisation incorporée (praxis), d'abstraction et surtout de dialectique. Pour Gagnepain à la suite de Marx, la dialectique est un fait culturel réellement constitutif de l'humain, et non pas seulement une méthode de pensée.

Chacun des quatre déterminismes de l'humain doit être analysé dans sa cohérence interne. Cependant, chacun de ces plans est constamment influencé par les trois autres et exerce une influence sur eux dans le fonctionnement ordinaire de la raison, à tel point que seul le recours à l'étude des pathologies permet d'en attester l'existence autonome. C'est également ce recours à l'étude des pathologies qui donne sa légitimité et sa vigueur heuristique à la construction du modèle par analogie : si "la raison humaine est une dans son principe", tout élément nouveau que l'on peut apporter au modèle dans l'un des quatre plans devrait pouvoir être recherché, vérifié ou invalidé par expérimentation clinique[5] dans chacun des trois autres plans.

Anthropologie clinique

C'est pourquoi la Théorie de la Médiation est également appelée anthropologie clinique, car elle prétend étudier ce qui spécifie l'homme en prenant constamment, comme points de résistance, les apports de la clinique : l'aphasie, l'atechnie, la psychose et la névrose sont les principales pathologies attestant perpétuellement les avancées médiationnistes.

Notes et références

  1. Son équipe se composait notamment de Jean-Yves Urien, Hubert Guyard, Attie Duval, Jean-Claude Quentel et Jacques Laisis.
  2. Malgré de profondes divergences théoriques entre Gagnepain et Schotte.
  3. La rationalité, la raison humaine, terme générique qui désigne pour la Théorie de la Médiation la totalité de ce qui nous fait spécifiquement humains (par rapport à l'animal), raison qui n'est pas réductible au Logos même si toute la tradition philosophique occidentale nous permet difficilement de la penser autrement.
  4. L'utilisation délibérée, parfaitement argumentée épistémologiquement que fait la TDM de l'analogie dans le cadre strict de son modèle ne doit surtout pas être confondue avec l'usage abusif et naïf qui en est fait quelquefois en "sciences humaines" ou ailleurs. Cf. par exemple Jean GAGNEPAIN, Leçons d'introduction à la théorie de la médiation, page 49 ou page 280 .
  5. Il s'agit ici d'une "clinique expérimentale" élaborée, qui écarte l'empirisme.


Voir aussi

Revues

La TDM fait l'objet de plusieurs revues universitaires : Tétralogiques (Rennes 2), Anthropo-Logiques (Louvain-la-Neuve) et Ramage (Paris Sorbonne).

Bibliographie


Liens externes

Sources


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Théorie de la médiation de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Theorie de la mediation — Théorie de la médiation La théorie de la médiation (TDM) fondée par Jean Gagnepain offre un modèle d analyse et un programme scientifique d une portée considérable applicables à ce que seraient de véritables sciences humaines. Restée longtemps… …   Wikipédia en Français

  • médiation — [ medjasjɔ̃ ] n. f. • 1561; « division » XIIIe; bas lat. mediatio, de mediare 1 ♦ Entremise destinée à mettre d accord, à concilier ou à réconcilier des personnes, des partis. ⇒ arbitrage, conciliation, entremise, intermédiaire, intervention.… …   Encyclopédie Universelle

  • Mediation politique — Médiation politique La médiation politique est connue dans ses applications dans les relations internationales. Elle présente des différences par rapport à la Médiation des conflits : elle peut avoir un caractère diplomatique avéré, lorsqu… …   Wikipédia en Français

  • Médiation Politique — La médiation politique est connue dans ses applications dans les relations internationales. Elle présente des différences par rapport à la Médiation des conflits : elle peut avoir un caractère diplomatique avéré, lorsqu elle consiste en une… …   Wikipédia en Français

  • Médiation armée — Médiation politique La médiation politique est connue dans ses applications dans les relations internationales. Elle présente des différences par rapport à la Médiation des conflits : elle peut avoir un caractère diplomatique avéré, lorsqu… …   Wikipédia en Français

  • Mediation economique — Médiation économique La Médiation économique, incluant la médiation commerciale et, par une certaine mesure, la médiation consumériste et la médiation bancaire, est une application de la médiation dans les relations financières. Elle fait… …   Wikipédia en Français

  • Mediation interculturelle — Médiation interculturelle La médiation sociale est une approche relationnelle visant à privilégier l entretien, le maintien et ou le rétablissement de lien de sociabilité entre des personnes demeurant dans un même environnement. Elle fait partie… …   Wikipédia en Français

  • Médiation Interculturelle — La médiation sociale est une approche relationnelle visant à privilégier l entretien, le maintien et ou le rétablissement de lien de sociabilité entre des personnes demeurant dans un même environnement. Elle fait partie de l application de la… …   Wikipédia en Français

  • Médiation commerciale — Médiation économique La Médiation économique, incluant la médiation commerciale et, par une certaine mesure, la médiation consumériste et la médiation bancaire, est une application de la médiation dans les relations financières. Elle fait… …   Wikipédia en Français

  • Médiation sociale — Médiation interculturelle La médiation sociale est une approche relationnelle visant à privilégier l entretien, le maintien et ou le rétablissement de lien de sociabilité entre des personnes demeurant dans un même environnement. Elle fait partie… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.