Temples d'État des rois khmers


Temples d'État des rois khmers

Sur une stèle trouvée au Prasat Sdok Kok Thom, une inscription datée du XIe siècle relate que le roi khmer Jayavarman II (environ 770-830), qui, selon cet inscription, venait de "Javā"[1], se serait installé sur le mont Mahendra (qui correspond au Phnom Kulen), aurait fait procéder à un rituel pour rendre le pays des Kambuja indépendant de "Javā" et qu'il n'y ait plus qu'un souverain universel, un cavakravartin ; il fonda ensuite le culte du devarāja[2], concept autour duquel s'organisera la monarchie khmère. Jayavarman commencera la construction du temple-montagne du Bakong à Hariharalaya que son successeur, Indravarman Ier achèvera, déclarera Temple d'État et où régnera le devarāja. Par la suite, les successeurs d'Indravarman Ier, en changeant de capitale, édifieront de nouveaux Temples d'État.

Les temples d'État des rois khmers, d'après Bruno Dagens, op. cit.
Nom moderne du temple Roi s'attribuant la construction Inauguration Notes
Bakong (Roluos) Indravarman I 881 construction commencée par Jayavarman II ou Jayavarman III ; tour reconstruite au début du XIIe siècle
Phnom Bakheng Yasovarman I 893 Construction peut-être commencée par Indravarman I
Prang (Koh Ker) Jayavarman IV ~930
Pre Rup Rajendravarman II 961
Ta Kev Jayavarman V > 978 inachevé
Baphuon Udayadityavarman I < 1066 Construction peut-être commencée par Suryavarman I
Angkor Vat Suryavarman II 2e quart du XIIe siècle Vishnouïte
Bayon Jayavarman VII Fin XIIe siècle bouddhiste

Notes et références

  • Bruno Dagens, Les Khmers, Société d'édition Les Belles Lettres, 2003, ISBN 2-251-41020-1
  1. lieu qui n'a probablement rien à voir avec l'île du même nom ; il pourrait s'agir du Champa ou d'un autre région voisine du Cambodge
  2. dieu roi

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Temples d'État des rois khmers de Wikipédia en français (auteurs)