Te Deum


Te Deum

Le Te Deum est une hymne chrétienne, titre abrégé des premières paroles en latin, Te Deum laudamus (« Dieu, nous te louons »). Cette prière, dont l'origine est mal connue mais datant sans doute du Moyen Âge, peut être chantée le dimanche et certains jours de fête, mais également lors d'occasions festives comme les processions ou les victoires. Un Te Deum a été ordonné par le Pape lors du massacre de la Saint-Barthélémy[réf. nécessaire].

Sommaire

Histoire

Origines

L'origine de cette hymne est inconnue, bien qu'on puisse la faire remonter au moins au Moyen Âge. La tradition lui attribue différents créateurs :

  • dans le bréviaire romain, ce chant est parfois appelé hymne ambrosienne, par référence à saint Ambroise de Milan ;
  • selon Dom Morin, c'est Nicétas de Remesiana qui l'aurait composée ;
  • le Te Deum aurait depuis longtemps tenu une place importante dans l'histoire de la ville de Milan et certains pensent qu'il fut inspiré des écrits de saint Cyprien de Carthage;
  • enfin, un légende de la fin du VIIIe siècle voudrait qu'elle fut spontanément composée et chantée par trois saints la nuit du baptême de saint Augustin.

La première mise en mélodie du Te Deum daterait du XIIe siècle, et la première mise en musique polyphonique du XIVe siècle[1]. Il peut être chanté de différentes manières : dans la liturgie des heures, il est psalmodié par deux chœurs qui alternent les versets, comme dans la psalmodie, sur une mélodie grégorienne, ou encore être chanté en polyphonie savante à plusieurs voix, parfois accompagnée d'un orchestre et entrecoupé d'intermèdes instrumentaux (écouter Tonus Sollemnis).

Sens et usage

Usage courant

Dans les rites latins, le Te Deum est chanté ordinairement durant la liturgie des heures, à l'office de matines, les dimanches et à certaines fêtes, après la proclamation de l'évangile. Dans l'Église anglicane, il est chanté tous les jours de l'année. Il est aussi chanté comme hymne d'action de grâce liturgique lors de certaines circonstances particulières, au choix et jugement de l'ordinaire du lieu.

Traditionnellement, on chante le Te Deum le 31 décembre. Mais on peut aussi le faire en remerciement d'une faveur particulière comme un baptême, l'élection d'un pape, la consécration d'un évêque, la profession d'un religieux, la publication d'un traité de paix, un couronnement ou une victoire militaire.

Dans l'Europe de l'époque moderne

Au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle, la composition de Te Deum connue en Europe une grande vogue. Cette mode est due à la signification clairement politique que prit ce chant religieux. Il était systématiquement chanté lors de fêtes en l'honneur du souverain : la célébration d'un Te Deum était alors clairement identifiée avec la volonté d'honorer le souverain en place. Ainsi, un Te Deum était chanté dans toutes les églises de France à la suite d'une victoire royale : le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier rappelle une victoire - mal identifiée - de Louis XIV datant de 1690 ou 1693.

La Reforme calviniste supprimera quant à elle le Te Deum au XVIe siècle alors que l'Eglise anglicane le maintiendra, mais en langue vulgaire. Il sera réintroduit dans les Eglises de Suisse romande grâce, en particulier, aux modification de la liturgie initiées par Jean-Frédéric Ostervald au début du XVIIIe siècle. Il s'imposera ensuite sous la forme du cantique "Grand Dieu, nous te bénissons", inspiré de la version allemande qu’en donna Ignaz Fränzl en 1768.

Dans les pays latino-américains

Célébration du Te Deum Ecuménico de Fiestas Patrias, à Santiago du Chili (18 septembre 2006).

Dans plusieurs pays d'Amérique latine, tels que l'Argentine, la Colombie, le Guatemala, Panama, le Paraguay ou le Pérou, on célèbre un Te Deum lors de la fête nationale. En Équateur, et plus particulièrement dans la ville de Cuenca, on le chante deux fois l'an, lors de les fêtes de la fondation et de l'indépendance, en présence du maire, et des principales autorités civiles, religieuses et militaires de la ville.

Au Chili, les fêtes patriotiques chiliennes du 18 septembre sont l'occasion d'une grande fête à caractère œcuménique, connue comme le « Te Deum œcuménique des Fêtes patriotiques » (Te Deum Ecuménico de Fiestas Patrias). Célébré dans la cathédrale de la capitale, Santiago du Chili, à 11 heures, en présence du président de la République, de l'archevêque et des principaux représentants des églises chrétiennes - catholiques ou non - du pays.

Compositeurs

Beaucoup de compositeurs, tels que Lully, Purcell, Campra, Graun, Mozart, Berlioz, Liszt, Bruckner ou encore Barbey ont mis cette prière en musique. C'est le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier qui reste cependant la version la plus connue. Le prélude a servi de générique à certaines émissions de l'Union européenne de radio-télévision, indicatif de l'Eurovision.

Musique de la Renaissance

Musique baroque

Musique classique viennoise

  • Joseph Haydn (1732–1809) : Te Deum Hob XXIIIc:1 (1765), Te Deum Hob XXIIIc:C1 (?), Te Deum Hob XXIIIc:D1 (?), Te Deum Hob XXIIIc:G1 (?) et Te Deum reges Hob XXIIIa:D5 (1800, composé pour l'impératrice Marie-Thérèse de Bourbon-Siciles, épouse de François Ier d'Autriche) ;
  • Antonio Salieri (1750–1825) : Te Deum laudamus de Incoronazione en ré majeur pour chœur à quatre voix et orchestre (1790), Te Deum laudamus en ré majeur pour chœur et orchestre (1799, largement inspiré du Te Deum de 1790) et Te Deum laudamus en ut majeur pour solistes, chœur à quatre voix et orchestre (1819) ;
  • Johann Gottfried Schicht (1753–1823) – quatre Te Deum connus ;
  • Wolfgang Amadeus Mozart (1756–1791): Te Deum KV 141 pour chœur et orchestre (Vienne, 1760?), Te Deum KV 3 Anh. 241b et Te Deum KV 6 C.3.12 ;
  • Vincenzo Righini (1756–1812), (1810, composé pour l'anniversaire de la reine Louise de Prusse) ;
  • Nikolaus Betscher (1745-1811) ;
  • Jan Theobald Held (1770–1851) ;
  • Christoph Ernst Friedrich Weyse (1774–1842) ;
  • Conradin Kreutzer (1780–1849) ;
  • Karol Kurpiński (1785–1857).

Musique romantique

Musique moderne

  • Max Reger (1873–1916) : « Fantaisie sur Te Deum laudamus », 3e partie des Drei Orgelstücke opus 7 (1892) ; « Te Deum » tiré des Zwölf kleine Stücke für die Orgel opus 59 (1901) ;
  • Wilhelm Furtwängler (1886–1954) : Te Deum pour solistes, chœur et orchestre (1910) ;
  • Charles-Marie Widor (1844-1937) : "Te Deum" 4ème mouvement de la symphonie antique pour solistes, chœur, orgue et orchestre (1911);
  • Walter Braunfels (1882–1954) : Te Deum op. 32 pour soprano, ténor, chœur, grand orchestre et orgue (1920/1921) ;
  • Ralph Vaughan Williams (1872–1958): Te Deum in sol majeur pour chœur, orgue et orchestre (1928) ; Festival Te Deum pour chœur, orgue et orchestre (1937) ;
  • Benjamin Britten (1913–1976) : Te Deum in ut majeur (1934) ; Festival Te Deum opus 32 pour chœur et orgue (1944) ;
  • Hermann Schroeder (1904–1984) : Te Deum op. 16 (1934) ;
  • Zoltán Kodály (1882–1967) : Budavári Te Deum (1936) ;
  • Heinz Schubert (1908-1945) Hymnisches Konzert pour soprano, ténor, chœur, orgue et orchestre (1939) ;
  • Joseph Haas (1879–1960) : Te Deum opus 100 für Soli, gem. Chor und Orchester (1945) ;
  • William Walton (1902–1983) : Coronation Te Deum für Chor, Orchester und Orgel (1952–53) ;
  • Ernst Pepping (1901–1981) : Te Deum (1956) ;
  • Jeanne Demessieux (1921-1968): Te Deum, op. 11 pour orgue (1959) ;
  • Walter Kraft (1905–1977) : Te Deum (?) ;
  • Günter Gerlach (1928–2003) : Te Deum, cycle pour orgue (1961) ;
  • Percy Young (1912–2004) : Festival Te Deum (1961) ;
  • Heinrich Sutermeister (1910–1995) : Te Deum (1975) ;
  • Krzysztof Penderecki (1933- ) : Te Deum pour solistes, chœur et orchestre (1980) ;
  • Hans Posegga (1917–2002) : Oratorio Te Deum Benediktoburanum (1981) ;
  • Petr Eben (1929–2007) : Prager Te Deum (1989) ;
  • Pēteris Vasks (1946- ) : Te Deum (1991) pour orgue ;
  • Arvo Pärt (1935- ) : Te Deum pour trois chœurs, piano, cordes et bande magnétique (1992) ;
  • Xavier Benguerel (1931- ) : Te Deum pour solistes, chœur et orchestre (1993) ;
  • Jan Sandström (1954- ) : Te Deum pour chœur et orchestre (1996) ;
  • Ruth Zechlin (1926–2007) : Te Deum (2001) ;
  • Heinrich Poos (1928- ) ;
  • Steve Dobrogosz (1956- ) ;
  • Siegfried Matthus (1934- ) : Te Deum pour solistes, chœur et orchestre (2005, composé à l'occasion de la fin des travaux de rénovation de la Frauenkirche de Dresde) ;
  • Winfried Nowak (1965- ) : Te Deum pour soprano et chœur à trois voix a capella (2006) ;
  • Jeanne Barbey (1977- ) : Te Deum (2006, composé en faveur de l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse).

Paroles

Texte latin original

Te Deum laudamus,
te Dominum confitemur.
Te aeternum Patrem,
omnis terra veneratur.

Tibi omnes angeli,
tibi caeli et universae potestates,
tibi cherubim et seraphim,
incessabili voce proclamant :

« Sanctus, Sanctus, Sanctus
Dominus Deus Sabaoth.
Pleni sunt caeli et terra
maiestatis gloriae tuae. »

Te gloriosus Apostolorum chorus,
te prophetarum laudabilis numerus,
te martyrum candidatus laudat exercitus.

Te per orbem terrarum
sancta confitetur Ecclesia,
Patrem immensae maiestatis;
venerandum tuum verum et unicum Filium ;
Sanctum quoque Paraclitum Spiritum.

Tu rex gloriae, Christe.
Tu Patris sempiternus es Filius.
Tu, ad liberandum suscepturus hominem,
non horruisti Virginis uterum.

Tu, devicto mortis aculeo,
aperuisti credentibus regna caelorum.
Tu ad dexteram Dei sedes,
in gloria Patris.

Iudex crederis esse venturus.
Te ergo quaesumus, tuis famulis subveni,
Quos pretioso sanguine redemisti
Aeterna fac cum sanctis tuis
in gloria numerari[3].

Salvum fac populum tuum, Domine,
et benedic hereditati tuae.
Et rege eos
et extolle illos usque in aeternum.

Per singulos dies benedicimus te ;
et laudamus nomen tuum in saeculum,
et in saeculum saeculi.

Dignare, Domine, die isto
sine peccato nos custodire.
Miserere nostri, Domine,
miserere nostri.

Fiat misericordia tua, Domine, super nos,
quemadmodum speravimus in te.
In te, Domine, speravi :
non confundar in aeternum.

Texte français (version traduite)

Nous te louons, Dieu,
Nous t'acclamons, Seigneur.
Père éternel,
Toute la Terre te vénère.

C'est pour toi que tous les anges,
les cieux, toutes les puissances,
les chérubins et les séraphins
chantent inlassablement :

« Saint, Saint, Saint,
Dieu, Seigneur de l'univers ;
le ciel et la terre sont remplis
de la gloire de ta majesté. »

C'est toi que les Apôtres glorifient,
toi que proclament les prophètes,
toi dont témoignent les martyrs.

C'est toi que par le monde entier
l'Église annonce et reconnaît ;
Nous t'adorons, Père infiniment saint,
ton Fils unique et bien-aimé,
et aussi le Saint Esprit.

Toi, Christ, tu es Seigneur de la gloire,
Tu es le Fils de Dieu,
Toi, pour libérer l'humanité captive,
Tu n'as pas craint le corps d'une vierge.

Par ta victoire sur la mort,
tu as ouvert à tout croyant le Royaume des Cieux ;
tu sièges à la droite de Dieu
dans la gloire du Père.

Nous croyons que tu viendras en juge.
Aussi, défends tes serviteurs,
sauvés par ton sang :
prends-les avec tous les saints
pour jouir avec eux de la gloire éternelle.

Sauvez ton peuple, Seigneur,
et bénis ceux qui ont recueilli ton héritage.
Et conduis-les
Et donne-leur l'éternité.

Chaque jour nous te bénissons ;
Nous louons ton nom pour toujours,
Et pour les siècles des siècles.

Pitié, Seigneur, aujourd'hui,
garde nous du péché.
Prends pitié de nous, Seigneur,
prends pitié de nous.

Que ta miséricorde, Seigneur, soit sur nous,
ainsi que nous l'espérons.
C'est en toi, Seigneur, que j'ai espéré.
Que je ne sois jamais confondu.

Texte français (traduction officielle)[4]

A Toi, Dieu, notre louange !
Nous t'acclamons : tu es Seigneur !
A Toi, Père éternel,
L'hymne de l'univers.

Devant Toi se prosternent les archanges,
Les anges et les esprits des cieux ;
Ils Te rendent grâce ;
Ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur,
Dieu de l'univers ;
Le ciel et la terre sont remplis
De Ta gloire,

C'est Toi que les Apôtres glorifient,
Toi que proclament les prophètes,
Toi dont témoignent les martyrs ;

C'est Toi que par le monde entier
L’Église annonce et reconnaît.
Dieu, nous T'adorons : Père infiniment saint,
Fils éternel et bien-aimé,
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant,
Le Seigneur de la gloire,
Tu n'as pas craint de prendre chair
Dans le corps d'une vierge pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort,
Tu as ouvert à tout croyant les portes du Royaume ;
Tu règnes à la droite du Père ;
Tu viendras pour le jugement.

Montre-Toi le défenseur et l'ami
des hommes sauvés par Ton sang ;
Prends-les avec tous les saints
Dans Ta joie et dans Ta lumière.


Sauve ton peuple, Seigneur,
Et bénis Ton héritage.
Dirige les tiens
Et conduis-les jusque dans l'éternité.

Chaque jour nous te bénissons
Et nous louons Ton nom à jamais
Et dans les siècles des siècles.

Daigne, Seigneur, en ce jour,
Nous garder de tout péché.
Aie pitié de nous, Seigneur,
Aie pitié de nous.

Que ta miséricorde soit sur nous, Seigneur,
Car nous avons mis en Toi notre espérance.
En Toi , Seigneur, j'ai mis mon espérance :
Que je ne sois jamais confondu.

Traduction française du Te Deum approuvée par le cardinal Ratzinger (imprimatur 10 novembre 1990, Rome).

Nous vous louons, ô Dieu !
Nous vous bénissons, Seigneur.
Toute la terre vous adore,
ô Père éternel !

Tous les Anges,
les Cieux et toutes les Puissances.
Les Chérubins et les Séraphins
s'écrient sans cesse devant vous :

Saint, Saint, Saint est le Seigneur,
le Dieu des armées.
Les cieux et la terre,
sont plein de la majesté de votre gloire.

L'illustre chœur des Apôtres,
La vénérable multitude des Prophètes,
L'éclatante armée des Martyrs,
célèbrent vos louanges.

L'Église sainte publie vos grandeurs,
dans toute l'étendue de l'univers,
Ô Père dont la majesté est infinie !
Elle adore également votre Fils unique et véritable ;
Et le Saint-Esprit consolateur.

Ô Christ ! Vous êtes le Roi de gloire.
Vous êtes le Fils éternel du Père.
Pour sauver les hommes et revêtir notre nature,
vous n'avez pas dédaigné le sein d'une Vierge.

Vous avez brisé l'aiguillon de la mort,
vous avez ouvert aux fidèles le royaume des cieux.
Vous êtes assis à la droite de Dieu
dans la gloire du Père.

Nous croyons que vous viendrez juger le monde.
Nous vous supplions donc de secourir vos serviteurs,
rachetés de votre Sang précieux.
Mettez-nous au nombre de vos Saints,
pour jouir avec eux de la gloire éternelle.

Sauvez votre peuple, Seigneur,
et versez vos bénédictions sur votre héritage.
Conduisez vos enfants
et élevez-les jusque dans l'éternité bienheureuse.

Chaque jour nous vous bénissons ;
Nous louons votre nom à jamais,
et nous le louerons dans les siècles des siècles.

Daignez, Seigneur, en ce jour,
nous préserver du péché.
Ayez pitié de nous, Seigneur,
ayez pitié de nous.

Que votre miséricorde, Seigneur, se répande sur nous,
selon l'espérance que nous avons mise en vous.
C'est en vous, Seigneur, que j'ai espéré,
je ne serai pas confondu à jamais.

Notes

  1. Présentation du « Prélude » du Te Deum de Charpentier par la Médiathèque de la Cité de la musique [1]
  2. Vierteljahrsschrift für Musikwissenschaft. Herausgegeben von Friedrich Chrysander, Philipp Spitta und Guido Adler. Fünfter Jahrgang, Leipzig, Breitkopf und Härtel, 1889.
  3. Dans certains rites, ce verset est chanté à genoux ou incliné sur les miséricordes des stalles.
  4. (c) A.E.L.F. pour la traduction francophone autorisée (PTP p. 581).

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Te Deum de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • deum — cop·ro·deum; …   English syllables

  • Te Deum laudamus — Taufe des Augustinus durch Bischof Ambrosius Te Deum (von lat.: Te Deum laudamus) ist der Anfang eines feierlichen, lateinischen Lob , Dank und Bittgesangs der römisch katholischen Kirche. Der Hymnus besteht aus ungebundenen Versen verschiedener… …   Deutsch Wikipedia

  • Liste der Vertonungen des Te Deum — Diese Liste der Vertonungen des Te Deum listet alle kompositorischen Umsetzungen des Te Deum auf. (Sortierungen nach Epoche und Geburtsdatum des Komponisten) Inhaltsverzeichnis 1 Renaissance 2 Barock 3 Zeit der Wiener Klassik 4 …   Deutsch Wikipedia

  • Te Deum — (en latín: ‘A ti, Dios’, primeras palabras del cántico) es uno de los primeros himnos cristianos, tradicional de acción de gracias. Cuando no se cita como título de la obra sino como nombre común, se ha de emplear en minúscula y en una única… …   Wikipedia Español

  • Te Deum — Ambrosian Hymn redirects here. For hymns written by Ambrose, see Ambrosian hymns. See also Te Deum (religious service) The Te Deum (also known as Te Deum Laudamus, Ambrosian Hymn or A Song of the Church) is an early Christian hymn of praise. The… …   Wikipedia

  • Te Deum — Taufe des Augustinus durch Bischof Ambrosius Te Deum (von lat.: Te Deum laudamus, „Dich, Gott, loben wir“) ist der Anfang eines feierlichen, lateinischen Lob , Dank und Bittgesangs der christlichen Kirche. Der Form nach handelt es sich dabei… …   Deutsch Wikipedia

  • Te Deum (Chile) — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar al aut …   Wikipedia Español

  • Te Deum — ● Te Deum nom masculin invariable (premiers mots d un cantique latin Te Deum laudamus, Nous te louons, Dieu) Hymne latine en prose de 30 versets inégaux datant du IVe s. Composition musicale pour les versets de cette hymne. Cérémonie religieuse… …   Encyclopédie Universelle

  • Te Deum —     Te Deum     † Catholic Encyclopedia ► The Te Deum     An abbreviated title commonly given both to the original Latin text and the translations of a hymn in rhythmical prose, of which the opening words, Te Deum Laudamus, formed its earliest… …   Catholic encyclopedia

  • Utrechter Te Deum und Jubilate — Porträt von Georg Friedrich Händel von Philip Mercier …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.