Tartas

Tartas

43° 50′ 01″ N 0° 48′ 27″ W / 43.8336111111, -0.8075

Tartas
Église de Tartas
Église de Tartas
Armoiries
Administration
Pays France
Région Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Canton de Tartas-Ouest
Canton de Tartas-Est
Code commune 40313
Code postal 40400
Maire
Mandat en cours
Jean-François Broqueres
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Tarusate
Démographie
Population 2 891 hab. (2007)
Densité 95 hab./km²
Géographie
Coordonnées 43° 50′ 01″ Nord
       0° 48′ 27″ Ouest
/ 43.8336111111, -0.8075
Altitudes mini. 10 m — maxi. 68 m
Superficie 30,37 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Tartas est une commune française, située dans le département des Landes et la région Aquitaine.

Sommaire

Géographie

Tartas se trouve aux frontières des Grandes Landes et de la Chalosse, deux paysages très contrastés. La Midouze, affluent de l'Adour constitue une sorte de barrière naturelle entre ces deux paysages : des forêts de pin d'un côté, des paysages vallonnés de l'autre. Au nord, la Haute Lande se dessine très vite tandis que le sud et l'est conduisent très vite aux coteaux chalossais. Tartas étant divisé en deux cantons (séparés par la Midouze), elle s'inscrit dans le cadre d'une entité géographique discutable : la vallée de l'Adour. On peut appréhender Tartas comme une ville de vallée, construite en fonction du relief local de la vallée : l'abrupt de la ville haute correspond aux anciens lieux de pouvoir (il ne reste aujourd'hui que l'église) et la ville basse, plus large de berges, au pôle commercial[1].

Hydrographie

Le ruisseau du Gaillou, affluent droit de l'Adour, traverse les terres de la commune, tout comme le Retjons, affluent droit de la Midouze dans le bassin versant de l'Adour.

Histoire

Le siège et la prise de Tartas ont lieu en 1338. On les doit au comte de Foix sous la bannière de Philippe VI de France[2]. Le Voyage de Tartas en juin 1442 est une expédition menée par Charles VII de France accompagné du Dauphin pour délivrer la ville assiégée par les Anglais. Charles II d'Albret qui défendait cette place avait conclu avec les Anglais de la leur céder si le secours de Charles VII n'était pas arrivé le 24 juin 1442. Le roi arriva à temps et l'expédition fut une réussite (ce fut une démonstration de force à laquelle participèrent de nombreux princes du Royaume de France)[3].

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Linguistique gasconne

Sa position géographique, alliée aux mouvements démographiques liés à l'emploi font que les "patois clars" et "neugues" s'y côtoient, avec une prédominance pour ces derniers. L'habitué "sent" une différence selon les lieux.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1945 1977 Gérard Minvielle PS ancien sénateur
mars 1977 2008 Marcel Estival PS ancien médecin
mars 2008 2014 Jean-François Broqueres PS  
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Après une croissance forte après la guerre de 1939-1945 et malgré une attache industrielle assez forte avec la papèterie et les entreprises sous-traitantes, Tartas perd sa place de ville moyenne dans les Landes pour devenir une commune rurale. Ce n'est que récemment que le solde démographique est redevenu positif, grâce à une politique de complémentarité avec les communes urbaines de Dax et Mont-de-Marsan. L'habitat individuel se développe par la mise en vente de lots dans des lotissements équipés. L'habitat social suit, peut-être dans le but de rajeunir une population vieillissante. Avec plus de 35% d'habitants âgés de plus de 60 ans et un très faible solde migratoire, le risque est trop grand de voir Tartas devenir une « ville de vieux ».


Évolution démographique
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 -
Population 2 950 2 952 3 078 2 958 2 769 2 843 2 869 2 891[4] -
Notes, sources, ... De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; à partir de 2006 : population municipale légale.
Source : INSEE [5]

Lieux et monuments

Tartas est divisée en une ville haute sur la rive gauche et une ville basse sur l'autre rive de la Midouze. La ville haute fut jadis le siège du château, des administrations et de l'église, la ville basse étant plutôt dévolue au commerce. Ancienne sénéchaussée importante, il ne reste que des bribes d'un passé faste : les restes du fort, une très ancienne rue ville haute, quelques maisons rive gauche. Les berges de la Midouze ont été récemment nettoyées et donnent à voir les paysages agricoles et naturels des Pays de l'Adour. Aujourd'hui, la mairie est à la ville basse, tous les monuments religieux ont disparu de la ville basse et ne subsiste qu'une église dominant la ville (église Saint-Jacques) et l'ancien couvent des Ursulines (occupé au préalable par les Clarisses) qui abrite actuellement le groupe scolaire Saint-Joseph (des classes maternelles jusqu'à la fin du collège).

Présence d'un ancien cloître, de vieux bâtiments divisés en cellules, remparts et fortifications, petit clocher, ancienne chapelle. Le Foyer des Œuvres chrétiennes est actuellement propriétaire de cet imposant édifice. L'usine de pâte Fluff, anciennement appelée la papète ou la Calaisienne est incontournable. Elle est le centre de l'activité économique et surrtout possède chez les habitants une charge affective très forte. Des légendes ou des histoires sont souvent entendues : son origine mythique (Calais) dans une période de guerre donnent lieu à d'héroïques légendes locales. On dit pouvoir prévoir la météo en fonction de la direction de la fumée de sa cheminée. Il est possible de visiter ce trésor industriel mâtiné de bon sens paysan et de savoir faire technologique.

Personnalités liées à la commune

  • Augustin Darricau(1773-1819),général des armées de la République et de l'Empire(nom gravé sous l'Arc de Triomphe)
  • Le chanoine Bordes, héros de la résistance a donné son nom à la plus vieille rue de la ville basse. Vincent et Bernard Navarre ont marqué l'histoire économique de Tartas. À l'origine de ce qui deviendra "La Calaisienne", on trouve ces deux bourgeois de Tartas, à l'origine de l'industrie majeure du canton : l'industrie de la pâte fluff (a pâte à papier disait-on alors mais Tartas n'a jamais produit ce type particulier de pâte).Une usine, spécialisée dans la récupération des déchets de l'usine de pâte à papier garde pour nom leurs initiales : AVBN (Association Vincent Bernard Navarre, prononcé avébene ou selon d'autres sources, André, Vincent Bernard Navarre, cet André là ayant fort réussi dans l'industrie bien avant les autres, et étant le père de l'implantation de la "calaisienne à Tartas). Guy Delmas, laborantin, mais aussi délégué syndical CGT à la papèterie sera très impliqué lors des luttes ouvrières menées contre le projet de Saint-Gobain, propriétaire, qui conduisait à la fermeture de cette industrie. Delmas sut si bien gérer ce conflit que l'ensemble de la population se mobilisa.

Certains habitants disent que Charlemagne a bu l'eau de la fontaine actuellement située au pied de la maison de retraite. D'autres sont sûr du passage de Jeanne d'Albret dans une maison de la ville basse (appelée d'ailleurs, maison Jeanne d'Albret). Mais cela relève sans doute plus du mythe que de la réalité...

  • Victor Hugo parle du lièvre de Tartas dans ses notes de voyages. Il compare les habitants de ce lieu (en se trompant sur leur origine) à ce lièvre, fier, voire provoquant (voir le site du rectorat de Bordeaux).

Actuellement, plusieurs écrivains essaient de rendre vivante la vie locale, qu'il s'agisse des luttes pour la sauvegarde de la "calaisienne" ou des traditions locales gasconnes (l'ortolan, le quillet...).

Culture

Chaque année, pendant le dernier week-end de juillet, se déroule autour du plan d'eau tarusate le festival Fest'Afrik. Initiés par quelques jeunes du village, le festival tend à proposer un autre regard sur les cultures originaires d'Afrique de l'Ouest. Au programme: concerts, débats, jeux coopératifs, village associatif, stages[6].

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tartas de Wikipédia en français (auteurs)

См. также в других словарях:

  • Tartas — Tartas …   Deutsch Wikipedia

  • Tartas — Tartàs …   Wikipedia Español

  • Tartas — is a village and commune in the Landes département of south western France.ee also*Communes of the Landes department …   Wikipedia

  • Tartas — (spr. tās), Stadt im franz. Depart. Landes, Arrond. St. Sever, an der Midouze und der Lokalbahn Linxe T., hat Reste alter Befestigungen, eine moderne Kirche, Holz und Weinhandel und (1901) 1952 (als Gemeinde 3039) Einw …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • tărtaş — tărtáş s.n. (reg.) sfat, convorbire. Trimis de blaurb, 06.03.2007. Sursa: DAR …   Dicționar Român

  • Tartas — Original name in latin Tartas Name in other language State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 43.83248 latitude 0.80895 altitude 19 Population 3105 Date 2008 07 24 …   Cities with a population over 1000 database

  • Tartas (rivière) — Tartas Тартас Situation du Tartas ( en russe Тарmас ) dans le bassin de l Irtych. Il coule du nord est vers le sud ouest, au nord est de la ville d Omsk ( en russe Omck ), représentée ici par un point rouge au centre de la carte. Caractéristiques …   Wikipédia en Français

  • Tartas (Fluss) — TartasVorlage:Infobox Fluss/GKZ fehlt Lage Oblast Nowosibirsk (Russland) Flusssystem Ob Abfluss über Om → Irtysch → …   Deutsch Wikipedia

  • Juan de Tartas — (en euskera, Tartaseko Joan; en francés, Jean de Tartas; y, también, erróneamente conocido como Ivan Tartas[1] [2] ) fue un clérigo y escritor …   Wikipedia Español

  • Canton de Tartas-Est — Administration Pays France Région Aquitaine Département Landes Arrondissement Arrondissement de Dax Cod …   Wikipédia en Français


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»