Tarpan


Tarpan
Aide à la lecture d'une taxobox Tarpan
 Tarpan (Equus ferus gmelini)Dessin de Borisov, 1841
Tarpan (Equus ferus gmelini)
Dessin de Borisov, 1841
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Perissodactyla
Famille Equidae
Genre Equus
Espèce Equus ferus
Sous-espèce
Equus ferus gmelini
Pieter Boddaert - 1785
Synonymes
Equus ferus ferus
Statut de conservation UICN :

EX  : Éteint
Schéma montrant le risque d'extinction sur le classement de l'UICN.

Le tarpan (Equus ferus) est un équidé sauvage européen quelquefois considéré comme l'ancêtre de la plupart des races actuelles de chevaux. « Tarpan » vient d'un mot turkmène signifiant « cheval sauvage ».

Sommaire

Historique

Au cours du XVIIIe siècle, des spécimens ont été trouvés et identifiés comme des tarpans.

Il existait deux types de tarpans :

  • le tarpan des steppes qui vivait au nord de la mer Noire. Découvert en 1769 par un explorateur allemand, il fut exterminé par les colons russes.
  • le tarpan forestier qui vivait dans les forêts de l'actuelle Pologne.

Le dernier tarpan disparaît en 1887 au zoo de Munich[1]. Un scientifique polonais a tenté de les reconstituer grâce à des races existantes, d'où les similitudes avec les koniks.

Description

Le tarpan devait mesurer environ 1,30 m au garrot. Gris ou alezan, avec une raie et parfois des zébrures sur les membres, sa robe blanchit en hiver.

Il devait être assez résistant au froid[2].

Son aire d'extension maximale est mal connue : selon certains auteurs, il aurait couvert l'essentiel de l'Europe[réf. souhaitée] tandis que d'autres considèrent qu'il ne vivait que dans les steppes du sud-est et de l'est de l'Europe[réf. souhaitée], d'autres espèces ou sous-espèces occupant le reste du continent. Le problème vient des difficultés rencontrées pour étudier la taxinomie des espèces et sous-espèces de chevaux sauvages (voir ci-dessous). On ignore encore si on doit lui attribuer les restes de chevaux sauvages qui vivaient en Europe durant l'Holocène et si c'est lui qui est figuré sur les peintures des grottes ornées préhistoriques.

Systématique

Le tarpan a été scientifiquement décrit la première fois par Johann Friedrich Gmelin en 1774, mais sans que celui-ci lui donne de nom scientifique (la dénomination binomiale ne s'imposera définitivement qu'au XIXe siècle). Il avait observé cet animal en 1769 dans la région de Bobrovsk, près de Voronej (sud de la Russie, près de l'Ukraine).

En 1784, Pieter Boddaert nomma cet animal Equus caballus ferus, en se référant à la description de Gmelin. Ignorant le nom donné par Boddaert, Otto Antonius a nommé l'espèce Equus gmelini en 1912, toujours en se référant à la description de Gmelin. Les noms gmelini et ferus sont considérés comme synonymes. Selon la règle de nomenclature voulant que le premier nom attribué reste le seul valable en cas de synonymie, le tarpan doit normalement s'appeler ferus. On trouve aussi d'autres synonymes : Equus sylvestris (Brincken, 1828) ou Equus gmelini silvatica (Vetulani, 1927), ainsi que leurs variantes : Equus ferus sylvestris, Equus caballus sylvestris, Equus gmelini Antonius, Equus ferus gmelini, Equus caballus gmelini.

La communauté scientifique est divisée en deux écoles concernant les deux groupes de chevaux sauvages que sont le tarpan et le cheval de Przewalski. Pour la première école, il s'agit de deux espèces assez proches, respectivement Equus ferus (tarpan) et Equus przewalskii (cheval de Przewalski)[réf. souhaitée]. Pour la seconde école, il s'agit de deux sous-espèces appartenant à la même espèce, Equus ferus[réf. souhaitée]. Le tarpan est alors appelé Equus ferus ferus et le Przewalski Equus ferus przewalskii. Certains tenant de cette approche proposent d'utiliser comme nom d'espèce commune Equus caballus, ce qui permet alors d'utiliser un seul nom d'espèce pour tous les chevaux sauvages et domestiques. Dans cette dernière hypothèse, le tarpan est une sous-espèce dont le nom scientifique doit être Equus caballus ferus. Cependant, le nom généralement adopté pour les chevaux sauvages est celui de Equus ferus, conformément à la décision 2027 de l'International Commission on Zoological Nomenclature, laquelle a décidé en 2003 de ne pas utiliser les noms des formes domestiquées (ici Equus caballus) pour désigner les espèces sauvages.

Les noms spécifiques gmelini (postérieur à ferus) et caballus (réservé aux chevaux domestiques) étant rejetés par l'International Commission on Zoological Nomenclature, les deux noms possibles du groupe restent Equus ferus (dans l'hypothèse d'une espèce séparé) ou Equus ferus ferus (dans l'hypothèse d'une espèce commune avec Przewalski)[3].

Certains naturalistes s'interrogent sur le caractère réellement sauvage des tarpans. L'hypothèse de chevaux domestiques rustiques retournés à la vie sauvage (phénomène de marronnage) a été envisagée[4]. Sans preuve tangible, cette hypothèse reste aujourd'hui minoritaire, sans pouvoir être définitivement rejetée. Il existe aussi une autre approche, considérant que même si le tarpan originel était bien un cheval sauvage, sa longue cohabitation européenne avec les chevaux domestiques a pu engendrer des croisements avec des animaux ré-ensauvagés[réf. souhaitée]. Les tarpans du XVIIIe siècle était donc peut-être le produit de ces mélanges. Au final, faute de matériel paléontologique ou génétique de qualité, le statut exact du tarpan (cheval sauvage, cheval domestiqué retourné à la vie sauvage ou mixte des deux) reste indécis.

Le tarpan, plus que le Przewalski, est considéré comme l'ancêtre probable (mais non certain[5]) des chevaux domestiques actuels (nommés E. caballus, mais que de plus en plus de scientifiques rebaptisent E. ferus caballus, ou E. ferus f. caballus, pour bien indiquer qu'ils ne sont qu'une forme domestiquée du tarpan, et non une espèce à part entière). Il est cependant possible que certaines lignées de chevaux domestiques soient croisées avec des Przewalski et qu'elles aient dès lors une ascendance mixte.

L'impossibilité de trancher les débats sur le statut réel du tarpan (sauvage ou domestique, ancêtre ou non des chevaux actuels) vient du fait que « les preuves matérielles que ferus est une forme distincte de cheval sauvage sont limitées au matériel ostéologique de deux spécimens » et qu'« il n'a pas été identifié avec certitude à des populations locales du Pléistocène ou de l'Holocène (Forsten, 1988)[réf. incomplète][6] » .

Le tarpan « reconstitué »

Un « tarpan reconstitué », ou Konik, en 2004.

À partir de 1936, Tadeusz Vetulani, un scientifique polonais a « reconstitué » une race équine ressemblant aux anciens chevaux sauvages européens tarpans, disparus à la fin du XIXe siècle. Vetulani a travaillé à partir de poneys polonais supposés descendre d'un mélange de chevaux domestiques et de tarpans. Son travail a donné naissance à la race « Konik Polski », très proche physiquement des tarpans originels (à l'exception de la crinière, qui est relativement longue, et non en brosse, comme chez le tarpan originel, et à l'exception des petites zébrures des membres)[7].

Les frères Heck, créateurs de l'aurochs de Heck, mèneront leur propre projet de « reconstitution » du tarpan. Des « chevaux de Heck » existent encore aujourd'hui[8].

La race Konik a été introduite dans certains milieux naturels, comme la réserve d'Oostvaardersplassen aux Pays-Bas, où elle participe à l'entretien des espaces[2],[9].

La race portugaise Sorraia semble également assez primitive. Elle a une apparence très proche de celle des tarpans et des zébrures sont même visibles sur les jambes (Tarpan reconstitué et Sorraia sont indifférenciables). La crinière est longue, montrant l'influence de la domestication. Des analyse génétiques montreraient une certaine proximité avec le tarpan[10].

Images

Liens externes

Références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Bernard Belin, Le loup & le chien & l'homme, L'Harmattan, 2003 (ISBN 2-7475-4184-3) [lire en ligne (page consultée le 28 juillet 2011)], p. 18 
  2. a et b Le tarpan- equilove.ch (page consultée le 02/08/2006)
  3. Tout le débat actuel concernant le genre Equus est résumé sur le site UICN dans la section Taxonomic Notes (en)
  4. Epstein, 1971.[réf. incomplète]
  5. Sur cette discussion, voir Kuz'mina (1997).[réf. incomplète]
  6. Equus ferus, sur le site de l'UICN.
  7. Voir à ce sujet tarpan et Margret Bunzel-Drüke, « Ecological substitutes for Wild horse and Aurochs », WWF Large Herbivore Initiative, 2001, PDF.
  8. Margret Bunzel-Drüke, « Ecological substitutes for Wild horse and Aurochs », WWF Large Herbivore Initiative, 2001, PDF.
  9. Le Tarpan – Le monde des chevaux (page consultée le 02/08/2006)
  10. sorraia.org.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tarpan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tarpan — [ tarpɑ̃ ] n. m. • 1776; mot kirghiz ♦ Cheval retourné à l état sauvage, dans les steppes de l Asie occidentale. ● tarpan nom masculin (mot kirghiz) Race de chevaux considérés comme sauvages ou errants, en Europe orientale (steppes ukrainiennes) …   Encyclopédie Universelle

  • tarpan — TARPÁN, tarpani, s.m. Cal sălbatic din stepele sau podişurile Asiei, de culoare brună, cu capul scurt şi gros, cu coama scurtă (Equus gmelini). – fr. tarpan. Trimis de pan111, 13.09.2007. Sursa: DLRM  TARPÁN, tarpani, s.m. Cal sălbatic din… …   Dicționar Român

  • Tarpan — Das einzige bekannte Foto eines Tarpans, bei dem jedoch nicht bekannt ist, ob er reinrassig war (veröffentlicht im Jahr 1884) Systematik Überordnung …   Deutsch Wikipedia

  • târpan — TÂRPÁN, târpane, s.n. Unealtă asemănătoare cu coasa, folosită la tăiatul stufului şi al cânepii. – Din tc. tırpan. Trimis de LauraGellner, 25.06.2004. Sursa: DEX 98  TÂRPÁN s. (prin Olt.) seceră. (Cu târpan se taie stuful.) Trimis de siveco,… …   Dicționar Român

  • tarpan — tàrpān m <G tarpána> DEFINICIJA zool. vrsta izumrlog divljeg konja iz ruskih stepa (Equus gmelini) ETIMOLOGIJA rus. tarpán ← kirg …   Hrvatski jezični portal

  • Tarpan — Tar pan, n. [From the native name.] (Zo[ o]l.) A wild horse found in the region of the Caspian Sea. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Tarpān — (russ.), ein wildes Pferd, s.d. 2) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Tarpan — Tarpan, s. Pferde, S. 703 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • tărpan — tărpán ( ne), s.n. – Un fel de coasă. – var. torpan, tîrpan. tc. terpan (Bogrea, Dacor., III, 738). Trimis de blaurb, 26.02.2009. Sursa: DER …   Dicționar Român

  • tarpan — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. mż I, Mc. tarpannie {{/stl 8}}{{stl 7}} wymarły pod koniec XIX w. dziki koń niewielkiego wzrostu, myszatej sierści, jeden z przodków konia domowego; żył na stepach południowej Rosji <kazachskie> {{/stl 7}} …   Langenscheidt Polski wyjaśnień


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.