Syndicat du travail sexuel (Strass)


Syndicat du travail sexuel (Strass)

Syndicat du travail sexuel

Le Syndicat du Travail Sexuel (acronyme STRASS) est un syndicat autogéré qui existe en France depuis le 20 mars 2009[1]. Il défend les droits des travailleurs du sexe, c'est-à-dire principalement des prostitués mais aussi des escort girls/boys, des acteurs pornographiques et des opérateurs de téléphone rose[2].

Sommaire

Objectifs

Ce syndicat, dont certains représentants affirmaient quelques jours après sa création que ses fédérations comptaient en France entre cent[1] et deux cents adhérents[2], a été conçu comme un outil au service de l’auto-organisation des travailleurs du sexe. Sa principale priorité, d'après Malika Amaouche, membre du collectif Droits et prostitution et coordinatrice des Assises européennes de la prostitution de 2009, est l'abrogation de la loi pour la sécurité intérieure de 2003, qui interdit le racolage passif[3].

Il a également pour objectif de lutter contre la discrimination et la marginalisation dont souffrent les travailleurs du sexe, en revendiquant notamment des statuts professionnels permettant d'assurer leur protection sociale et leur retraite[2].

Il cherche aussi à permettre aux travailleurs du sexe de reprendre la parole dans le débat public sur leur activité professionnelle, selon son trésorier Maîtresse Nikita[1] ; ses fondateurs estiment en effet qu'on ne leur accorde pas assez la parole, au profit d'autres intervenants présentés comme des spécialistes du sujet (médecins, catholiques, abolitionnistes...). Le STRASS espère ainsi les aider à lutter contre l’opprobre moral à l’encontre de leurs activités, qui les place soit dans le rôle de victimes, soit dans celui de contre-modèles du mode de vie du reste de la société.[réf. nécessaire]

Le STRASS se propose aussi de lutter contre le proxénétisme, l’esclavage, le trafic d'êtres humains et l’exploitation sexuelle des enfants, en étant un lieu de réflexion et d’élaboration d’une prostitution autogérée et choisie. La piste de la création de coopératives composées de travailleurs s’associant librement a d’ailleurs été soulevée lors de sa journée d'inauguration.[réf. nécessaire]

Journée d'inauguration

Il a été inauguré lors des Assises européennes de la prostitution de 2009, en présence de nombreuses délégations d’associations de défense des droits des travailleurs du sexe du monde entier (Espagne, Belgique, Suisse, Italie, Egypte, Canada, Mexique...) venues apporter leur soutien et témoigner de leurs conditions d’exercice et de leurs expériences diverses face à la répression.

Pour fournir au STRASS de solides bases revendicationnelles, des débats ont été organisés en atelier toute la matinée. Entre autres sujets, fut abordée la place des prostitués dans la prévention face aux IST et pratiques à risque, dans laquelle ils jouent un rôle de premier plan et dont elles affirment faire partie de la solution.

Un autre atelier était consacré aux revendications des prostitués en termes de droits sociaux, notamment dans le nouveau contexte induit par la LSI de 2003 (Loi Sarkozy, « Loi réprimant le racolage passif ») qui, sous couvert de lutte contre le proxénétisme et la traite, ne vise que des objectifs de lutte contre l‘immigration, et accentue au contraire les risques courus par les prostitués en les criminalisant directement ou indirectement (c’est-à-dire au travers des clients), tant au niveau sanitaire, des violences (des policiers ou clients) que des réseaux de proxénétisme et d‘esclavage humain.

Le débat autour du statut à reconnaître aux prostitués déboucha par un assez large consensus sur celui de travailleurs indépendants, pour que la loi empêche toute exploitation de leur travail par proxénetisme ou salariat, tout en reconnaissant leur profession. Ils côtisent pourtant auprès de l’URSSAF, mais ne perçoivent en contre-partie que très peu de prestations sociales (retraites dérisoires, couverture sociale...), ce qui peut les rendre plus précaires et fragiles encore.

Fut aussi abordé le problème des conjoints masculins de prostitués, qui, s’ils vivent sous le même toît et ne peuvent justifier de revenus, peuvent être inculpés de proxénétisme de soutien, l‘inverse étant impossible.

Le dernier atelier, portant sur l’organisation voulue par et pour les sex workers, vint clore des mois de travail et collaboration entre magistrats, juristes et associations de professionnels du sexe pour contourner la loi contre le racolage passif et créer les statuts du premier syndicat de travailleurs du sexe en France, où la prostitution n’est pas officiellement interdite.

Notes et références

  1. a , b  et c « Les prostitués fondent leur syndicat et défilent pour la "Pute pride" », dans Le Nouvel Observateur, 22 mars 2009 [texte intégral (page consultée le 14 avril 2009)] 
  2. a , b  et c « "STRASS", premier syndicat du travail sexuel! », dans La Dépêche, 29 mars 2009 [texte intégral (page consultée le 14 avril 2009)] 
  3. Audrey Dreillard, « Prostitution - Un syndicat pour les travailleurs du sexe », dans France-Soir, 23 mars 2009 [texte intégral (page consultée le 14 avril 2009)] 

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
  • Portail de la France Portail de la France
Ce document provient de « Syndicat du travail sexuel ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Syndicat du travail sexuel (Strass) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Syndicat du travail sexuel — Le Syndicat du Travail Sexuel (acronyme STRASS) est un syndicat autogéré qui existe en France depuis le 20 mars 2009[1]. Il défend les droits des travailleurs du sexe, c est à dire principalement des prostitués mais aussi les acteurs… …   Wikipédia en Français

  • Strass (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le mot strass peut désigner : Strass : une utilisation du verre comme imitation d une gemme pour la confection de bijoux de fantaisie un terme d …   Wikipédia en Français

  • Travailleur du sexe — Un travailleur du sexe, euphémisme pour prostitué(e), est une personne qui gagne de l argent en échange de services d ordre sexuel. Sommaire 1 Histoire du concept 2 Les travailleurs du sexe dans le monde 3 Bibliographie …   Wikipédia en Français

  • Mars 2009 en France — Années : 2006 2007 2008  2009  2010 2011 2012 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • Histoire De La Prostitution — La prostitution (du latin prostituere mettre devant, exposer au public) est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée par les membres des deux… …   Wikipédia en Français

  • Prostitution clandestine — Histoire de la prostitution La prostitution (du latin prostituere mettre devant, exposer au public) est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée… …   Wikipédia en Français

  • Prostitution de luxe — Histoire de la prostitution La prostitution (du latin prostituere mettre devant, exposer au public) est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée… …   Wikipédia en Français

  • Prostitution sacrée — Histoire de la prostitution La prostitution (du latin prostituere mettre devant, exposer au public) est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée… …   Wikipédia en Français

  • Prostitution en France — La situation de la prostitution en France a pris un tournant décisif, en 1946, avec la loi « Marthe Richard » qui ferme les maisons de tolérance et prévoit la création des services de prévention et de réadaptation sociale (SPRS). Le… …   Wikipédia en Français

  • Travailleurs du sexe — Travailleur du sexe Un travailleur du sexe est une personne qui gagne de l argent en échange de services d ordre sexuel. Cette expression est principalement utilisée par les partisans de la reconnaissance des prostitués masculins ou féminins en… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.