Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre


Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre

Les Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ Libre) sont une organisation ayant pour objectif la formation et le développement d'un courant syndicaliste et progressiste au sein du Parti québécois. Ce club politique a été reconnu au sein du parti jusqu'au 14 mars 2010, date à laquelle il fut répudié du parti en raison de ses fréquentes sorties publiques contre les orientations du parti[1]. Le mouvement a été fondé en 2004 à l'initiative du rédacteur en chef d'un journal militant de gauche, Pierre Dubuc.

Le 15 août 2005, un congrès extraordinaire était tenu pour entériner la candidature de Pierre Dubuc, directeur et rédacteur en chef de L'aut'journal, comme représentant du SPQ Libre dans la course au leadership du Parti québécois. Il a recueilli 1 282 voix en tout, avec 1,22 % du scrutin total, terminant à la cinquième place.

Après l'élection québécoise de 2007, le SPQ-Libre a été l'un des groupes dans le Parti québécois à réclamer la tête d'André Boisclair[2], jugeant qu'il a fait preuve d'un manque flagrant de jugement, notamment dans le cas de l'histoire de la parodie de Brokeback Mountain. Aux yeux du SPQ Libre, André Boisclair n'a pas réussi non plus à établir un bon lien avec la population.

Notes et références

  1. Denis Lessard, « Le PQ montre la porte au SPQ libre », dans La Presse, 15 mars 2010 [texte intégral (page consultée le 15 mars 2010)] 
  2. Martin Ouellet, « Le secrétaire du SPQ Libre réclame la tête de Boisclair », dans La Presse, 28 mars 2007 [texte intégral] .

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre de Wikipédia en français (auteurs)