Syndicaliste révolutionnaire


Syndicaliste révolutionnaire

Syndicalisme révolutionnaire

Le syndicalisme révolutionnaire désigne en général l'idéologie prégnante en France dans les syndicats de la CGT entre 1895 et 1914 et, jusque dans les années vingt, dans les syndicats d'autres pays industrialisés (États-Unis, Argentine, Italie et Espagne).

Appelé aussi syndicalisme d’action directe, ce courant se distinguait et s'opposait aussi bien au syndicalisme réformiste qu'aux partis politiques, par son adhésion au vieux principe : « L'émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » (extrait des statuts de l'Association internationale des travailleurs, rédigés en 1864 par Karl Marx). En 1923 à Berlin, une part des groupes syndicalistes révolutionnaires se détache de l'Internationale Syndicale Rouge et s'organisent au niveau international en fondant une nouvelle Association internationale des travailleurs. La montée du communisme en France, du fascisme en Italie, du franquisme en Espagne, du populisme en Argentine et de puissants syndicats intégrés aux USA aura raison de ce courant.

Ce type de syndicalisme est encore présent en France à travers la CNT française et les Comités syndicalistes révolutionnaires.

Sommaire

La CGT syndicaliste révolutionnaire en France

Le syndicalisme révolutionnaire a représenté un état d'esprit dominant dans la CGT française entre 1895 et 1914. En fédérant différentes sensibilités qui défendaient l'autonomie ouvrière contre les arrière-pensées politiques des guesdistes, il s'est reconnu comme un courant majoritaire lors du congrès de Bourges en 1904, puis lors du congrès d'Amiens en 1906 où fut voté un ordre du jour célèbre que l'on appela plus tard la Charte d'Amiens.

La CGT était née en 1895 pour inciter les travailleurs à s'émanciper selon les modalités définies par la Première Internationale. Dans un premier temps, ces modalités prennent la forme du projet de grève générale insurrectionnelle, dans le but d'abolir le salariat et de renverser la société bourgeoise.

Cependant, cette politique change en 1902, et de nombreuses grèves partielles éclatent dans toute la France. Désormais, et c'est la particularité du syndicalisme révolutionnaire, le syndicat est à la fois l'organe de l'amélioration du quotidien du travailleur et l'organe qui accouchera de la société future à travers la révolution, société égalitaire et fraternelle. En 1906, la Charte d'Amiens confirme le rejet de toute affiliation politique et proclame l'indépendance irréductible de la confédération. C'est une autre particularité du syndicalisme révolutionnaire : le syndicat n'est pas envisagé comme un relais d'un parti politique, contrairement aux syndicalismes anglais et allemand.

En France, le syndicalisme révolutionnaire entre en crise en 1909. La répression est brutale. Plusieurs fois les dirigeants de la CGT sont emprisonnés, des grévistes sont tués par l'armée. Les différentes tendances politiques veulent s'imposer à la CGT. Le Parti Socialiste avec Jaurès cherche des électeurs pour arriver au pouvoir, les anarchistes veulent faire triompher leur ligne radicale et anti-autoritaire. La bureaucratisation commence à toucher certains camarades. La première guerre mondiale envoie les syndiqués dans les tranchées se faire tuer. La CGT organise des manifestations massives contre la guerre mais elle est seule en Europe. Les syndicats allemands contrôlés par le Parti Socialiste ne mobilise pas trahissant la solidarité internationale entre travailleurs.

Au retour de la guerre, le courant Syndicaliste-Révolutionnaire se réorganise et crée les CSR. Le Syndicalisme-Révolutionnaire redevient majoritaire dans la CGT. La direction de la CGT prenant peur de perdre son pouvoir provoque la scission en 1921. De nombreux syndicats partent vers la CGTU ou l'autonomie.

Le Courant Syndicaliste-Révolutionnaire maintiendra très longtemps son influence dans le mouvement syndical. A tel point qu'aujourd'hui encore quasiment tous les syndicats font référence au congrès de la CGT de 1906 et sa fameuse Charte d'Amiens qui affirme l'indépendance du syndicat et la volonté de transformer la société.

Le courant syndicaliste révolutionnaire perdra de son influence au profit du Parti communiste qui est ainsi créé grâce aux ouvriers syndicalistes révolutionnaires. Grâce au mythe de la Révolution russe et au financement de permanents par l'Union soviétique, les dirigeants "communistes" finiront par imposer la tutelle du parti sur le syndicat mais au bout de nombreuses années.

Les autres organisations du début du XXe siècle

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
Ce document provient de « Syndicalisme r%C3%A9volutionnaire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Syndicaliste révolutionnaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Syndicaliste-révolutionnaire — Syndicalisme révolutionnaire Le syndicalisme révolutionnaire désigne en général l idéologie prégnante en France dans les syndicats de la CGT entre 1895 et 1914 et, jusque dans les années vingt, dans les syndicats d autres pays industrialisés… …   Wikipédia en Français

  • Courant syndicaliste révolutionnaire — Comités syndicalistes révolutionnaires Pour les articles homonymes, voir CSR. Sommaire 1 Présentation 2 Histoire 2.1 Fondation …   Wikipédia en Français

  • Confederation generale du travail - Syndicaliste revolutionnaire — Confédération générale du travail Syndicaliste révolutionnaire Pour les articles homonymes, voir Confédération Générale du Travail. la Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire …   Wikipédia en Français

  • Confédération Générale Du Travail - Syndicaliste Révolutionnaire — Pour les articles homonymes, voir Confédération Générale du Travail. la Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire …   Wikipédia en Français

  • Confédération générale du travail - Syndicaliste révolutionnaire — Pour les articles homonymes, voir Confédération Générale du Travail. la Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire …   Wikipédia en Français

  • Confédération générale du travail - syndicaliste révolutionnaire — Pour les articles homonymes, voir Confédération Générale du Travail. la Confédération Générale du Travail Syndicaliste Révolutionnaire …   Wikipédia en Français

  • Confédération Générale du Travail-Syndicaliste Révolutionnaire — Part of the Politics series on Anarchism …   Wikipedia

  • Syndicaliste libertaire — Anarcho syndicalisme Drapeau du syndicalisme libertaire. L anarcho syndicalisme ou anarchosyndicalisme est un syndicalisme basé sur les principes de fonctionnement de l anarchisme (autogestion, libre fédéralisme, démocratie directe, mandaté élus… …   Wikipédia en Français

  • syndicaliste — [ sɛ̃dikalist ] n. et adj. • 1875; de syndical 1 ♦ Personne qui fait partie d un syndicat et y joue un rôle actif (permanent, secrétaire, dirigeant). Syndicalistes et syndiqués. Syndicalistes révolutionnaires, réformistes. 2 ♦ Adj. Relatif aux… …   Encyclopédie Universelle

  • Syndicaliste français des PTT — Syndicalisme dans les PTT françaises Cet article décrit l évolution et les particularités du syndicalisme dans les PTT françaises. Le syndicalisme des PTT en France est né au début du XXe siècle dans les conditions particulières de la… …   Wikipédia en Français