Suppo


Suppo
Le mont Saint-Michel.

Suppo, né au XIe siècle et mort le 4 novembre 1061 est un bénédictin lombard, septième abbé du Mont Saint-Michel de 1033 à 1048.

Biographie

La célébrité et la richesse de l’abbaye du Mont Saint-Michel avaient fait vivement regretter à Suppo d’avoir refusé l’élection canonique que l’administration lui en avait conférée ; aussi ne négligea-t-il aucun moyen pour ressaisir cette dignité, dont l’influence ducale, le crédit de Jean, l’abbé de Fécamp, le firent enfin revêtir l’année même où la mort frappa son prédécesseur Théodoric.

Les premiers temps de sa prélature lui méritèrent l’affection et le respect de ses religieux par le désintéressement et la générosité dont il donna d’abord d’éclatantes preuves. Outre plusieurs reliquaires qu’il apporta d’Italie, il enrichit l’église d’ornements et de vases en argent d’un grand poids : la beauté des ciselures rehaussait encore le prix de la matière. Parmi ces objets, un calice, dont l’étrangeté de la forme, arrêtait particulièrement les regards. Ce vase, dont le poids était de trente-deux marcs, avait été sculpté par Lambert, un des ouvriers les plus habiles de son temps. Bien que ce calice fût orné de deux anses, son poids avait nécessité la fabrication d’un chalumeau, au moyen duquel on aspirait le Sang précieux que contenait cette coupe. La patène, également en argent, était du poids de neuf marcs et quatre onces ; l’inscription dont elle était ornée y supposait la représentation de l’Agneau couché sur le livre des sept sceaux, et des vingt-quatre vieillards jouant de la harpe. Les deux burettes ne pesaient que quatre marcs et trois onces ; mais le don le plus précieux était un grand crucifix d’argent, et deux statues d’anges, du même métal.

Sous l’administration de Suppo, le monastère du Mont Saint-Michel vit sa richesse se développer par les libéralités de plusieurs seigneurs normands : Adelain ou Adelaisme, chevalier de la cour du duc Robert, lui fit donation, en 1038, du village de la Croix-Avranchin, dans les dépendances duquel étaient compris Villiers, Balam et Saint-Georges, et de la terre des Trois-Charrues, située dans l’île de Jersey. Le prince normand, de la générosité duquel Adelaisme tenait ces propriétés, comme récompense de ses services contre les Bretons, en signa lui-même la charte.

L’illustre et intrépide vicomte du Cotentin, le chevalier Néel de Saint-Sauveur, témoigna également de sa dévotion pour l’archange saint Michel par une preuve encore plus frappante. Néel, dont l’existence s’était écoulée au milieu du tumulte des guerres et du faste des cours, offrit à ce monastère tous les domaines qu’il possédait dans Guernesey, et dans les îles voisines, et voulut terminer sous le froc une vie passée jusqu’alors sous le haubert.

Guillaume Pichenot ne tarda pas à suivre son exemple. Cette abbaye où il devait bientôt après porter l’habit religieux, reçut de lui, en 1034, la Pierrette avec toutes ses dépendances, dont Guillaume le Conquérant approuva et signa la charte. Ce prince, à la même époque, donna à ce monastère les îles de Sercq et d’Anglesey, en compensation de la moitié de l’île de Guernesey, aumônée à ce lieu par son père, et qu’il convertit en fief pour un seigneur de sa suite.

Enfin, le roi d’Angleterre, Édouard le Confesseur, combla ces libéralités par sa munificence : le prieuré de Cornouilles, la terre de Veunerie avec les villages, châteaux et terres de toute nature ; le port de Ruminella avec son territoire, ses moulins et ses pêcheries, furent les objets de la donation par laquelle il témoigna sa piété envers le saint patron du Mont Saint-Michel.

La bibliothèque du Mont Saint-Michel dut également à Suppo beaucoup de volumes très précieux qui, d’après don Huynes, n’étaient pas parvenus jusqu’à son époque. Parmi ceux dont hérita la bibliothèque d’Avranches, on cite un Speculum de saint Augustin, différent de l’édition de Plantin et de celle des Bénédictins, par de nombreuses variantes qui le recommandent à l’attention des bibliophiles. Un Traité de Musique, par Boëce, remarquable par les lumières qu’il jette sur l’histoire de cet art ; plusieurs Opuscules de Beda ; quelques pages hétérodoxes sur l’Eucharistie, provenant d’un ouvrage de Bérenger de Tours, ou de Scot Érigène ; plusieurs œuvres d’astronomie et de physique, réunies sous le numéro 2940 ; enfin, des travaux de polémique religieuse, de littérature sacrée et d’histoire, sous les numéros 1948 et 1952, remontent également à l’époque de Suppo. On y trouve un Liber de quatuor virtutibus, etc., beaucoup plus correct que celui de la Bibliotheca magna Patrum, etc.

Résultant cependant moins de la piété de que d’un caractère magnifique, cette somptuosité ne tarda pas à entraîner Suppo dans des prodigalités qui lui ôtèrent l’affection et l’estime de son couvent. Le monastère devint le rendez-vous de ses parents, qu’il appela d’Italie pour les enrichir des dépouilles de la communauté. Négligeant l’observance des règles disciplinaires, autant à son égard qu’à celui des autres, il s’abandonna à une vie dissipée, où disparurent les prix du moulin Lecomte, donnés par le duc Robert, et de plusieurs terres dont l’aliénation fut le fruit de ses désordres.

Ces derniers actes soulevèrent si fortement la colère des moines contre lui, qu’il se vit contraint de se dérober à leur vengeance en retournant se réfugier dans l’abbaye de Frutare, où il termina sa vie treize ans plus tard.

Sources

  • Fulgence Girard, Histoire géologique, archéologique et pittoresque de Mont Saint-Michel, Avranches, E. Tostain, 1843, p. 91-96.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Suppo de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Suppo — Gemeinde Schirgiswalde Kirschau Koordinaten …   Deutsch Wikipedia

  • Suppo I — (or Suppone ; died 5 March 824) was a Frankish nobleman who held lands in the Regnum Italicum in the early ninth century. In 817, he was made Count of Brescia, Parma, Piacenza, Modena, and Bergamo. He was also made a missus dominicus , along with …   Wikipedia

  • Suppo II — was a member of the Supponid family and was related to Engelberga, the empress of Louis II. He was Count of Parma, Asti, and Turin. Along with his cousin, Suppo III, he was the chief lay magnate in Italy during Louis s reign. His father was… …   Wikipedia

  • suppō- — *suppō , *suppōn germ., schwach. Femininum (n): nhd. Brühe, Suppe; ne. soup, broth; Rekontruktionsbasis: got., ae., mnd., ahd.; Etymologie: vergleiche idg …   Germanisches Wörterbuch

  • suppo — suppositoire [ sypozitwar ] n. m. • XIIIe; lat. suppositorium, de supponere « mettre au dessous » ♦ Préparation pharmaceutique, de consistance solide, de forme conique, que l on introduit dans l anus. Mettre un suppositoire. Abrév. fam. (1965)… …   Encyclopédie Universelle

  • Suppo II of Spoleto — Suppo II (also Suppo III in the familial genealogy, Italian Suppone ; died circa 879) was the Duke of Spoleto from 871 until his death. He was the archiminister (archminister) and consiliarius (counsellor) of the Emperor Louis II. Throughout… …   Wikipedia

  • Suppo III de Spolète — (né à une date inconnue et mort v. 879) est un duc italien du IXe siècle. Biographie Suppo III fut duc de Spolète de 871 à 876, archiminister (archministre) et consiliarius (conseiller) de l Empereur Louis II le Jeune, il fut donc le… …   Wikipédia en Français

  • Poursuites judiciaires contre les crimes commis lors de la dictature argentine — Pour consulter des articles plus généraux, voir : Guerre sale et Dictature militaire en Argentine (1976 1983). Le général et gouverneur de Tucumán Antonio Domingo Bussi, condamné à la peine perpétuelle pour crimes contre l humanité en août… …   Wikipédia en Français

  • Duché de Spolète — Péninsule Italienne vers l an 750. Ville d Italie, dans la province de Pérouse, Spolète fut le siège d un duché lombard puis franc et d un principauté assez importante qui fut incorporée aux États de l Église en 1228 …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Ducs De Spolète — Ville d Italie, dans la province de Pérouse, Spolète fut le siège d un duché lombard puis franc et d un principauté assez importante qui fut incorporée aux États de l Église en 1228. Sommaire 1 Liste des ducs lombards de Spolète 2 Liste des ducs… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.