Stocks


Stocks
Stocks
Pays d’origine Lille, Nord, France
Genre musical Rock
Années d'activité 1980-2007
Labels WEA
CBS
Sony
Vérone Productions
Site officiel [1]

Membres Christophe Marquilly
Anciens membres Gérard Mullier
Franck Seinave
Arnaud Delbarre
Sam Willcox
Bobby Luccini

Stocks est un groupe de rock français.

Christophe Marquilly (guitare, chant), né le 25 mars 1955, fonde le groupe Stocks au début des années 1980.

Sommaire

Les débuts

Le groupe est alors complété par Gérard Mullier, dit Muchmard (basse) et Franck Seinave (batterie). S'étant fait remarquer dans le nord de la France par des concerts énergiques, dans les MJC, en plein air sur les podiums de la célèbre braderie de Lille ou de l'Enduro du Touquet, ou en première partie de Thin Lizzy, un label national, WEA, propose au groupe d'enregistrer un disque en public. Ce fut fait à Lille, au Palais des Sports Saint Sauveur, le 12 février 1982 devant 3500 personnes. Le disque sort, s'ensuivent moult concerts dans toute la France, et une certaine notoriété grâce notamment au morceau Suzy qui est toujours aujourd'hui joué en rappel des concerts et à son riff assassin et à l'adaptation - osée - du Cocaïne de J.J. Cale en français. ZZ Top est alors la principale référence du groupe, dans l'énergie comme dans la formation "power trio". Les guitares triturées qui parcourent la seconde face de l'album, sur "Cole Younger" ou "Caracas" s'inspirent de cet esprit. Comme beaucoup, Christophe est fidèle à sa stratocaster. Un côté plus bluesy transparait, sur des ballades encore jouées, comme "Stetson blues". Les textes ne sont pas très travaillés, la référence, c'est clairement bistrot/filles. Cet album reste pour une toute une génération une référence.

Ensuite

En 1984, après un changement de maison de disques (CBS) et de line-up (Arnaud Delbarre, Basse, fils de Raoul de Godewarsvelde ; Bobby Luccini, batterie), le groupe sort Éclats de Rock, produit par Benoit Blue Boy, qui mêle des morceaux anciens (le bistrot, l'indépendant...) et des titres comme elle me voit pas qui sera largement diffusé et fera l'objet d'un clip. Ce second album marque une volonté de s'imposer auprès d'un plus large public, et de sortir quelque peu de la connotation hard-rock ou rock sudiste qui suit le groupe. Deux tournées aux États-Unis d'une trentaine de dates chacune marquent cette période. Une vidéo enregistrée à Boston garde la mémoire de cette tournée, avec une chaude ambiance devant les kids. La presse rock de l'époque (Enfer magazine, Hard Rock magazine) mais aussi le plus généraliste Best ou Rock & Folk se fait l'écho de cette tournée, ainsi que celle plus régionale (La Voix du Nord). Stocks fut aussi soutenu par les radios locales (Fréquence Nord, Radio campus lille...), et FR3 LILLE, branchée rock dans les années 80.

Le groupe sort en 1986 un 45 tours (Tellement seul/On fait pas partie de la même bande), prélude à un futur album qui n'arrivera pas. Ce 45 tours est produit par Nono, guitariste de Trust et enregistré à Londres. Il ouvre pour Rory Gallagher à Lille.

Les années 1990-2000

Christophe Marquilly, lassé du peu d'écho, et sentant le vent tourner en matière de Rock en France, avec la percée de groupes comme Indochine, décide d'arrêter. L'aventure Stocks se poursuivra néanmoins à la fin des années 80 (festival de la côte d'opale, première partie de Molly Hatchet en 1990 à Paris) et au début des années 90 avec d'autres musiciens et l'ajout de clavier, sax...les fans du début suivent plus ou moins.

En 1996, Christophe sort un album autoproduit sous le nom de MARQUY, avec des rocks efficaces comme le révélateur "c'est pas facile" et des moments apaisés comme le superbe "Allan". De cette époque MARQUY, il ne reste pas grand chose, l'ouverture vers la Belgique restant sans grands lendemains malgré le plaisir de jouer.

En 1997, STOCKS ouvre au Zénith de Lille pour Trust, reformé. Arnaud Delbarre, directeur de cette même salle, reprend sa basse pour un morceau : ça m'fait tout drôle.

En 2000, la seconde formation se retrouve pour un hommage à Ronny Coutteure, disparu tragiquement peu avant, à la Ferme des Hirondelles de Fretin, qu'il avait créé avec son épouse Diane.

En 2001, ils donnent un concert inspiré au Splendid de Lille, et travaillent sur un album sorti en 2002 : Trois. Cet album contient quelques perles rocks comme j t'attendais pas, fallait que j'te dise, ou tu cours le vieux bikers remis au goût du jour, du blues ma rape, ma guitare, ou des moments plus tempérés comme Fiora. Malgré sa bonne production et sa qualité générale, cet album n'aura pas le succès escompté.

Remarqués par la production à l'occasion d'un concert à Paris, ils ouvriront pour 18 dates de la tournée des stades de l'idole nationale Johnny Hallyday, en juin et juillet 2003. Le 5 juillet, STOCKS jouera « à la maison » au Stadium Nord de Villeneuve-d'Ascq...

La reconnaissance espérée après cette tournée tourne court. Arnaud Delbarre, devenu directeur de l'Olympia, quitte définitivement le groupe et est remplacé par Sam Willcox. Les anciens fans se découvrent ou se retrouvent. STOCKS fête en 2004 ses 20 ans lors d'un concert avec plein d'invités : Franck, premier batteur, Nono, guitariste emblématique de Trust et ami du groupe, Daran, et Gildas Arzel, dont Christophe apprécie le parcours artistique.

Christophe Marquilly, tout en continuant de tourner avec STOCKS, entreprend d'autres projets . Un groupe de reprises blues rock : OUTSLIDERS (Luc Dewerte, basse puis Sam Beaucourt ; Marc Vedrine, batterie puis Thomas Gonzallez) qui sort un album : Thank you et a donné depuis 2003 des dizaines de concerts, dans des pubs, devant une poignée d'irréductibles ou sur de grandes scènes en ouverture de Nine Below Zero à Lyon, par exemple. Outsliders joue évidemment des covers de ZZ Top, mais aussi de Johnny Winter, ou de Stevie Ray Vaughan, ou encore le fameux Dust my broom. Il travaille également sur des compositions plus acoustiques, qu'il expérimente en concert.


OUTSLIDERS enregistre un album en public le 3 février 2007, justement intitulé : powered by blues; le 30 mars 2007, grande fête autour de STOCKS à Tourcoing : à cette occasion, Christophe MARQUILLY a donc "liquidé les STOCKS" pour s'envoler vers de nouvelles aventures musicales sous son nom. L'album "rien n'est joué" fut enregistré fin aout début septembre 2007 au studio Feeling de Tourcoing ; celui-ci est sorti le 13 février 2009 sur le label BERNETT RECORDS. En novembre, le DVD capté lors du concert de mars 2007 sort enfin, disponible via le site officiel de Christophe Marquilly. 21 titres à découvrir ou redécouvrir en public.

Discographie

Album

  • 1982, Enregistré en public

Disque enregistré le 12 février 1982 au palais Saint-Sauveur à Lille

  • 1984, Éclats de Rock

Auteur: Christophe Marquilly, Sophie Marquilly Compositeur: Christophe Marquilly, Arnaud Delbarre, Sophie Marquilly

  • 1996, MARQUY AUTOPRODUCTION


  • 2009, Christophe MARQUILLY : Rien n'est joué

CD 2 titres

  • 2007 production INTERLUDE
  1. Ne me retiens pas
  2. Villes en sursis


45T

  • 1982, ça m'fait tout drôle/ Cocaine
  • 1984, Elle me voit pas / C'est bel et bien fini
  • 1986, Tellement seul / On fait pas partie de la même bande

Vidéographie

  • Christophe Marquilly en concert. Tourcoing 30 mars 2007


Liens externes

site officiel de Christophe Marquilly et de STOCKS [2] [3]

Logo du groupe [4]


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stocks de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stocks — are devices used since medieval times for public humiliation, corporal punishment, and torture. The stocks are similar to the pillory and the pranger, as each consists of large, hinged, wooden boards; the difference, however, is that when a… …   Wikipedia

  • Stocks — ist der Familienname folgender Personen: Christian Stocks (* 1947), deutscher Diplomat und seit 2009 Botschafter in El Salvador Jack William Stocks (* 1871 ?), englischer Radsportler Margaret Stocks (1896 ?), englische Badmintonspielerin Siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • stocks — a frame used to support a ship or boat when out of water. → stock stocks a portion of this as held by an individual or group as an investment. → stock …   English new terms dictionary

  • Stocks — (Stoks), 1) ursprünglich in England gewisse Summen, welche von einer Gesellschaft (z.B. der Ostindischen Compagnie) zu einem Stock od. einer Kasse zusammengelegt sind, um sie zu einem fortdauernden Geschäft zu verwenden; 2) dann die Anleihen der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Stocks — Stocks, engl., Staatspapiere; Aktien. Stock Exchange (ekstschensch), Stockbörse; stockbroker, Börsenmäckler, der den reellen Handel mit S. vermittelt; stockjobbers (–dschabbers) die nicht wirklich kaufenden, sondern auf Steigen und Fallen der… …   Herders Conversations-Lexikon

  • stocks — index portfolio, securities Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • stocks — instrument of punishment, early 14c., from STOCK (Cf. stock) (n.1) …   Etymology dictionary

  • stocks — Stock Stock (st[o^]k), n. [AS. stocc a stock, trunk, stick; akin to D. stok, G. stock, OHG. stoc, Icel. stokkr, Sw. stock, Dan. stok, and AS. stycce a piece; cf. Skr. tuj to urge, thrust. Cf. {Stokker}, {Stucco}, and {Tuck} a rapier.] 1. The stem …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Stocks — This interesting name is of early medieval English origin. It has has at least five possible sources. The first being that it is residential for somebody who lived at a place called Stock, such as Stock Gaylard in Dorset, or perhaps Stocksbridge… …   Surnames reference

  • stocks — n. shares on the stock market (esp. AE; CE has shares) stocks close; open (did stocksclose strong or weak?) * * * open (did close strong or weak?) [ shares on the stock market ] (esp. AE; CE has shares) stocks close …   Combinatory dictionary