Starship Troopers 3 : Marauder

Starship Troopers 3 : Marauder

Starship Troopers 3
Marauder

Réalisation Edward Neumeier
Scénario Edward Neumeier, inspiré du livre de Robert A. Heinlein
Acteurs principaux Casper Van Dien, Jolene Blalock, Marnette Patterson
Pays d’origine Allemagne/Afrique du sud
Genre Action, Aventure, Science-fiction, Thriller
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Starship Troopers 3 : Marauder (Starship Troopers 3: Marauder) est un vidéofilm américain de science-fiction réalisé par Edward Neumeier et sorti directement en vidéo en France le 8 octobre 2008. Starship Troopers 3 est la suite du film Starship Troopers, sans faire référence au deuxième volet.

Sommaire

Synopsis

Johnny Rico est devenu Colonel. Il est responsable sur une planète au fin fond de l'univers, d'une base de colons fermiers antimilitaristes, assiégée par les Arachnides. Omar Anoke, le Sky Marshall, chef de toutes les armées, rend une visite surprise à la base, accompagné de Dix Hauser, général et vieil ami de Johnny Rico, et du capitaine Lola Beck, ex-petite amie de Johnny Rico et fiancée de Dix Hauser. Le Sky Marshall est devenu une star de la chanson en interprétant It's a good day to die (C'est un bon jour pour mourir).

Dix Hauser est excédé par les fermiers antimilitaristes et met aux arrêts Johnny Rico qui s'était interposé. À ce moment-là, le champ électrique protégeant la base tombe en panne pour une raison inconnue, et les Arachnides commencent à envahir la base. Les survivants s'enfuient, mais le vaisseau du Sky Marshall est touché. Le Sky Marshall, le capitaine Lola Beck et quelques autres membres de l'équipage utilisent une capsule de sauvetage et atterrissent sur une planète, qui s'avère être occupée par les Arachnides. Les messages de détresse restent sans réponse, l'équipe doit alors explorer la planète.

Johnny Rico est condamné à la peine capitale pour haute trahison : la pendaison. Comment vont-ils s'en sortir ?

Distribution

Autour du film

  • Casper Van Dien est le seul acteur du premier opus à faire partie du casting de ce nouveau volet.
  • Si les arachnides sont similaires à ceux des deux premiers films. Neumeier faisait mention d'un "scorpion bug" obligeant ses victimes à vomir d'autres insectes. Ce scorpion bug a en fait une puissance de feu destructrice très forte. Présent sur la première planète du film, on peut se demander pourquoi les arachnides ne l'ont pas utilisé dès le début pour détruire les barrières électrifiés qui défendaient la base.
  • Le "brain bug" capturé lors du premier film refait son apparition
  • Le film a été principalement tourné en Afrique du Sud
  • Malgré le fait que le film soit titré Starship troopers 3, il est en fait la suite du premier opus de 1997, sans faire mention du second film. Le film reprend le principe d'entrecouper chaque acte avec des spots de propagande.
  • Le film reprend pour argent comptant le principe d'intuition. Quand le vaisseau atterri, Johnny Rico a l'intuition que le Sky Marshall est à bord de celui-ci. En débarquant, Omar Anoke demande à Johnny s'il a bien senti qu'il arrivait.
  • Les "brain bugs" ont de forts pouvoirs télépathiques, voire de télékinésie, qu'ils n'avaient pas forcément lors du premier opus : d'autres moyens de communications tels que les ultra-sons était envisageables pour communiquer entre insectes, dans le premier film. Rien n'indique que la télépathie chez les humains était réelle dans le premier film ; ce serait même le contraire.
  • Lors de l'attérissage du Sky Marshall, il présente Johnny comme étant le sergent ayant capturé le "cerveau" or il est lieutenant à ce moment et c'est le sergent-instructeur Zim qui le capture.

Le premier film était à voir au second degré et ne respectait en rien le roman dans son esprit :

  • les pouvoirs psychiques étaient visiblement faux.
  • les militaires y sont présentés comme des idiots ne sachant pas prendre de recul
  • la propagande est très simpliste, ne reflète pas la réalité du front

Différence par rapport au livre

Par rapport au premier film, ce troisième volet se rapproche du livre sur plusieurs points :

  • à la fin on découvre les Marauders, qui sont en fait des robots pilotés, jouant le rôle d'armures robotisées. Dans le livre tous les soldats des escadrons portent des armures ou des scaphandres et peuvent être équipé d'une armure robotisée, le modèle Marauder étant le plus utilisé. L'absence d'armures dans le premier film était la plus grosse différence par rapport au livre.
  • L'atterrissage des Marauders est aussi très proche de celui des soldats dans le livre, lors d'un premier débarquement sur une planète.
  • la bombe Q du film est similaire à la bombe Nova du livre.
  • l'ensemble de la flotte des vaisseaux spatiaux se rassemble à un endroit secret, qui dans le livre est une planète nommée Sanctuaire. C'est là que Rico a fait ses classes d'officier dans le livre (Rico n'étant que sous-officier dans le premier film).

Les différences toujours présentes :

  • dans le livre, les humains ont du soutien aérien ("avion" de chasse)
  • les simples soldats ont une armure ou un scaphandre, en fonction de l'air de la planète
  • les pouvoirs de voyance sont réels, sans ambiguïté (dans ce monde imaginaire), et beaucoup plus présents. Dans le livre, des pouvoirs semblent être utilisés une seule fois de manière ambigüe quant à leur nature psychique ou non, pour dessiner une carte de tunnels souterrains.

Commentaires

Alors que le premier film tournait au ridicule la propagande moderne de la guerre, celui-ci semble se pencher succinctement sur la religion. Le Dies Irae accompagne d'ailleurs la séquence finale de délivrance des deux survivantes par les Maraudeurs. Le budget est plus faible que celui du premier film ; de ce fait l'animation des arachnides, des scorpion bugs et des maraudeurs est bien moins parfaite que les précédents opus.

Le film est aussi considéré comme une satire grinçante de l'Amérique, tout comme le premier Starship Troopers. En 2003, Mimi Brickmeyer, journaliste au Hollywood investigator, a publié un éditorial sur les films devenus infaisables après les Attentats du 11 septembre 2001[1], et y décryptant Starship Troopers sous le titre « Les beaux physiques d'un 4ème reich chic » comme une satire prémonitoire (le film est sorti en 1997) de l'hystérie de l'après 11 septembre 2001. Mimi Brickmeyer considérait ce film de Paul Verhoeven comme détournant le roman Starship Troopers de Robert Heinlein (daté de 1959 et considéré comme quasi-fasciste) vers la parodie, avec notamment[1] :

  • des uniformes évoquant le Troisième Reich,
  • des acteurs dans un style SS,
  • des idéaux fascistes ridiculement exagérés,
  • des média filmant des champs de bataille avec complaisance, comme une publicité,
  • les correspondants de télévision intégrés aux troupes sur les champs de bataille, comme en Iraq alors que Starship Troopers (1997) est antérieur à l'occupation de l'Irak.

Edward Neumeier, scénariste du premier Starship Troopers, répondit à Madame Brickmeyer qu'elle avait tout compris[2]. Selon lui, le film Starship Troopers voulait montrer que :

  • les films d'action et la guerre nous rendent tous fascistes,
  • la propagande et les média fabriquent l'assentiment du public,
  • le politiquement correct des États-Unis de 1994 est une vague de fascisme culturel.

D'après Ed Neumeier, à la sortie du film Starship Troopers, lui et Paul Verhoeven n'avaient pas voulu souligner au public que le film parlait des dangers du fascisme parce qu'une approche plus satirique leur paraissait plus intéressante, mais il déplorait que le public des USA n'aime pas l'ambivalence.

Paul Verhoeven, dans Index Magazine, a expliqué que le roman Étoiles, garde-à-vous ! (Starship Troopers) décrivait une sorte d'utopie militaire fasciste, et qu'il avait voulu montrer dans son film où ce type d'utopie pouvait mener, selon lui pas bien loin du gouvernement Bush[3]. En 2004, Paul Verhoeven, interviewé à Gérardmer [4], a rappelé que Starship Troopers, bien que tourné avant l’attaque contre les Twin Towers et la guerre en Irak, reposait sur un scénario d'Edward Neumeier lié à l'atmosphère des États-Unis à cette époque, qu'il qualifie de pré-fasciste.

Quand Edward Neumeier réalise Starship Troopers 3, en 2008, les États-Unis sont en guerre en Irak, et les allusions à l'Irak y sont transparentes[5]:

  • les habitants de Roku San n'aiment pas leurs occupants, comme les Irakiens : "Ils ont besoin de nous, mais ne veulent pas de nous",
  • la phrase "Ou vous êtes avec nous, ou vous êtes contre nous" de Georges W. Bush devient dans StarShip Troopers 3 "si vous êtes contre la guerre, vous êtes contre nous"
  • la Fédération exécute ses opposants à Alamo Bay, un nom qui peut évoquer Gantanamo Bay,
  • une partie des combats de Starship Troopers 3 se déroule dans un désert de sable,
  • le chef des arachnides s'enterre sous le sable du désert, comme Saddam Hussein.

La satire contre la religion est une nouveauté de StarShip Troopers 3 : après avoir combattu la religion, le gouvernement de la fédération en fait la propagande à la fin du film.

Starship Troopers 3 n'est donc pas un film à voir au premier degré, c'est un film satirique.

Notes et références

Voir aussi

Liens internes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Starship Troopers 3 : Marauder de Wikipédia en français (auteurs)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»