Stanley Cavell


Stanley Cavell
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cavell.
Stanley Louis Cavell
Philosophe américain
Époque contemporaine

Naissance 1er septembre 1926, Atlanta
Principaux intérêts Cinéma, littérature, philosophie, romantisme
Œuvres principales Les Voix de la Raison, Une nouvelle Amérique encore inapprochable
Influencé par Shakespeare, Emerson, Nietzsche, Freud, Wittgenstein, Austin

Stanley Louis Cavell, (né le 1er septembre 1926), est un écrivain et un philosophe américain. Il est depuis 1997 professeur émérite d'esthétique et de théorie générale de la valeur (qu'il enseigne depuis 1963) à l'université Harvard.


Sommaire

Biographie

Stanley Cavell est né dans une famille juive d'Atlanta (Géorgie), une ville qui lui rappellera toujours à quel point le cours de l'histoire américaine fut depuis le départ marqué par l'esclavage. La famille de son père est originaire du Shtetl de Bialystok, un petit village au Nord-Est de la Pologne à la frontière de la Biélorussie. Son père est nommé Goldstein lors de son arrivée aux États-Unis en 1905. Il fait partie de cette vague d'immigration juive d'Europe Centrale et de l'Est qui part pour échapper aux pogroms. C'est incontestablement de son père que Stanley (un prénom qu'affectionnaient les familles juives nouvellement arrivées en Amérique) tient un fond de judaïsme ou d'esprit juif en même temps que sa gratitude pour cette terre de la seconde chance ou de la seconde naissance. C'est l'année de sa Bar Mitzvah que son père lui révèle le véritable nom de sa famille : Kawaliersky. Kawaliersky n'est pas un véritable nom juif; les Juifs de Pologne étaient contraints de s'inventer un nom pour se plier aux différentes campagnes de recensement des pouvoirs administratifs de l'époque. Quoi qu'il en soit, symboliquement, c'est le nom du père que Stanley Goldstein choisira, en l'américanisant, pour se re-nommer Stanley Cavell.

De de sa mère, Fanny Segal, pianiste, dotée de l'oreille absolue, Stanley Goldstein-Cavell acquiert le goût et le don de la musique. Il suit une éducation musicale. En 1943, il est réformé malgré sa volonté de s'engager dans les forces armées américaines à cause d'un accident à l'oreille.

Cavell est marié. Il a deux enfants (Rachel et Benjamin).

Le 7 mai 2010, Stanley Cavell a reçu les insignes de docteur honoris causa de l'ENS Lyon

Études

En 1947, il reçoit le diplôme de Bachelor of Arts in Music à Berkeley. Mais peu après avoir été admis à Juilliard, il renonce à ses études de musique pour commencer un cycle de philosophie à l'UCLA. Il entame une éducation philosophique dont il témoigne en critiquant une certaine forme de professionnalisation de la philosophie dans le contexte culturel et politique de ces années 1950-60. À cette époque Stanley Cavell se demande comment "écrire" de la philosophie. Il s'intéresse à la critique américaine notamment à Lionel Trilling, ou à certains intellectuels juifs new-yorkais comme Michael Fried ou Robert Warshaw. Il lit Freud et notamment Psychopathologie de la vie quotidienne. Comme Wittgenstein à une autre époque, il fréquente les cinémas;il accordera une grande importance au septième art dans son travail. Vie quotidienne et écriture sont deux thèmes liés chez lui dans la mesure où il assigne à la philosophie le rôle d'un exercice de connaissance de soi, thérapie ou éducation.

C'est vers le début des années 1960 qu'il étudie avec John Langshaw Austin à Harvard et qu'une toute nouvelle manière de philosopher, en prise avec le langage ordinaire, permet à Stanley Cavell de trouver sa voie. Ses premiers essais sont une défense de son maître à laquelle il mêle l'apport de la philosophie du langage de Wittgenstein. Il écrit une thèse sur L'Exigence de la rationalité (the claim of rationality) qu'il refondera et prolongera dans les Voix de la Raison ((the claim of reason)). Il commence sa carrière d'enseignant à Berkeley, puis revient à Harvard définitivement.

À partir des années 1980, Stanley Cavell écrit des essais sur des thèmes communs à cheval sur plusieurs domaines, suivant en cela une orientation de l'université aux États-Unis. En effet, la philosophie de Cavell aborde par exemple la théorie du cinéma (Film Theory) aussi bien que les études sur le genre (Gender Studies) ou encore les études culturelles (Cultural Studies). On note à cette période, la présence de plus en plus forte de références à Emerson (à qui Cavell est notamment amené par son étude sur Thoreau). L'influence d'Emerson pousse Cavell à identifier une dimension morale et intellectuelle qu'il appelle le perfectionnisme(ou « éthique de la vertu »), et qui est à la croisée des champs disciplinaires qu'en France on appellerait l'esthétique, la philosophie morale et la philosophie politique.

Parcours

C'est dans Pitch of philosophy (ensemble de conférences données à Jérusalem) que Cavell livre le plus d'éléments autobiographiques et qu'il invite ses lecteurs à penser de façon philosophique.

Il se fait un nom en philosophie à partir de la fin des années 1960 en prenant la défense d’Austin, d'une part, et, d'autre part, du fait de ses cours sur les recherches philosophiques de Wittgenstein.

Stanley Cavell se situe donc dans un tournant linguistique et analytique typique d'un héritage positiviste en Amérique, dans le fil notamment de l'immigration des penseurs des cercles de Vienne. Et cela, à une époque qui s'est avérée importante du point de vue de la constitution de la discipline philosophique et de son corps professoral au sein de l'université américaine. Mais Cavell se montre critique envers plusieurs points de cet héritage : l'éloignement de la figure de l'intellectuel, la professionnalisation de la philosophie, la rupture et l'isolement culturels. Stanley Cavell n'a jamais abandonné le dialogue avec la philosophie continentale, depuis sa lecture des romantiques allemands (Schlegel, Goethe) et anglais (Coleridge, Wordsworth) jusqu'à celle des auteurs français les plus contemporains comme Jacques Lacan, Jacques Derrida, Maurice Blanchot.

Peut-être ce double héritage lui permet-il de trouver une troisième voie : dès ses premiers essais, Stanley Cavell adopte un ton assez nouveau en philosophie, qui tranche avec le type d'argumentation dans lequel il voit l'exercice de la philosophie en Amérique s'enfermer. La philosophie se définit, selon lui, d'abord comme la production de textes. Il va donc s'entretenir avec tout un courant critique aux États-Unis. Mais il n'embrassera pas pour autant la French Theory en Amérique, dans laquelle il voit une forme importée. Stanley Cavell préfère valoriser une forme proprement américaine de philosophie. La philosophie comme littérature est chez Stanley Cavell un thème central. De même pensée savante et art populaire se croisent dans ses analyses.

La pensée de Stanley Cavell est mieux connue en langue française depuis les traductions des années 90. (Voir les travaux de Claude Imbert, Sandra Laugier, Christian Fournier, Christiane Chauviré ou Elise Domenach; ou les essais réunis sous le titre Qu'est-ce que la philosophie américaine ?[1].)

Philosophie

Cavell développe depuis The claim of Reason : Wittgenstein, Skepticism, Morality and Tragedy, publié en 1979, un programme de recherche sur des thèmes aussi variés que la comédie romantique shakespearienne, le cinéma, la culture populaire américaine, le scepticisme gnoséologique et moral, Dewey, Nietzsche, Emerson, Kleist et Rohmer. Certains commentateurs de Cavell évoquent une œuvre « hébraïque » imprévisible et n'appartenant pas à un genre codifié. Sous l'influence d'Emerson et deThoreau, le perfectionnisme émersonien repris par Cavell est d'une grande importance dans la compréhension de la pensée américaine.


Œuvres

Dire et vouloir-dire

Cavell se fait un nom en philosophie avec un recueil d'essais intitulé Must We Mean What We Say? (1969), et traduit en français par Dire et vouloir-dire (2009). Ces essais sont écrits dans l'optique d'une philosophie du langage ordinaire. Cavell en établit le programme d'étude : l'usage du langage, la métaphore, le scepticisme, la tragédie, l'interprétation littéraire. Ce livre a ses sources chez Austin, dont Cavell défend la méthode, et chez le second Wittgenstein. Un de ces essais présente au lecteur de 1969 Le Livre sur Adler de Søren Kierkegaard.

La projection du monde

Dans The World Viewed (1971) ([La projection du monde]) Cavell se penche sur l'ontologie de la photographie et le cinéma. Ce livre constitue une réflexion sur le [modernisme] en art, et la nature du média, marqué par l'importance du critique d'art Michael Fried mais tout aussi bien par la vision de Heidegger développée dans L'origine de l’œuvre d'art.

Les Voix de la Raison

Les Voix de la Raison, traduction de The Claim of Reason: Wittgenstein, Skepticism, Morality, and Tragedy (1979) est peut-être le plus connu de ses livres. C'est le centre de son œuvre, ré-écriture de sa thèse de doctorat.

Cities of Words

Dans Cities of Words (2004) Cavell retrace une généalogie du perfectionnisme moral, un mode de pensée morale qui parcourt l'histoire de la philosophie et de la littérature occidentale. Partant de la définition qu'en donne Emerson, le livre ouvre des pistes à la recherche des traits de ce perfectionnisme dans la philosophie, la littérature mais aussi le cinéma.

Notes et références

Bibliographie complète

  • 1969 : Must we mean what we say ? A book of Essays, New York, Scribner, 1969. Traduction française de Sandra Laugier et Christian Fournier : Dire et vouloir dire. Livre d'essais, Paris, Le Cerf, 2009.
  • 1979 : The claim of Reason : Wittgenstein, Skepticism, Morality and Tragedy, Oxford University Press. Traduction française de Sandra Laugier et Nicole Balso : Les voix de la raison - Wittgenstein, le scepticisme, la moralité et la tragédie, Paris, Seuil, 1996.
  • 1971, The World Viewed: Reflections on the Ontology of Film (1971), New York, Viking Press; 2nd enlarged edn. (1979) London, Harvard university. Traduction française de Christian Fournier : La Projection du monde, Paris, Belin, 1999.
  • 1972 : The senses of Walden, San Francisco, North Point Press. Traduction française de Omar Berrada : Sens de Walden, Paris, Théâtre typographique, 2007.
  • 1981 : Pursuits of Happiness : The Hollywood Comedy of Remarriage, Harvard University Press. Traduction française de Sandra Laugier et Christian Fournier : À la recherche du bonheur - Hollywood et la comédie du remariage, Paris, Les Cahiers du cinéma, 1993.
  • 1984 : Themes out of School: Effects and Causes, San Francisco, North Poit Press.
  • 1987 : Disowning knowledge: in six plays of Shakespeare, Cambridge and New York, Cambridge University Press. Traduction française de Jean-Pierre Marquelot : Le Déni de savoir dans six pièces de Shakespeare, Paris, Seuil, 1993.
  • 1988 : Conditions handsome and unhandsome : the constitution of Emersonian perfectionism, Chicago, Chicago University Press. Traduction française : Conditions nobles et ignobles - La constitution du perfectionnisme moral émersonnien, traduction par Christian Fournier et Sandra Laugier, Combas, Éditions de l'Éclat, 1993.
  • 1989 : « Who Disappoints Whom? », Réponse à « L’âme désarmée d’Allan Bloom », in Critical Inquiry, 15, printemps.
  • 1991 : Une nouvelle Amérique encore inapprochable, tr. fr. Sandra Laugier-Rabaté, Combas, Éditions de l'Éclat.
  • 1992 : Statuts d'Emerson - Constitution, philosophie, politique, tr. fr. Sandra Laugier, Combas, Éditions de l'Éclat.
  • 1994 : Pitch of philosophy: autobiographical exercises, Cambridge, Harvard University Press. Traduction française : Un ton pour la philosophie, traduction de Sandra Laugier et Elise Domenach, Paris, Bayard, 2003.
  • 1995 : « Notes and Afterthoughts on the Opening of Wittgenstein’s Investigations », in Philosophical Passages: Wittgenstein, Emerson, Austin, Derrida, Oxford, Blackwell : les pages 124 à 186.
  • 1996 : Contesting tears: the Hollywood melodrama of the unknown woman, Chicago, Chicago University Press.
  • 1998 : In quest of the ordinary: Lines of Skepticism and Romanticism, Chicago, University of Chicago Press.
  • 2003 : Le cinéma nous rend-il meilleurs ?, tr. fr. Elise Domenach, Paris, Bayard.
  • 2004 : Cities of Words Pedagogical Letters on a Register of the Moral Life, Harvard edition World Belknap Press.

Ouvrages sur Cavell

  • Images in our souls: Cavell, psychoanalysis, and cinema, édité par Joseph H. Smith & William Kerrigan, Baltimore, Johns Hopkins Press.
  • The Cavell Reader, édité par Stephen Mulhall, Blackwell Publisher, 1996.
  • This new yet unapproachable America: lectures after Emerson, after Wittgenstein, Albuquerque, N.M., Living Batch Press, 1989

Voir aussi

Lien externe

Articles connexes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Stanley Cavell de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Stanley Cavell — Stanley Louis Cavell (* 1. September 1926 in Atlanta, Georgia) ist ein US amerikanischer Philosoph. Er ist emeritierter Walter M. Cabot Professor für Ästhetik und allgemeine Werttheorie an der Harvard University. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2… …   Deutsch Wikipedia

  • Stanley Cavell — Stanley Cavell, nacido en 1926, es un filósofo norteamericano. Este hijo de emigrantes judíos comienza a filosofar hacia 1969 en el seno de la universidad estadounidense sobre de la defensa de Austin y su enseñanza sobre Investigaciones… …   Wikipedia Español

  • Stanley Cavell — Infobox Philosopher region = Western Philosophy era = 20th century philosophy color = #B0C4DE image caption = name = Stanley Louis Cavell birth = birth date and age|1926|9|1 death = school tradition = Analytic philosophy main interests = Film… …   Wikipedia

  • Stanley Louis Cavell — Stanley Cavell Stanley Louis Cavell Philosophe américain Époque contemporaine Naissance : 1er septembre 1926, Atlanta Principaux intérêts : Cinéma, Littérature, Ph …   Wikipédia en Français

  • Stanley Louis Cavell — (* 1. September 1926 in Atlanta (Georgia)) ist ein US amerikanischer Philosoph. Er ist emeritierter Walter M. Cabot Professor für Ästhetik und allgemeine Werttheorie an der Harvard University. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Philosophie …   Deutsch Wikipedia

  • Cavell — can refer to:* Edith Cavell, First World War heroine * John Cavell, mayor of Oxford, England * Stanley Cavell, prominent Harvard based philosopherSee also Elliston Cavell, a former department store in Oxford, England …   Wikipedia

  • Cavell — ist der Name folgender Personen: Edith Cavell (1865–1915), britische Spionin und Krankenschwester; nach ihr ist der Mount Edith Cavell benannt Stanley Cavell (* 1926), US amerikanischer Philosoph Diese Seite ist eine …   Deutsch Wikipedia

  • Cavell — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le nom Cavell peut faire référence à plusieurs personnalités : Stanley Louis Cavell, philosophe américain né en 1926 Edith Cavell (1865 1915),… …   Wikipédia en Français

  • Edith Cavell — Infobox Saint name=Edith Cavell birth date=December 4, 1865 death date=Death date and age|1915|10|12|1865|12|4 feast day= venerated in=Anglican church imagesize=frame caption=Edith Cavell birth place=Norfolk, England death place=Brussels, Belgium …   Wikipedia

  • Perfectionnisme (philosophie) —  À ne pas confondre avec Perfectionnisme (psychologie). Le perfectionnisme, au sens philosophique, désigne une théorie morale et politique, d ordre conséquentialiste, cherchant à obtenir la plus grande perfection possible, ou l excellence,… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.