Sphinx de Gizeh


Sphinx de Gizeh
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sphinx.
Cartouche lieux.jpg
Article de la série Lieux égyptiens
Lieux
Nomes / Villes
Monuments / Temples
Région
Basse-Égypte / Moyenne-Égypte
Haute-Égypte / Nubie
Localisation
Situation sur carte Égypte
Gizeh
Gizeh
29° 58′ 31″ Nord
       31° 08′ 16″ Est
/ 29.97528, 31.13778

Le sphinx[1] de Gizeh est la statue thérianthrope qui se dresse devant les grandes pyramides du plateau de Gizeh, en amont du delta du Nil, dans la Basse-Égypte. Il est aussi surnommé par les Arabes Abou al-Hôl (« père de la terreur »).

Le visage du sphinx de Gizeh

Sommaire

Description

D'une longueur de soixante-treize mètres, d'une hauteur de vingt mètres et d'une largeur de quatorze mètres[2], le sphinx de Gizeh est une sculpture monumentale taillée dans un promontoire naturel dans le roc. Sa tête est taillée dans un piton de calcaire dur de la plaque Mokattam sur laquelle sont construites les trois pyramides, un piton déjà vénéré aux temps pré-pharaoniques[3] [réf. à confirmer] . Il se trouve en avant de la grande carrière qui a fourni nombre de blocs à la pyramide. Sa tête est tournée vers le levant. Le corps du sphinx est celui d'un lion couché et la tête celle d'un souverain portant le némès, le front orné d'un uræus (on distingue encore l'endroit du front où celui-ci était fixé).

Longtemps identifié au pharaon Khéphren, fils de Khéops, son visage pourrait en fait représenter Khéops lui-même, comme l'affirme Vassil Dobrev[4]. Plusieurs indices lui ont permis d'élaborer sa théorie, comme l'observation de sa coiffe, la largeur de son menton, la forme de ses oreilles ou sa barbe de cérémonie.

Ce serait Djédefrê, fils de Khéops et frère de Khéphren, qui aurait fait bâtir le sphinx (ou restaurer sa tête) à la gloire de son père. Par ailleurs, des inscriptions indiquent que c'est Djédefrê qui aurait également fait démonter et enfouir les barques solaires dans des fosses, sur le côté sud de la pyramide de son père Khéops, pour que celui-ci puisse voyager dans l'autre monde.

On pense que le sphinx assurait une fonction de gardien du site, ou peut-être plus précisément du temple solaire édifié à côté de la pyramide de Khéops[5].

Construction

Le sphinx vu de côté

Si le corps et la tête sont taillés à même le roc, les pattes tendues ont été ajoutées en maçonnerie. À l'origine, selon les écrits de Pline l'Ancien et les traces présentes sur le visage, le sphinx devait être entièrement recouvert de plâtre peint, visage et corps en rouge, le némès en bleu et jaune comme il était courant de le faire sur la statuaire égyptienne. Mais les archéologues datent ces peintures d'une époque plus tardive, du Nouvel Empire, période où le Sphinx était honoré comme divinité dynastique.

On a trouvé aussi les fondations d'un temple ainsi qu'une statue en pied d'un roi devant son poitrail, mais il s'agit sans doute là d'ajouts tardifs, tout comme la stèle de granit rose placée entre ses pattes par Thoutmôsis IV. Taillée directement dans le roc, cette stèle raconte le songe de Thoutmôsis IV : celui-ci fit désensabler le Sphinx pour satisfaire le dieu qui lui serait apparu en rêve, lui promettant en échange le trône du royaume d'Égypte. Cet événement, consigné sur la stèle, lui servit ensuite à asseoir sa légitimité.

Le texte de la stèle serait celui-ci[5] :

« Un jour il advint que le fils royal Thoutmôsis, qui allait se promener à l'heure de midi, se reposa à l'ombre de ce grand dieu ; la torpeur du sommeil le saisit, au moment où le soleil était à son zénith. Il s'aperçut alors que la Majesté de ce dieu auguste lui parlait, de sa bouche même, comme un père parle à son fils, disant : regarde-moi, contemple-moi, ô mon fils Thoutmôsis ; je suis ton père, Horakhéty-Khépri-Râ-Atoum ; je te donnerai la royauté sur terre, à la tête des vivants, tu porteras la couronne blanche et la couronne rouge sur le trône de Geb, le prince (des dieux). La terre t'appartiendra en sa longueur et sa largeur, et tout ce qu'illumine l'œil brillant du maître de l'Univers. (...) Voilà que maintenant le sable du désert me tourmente, le sable au-dessus duquel j'étais autrefois ; aussi hâte-toi vers moi, afin que tu puisses accomplir tout ce que je désire. »

Datation et origine

Thèse majoritaire

Les égyptologues situent la date de construction de cet ouvrage autour de -2500, ce qui correspond au règne du pharaon Khéphren, dont le Sphinx serait le portrait. Concernant le temple qui l'accompagne, Christiane Zivie-Coche montre que les lits de calcaire, tels qu'ils sont parfaitement visibles sur la paroi sud de la cavité qui entoure le sphinx, se retrouvent sur les blocs ayant servi pour le gros œuvre du temple du Sphinx, voisin géographiquement et très proche architecturalement du temple de la vallée de Khéphren. Cependant, l'origine du Sphinx est remise en question depuis quelques années, notamment par l'égyptologue Rainer Stadelmann qui, reprenant une thèse plus ancienne, y voit l'œuvre du pharaon Khéops. S'appuyant sur l'analyse stylistique et archéologique, il démontre ainsi que la forme de la coiffure (némès), l'absence de barbe à l'époque de la construction, la présence du sphinx dans une carrière de Khéops et les traits du visage sont caractéristiques du règne de ce dernier. D'après l'égyptologue Vassil Dobrev, Djédefrê (fils de Khéops et frère de Khéphren qui régna entre ces deux pharaons) pourrait être le constructeur du sphinx de Gizeh.

Estimation climatologique et astronomique

En 1990, une équipe de quatre scientifiques, comprenant le géophysicien Thomas L. Dobecki et le géologue Robert Schoch de l'université de Boston a démontré que les traces d'érosion sur le sphinx (hormis la tête qui aurait été retaillée vers -2500) sont plus importantes que celles des monuments avoisinants, telles les pyramides. Il présente, en plus de traces d'érosion par le sable, de profondes traces verticales d'érosion par les intempéries. Or, les climatologues[Qui ?] pensent que la dernière période où de grandes précipitations ont été enregistrées dans le Sahara serait entre -12000/-3400. Ce qui donnerait une date de construction antérieure de plusieurs millénaires à celle avancée par les égyptologues. Son orientation est en outre décalée de 14º, ce qui tend aussi à réfuter la thèse officielle : les constructeurs ne laissaient rien au hasard[réf. nécessaire], or ce décalage prend tout son sens lorsqu'on intègre le fait que cela correspond précisément à l'orientation vers le point cardinal de l'est plusieurs millénaires avant les pyramides.[réf. nécessaire]

Ensablement et dégradation

Le 17 juillet 1839, le site était totalement ensablé. Lithographie de David Roberts.
Fragments en pierre calcaire de la barbe du sphinx, British Museum.

Le temps a gravement abîmé le grand sphinx, en particulier à cause de l'érosion, entre autres par le sable qui s'amoncelle constamment et qui a provoqué les « vagues » qui recouvrent maintenant tout le corps. Plusieurs fois, le sphinx a dû être désensablé ; Auguste Mariette entreprend de le dégager en 1853 et le dernier désensablement réalisé par Émile Baraize date de 1925.

L'homme est également responsable de mutilations, notamment en ce qui concerne son sourire énigmatique, abîmé par des coups de canon ordonnés par un cheikh du XIVe siècle. La barbe est au British Museum et le nez n'a pas été retrouvé.

Une partie de l'épaule droite s'étant effondrée en 1988, son cou étant fragile, des travaux pour sauver le sphinx eurent lieu dès 1989. Depuis avril 2006, une restauration du grand sphinx est entreprise, espérant rectifier des erreurs (utilisation de ciment pour reconstituer la statue) des précédentes restaurations du monument.

Origine de la mutilation du nez

La légende voulait que le nez du sphinx ait été détruit par un boulet de canon mal tiré des soldats de Bonaparte lors de la campagne d'Égypte. Quand on connaît le travail effectué par Bonaparte pour répertorier toutes les manifestations artistiques d'Égypte, on se rend compte du caractère purement légendaire de ces affirmations[6]. Dans un discours en 1995, le militant suprématiste noir américain Louis Farrakhan reprend cette légende, dans un contexte afrocentriste, estimant que « La suprématie des Blancs a conduit Napoléon à détruire le nez du Sphinx parce qu'il rappelait trop la majesté de l'homme noir »[7].

Les historiens avaient longtemps considéré que les responsables de la mutilation du nez du sphinx étaient les Mamelouks qui ont occupé l'Égypte pendant plusieurs siècles avant d'être battus par les troupes de Bonaparte. Des gravures datant d'avant la campagne d'Égypte montrent d'ailleurs le sphinx dépourvu de son nez[8], ce qui confirme que la mutilation a précédé l'arrivée des soldats français.

En 1980, l'historien allemand Ulrich Haarmann[9], s'appuyant sur les témoignages de plusieurs auteurs arabes du Moyen Âge (comme Rashidi et Ahmad al-Maqrîzî qui décrit le Sphinx comme le « talisman du Nil » favorisant la saison des inondations), a révélé que le visage du Sphinx fut endommagé en 1378 par Mohammed Sa'im al-Dahr, un soufi iconoclaste originaire du khanqah de Sa'id al-Su'ada qui voulait détruire ce qu'il considérait comme une idole païenne (les paysans égyptiens donnant des offrandes à cette idole pour favoriser leurs récoltes), s'attaquant (tout seul) en particulier au nez et aux oreilles[10]. Mohammed Sa'im al-Dahr fut pendu pour vandalisme avant que sa dépouille ne fut brûlée par ces mêmes paysans égyptiens, devant le sphinx.

L'étude archéologique complète effectuée récemment par l'archéologue Mark Lehner[11], montre des traces très nettes de destruction par outil à une époque qui se situerait entre le IIIe et le Xe siècle.

Évocations artistiques

La destruction du nez du sphinx est souvent expliquée de manière fantaisiste :

  • dans la bande dessinée et le film Astérix et Cléopâtre, le nez est détruit par Obélix qui tente de grimper sur le sphinx pour profiter de la vue ;
  • dans Aladdin de Walt Disney Pictures, un tailleur est surpris de voir Aladdin et la princesse Jasmine sur le tapis volant, et détruit accidentellement le nez ;
  • dans une publicité des années 1990 pour un opticien, un archéologue retrouve les lunettes trop lourdes du sphinx qui lui auraient cassé le nez ;
  • dans Scooby-Doo au pays des pharaons, c'est Sammy qui aurait cassé le nez du sphinx en lançant un feu d'artifice géant qui a dévié de sa trajectoire et atterri sur le sphinx.

Notes

  1. Le terme sphinx vient du grec ancien « Σφίγξ »/Sphínx, qui signifie « étrangler », lui même dérivé du sanskrit « स्थग » sthag (en pâli, thak) signifiant « dissimulé » ; une autre interprétation l'attribue à l'ancien égyptien Shesepânkh, qui signifie « statue vivante » ou « automate ».
  2. largeur du visage : 4,15 m ; largeur de la bouche seule : 2,32 m ; hauteur de l'oreille : 1,40 m
  3. http://www.archaeometry.org/sphinx.htm
  4. Travaux de Vassil Dobrev (IFAO du Caire) publiés dans l'article « Sphinx, son vrai visage dévoilé » du magazine Science et vie n°1050, mars 2005
  5. a et b Selon le site Insecula
  6. Christiane Zivie-Coche, Sphinx ! le Père la terreur, Paris, 1997.
  7. « White supremacy caused Napoleon to blow the nose off of the Sphinx because it reminded you too much of the Black man's majesty ». Retranscription des paroles de Louis Farrakhan à l'occasion de la Million Man March, 17 octobre 1995
  8. Les soldats de Bonaparte ont-ils détruit le nez du Sphinx ?
  9. « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt », in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, Université de Londres, vol. 43 (1980) p. 55-66
  10. Qui a cassé le nez du sphinx ? dans La Minute de la connaissance
  11. « archéology of an image : the great sphinx of Giza, Yale, 1991, p. 40-72

Galerie photos

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi

Filmographie

  • Les Énigmes du Sphinx, film documentaire de Gary Glassman et Christine Le Goff, France, 2010, 60'

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sphinx de Gizeh de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sphinx de gizeh — Pour les articles homonymes, voir Sphinx. Article de la série Lieux égyptiens Lieux Nomes / Villes Monuments / Temples …   Wikipédia en Français

  • Grand Sphinx de Gizeh — Sphinx de Gizeh Pour les articles homonymes, voir Sphinx. Article de la série Lieux égyptiens Lieux Nomes / Villes Monuments / Temples …   Wikipédia en Français

  • Große Sphinx von Gizeh — Die Große Sphinx von Gizeh, im Hintergrund die Pyramide des Cheops Die Große Sphinx von Gizeh, auch der Große Sphinx von Gizeh, in Ägypten ist die mit Abstand berühmteste und größte Sphinx. Sie stellt einen liegenden Löwen mit einem Menschenkopf… …   Deutsch Wikipedia

  • Großer Sphinx von Gizeh — Die Große Sphinx von Gizeh, im Hintergrund die Pyramide des Cheops Die Große Sphinx von Gizeh in Ägypten ist die mit Abstand berühmteste und größte Sphinx. Sie stellt einen liegenden Löwen mit einem Menschenkopf dar und wurde vermutlich in der 4 …   Deutsch Wikipedia

  • Sphinx (ägyptisch) — Sphinx der Hatschepsut (Metropolitan Museum of Art) Die ägyptische Sphinx ist eine Statue eines männlichen Löwen zumeist mit einem Menschenkopf. Daneben waren auch Widder , Falken und Sperberköpfe gebräuchlich. Sphingenähnliche Darstellungen gab… …   Deutsch Wikipedia

  • Sphinx (mythologie egyptienne) — Sphinx (mythologie égyptienne) Pour les articles homonymes, voir Sphinx. Avenue des Sphinx de Karnak à Louxor. Dans la mytho …   Wikipédia en Français

  • sphinx — [ sfɛ̃ks ] n. m. • 1553; sphinge 1546; lat. d o. gr. sphinx, sphingis 1 ♦ Monstre fabuleux, lion ailé à tête et buste de femme, qui tuait les voyageurs quand ils ne résolvaient pas l énigme qu il leur proposait. Le Sphinx se jeta du haut d un… …   Encyclopédie Universelle

  • Sphinx — (mask. o. fem., Plural: Sphinxe oder Sphingen) bezeichnet: Sphinx (ägyptisch), eine Figur der ägyptischen Mythologie die Große Sphinx von Gizeh, ein bekanntes Bauwerk des Alten Ägypten Sphinx (griechisch), eine Figur der griechischen Mythologie… …   Deutsch Wikipedia

  • SPHINX (histoire de l’art) — SPHINX, histoire de l’art Hybride léonin à tête humaine, le sphinx apparut en Égypte sous la IVe dynastie, avant de se répandre dans l’iconographie orientale, au IIIe millénaire avant J. C. Couché ou passant, il appartient à la grande statuaire… …   Encyclopédie Universelle

  • Gizeh-Plateau — Die Pyramiden von Gizeh, von Süden gesehen; im Vordergrund die drei kleinen Königinnenpyramiden, dahinter die Pyramide des Mykerinos, in der Mitte die des Chephren und rechts die des Cheops („Große Pyramide“) Die Pyramiden von Gizeh in Ägypten… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.