Speedcore


Speedcore

Cet article concerne un style de Hardcore très rapide. Pour le style de Punk hardcore plus rapide, voir Trashcore.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Speed et Core.
Speedcore
Origines stylistiques Hardcore
Gabber
Origines culturelles Depuis les années 1990
Instrument(s) typique(s) Synthétiseur
Boîte à rythmes
Séquenceur
Clavier
Sampler
Popularité Restreinte

Genre(s) dérivé(s) Extratone
Splittercore
Terror
Scènes régionales Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de Belgique Belgique
Drapeau du Canada Canada
Drapeau du Japon Japon

Le Speedcore est un style de Hardcore caractérisé par un très fort BPM (220 ou plus) et un thème agressif. Ce genre marque un certain retour vers la musique industrielle: bruitisme, anticonformisme, expérimentations, parfois avec la volonté de ne faire que du bruit et de choquer les auditeurs, et parfois au contraire, dans sa forme psychédélique extrêmement travaillée, de faire entrer les auditeurs en transe. Les artistes notables du genre sont Passenger of Shit, Gabba Front Berlin, M1dy, DJ Plague, DJ Skinhead et Bonehead[1].

Sommaire

Historique

Né au début des années 1990, en Belgique et en Allemagne, après la création du Hardcore, le Speedcore atteignait, pour l'époque, 200-250 BPM; actuellement, il peut atteindre 300 à 400 BPM, alors que 250 BPM est considéré comme la limite du Hardcore, du Terrorcore (sur la scène allemande) et même encore, du Frenchcore (sur la scène française)[1]. Il existe un bon nombre de sous-genres du Speedcore tels que le Speedcore Oldschool, le Speedcore Psychédélique, le Splittercore (reproduit le bruit d'une mitraillette avec le tempo et le kick) parfois nommé Nosebleed au début du XXIe siècle[1], ou encore l' Extratone (qui est produit à 3600 BPM lorsque le kick produit un son continu). En général, le tempo de Speedcore ne peut descendre au dessous de 240 BPM. La plupart des producteurs créeront un kick tellement distordu qu'il sera presque similaire à l'un des kicks créés dans le Gabber.

Le Speedcore se répand à partir des années 1990, notamment en France et aux Pays-Bas, grâce entre autres, à l'artiste belge Liza N'Eliaz (1958-2001), surnommée la « Reine de la Terreur » (Queen of Terror).

L'un des titres Speedcore les plus connu est intitulé Summer par Sorcerer datant de l'année 1993[1],[2]. D'après certains fans de Speedcore en France. Le label français Gangstar Toons Industry (GTI) enregistre des compilations dans lesquelles les musiques sont issues du Heavy Metal et du Hardcore.aux États-Unis et en France où Liza N'Eliaz se produisait presque exclusivement pour cette musique, même si la scène Speedcore est composée d'artistes provenant des quatre coins du globe. Dès le XXIe siècle, le Speedcore prend de l'ampleur à tel point que ce style de musique atteint le Canada (Canadian Speedcore Resistance (CSR)) et le Japon (Maddest Chick'N Dom). Le label canadien CSR est également à l'origine de l'ampleur du Speedcore grâce à leur tournée en Europe, en 2003.

Artistes notables

  • Drapeau des Pays-Bas Akira (Hong Kong Violence & MOH)
  • Drapeau de la France Art is Anal: duo composé de Armaguet Nad & Fist of Fury
  • Drapeau du Canada DJ Plague
  • Drapeau des Pays-Bas DJ Skinhead
  • Drapeau de l'Italie Frazzbass
  • Drapeau de l'Allemagne Gabba Front Berlin
  • Drapeau de l'Italie Komprex
  • Drapeau de la Belgique Liza N'Eliaz (décédée)
  • Drapeau du Japon M1dy
  • Drapeau des Pays-Bas Noisekick
  • Drapeau des Pays-Bas Noizefucker
  • Drapeau des Pays-Bas SRB (alias DJ Dione)

Labels Speedcore/Terror

  • Drapeau de l'Allemagne United Speedcore Nation
  • Drapeau de la Suisse Mascha Records
  • Drapeau de la France No-Tek
  • Drapeau de l'Allemagne Napalm
  • Drapeau de la France Hangars Liquides
  • Drapeau des États-Unis Industrial Strength Records
  • Drapeau de l'Allemagne Kopfkrank Records
  • Drapeau du Canada CSR (Canadian Speedcore Resistance)
  • Drapeau de la France Destruction
  • Drapeau de la Suisse Terrornoize Industry
  • Drapeau : Lituanie Dehumanization Records
  • Drapeau de la République tchèque Splitterblast Records
  • Drapeau de la Pologne Splitterkor Rekords Dziwko!!!
  • Drapeau de la France Underground Perversions

Voir aussi

Références

  1. a, b, c et d (en) Histoire du Speedcore. Consulté le 10 août 2010.
  2. (en) Sorcerer - My Four Seasons EP. Consulté le 11 août 2010.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Speedcore de Wikipédia en français (auteurs)