Sotteville-les-Rouen


Sotteville-les-Rouen

Sotteville-lès-Rouen

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sotteville.
Sotteville-lès-Rouen
logo
Administration
Pays France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Rouen
Canton Sotteville-lès-Rouen-Est
Sotteville-lès-Rouen-Ouest
Code Insee abr. 76681
Code postal 76300
Maire
Mandat en cours
Pierre Bourguignon (PS)
2008 - 2014
Intercommunalité Agglomération de Rouen
Site internet www.vivacite.com
Démographie
Population 30 076 hab. (2006)
Densité 4 042 hab./km²
Gentilé Sottevillaise, Sottevillais
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 33″ Nord
       1° 05′ 24″ Est
/ 49.4091666667, 1.09
Altitudes mini. 3 m m — maxi. 48 m m
Superficie 7,44 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Sotteville-lès-Rouen, couramment appelée Sotteville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime et la région Haute-Normandie.

Sotteville est la 2e ville de l'agglomération rouennaise en termes de population (après Rouen).

Sommaire

Géographie

La ville est située en bordure de la Seine, sur la rive sud et touche à Rouen.

Rose des vents Le Petit-Quevilly Rouen Bonsecours Rose des vents
Le Grand-Quevilly N Amfreville-la-Mi-Voie
O    Sotteville-lès-Rouen    E
S
Petit-Couronne Saint-Étienne-du-Rouvray Amfreville-la-Mi-Voie
Enclave: {{{enclave}}}

Transports

Sotteville-lès-Rouen est desservi par le tramway de l'agglomération rouennaise (localement appelé "métro") depuis son inauguration en 1994. Le ligne Technopôle traverse la ville du nord au sud avec 6 stations à une fréquence d'une rame toutes les 8 minutes en heure de pointe. Le tramway permet de rejoindre le centre-ville de Rouen en un quart d'heure et Saint-Étienne-du-Rouvray en quelques minutes.

Cinq lignes de bus (7, 10, 32, 33 et 41) dont deux à haute fréquence (7 et 10) s'articulent autour de la ligne de tramway et offrent la possibilité de rejoindre des communes voisines non desservies par le tramway telles que Oissel.

Toponymie

Attesté sous la forme latinisée Sotavilla en 1020. « Soteville » est un archétype commun en Normandie au Moyen Âge, basé sur le surnom d'homme norrois Soti[1] probablement issu de sót, suie (cf. anglais soot, suie) et l'appellatif bien connu -ville, domaine rural, village, dont les anglo-scandinaves ont fait un large usage au Xe siècle et le plus souvent associé à un nom de personne.

Homonymie avec plusieurs Sotteville de Seine-Maritime et de la Manche, même anthroponyme contenu dans Sottevast, Manche également. Ils sont tous situés dans la zone de diffusion des toponymes scandinaves et propres à la seule Normandie.

Histoire

C'est le long de la Seine que la ville s'est d'abord développée dans l'ancien quartier de l'église Notre-Dame de l'Assomption et les actuelles rue Pierre-Corneille, rue de Paris, rue Denis-Papin, rue Francisco-Ferrer, rue Littré, rue Dolet et rue d'Eauplet.

Une population agglomérée vivait là dès la plus haute antiquité. Des vestiges romains en témoignent : des sépultures, des objets domestiques, des bijoux, des poteries, des pièces de monnaie et médailles -tous d'époque romaine- ont été découverts dans le quartier de Quatre-Mares, lors des travaux entrepris pour la construction du chemin de fer en 1842-1843. La présence de ces objets antiques s'explique par le passage de la voie romaine qui allait de Rotomagus (Rouen) à Lutecia (Paris) par Uggade (Caudebec-lès-Elbeuf) et Mediolanum (Évreux).

Progressivement, la ville s'étoffe. Au XIe siècle, Sotteville est une bourgade s'étendant le long du chemin du Roi (aujourd'hui rue Pierre-Corneille). Elle comprend également le faubourg Saint-Sever, alors connu sous le nom d'Emendreville et peu habité. Celui-ci devra être cédé à Rouen en 1791 par décision de l'Assemblée nationale.

  • 1662 : le Père Nicolas Barré et Françoise Duval ouvrent une école gratuite pour les filles de familles pauvres.
  • Entre 1760 et 1790 : les registres paroissiaux notent 3 554 naissances - 2 674 décès - et 855 mariages. Les hommes se marient en moyenne à 27 ans et les femmes à 26. L'espérance de vie à la naissance est de 30 ans.
  • L'industrie fait son apparition à Sotteville en 1804 avec la fondation des établissements Bertel, point départ du développement du textile. En 1843, c'est l'arrivée du chemin de fer qui va donner à Sotteville sa raison de vivre : la première grande ligne mise en service en France est la "Paris-Rouen" (il faut 3h30 pour faire le trajet), et elle concentre à Sotteville des installations d'entretien, de réparation et de construction ferroviaire (l'atelier de Quatre-Mares et l'atelier Buddicom du nom de la locomotive[2] construite à Sotteville et qui figure d'ailleurs dans l'ancien blason de la ville[3]), et plus tard de triage.
  • La ville s'étend peu à peu. Le centre ville (de l'époque) se constitue avec la construction de la Mairie (inaugurée le 9 mai 1841) juste à côté de l'église Notre-Dame de l'Assomption et le marché qui s'installe devant.
  • Seconde Guerre mondiale : du 4 septembre 1939 au 30 août 1944, 38 bombardements (qui visaient les cibles stratégiques de la gare de triage) viennent perturber le trafic ferroviaire et semer la mort et la désolation dans la ville. Celui de la nuit du 18 au 19 avril 1944 est le plus terrible. En une nuit, la ville est dévastée et le centre ville a quasiment disparu. Sotteville est libérée le 31 août 1944. Le bilan est lourd : 722 morts[réf. nécessaire], un tiers de la ville détruit et un tiers endommagé.
  • Après-guerre, la reconstruction de la ville est confiée à l'architecte-urbaniste Marcel Lods. Il crée la Zone Verte (aujourd'hui Espace Marcel Lods) à l'emplacement de l'ancien Hôtel de ville. En piteux état à la fin de la guerre, le château des Marettes est démoli pour laisser place à l'actuel Hôtel de ville. Le propriétaire du château, Monsieur Petit, avait cédé une partie de ses terres pour la construction du centre hospitalier du Bois Petit. Le reste du domaine des Marettes deviendra la (nouvelle) place de l'Hôtel de Ville (place du Marché), et le bois de la Garenne, infime partie conservée de l'immense domaine boisé des Marettes.

La reconstruction a tout simplement déplacé le centre ville du quartier N.-D. de l'Assomption vers la nouvelle place de l'Hôtel de Ville. Elle a aussi permis une restructuration complète de la ville. En 1960, le marché s'installe sur la nouvelle place de l'Hôtel de Ville. Point final de la reconstruction, la Mairie est inaugurée en 1971. En 2002, le square Roland-Tafforeau (maire de 1947 à 1983) situé au pied des immeubles Garibaldi est inauguré pour rendre hommage à ce « Maire de la reconstruction ».

  • La Zone Industrielle est créée en 1961 entre la gare de triage et la Seine. En 1966, l'île du Jonquay (anciennement île aux Cerises) a été rattachée à la rive gauche pour étendre la zone industrielle. En se prolongeant sur la commune de Saint-Étienne-du-Rouvray, c'est la plus grande zone d'activités économiques de l'agglomération de Rouen.
  • En 1994, avec l'arrivée du Métro, tous les axes qu'il emprunte sont rénovés et recomposés, avec notamment la création de la station Hôtel de Ville sur le quatrième côté de la place.
  • Dans les années 2000, la modernisation de la ville se poursuit avec la construction de la bibliothèque municipale et la mise en lumière des monuments.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1989 Pierre Bourguignon Parti Socialiste député 1981-1993

député 1997-

1983 1989 René Salmon Parti Radical
1953 1983 Roland Tafforeau
1952 1953 Lucien Bonnafé Psychiatre
1947 1952 Roland Tafforeau
1944 1947 Philippe Lanoux
1912 1944 Eugène Tilloy Instituteur
1898 1912 Ernest Gahineau Comptable
1879 1886 Yves-Hyacinthe Ménagé
1848 1848 Léon Salva
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Sotteville est la deuxième ville de l'agglomération en termes de population (après Rouen).

Évolution démographique
(Source : Ehess[4] et INSEE[5])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 000 1 806 3 107 3 710 3 912 3 926 3 971 3 993 4 960
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 851 8 890 10 630 10 592 11 763 13 092 15 304 16 384 17 192
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
18 535 19 042 21 026 22 614 23 364 24 854 26 657 18 469 25 625
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
33 443 34 495 31 659 30 558 29 544 29 553 30 076 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Culture

Le Trianon Transatlantique est une salle de spectacle de 300 places avec une programmation variée (théâtre, chanson, rock, musiques du monde, etc.).

Le Fonds régional d'art contemporain de la région Haute-Normandie se situe sur la commune.

Viva Cité

Article détaillé : Festival Viva Cité.

Sotteville-lès-Rouen accueille tous les ans à la fin du mois de juin depuis 1990 le festival Viva Cité, un des premiers et plus importants festivals des arts de la rue d'Europe, l'évènement attire plus de 100 000 spectateurs chaque année.

L’Atelier 231, a en parallèle pour vocation d’accueillir en résidence des compagnies de théâtre de rue.

Sport

Article détaillé : Stade sottevillais 76.
  • Cyclisme : le club local a révélé quelques-uns des plus grands coureurs français, tel Jacques Anquetil.
  • L'athlétisme est représenté à Sotteville-lès-Rouen, avec par exemple le décathlonien Alain Blondel (ancien champion d’Europe du décathlon en 1994 à Helsinki), ou le coureur de demi-fond Fouad Chouki. La ville a accueilli les championnats de France d'athlétisme en juillet 2004, quelques semaines seulement avant le début des Jeux Olympiques d'Athènes.

Lieux et monuments

Malgré son statut de « ville martyre » dont une grande partie du patrimoine a disparu sous les bombes, Sotteville est tout à fait visitable de la même manière qu'une ville dite « touristique », à condition de savoir observer les rues, s'intéresser à son histoire, et à travers cela, déchiffrer l'extraordinaire aventure de la ville. Par exemple, la superbe vue du pont de Quatre-Mares (chemin de la Mi-Voie) sur la gare de triage rappelle que, même s'il y a plus joli comme paysage, c'est l'industrie ferroviaire qui a fait l'essor de Sotteville et qui fait sa fierté…

Promenez-vous aussi le long des rues, a priori banales de Sotteville, vous y découvrirez de jolies petites maisons (souvent en silex) et leur agréable jardin. Ne ratez pas non plus les 3 églises (Notre-Dame-de-l'Assomption (illuminée la nuit), St-Vincent-de-Paul et Notre-Dame-de-Lourdes), l'avenue du 14-Juillet et ses platanes, le quartier du Jardin des plantes (avenue des Canadiens), la place de Verdun (maisons en pierre et sculpture au-dessus du porche central représentant, entre autres, l'ancien blason de Sotteville), le centre hospitalier du Rouvray et son parc, le bois de la Garenne, poumon de Sotteville…

Église Notre-Dame-de-l'Assomption

Construite pour remplacer l'ancienne église du XIIe siècle devenue trop vétuste. En 1881, le conseil municipal décida que la devise républicaine « Liberté Égalité Fraternité » serait placée sur la façade de l'église. 19 avril 1944 : L'église est gravement endommagée par le 17e bombardement de Sotteville, le clocher, atteint de plein fouet s'est écrasé sur la nef. 9 avril 1960 : Bénédiction des travaux de restauration et des deux nouvelles cloches. Récemment, la municipalité a mis l'église en lumière, offrant ainsi un spectacle de nuit grandiose.

Église Notre-Dame-de-Lourdes

C'est dans une ancienne carrière, au milieu de la rue du Madrillet à peine tracée, que sera construite la 2e église de Sotteville dans ce quartier qui se peuplait peu à peu. Elle fut bénite le 10 octobre 1926, sans son clocher. Celui-ci fut béni le 6 octobre 1929, en même temps que les 3 cloches. À l'arrière de l'église, découvrez la copie de la grotte de Massabielle à Lourdes. Sous l'église, la crypte est consacrée à la mémoire des soldats morts au champ d'honneur lors de la Première Guerre mondiale. Ses vitraux commémoratifs contiennent en médaillons les portraits de soldats morts pour la France [6].

Église Saint-Vincent-de-Paul

Un baraquement qui avait servi de chapelle aux soldats anglais servit de chapelle provisoire. Elle fut bénite le 21 mars 1920 et, le 22 février 1929 elle fut roulée sur des rails 50 mètres plus loin pour laisser la place à la construction de la nouvelle église. La première pierre fut posée le 17 mars 1929. Comme pour tout le reste de Sotteville, l'église a été gravement endommagée par les bombardements de la nuit du 18 au 19 avril 1944. Après restauration, elle a rouvert à Noël 1945.

Personnalités liées à la commune

  • Masseot Abaquesne, faïencier mort à Sotteville-lès-Rouen.
  • Jacques Anquetil (1934-1987), figure marquante du sport cycliste a signé à l'AC Sotteville pour sa première licence amateur.
  • Le moine Gontard (XIe siècle), médecin de Guillaume le Conquérant.
  • Anny Duperey (1947-), comédienne, qui y a habité.
  • Jehan de Sotteville (XIVe siècle), maître des « œuvres de charpenterie » de la ville de Rouen.
  • Nicolas Colombel (1644-1717), peintre de Moïse défendant les filles de Jethro (1686). Ses principales œuvres sont exposées aux États-Unis, en Inde et en France.
  • Jean Jourden (1942-), coureur cycliste licencié dans le club local.
  • Nicolas Barré (1621-1686), religieux du couvent des minimes de Rouen, qui a fondé sa première école à Sotteville où il est venu prêcher une mission en 1662. Jusqu’à sa mort, survenue à Paris en 1686, il s'est préoccupé de développer l'éducation populaire, à une époque où l'instruction était réservée à une élite. Béatifié à Rome le 7 mars 1999, Nicolas Barré continue à inspirer des milliers d'éducateurs du monde entier et il est devenu le 15 septembre 2000 patron de la toute nouvelle paroisse de Sotteville.
  • Roger Tolmer (1908-1988), peintre né à Sotteville-lès-Rouen.

Annexes

Notes, sources et références

  1. François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, éditions Picard 1979, ouvrage publié avec le soutien du CNRS.
  2. Site Ferrovia La Budicom
  3. Le blason de Sotteville
  4. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  5. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  6. Itinéraires de Normandie, no 11, septembre 2008, p. 76-78

Bibliographie

  • P. Duchemin, Histoire de Sotteville-lès-Rouen, 1893 ; éd. Res Universis, 1990
  • L. Leroy, D. Andrieu et J.-F. Glabik, Sotteville, une vie, éd. Maison pour Tous, 1989 ; 1991 (ISBN 2909094006)
  • L. Leroy, D. Andrieu et J.-F. Glabik, Sotteville, les feuilles mortes, éd. Maison pour Tous, 1990
  • R. Sénécal, Il était une fois la solidarité, éd. Maison pour Tous, 1991
  • Benoit Eliot (préface de Olivier de Vleeschouwer), En ville, Maison pour Tous de Sotteville, 1991, 58 p. 
  • L. Leroy, D. Andrieu, J.-F. Glabik et R. Sénécal, Sotteville après la pluie, éd. Maison pour Tous, 1993
  • Guy Pessiot, Histoire de l’agglomération rouennaise : la rive gauche, éd. du P’tit Normand, 1990 (ISBN 978-2-906258-22-8)
  • Thierry Voisin, Viva Cité 20 ans, Point de vues et Ville de Sotteville-lès-Rouen, 2009, 208 p. (ISBN 978-2-915548-36-5) 

Articles connexes

Liens externes



  • Portail de la Normandie Portail de la Normandie
  • Portail des communes de France Portail des communes de France


Ce document provient de « Sotteville-l%C3%A8s-Rouen ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sotteville-les-Rouen de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sotteville-lès-rouen — Pour les articles homonymes, voir Sotteville. Sotteville lès Rouen Administration Pays …   Wikipédia en Français

  • Sotteville-lès-Rouen — Sotteville lès Rouen …   Deutsch Wikipedia

  • Sotteville-lès-Rouen — Escudo …   Wikipedia Español

  • Sotteville-lès-Rouen — (spr. ßott wil lä ruáng), Stadt im franz. Depart. Niederseine, Arrond. Rouen, links an der Seine, 2 km südlich von Rouen, an der Westbahn, hat eine moderne gotische Kirche, eine Irrenanstalt. eine Mineralquelle, Baumwollspinnereien und Webereien …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sotteville-lès-Rouen — (spr. ßott wíl lä ruáng), Stadt im franz. Dep. Seine Inférieure, an der Seine, (1901) 18.535 E.; Baumwollspinnerei …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Sotteville-lès-Rouen — Pour les articles homonymes, voir Sotteville. 49° 24′ 33″ N 1° 05′ 24″ E …   Wikipédia en Français

  • Sotteville-lès-Rouen — French commune nomcommune=Sotteville lès Rouen région=Haute Normandie département=Seine Maritime arrondissement=Rouen canton=Sotteville lès Rouen Est / Sotteville lès Rouen Ouest|insee=76681|cp=76300 maire=Pierre Bourguignon… …   Wikipedia

  • Sotteville-les-Rouen — Original name in latin Sotteville ls Rouen Name in other language Sottevil le Ruan, Sotteville, Sotteville les Rouen, Sotteville ls Rouen, Sottville les Rouen, Соттевиль ле Руан State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 49.40972… …   Cities with a population over 1000 database

  • Canton de Sotteville-lès-Rouen-Ouest — Administration Pays France Région Haute Normandie Département Seine Maritime Arrondissement Arrondissement de Rouen …   Wikipédia en Français

  • Canton De Sotteville-lès-Rouen-Est — Administration Pays France Région Haute Normandie Département Seine Maritime Arrondissement Arrondissement de Rouen Code cantonal …   Wikipédia en Français