Societe de perception et de distribution des droits des artistes interpretes


Societe de perception et de distribution des droits des artistes interpretes

Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes

La Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes de la musique et de la danse (SPEDIDAM) est une société civile française de gestion des droits des artistes interprètes (droits voisins du droit d'auteur). Elle compte environ 38000 artistes interprètes ayant droit dont 24 000 sont associés.


Sommaire

Historique et contexte législatif français et européen

La SPEDIDAM a été fondée en mai 1959. La loi de 1985 votée à l'unanimité par l'Assemblée Nationale et le Sénat, codifiée en 1992 dans le Code de la Propriété Intellectuelle (article L-212.3) instaure les droits voisins au droit d'auteur et entérine le principe de l'autorisation des artistes-interprètes préalablement à toute utilisation secondaire de leur prestation enregistrée.

Ces droits ont été renforcés par plusieurs directives européennes, en dernier lieu celle du 22 mai 2001. Un certain nombre de dispositions de ces directives concernent les droits des artistes interprètes, qui garantissent notamment des rémunérations aux artistes, ne sont pas appliquées en France.

Les artistes sont titulaires, comme les auteurs sur leur oeuvre, d'un droit moral sur leur interprétation. Ce droit ne peut être cédé et se transmet aux héritiers de l'artiste-interprète sans limitation de durée. Ils disposent également d'un droit d'autoriser ou d'interdire la fixation, la reproduction et la communication au public de cette fixation, sa location, sa distribution et sa mise à la disposition du public à la demande. C'est le droit exclusif. C'est ainsi que les artistes peuvent contrôler les utilisations secondaires de leurs enregistrements.

Les missions de la SPEDIDAM

  • Percevoir et gérer les droits

Le rôle de la SPEDIDAM est de percevoir (via la Spré -Société pour la perception de la rémunération équitable- et via Sorecop-Copie France), gérer et défendre les droits des artistes-interprètes (danseurs, choristes, chanteurs et musiciens) dont le nom ne figure pas sur l'étiquette des phonogrammes ou au générique des œuvres audiovisuelles. La Société Civile SPEDIDAM a en premier lieu pour mission de gérer et faire respecter les droits des artistes-interprètes. Elle intervient donc pour exercer les droits des artistes-interprètes en cas d'utilisation secondaire des enregistrements pour percevoir et répartir leurs droits à rémunération équitable et à rémunération pour copie privée. C'est ainsi que la SPEDIDAM a perçu en 2007:

- 15,6 millions d'euros au titre de la copie privée

- 12,8 millions d'euros au titre de la rémunération équitable.

Les droits généraux (exercice du droit exclusif) représentant quant à eux 0,9 million d'euros.


  • Accorder des aides pour la réalisation de projets de création, de diffusion et de formation

La SPEDIDAM accorde également (en application de la loi) des aides pour la réalisation de projets (aide à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d'artistes-interprètes). La Division Culturelle de la SPEDIDAM est chargée de gérer ces aides selon des critères d'attribution définis par le Conseil d'Administration de la société civile. Ces critères sont consignés dans les formulaires mis à la disposition des demandeurs d'aides.

En moyenne 10 millions d'euros sont affectés par an à ces actions d'intérêt général qui ont bénéficié à des milliers d'artistes-interprètes et à concrétiser ainsi des projets de création, de diffusion ou de formation.


  • Défendre les droits des artistes-interprètes

Plus récent que le droit de l'auteur, le droit de l'artiste-interprète a encore besoin d'être expliqué pour que chacun le comprenne, l'admette et le respecte. La SPEDIDAM s'attache à faire comprendre le rôle déterminant des artistes-interprètes dans la vie culturelle et musicale, auprès des usagers, des pouvoirs publics, des médias et du grand public à travers différentes actions de communication (réunions, participation active à des manifestations professionnelles comme le Midem, Musicora, le festival de Bourges, etc.).

La condition indispensable de répartition des droits entre les artistes ayant droit dont les noms ne figurent pas sur les étiquettes des phonogrammes ou aux génériques des œuvres audiovisuelles est leur identification (nom et signature) sur une feuille de présence SPEDIDAM. Celle-ci est établie à l'occasion de chaque enregistrement. Or supprimer la feuille de présence comme sont tentés de le faire les producteurs, c'est supprimer toute possibilité d'identification. Ce qui revient à l'impossibilité de l'exercice des droits exclusifs tout comme l'impossibilité de répartir la copie privée, la rémunération équitable et tous les autres droits qui sont perçus pour le compte des artistes interprètes dont le nom n'apparaît pas au générique des oeuvres enregistrées. Un travail tout particulier doit en effet être fait pour identifier les artistes interprètes ayant participé aux enregistrements sonores et audiovisuels. Avec les autres membres du SCAPR (Conseil des Sociétés pour l'Administration des Droits des Artistes-Interprètes), la SPEDIDAM demande qu'un droit d'accès gratuit soit donné aux sociétés de gestion des droits des artistes-interprètes aux sources d'informations disponibles susceptibles de comporter l'identification des artistes interprètes et de gérer plus efficacement leurs droits.

En 2005 la SPEDIDAM a participé activement à la création de "L'Alliance public artistes" et contribué ainsi aux débats sur la licence globale. Celle-ci permettrait de mettre un terme à la répression des échanges illégaux sur Internet en apportant à ceux-ci un cadre légal.

Publications

  1. Idée Europe, Les manques à gagner des artistes interprètes en 2006, synthèse du rapport, sur www.irma.asso.fr/les manques à gagner des artistes
  2. Commission pour la relance de la politique culturelle, Livre Blanc pour la relance de la politique culturelle, janvier 2007
  3. Commission de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits, VIème rapport annuel, avril 2009, sur www.ccomptes.fr/fr/CPCSPRD/documents/divers/Rapport-2008-SPRD.pdf
  4. Mario d'Angelo, Socio-économie de la musique en France, La Documentation Française, Paris, 1997
  5. Stéphane Le Sagère, Profession artiste, édition Irma, Paris, 2008
  6. Pierre-Marie Bouverie, Les contrats de la musique, édition Irma, Paris, 2007
  7. Jean Vincent, Droits d'auteur et droits voisins, coll. Aide-mémoire La Scène, Millénaire Presse, 2009

Liens

  • Portail du droit Portail du droit
  • Portail de la musique Portail de la musique
  • Portail des arts Portail des arts
Ce document provient de « Soci%C3%A9t%C3%A9 de perception et de distribution des droits des artistes interpr%C3%A8tes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Societe de perception et de distribution des droits des artistes interpretes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes — La Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes de la musique et de la danse (SPEDIDAM) est une société civile française de gestion des droits des artistes interprètes (droits voisins du droit d auteur). Elle… …   Wikipédia en Français

  • Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes — La Société de perception et de distribution des droits des artistes interprètes (SPEDIDAM) de la musique et de la danse est une société civile française de gestion des droits des artistes interprètes (droits voisins du droit d auteur). Elle… …   Wikipédia en Français

  • Société de perception et de répartion des droits — Société de gestion des droits d auteur Une société de gestion des droits d auteur (ou société de perception et de répartition des droits (SPRD)) est une société par le biais de laquelle des auteurs exercent la gestion collective de leurs droits.… …   Wikipédia en Français

  • Société de perception et de répartition des droits — Société de gestion des droits d auteur Une société de gestion des droits d auteur (ou société de perception et de répartition des droits (SPRD)) est une société par le biais de laquelle des auteurs exercent la gestion collective de leurs droits.… …   Wikipédia en Français

  • Société de perception et de répartition — Société de gestion des droits d auteur Une société de gestion des droits d auteur (ou société de perception et de répartition des droits (SPRD)) est une société par le biais de laquelle des auteurs exercent la gestion collective de leurs droits.… …   Wikipédia en Français

  • Droits Voisins Du Droit D'auteur — Propriété intellectuelle Propriété littéraire et artistique Droit d auteur et copyright Droits voisins Propriété industrielle Créations utilitaires: Brevet Secret industriel et …   Wikipédia en Français

  • Droits voisins — du droit d auteur Propriété intellectuelle Propriété littéraire et artistique Droit d auteur et copyright Droits voisins Propriété industrielle Créations utilitaires: Brevet Secret industriel et …   Wikipédia en Français

  • Droits voisins du droit d'auteur — Propriété intellectuelle Propriété littéraire et artistique Droit d auteur et copyright Droits voisins Propriété industrielle Créations utilitaires: Brevet Secret industriel et …   Wikipédia en Français

  • Societe de gestion des droits d'auteur — Société de gestion des droits d auteur Une société de gestion des droits d auteur (ou société de perception et de répartition des droits (SPRD)) est une société par le biais de laquelle des auteurs exercent la gestion collective de leurs droits.… …   Wikipédia en Français

  • Société russe de la propriété intellectuelle — Всероссийская Организация Интеллектуальной Собственности (ВОИС) Société russe de la propriété intellectuelle (VOIS) Contexte général Zone d’influence …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.