Siège de Waco


Siège de Waco

31°35′45″N 96°59′17″O / 31.59583, -96.98806

Siège de Waco
La résidence durant le second assaut

La résidence durant le second assaut.
On distingue deux chars au milieu des décombres.
Informations générales
Date 28 février 1993 – 19 avril 1993
Lieu Elk près de Waco, Texas
Issue Destruction de la résidence, mort des occupants
Belligérants
ATF
FBI
Us Army, Delta Force[1]
Davidiens
Commandants
Jeff Jamar (en)
Richard Rogers
David Koresh
Forces en présence
76 agents des ATF, remplacés par un nombre inconnu d'agents du FBI 120+
Pertes
4 morts, 20 blessés 82 morts

Le siège de Waco est un blocus qui s'est déroulé du 28 février au 19 avril 1993 à la résidence du groupe religieux des « Davidiens » dans la ville de Elk, près de Waco au Texas, États-Unis. 82 personnes dont 21 enfants et le leader du groupe, David Koresh, périrent, principalement dans l'incendie qui mit un terme aux 51 jours de siège par les forces de police. L'affaire est considérée comme un des événements les plus catastrophiques de l'histoire américaine moderne[2], l'action la plus meurtrière du gouvernement américain contre ses propres citoyens depuis la guerre de Sécession[3]. Les controverses soulevées par la gestion du conflit se poursuivent à ce jour.

Sommaire

Les Branch Davidians

Les Davidiens (Branch Davidians) est le nom donné à un groupe religieux issu de l'Église adventiste du septième jour et fondé au début des années 1930 en Californie. Le groupe, de plus d'une centaine de membres, s'établit plus tard dans une propriété baptisée « Mont Carmel » près de Waco dans le Texas, lieu de l'événement en question. Leur leader, depuis les années 1980, avait pour nom Vernon Howell et se faisait appeler David Koresh.

Origine de la tragédie

En 1992, l'ATF (Bureau fédéral des alcools, tabacs, armes à feu et explosifs), dépendant du ministère de la Justice des États-Unis, reçut des plaintes concernant des tirs d'essai d'armes automatiques à la résidence des Davidiens. L'enquête révéla que le groupe possédait environ 150 armes. Les Davidiens affirmaient qu'elles étaient toutes détenues légalement, comme la loi américaine l'autorise, mais l'ATF prétendait que certaines avaient été converties d'armes semi-automatiques en armes automatiques[4].

L'ATF, après quelques mois de surveillance, obtint un mandat de perquisition et d'arrêt pour le leader David Koresh ainsi que quelques-uns de ses adeptes à cause des armes illégales que le groupe aurait possédé.

Le premier assaut, nom de code « Showtime », fut donné le 28 février 1993.

Le premier assaut

Le dimanche matin du 28 février 1993, à 9h45, un important groupe de l'ATF (environ 76 agents et 80 véhicules[5]) se positionne autour de la résidence du Mont Carmel. David Koresh se serait alors présenté à la porte avec son beau-père, sans arme, en s'écriant : « Discutons, il y a des femmes et des enfants ici [6]! ». Pour une raison non élucidée, les agents de l'ATF ont alors tiré, blessant Koresh à deux endroits et blessant mortellement son beau-père, Perry Jones, qui succombera quelques instants plus tard. L'ATF a prétendu qu'ils avaient tiré parce qu'ils avaient entendu des tirs venant de la résidence. Les Davidiens déclarèrent que les agents de l'ATF avaient tiré sans raison alors que leur leader s'était présenté à la porte pour discuter[7].

Quelques minutes après cette prise de contact catastrophique, à 9 h 48, un Davidien, Wayne Martin, a appelé le 911, implorant les autorités de faire cesser les tirs contre eux (des bandes audio officielles confirment cet appel)[8].

Un groupe de 8 agents de l'ATF fut alors envoyé pour investir les lieux par les toits[9], soutenus par un hélicoptère qui aurait accompagné leur assaut par des tirs depuis le ciel. Cette seconde phase de l'assaut a coûté la vie à Steve Willis, Robert Williams, Todd McKeehan et Conway LeBleu, quatre agents de l'ATF. Winston Blake, Peter Gent, Peter Hipsman et Jaydean Wendel, des Davidiens, furent tués dans cette même phase.

Là encore, les versions diffèrent. L'ATF affirme que leurs agents furent tués par les Davidiens, une fois à l'intérieur, alors que les Davidiens prétendirent eux que les supposés tirs de l'hélicopère avaient tué les agents ainsi que les leurs. Un autre Davidien, Michael Schroeder, qui était à l'extérieur de la résidence et qui tenta de rejoindre son groupe, fut abattu par l'ATF à 16h55[10]. À nouveau, les versions diffèrent, les forces de l'ordre prétendant qu'il avait tenté de pénétrer les lieux en tirant sur la centaine d'agents présents, et les Davidiens prétendant, eux, que l'homme avait été abattu froidement, comme vengeance de l'ATF contre leur groupe. Sa femme déclara ensuite qu'il revenait simplement de son travail et avait été tué sans sommation, son corps abandonné pendant trois jours sur le terrain découvert entre la résidence et les véhicules de l'ATF.

À 19h30 de ce même jour, David Koresh est interviewé par CNN[11].

Le FBI, qui reprendra alors les opérations en main, après le fiasco de l'ATF, demandera aux journalistes de ne plus faire d'interviews[12].

Le siège

Durant les 51 jours de siège qui suivirent, les Davidiens demeurèrent retranchés à l'intérieur de la résidence, à l'exception de quelques-uns qui sortirent et se rendirent aux autorités. 25 négociateurs du FBI restèrent successivement en contact avec Koresh par téléphone. L'équipe était dirigée par Richard Rogers, un agent qui avait pourtant été sévèrement critiqué pour son attitude à l'assaut de Ruby Ridge[13].

David Koresh argumentait son repli par le fait qu'il serait abattu s'il sortait alors qu'il devait terminer son travail en cours, le commentaire d'un texte biblique : les sept sceaux de l'Apocalypse[14]. Le dialogue surréaliste entre Koresh et les négociateurs (qui n'étaient pas formés pour comprendre le langage utilisé par le leader), conduisit à de nombreuses méprises et irritations. Les agents n'étaient pas plus préparés à la détermination des membres du groupe à ne pas céder.

Koresh prétendait avoir demandé à ceux qui voulaient sortir de quitter la résidence (ce que certains ont fait) et que ceux qui étaient restés l'avaient fait de leur plein gré[15].

Les négociateurs ont accepté au début l'idée que Koresh termine son commentaire écrit, mais les négociations ont dégénéré ensuite. Le siège a rapidement provoqué la frustration des deux côtés[16].

Dans un premier temps, Koresh fut autorisé à diffuser un message à la radio, afin de l'inciter à une reddition pacifique. Mais après le message, Koresh déclara que « Dieu lui avait demandé de rester, et d'attendre »[17]. Cependant, dans le même temps, les négociateurs parvinrent à faire sortir 19 enfants de moins de 12 ans, sans leurs parents.

Le neuvième jour, les Davidiens produisirent une bande vidéo qui tentait de démontrer que personne n'était retenu en otage à l'intérieur du bâtiment. La bande montrait les 21 enfants qui étaient encore dans la résidence. Mais la vidéo ne fut montrée au public que beaucoup plus tard après la fin du siège, les agents jugeant qu'elle « attirerait la sympathie du public »[18] si elle était montrée à ce stade de l'assaut[19]. Les agents du FBI, dont certains étaient partagés sur la méthode à employer, décidèrent de harceler les occupants de la résidence, jour et nuit, par de fausses charges de char d'assaut, par des sons stridents et des lumières permanentes qui devaient empêcher tout le monde de fermer l'œil à l'intérieur du bâtiment[20]. Plus tard dans le déroulement de l'événement, l'électricité et l'eau furent également coupées.

À ce stade, Koresh demanda à 11 membres du groupe de quitter le bâtiment.

Plusieurs universitaires, spécialisés dans les questions religieuses et bibliques, tentèrent d'alerter les forces de l'ordre en leur indiquant que leur assaut ne pourrait que conforter Koresh et ses disciples dans leur vision apocalyptique et faire d'eux des martyrs. Cette erreur d'appréciation semble avoir été une cause centrale de la dérive de l'assaut.

Le second assaut

Char abattant le mur et le toit du gymnase

Après 51 jours, le FBI prétendit alors qu'il avait l'assurance que le groupe allait commettre un suicide collectif. Le procureur général, Janet Reno, approuva alors l'idée d'un assaut final[21]. Des gaz lacrymogènes furent alors insufflés[22] dans le bâtiment par des chars qui percèrent des trous directement dans les murs (effondrant quelques façades fragiles au passage). L'utilisation de ces gaz a été critiquée par la suite, puisqu'elle condamnait les jeunes enfants à une mort immédiate[23],[24], alors que les adultes pouvaient les supporter pendant quelques minutes. Personne ne sortit, les occupants ayant trouvé un lieu de repli dans la résidence (dans un bunker/garde manger où les corps furent retrouvés ensuite).

À 12h07, les premières flammes visibles apparurent sur le bâtiment. À 12h55 le brasier avait consumé la totalité du bâtiment.

Le FBI défend la thèse que les Davidiens se sont suicidés en versant de l'essence dans le bâtiment. Les quelques Davidiens survivants et d'autres témoins disent que ce sont les gaz qui ont mis le feu à l'intérieur, simplement parce que les occupants n'ayant plus d'électricité, les lampes à pétroles auraient été renversées par les chars et auraient mis le feu au bâtiment alors que tous les membres étaient regroupés dans la chambre froide au centre de la résidence. D'autres témoins parlent de missiles incendiaires envoyés sur le bâtiment. Cette thèse a fait couler beaucoup d'encre[25], d'autant plus qu'il fut prouvé que de telles armes avaient effectivement été utilisées[26], sans démontrer cependant qu'elles avaient bien déclenché l'incendie général.

À 15h45, la mort de David Koresh est confirmée (certaines photos montrent un impact de balle dans le crâne)[27].

Le bilan

86 morts, incluant les agents de l'ATF, 20 blessés, 9 Davidiens survivants condamnés pour possession illégale d'armes. Plusieurs des Davidiens innocentés et les familles des morts ont porté plainte contre le gouvernement des États-Unis et autres organes officiels. Ils furent déboutés. L'ATF a cependant été sévèrement critiqué à la suite de l'assaut, à la fois sur le contenu du mandat de perquisition et d'arrêt (le 13 juillet 1995, le Treasury department a fait connaître la liste des armes détenues par les Davidiens, aucune n'était une arme automatique, l'accusation à l'origine de l'assaut[28]) et sur les méthodes (en particulier l'utilisation d'hélicoptères qui, selon la législation américaine, ne peuvent être utilisés qu'en cas de guerre ou de trafic de drogue, ce qui n'était pas le cas de cette affaire, ainsi que plusieurs mensonges sur les types d'armes utilisés pendant l'assaut qui ont conduit à des condamnations parmi les forces de l'ordre).

Le fait que le FBI ait fait raser les restes du bâtiment le 12 mai 1993, soit moins d'un mois après l'assaut final, a été également critiqué comme un acte qui pourrait être considéré comme suspect de la part des autorités avant qu'une enquête puisse être conduite sur les lieux.

La question « qui a tiré en premier ? » reste ouverte depuis des années, puisqu'aucune des enquêtes, contradictoires selon ceux qui les menaient, n'ont pu déterminer précisément ce qui s'est passé ce jour-là, d'autant plus que les médias avaient été tenus à distance.

Malgré les controverses qui n'ont pas cessé jusqu'à ce jour, il semble clair qu'au moins un certain nombre des Davidiens ont répondu aux tirs de l'ATF et se seraient défendus contre le FBI lors de l'assaut final. Il semble également que les multiples erreurs tactiques, psychologiques et la pression que subissaient les forces de l'ordre aient joué une large part dans la fin tragique de ce qui devait être une simple perquisition au départ.

L'autopsie des corps retrouvés dans la résidence a ouvert un nouveau débat, car elle démontra que plusieurs enfants étaient bien morts à cause des gaz lacrymogènes, plusieurs adultes étaient morts de balles dans la tête, et d'autres avaient eu le crâne fracassé[29]. Qui avait commis ces crimes ? Une escouade de forces d'intervention est entrée dans le bâtiment pendant l'incendie et en est ressortie ensuite. Des images de cet assaut non officiel montrent que des échanges de tirs auraient eu lieu à ce moment-là. Certains Davidiens soutiennent que ce groupe avait été envoyé pour abattre Koresh et ses proches collaborateurs[30].

La présence de deux officiers de la Delta Force auprès de Janet Reno lors de l'étude des plans d'assaut a jeté un trouble, de même que la présence de membres du Special Air Service britannique au siège de Waco [31],[32],[33] mais on ignore toujours le rôle exact qu'il a joué[34].

Les suites du siège

Entrée de la résidence du Mont Carmel en 1997

Un sondage du magazine Time d'août 1999 indiquait que 61 % des Américains étaient persuadés que les forces de l'ordre avaient déclenché l'incendie à la résidence et non les Davidiens comme le dit la version officielle.

Timothy McVeigh aurait été inspiré par l'événement de Waco pour l'attentat d'Oklahoma City[35].

Les films et épisodes de série

  • Un film The Big Lie (le grand mensonge) de Linda Thompson[36], avocate, a été un des premiers à dénoncer les abus des forces de l'ordre. Visible sur Google video.
  • Un autre film, Embuscade à Waco[37], soutient la version des forces de l'ordre.
  • Le 51e jour (Day 51)[38] est un autre des films qui, avec The Big Lie ont nourri le soutien populaire aux Davidiens.
  • Les deux films qui eurent le plus de succès, tout aussi critiques de l'action du gouvernement, furent Waco : The Rules of Engagement[39] qui reçut un Emmy Award en 1997 et fut nominé aux Oscars la même année, suivi de Waco : A New Revelation[40].
  • Le thriller Arlington Road (de Mark Pellington, 1999), avec Jeff Bridges et Tim Robbins, s'inspire librement du siège de Waco et de l'attentat d'Oklahoma City.
  • 1993 : In the Line of Duty: Ambush in Waco (La secte de Waco), téléfilm de Dick Lowry avec Timothy Daly et Michael O'Leary (en).
  • Une émission récente à la télévision française évoquait Waco[41]
  • L'épisode 08 de la saison 3 de South Park (Deux hommes nus dans un jacuzzi) revient sur la tragédie de Waco. La trame de l'épisode est calquée sur l'histoire de la catastrophe ; elle en constitue une parodie.
  • L'épisode 03 de la saison 4 d'Esprits Criminels (En cercle fermé). Le scénario de l'épisode se base (librement) sur la tragédie.
  • Le film de Rupert Wainwright avec Adrian Brody et Kurt Russell, Waco est prévu pour 2011.

Bibliographie

  • No More Wacos par David B. Kopel et Paul H. Blackman
  • From the Ashes: Making Sense of Waco par H. Newton Malony
  • The Davidian Massacre: Disturbing Questions About Waco Which Must Be Answered Par Carol Moore
  • A Place Called Waco: A Survivor's Story par David Thibodeau et Leon Whiteson
  • The Ashes of Waco: An Investigation par Dick J. Reavis
  • Why Waco? Cults and the Battle for Religious Freedom in America par James D. Tabor et Eugene V. Gallagher
  • Armageddon in Waco: Critical Perspectives on the Branch Davidian Conflict par Stuart A. Wright

Musique

  • La chanson de Machine Head "Davidian", extraite de l'album Burn My Eyes traite de la tragédie.
  • La chanson de No Use For A Name – « 51 Days », extraite de l'album « ¡Leche con Carne! (en) » – traite également de la tragédie.

Références

  1. Video WACO: The Final Prophecy - Waco, David, Koresh, Branch, Prophecy - Dailymotion Share Your Videos
  2. frontline: waco - the inside story: FAQs | PBS
  3. Meyer D. No More Wacos and Waco - The Rules of Engagement. Medical Sentinel 1998;3(4):151-152
  4. Inside Waco par Neil Rawles. Documentaire sur HBO.
  5. The Soldiers -- How Many, and Who?
  6. Waco-Excerpts from 9-1-1 Calls
  7. Voir page 14
  8. TLC :: Children of Waco :: Timeline of Events
  9. http://www.firearmsandliberty.com/waco.horn.html Lire « the assault »
  10. After the 'war' at Waco
  11. http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/waco/timeline.html Lire à « Sunday February 28th »
  12. http://ccat.sas.upenn.edu/gopher/text/religion/koresh/Koresh%20Log Lire à « February 28 »
  13. http://www.byington.org/Carl/ruby/ruby1.htm Rapport du ministère de la Justice sur l'assaut de Ruby Ridge
  14. The Watchman Expositor: David Koresh's Seven Seals Teaching
  15. http://www.public-action.com/SkyWriter/WacoMuseum/burial/doc/wre_scr3.html Lire à la fin le passage de Dick Reavis
  16. Waco Tapes
  17. http://ccat.sas.upenn.edu/gopher/text/religion/koresh/Koresh%20Log Lire le passage « Tuesday April 13 »
  18. http://utwatch.org/archives/subtex/waco_issue6.html Lire au 5° paragraphe
  19. Waco, que s'est-il vraiment passé ?
  20. http://www.mcgath.com/ashes.html Lire liste des sons à la moitié de la page
  21. http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/waco/renoopeningst.html Janet Reno défend sa décision en 1995
  22. CS/Cyanide gas and explosions kill 41 women and children, two of those mothers were pregnant.
  23. http://www.ralphmag.org/wacoZC.html Lire à la fin de l'article « la mort des enfants est un dommage collatéral dans la lutte contre leurs parents »
  24. http://hushmoney.org/Waco_Branch_Davidians.htm Lire à mi page les effets des gaz CS sur l'organisme
  25. CESNUR - Pyrotechnic Grenades Were Fired in Waco
  26. les agents du FBI admettent avoir utilisé des missiles incendiaires dépêche de l'associated press (AP)
  27. http://www.public-action.com/SkyWriter/WacoMuseum/ Voir le chapitre « death » pour les images des corps et des restes des Davidiens. Attention, certaines images peuvent choquer
  28. http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/waco/treasury.html La liste des armes
  29. http://www.public-action.com/SkyWriter/WacoMuseum/burial/page/b_wsws04.html Page sur les autopsies
  30. http://www.waco-anewrevelation.com/ Voir l'analyse des images de l'assaut de ce commando dans le film
  31. SAS en opérations
  32. HISTORIQUE des S.A.S
  33. Waco Update:The Delta Force Was There
  34. Selon alexander cockburn and jeffrey st. clair Thousands of law enforcement officers have now cut their teeth on the homicidal commando techniques most flagrantly displayed by the killers assembled in the British SAS, members of which were also present at the Waco siege. Des milliers de policiers ne connaissaient les techniques les plus meurtrières des techniques commando flagrant affiché par les tueurs montés dans le SAS britannique, dont les membres étaient également présents au siège de Waco.
  35. Timothy McVeigh, Oklahoma City and Waco
  36. Linda Thompson: Waco: The Big Lie
  37. In the Line of Duty : Ambush at Waco
  38. Waco, Texas / Cult Standoff / Day 51: The End (CBS) from the Vanderbilt Television News Archive
  39. WACO: The Rules of Engagement - The Movie
  40. Documentry: government coverup - Waco, April 19, 1993.
  41. Les sectes et les minorités spirituelles à la télévision

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siège de Waco de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Siege de Waco — Siège de Waco Siège de Waco Entrée de la résidence du Mont Carmel en 1997 Informations générales Date 28 février 1993 19 avril 1993 …   Wikipédia en Français

  • Siège de waco — Entrée de la résidence du Mont Carmel en 1997 Informations générales Date 28 février 1993 19 avril 1993 …   Wikipédia en Français

  • Waco, Texas — Waco redirects here. For the siege near Waco, Texas, see Waco siege. For the steamship, see City of Waco. For other uses, see Waco (disambiguation). City of Waco   City   …   Wikipedia

  • Waco (film) — Pour les articles homonymes, voir Waco. Waco Données clés Réalisation Rupert Wainwright Scénario Rupert Wainwright Acteurs principaux …   Wikipédia en Français

  • Waco — /ˈweɪkoʊ/ (say waykoh) noun a town in the US, in central Texas, on the Brazos River; raid of a nearby ranch of the Branch Davidian sect by the Federal Bureau of Investigation in 1993 led to 76 deaths in what is known as the Waco siege or Waco… …   Australian English dictionary

  • Waco siege — The Mount Carmel Center in flames during the assault on April 19, 1993 Date …   Wikipedia

  • Waco, Texas — Waco (Texas) Waco Pays …   Wikipédia en Français

  • Waco Regional Airport — Waco (Texas) Waco Pays …   Wikipédia en Français

  • Waco (disambiguation) — Waco may refer to multiple places in the United States of America:*Waco, Texas, the most prominent place of this name *Waco, Georgia *Waco, Kentucky *Waco, Missouri *Waco, Nebraska *Waco, North Carolina *Waco, OhioWaco may also refer to:* a… …   Wikipedia

  • Waco Wizards — Gründung 1996 Auflösung 2000 Geschichte Waco Wizards 1996 – 2000 Stadion Heart of Texas Coliseum Standort Waco, T …   Deutsch Wikipedia