Siège de Metz (1552)


Siège de Metz (1552)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir siège de Metz.
Siège de Metz par Charles Quint
Siege-de-metz.JPG
Dessin de la défaite du siège de Metz par Charles Quint, XVIe siècle.
Informations générales
Date octobre 1552 – janvier 1553
Lieu Metz, France
Issue Victoire française
Belligérants
Armoiries moderne Saint-Empire bicéphale.svg Saint-Empire romain germanique Blason France moderne.svg France
Commandants
Armoiries Charles Quint.svg Charles Quint Armoiries ducs de Guise.svg François de Guise
Forces en présence
60 000 hommes
Pertes
30 000 hommes

Le siège de Metz, se déroule d’octobre 1552 aux premiers jours de janvier 1553, et se conclut par une défaite cinglante du Saint-empire romain germanique et par l’occupation de Metz par les troupes françaises.

« [Le] plus beau siège qui fut jamais »

— Brantôme

Contexte historique

Avec le soutien des princes luthériens, ligués contre Charles Quint, Henri II organise son « voyage d’Allemagne », une expédition tournée contre le Saint-Empire romain germanique. Sous les ordres du connétable Anne de Montmorency, les troupes d’Henri II s’emparent, sans combattre, de Toul et de Metz, où celui-ci bénéficie du concours de certains échevins francophiles. Henri II fait son entrée solennelle à Metz le 18 avril 1552. Les Messins l’accueillent sans joie, reprochant aux maîtres échevins messins, les paraiges, d’avoir trahi la cité messine. La ville est toutefois soumise, sous le ferme contrôle des hommes de Montmorency. Henri II reprend sa route le 22, vers le Rhin, laissant à Metz 3 400 hommes. Vers le 20 mai, il rebrousse chemin, occupe Verdun, avant de rentrer en France. Ainsi s’achève la chevauchée d’Austrasie.

Pour laver l’affront des princes luthériens et du roi de France, Charles Quint marche sur Metz le 1er septembre 1552. Le 23 octobre, les troupes impériales atteignent Boulay et Thionville, au nord de Metz. Début novembre, 50 000 impériaux, armés de cent à cent-cinquante canons, renforcés par les 12 000 soldats du margrave Albert de Brandebourg investissent les faubourgs de Metz. Comme le montre un plan de Sébastien Leclerc, les campements de l’armée impériale, parsemés autour de la ville, forment une ligne infranchissable : les Brabançons et les Italiens tiennent le nord-est, les Allemands et les Tchèques tiennent l’est et le sud-est, les Espagnols et l’artillerie impériale, les côtés sud et sud-est, les troupes du margrave Albert, les positions situées à l’Est.

Un siège décisif

Chargé le 17 août 1552 par Henri II de la défense de la ville, le lieutenant-général François de Guise fait raser cinq des faubourgs, dont les faubourgs de Saint-Arnould et de Saint-Thiébault, et une quarantaine d’édifices religieux, afin de faciliter la défense de la cité. Il avait en outre fait élever un boulevard d’artillerie en terre, du côté de Bellecroix, et avait creusé un fossé en bordure de la Seille. Après avoir fait sortir de la ville les bourgeois messins, il emmagasine des vivres avant l’automne, pour soutenir un long siège. En novembre, François de Guise dispose de moins de 7 000 hommes, dont 1 000 pionniers et 700 cavaliers.

L’avant-garde de l’armée de Charles Quint, sous le commandement du duc d’Albe entoure la ville le 19 octobre 1552. Le bombardement commence le 10 novembre, avec l’arrivée de l’empereur. Pendant tout le mois de novembre, et le mois de décembre, l’artillerie de Charles Quint pilonne la ville de Metz au sud-est, sans succès. Après près de deux mois de siège, ses troupes, composées d’Allemands, d’Espagnols, d’Italiens, de Tchèques, de Wallons et de Flamands souffrent du typhus, de la faim et du froid. Les désertions sont nombreuses dans les rangs des Impériaux. Fin décembre, Charles Quint change de tactique. Dépité et malade, il lève le siège le 1er janvier 1553 avec son armée décimée, et repart vers Thionville, qu’il atteint le 2 janvier. Les malades et les blessés, abandonnés sur place par les troupes impériales, seront diplomatiquement épargnés par les troupes françaises.

Plan de Metz assiégé par Charles V

L’occupation française commence de facto. La « protection » de la France sur la République messine se traduit par l’implantation d’une forte garnison dans la cité et par la construction, en 1556, d’une puissante citadelle, à l’épreuve de l’artillerie. Bien que juridiquement toujours intégrée au Saint-Empire romain germanique, la ville restera dans les faits aux mains de la couronne de France, devenant française de jure en 1648, avec la signature des traités de Westphalie. Ce statu quo sera cependant remis en question en 1871.

Sources

  • Bertrand de Salignac de la Motte Fénélon, Le siège de Mets, en l'an MDLII, Paris Charles Estienne, 1553.
  • Bertrand de Salignac de la Motte Fénélon, Le siège de Metz par l'empereur Charles V, en l'an 1552 : où l'on voit comme monsieur de Guise et plusieurs grands seigneurs de France, qui étoient dans ladite ville ce sont comportés à la deffence de la place, Metz Pierre Collignon, 1665. [lire en ligne]
  • François-Michel Chabert, Journal du Siège de Metz en 1552 de Bertrand de Salignac, Metz Rousseau-Pallez, 1856
  • René Bour, Histoire illustrée de Metz, Metz, 1950.
  • François-Yves Le Moigne et Gérard Michaux, La réunion de Metz à la France (1520-1648), Histoire de Metz, 1986.
  • Gaston Zeller, Le Siège de Metz par Charles Quint, Nancy, 1943.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siège de Metz (1552) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Siège de Metz —     Cette page d’homonymie contient une liste de différentes batailles ou sièges partageant le même nom. Le siège de Metz peut désigner : le siège de Metz de 1324 par les troupes de Jean Ier de Bohême …   Wikipédia en Français

  • Metz — 49° 07′ 13″ N 6° 10′ 40″ E / 49.1203, 6.1778 …   Wikipédia en Français

  • 1552 — Années : 1549 1550 1551  1552  1553 1554 1555 Décennies : 1520 1530 1540  1550  1560 1570 1580 Siècles : XVe siècle  XVIe …   Wikipédia en Français

  • 1552 en France — Années : 1549 1550 1551  1552  1553 1554 1555 Décennies : 1520 1530 1540  1550  1560 1570 1580 Siècles : XVe siècle  XVIe siècle&# …   Wikipédia en Français

  • Metz — For other uses, see Metz (disambiguation). Metz   Commune   Municipalité de Metz From top: Panora …   Wikipedia

  • Metz Au Moyen Âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • Metz au Moyen-Âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • Metz au Moyen Age — Metz au Moyen Âge Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de… …   Wikipédia en Français

  • Metz au moyen âge — Saint Clément, premier évêque de Metz, conduit le Graoully sur les bords de la Seille. L’histoire de Metz au Moyen Âge est celle d’une ville libre d’Empire qui s’affranchit graduellement de la tutelle féodale impériale avant de devenir en 1552… …   Wikipédia en Français

  • Metz [2] — Metz (hierzu der Stadtplan mit Registerblatt und »Karte der Umgebung von Metz«), Hauptstadt des deutschen Bezirks Lothringen, Stadtkreis und Festung ersten Ranges, liegt am Einfluß der Seille in die Mosel, 180 m ü. M., und hat ein altertümliches… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.