Sixte IV


Sixte IV
Sixte IV
Pape de l’Église catholique

{{{légende}}}

Armoiries pontificales de Sixte IV

Nom de naissance Francesco della Rovere
Naissance 21 juillet 1414
Celle Ligure près de Savone
Élection au pontificat 9 août 1471
Intronisation 25 août 1471
Fin du pontificat 12 août 1484
Prédécesseur Paul II
Successeur Innocent VIII
Listes des papes : chronologie · alphabétique

Francesco della Rovere, né le 21 juillet 1414 à Celle Ligure, près de Savone, et mort le 12 août 1484 à Rome, est couronné pape le 25 août 1471 sous le nom de Sixte IV.

Sommaire

Biographie

Fils d'un marchand de draps aisé, il est oblat à 9 ans au couvent San Francesco de Savone, où il prononce ses vœux. Il fait par la suite des études de théologie à Chieri, Bologne et Pavie. Après avoir obtenu sa licence, il est nommé professeur de théologie ; il enseigne tour à tour la logique et la philosophie dans plusieurs villes italiennes dont l'université de Padoue. Il devient ensuite prédicateur et gravit successivement la hiérarchie franciscaine jusqu'à devenir ministre général en 1464. En 1467, il est élevé à la dignité de cardinal par Paul II. Il résigne sa charge de général en 1469.

En 1471, il est élu pape après quatre jours de conclave. Ses premiers efforts sont consacrés à la guerre contre les Turcs. Comme ses prédécesseurs, il connaît l'échec. De même, il ne parvient pas à réunir les Églises orthodoxe et catholique par le mariage de Zoé Paléologue et d'Ivan III de Russie.

Par ailleurs, il eut l'idée de taxer les prostituées et les prêtres concubinaires de Rome, ce qui rapporta au Saint-Siège des sommes considérables[1]. Il est inhumé dans la chapelle de la Conception de la basilique Saint-Pierre.

Jusqu'à son élection, Sixte IV jouissait d'une bonne réputation. Sous son pontificat, il fit l'objet de jugements controversés dus à l'emprise que ses neveux prirent sur lui. Il est soupçonné de simonie par ces contemporains[2] et pratique un népotisme éhonté[3]. Machiavel, Alexandre Dumas, et, au XVIe siècle, le théologien anglican Baele accentuèrent cette réputation fumeuse, au service de causes idéologiques. De fait, il nomma cardinal de nombreux jeunes gens, célèbres par leur beauté, parmi lesquels son neveu Raphaël Riario - cardinal à 17 ans, accusé d'être son amant[1]. On prétendit aussi que le goût du pape pour les garçons était notoire. Le théologien Balaeus (XVIe siècle) assure de manière peu vraisemblable que Sixte IV aurait donné aux cardinaux "l'autorisation de pratiquer la sodomie pendant les périodes de grandes chaleurs"[4].

Mécénat et patronage princier

Médaille à l'effigie de Sixte IV

Sous son pontificat, il embellit Rome :

  • fondation des Musées capitolins ;
  • don au peuple romain des statues détenues au palais du Latran, dont la fameuse louve romaine ;
  • ouverture, alignement et pavage de nombreuses voies (via Recta, via Sistina, via Papale et via Florea) ;
  • restauration de l'aqueduc de l'Aqua Verfina ;
  • construction du pont Sisto confié à l'architecte Baccio Pontelli.
  • construction et restauration de nombreux édifices religieux (basilique Saint-Jean de Latran, églises Santa Maria della Pace, Santa Maria del Popolo et Sant'Agostino).

Ses contemporains baptisent son œuvre restauratio Urbis : la restauration de la Ville. Il fait aménager la chapelle Sixtine qui porte son nom. Il se montre également un mécène humaniste, en partie pour des fins politiques. Il reconstitue l'Académie romaine, embauche des chanteurs pour la chapelle pontificale, accroît les fonds de la Bibliothèque vaticane.

Il fit appel à l'architecte florentin Giovanni Dolci pour reconstruire entièrement le château de Ronciglione, apanage de la famille Della Rovere. Les travaux furent effectués de 1475 à 1480. Cette forteresse massive est flanquée de quatre puissantes tours, raison pour laquelle on l'appelle "I Torrioni" ou "La Rocca".

Points de dogme et théologie

Immaculée conception

Par la bulle Grave Nimis, il interdit, sous peine d'excommunication, de taxer de faute grave contre la foi la croyance en l'Immaculée Conception. Mais le dogme n'est pas encore promulgué par l'Église.

Grand Pardon de Chaumont

Le 8 février 1475 il institue par une bulle pontificale le Grand Pardon de Chaumont à la demande de Jean de Montmirel qui accorde à perpétuité une indulgence plénière à tous ceux qui, chaque fois que la Saint Jean -Baptiste (24 juin) tombera un dimanche, visiteront la collégiale Saint-Jean-Baptiste, s’y confesseront et y communieront.

Église catholique romaine

Inquisition

En 1478, il a accordé aux souverains espagnols, Ferdinand II d'Aragon et Isabelle Ire de Castille, l'autorisation de réintroduire l'Inquisition. D'après certains auteurs, il y aurait eu dans l'espace de 15 ans, 125 000 procès et environ 13 000 condamnations à mort, qui furent exécutées par les autorités civiles. Sur 100 000 femmes poursuivies pour actes de sorcellerie, la moitié le fut par l'Inquisition et sur ces 50000 dernières, environ 100 furent condamnées à la peine capitale. Il nomma Torquemada Grand inquisiteur

Politique

Soucieux de compenser, dans les États pontificaux, l'absence de famille princière héréditaire, il crée cardinaux ses neveux Giuliano della Rovere, futur Jules II, Pietro et Girolamo Riario qu'il associe à l'exercice du gouvernement politique, prêtant le flanc aux accusations de népotisme. Leonardo et Giovanni Riario, frères des précédents, sont quant à eux nommés préfets de Rome.

Il conclut en 1479 une alliance avec les cantons suisses qui prévoyait la levée de troupes mercenaires[5]

Notes et références

  1. a et b La chapelle Sixtine
  2. [1]
  3. [2]
  4. http://www.abacom.com/~pascal50/lespapes.html, à partir de Michel Larivière, Homosexuels et bisexuels célèbres
  5. Garde Suisse Pontificale - Histoire

Bibliographie


Sur les autres projets Wikimedia :

Précédé par Sixte IV Suivi par
Paul II
Emblem of the Papacy SE.svg
Liste des papes
Innocent VIII

.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sixte IV de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sixte — sixte …   Dictionnaire des rimes

  • sixte — [ sikst ] n. f. • sexte 1611; siste 1080; lat. sextus, d apr. six 1 ♦ Mus. Sixième degré de la gamme diatonique. Intervalle de six degrés. Sixte majeure. 2 ♦ Escr. L une des parades en ligne haute. ● sixte nom féminin (variante de l ancien… …   Encyclopédie Universelle

  • Sixte V — Pape de l’Église catholique Nom de naissance Felice Peretti Naissance 13 décembre …   Wikipédia en Français

  • Sixte II — par Botticelli Sixte II ou Xyste II est le 24e pape de l Église catholique. Il succède à Étienne Ier le 31 août 257. Il est le premier pape à porter un nom déjà utilisé : Sixte Ier avait régné au …   Wikipédia en Français

  • SIXTE IV — SIXTE IV, FRANCESCO DELLA ROVERE (1414 1484) pape (1471 1484) De famille pauvre, Francesco della Rovere, futur Sixte IV, dut sa réussite à la carrière qu’il fit d’abord dans l’ordre des Frères mineurs, dont il devint ministre général en 1464.… …   Encyclopédie Universelle

  • SIXTE V — ou SIXTE QUINT, FELICE PERETTI (1521 1590) pape (1585 1590) Fils d’un jardinier, entré à douze ans chez les franciscains de Montalto, ordonné prêtre en 1547, Felice Peretti se fait un nom à Rome comme prédicateur; il y comptait parmi ses amis… …   Encyclopédie Universelle

  • Sixte — ist ein Kartenspiel, siehe Sixte (Kartenspiel) der französische Name von Sixtus, des ersten Bischofs von Reims Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit de …   Deutsch Wikipedia

  • Sixte — Patronyme rencontré notamment en Charente Maritime (également 82, 93). Variantes : Sixt (73), Sixtre (30). C est un ancien prénom (latin Sextus) popularisé par cinq papes, les deux premiers ayant été martyrisés à Rome. Le premier évêque de Reims… …   Noms de famille

  • Sixte — (franz., spr. ßickst , deutsch Sechsern), ein Kartenspiel, das unter 6 Personen gespielt wird, von denen jeder 6 Blätter erhält; 6 Spiele machen eine Partie. Der Geber schlägt das letzte (ihm selbst gehörige) Blatt als Trumpf auf. Die Folge der… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sixte — Pour les articles homonymes, voir Sixte (homonymie). Sixte mineure mi do Sixte majeure do la En musique, une sixte est l intervalle qui sépare d …   Wikipédia en Français