Siege de Calais


Siege de Calais

Siège de Calais (1346)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais.
Siège de Calais
Informations générales
Date 4 septembre 1346
au 3 août 1347
Lieu Calais
Issue Victoire anglaise décisive
Belligérants
Blason pays fr FranceAncien.svg France England Arms 1340.svg Angleterre
Blason Nord-Pas-De-Calais.svg Flandre
Commandants
Jean de Vienne Édouard III d'Angleterre
Forces en présence
7 000 à 8 000
habitants en armes
5 300 chevaliers
6 600 fantassins
20 000 archers
2 000 soldats flamands
-----------
34 000 hommes
Guerre de Cent Ans
Batailles
Arnemuiden (navale) — L’Écluse (navale) — Crécy — Calais —

Guerre anglo-écossaise
Neville's Cross —


Jacquerie
Grande Jacquerie — Meaux — Révolte des Tuchins — Révolte paysanne anglaise —


Guerre de Succession de Bretagne
La Roche-Derrien — Combat des Trente — Mauron — Auray —


Winchelsea — Poitiers — Cocherel —


Première guerre civile de Castille
Nájera — Montiel —


Pontvallain — La Rochelle  — Roosebeke —


Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons
Révolte des Cabochiens —


Azincourt — Rouen — Baugé — Cravant — Brossinière — Verneuil — Journée des Harengs — Gerberoy —


Campagne de Jeanne d'Arc
Orléans — Jargeau — Meung-sur-Loire — Patay — Montépilloy — Compiègne —


Campagne de Bretagne et de Normandie en 1448-1449
Fougères — Formigny —


Campagne de Guyenne
Castillon

Le siège de Calais est entrepris durant la guerre de Cent Ans par les Anglais en septembre 1346 et va durer onze mois. Au début du mois d'août 1347, après une résistance héroïque des habitants, six bourgeois de la ville conduits par Eustache de Saint Pierre se livrent en otages au roi Édouard III d'Angleterre, et sauvent ainsi la ville de la destruction.

En 1349, déjà très affaiblis par la famine occasionnée par le siège, les habitants sont presque tous fauchés par la peste noire. Repeuplée par des Anglais, Calais va rester sous domination britannique jusqu'en 1558.

Sommaire

Contexte

Tout commence le 12 juillet 1346, lorsque Édouard III d'Angleterre débarque à Saint Vaast la Hougue pour faire une promenade en France[1].
En réalité il dévaste la Normandie, menace Paris et, poursuivi par les armée du Roi de France s'en retourne vers le nord.

Le 26 aout 1346 le face à face a lieu aux abords de la foret de Crécy.
Les chevaliers français venant d'Abbeville attaquent en désordre et sont jetés à terre sous une pluie de flèches[2].
Après avoir remporté la bataille de Crécy, le roi Édouard III (issu de la Maison d’Anjou-Plantagenêts), qui ne pensait quelques mois plus tôt qu'à retourner en Grande-Bretagne, n'a plus d'adversaire. Il se presse d’aller faire le siège de Calais, après avoir incendié Wissant et Wimille, extrêmement nuisible au roi et à son royaume, afin d'avoir une tête de pont qui serait la clef pour le départ ultérieur de ses chevauchées en France.

Le siège anglais (1346-1347)

Le roi d'Angleterre commença l’investissement devant la place, le 4 septembre 1346.

La ville de Calais, protégée par sa situation au milieu de terrains marécageux envahis par les eaux à chaque marée, était défendue par une garnison placée sous le commandement d’un chevalier originaire de Dole dans le Jura, Jean de Vienne (ou, de Via(e)ne). Ce dernier était secondé par un certain nombre de chevaliers d’Artois dont Jean Froissart nous a transmis les noms « Ernoulz d’Audrehem, Jean de Surie (ou, de Sury), Baudouin de Belleborne (ou, de Bellebrune), Geoffroi de le Motte, Pépin de Were (ou, de Wiere, ou, de Werie) », auxquels la chronique normande ajoute les sires de Beaulo, de Grigny.
Voyant l’armée anglaise définitivement établie (pour un siège au « finish »), le capitaine de Calais craignant avec raison d’être contraint par la famine à se rendre, se résolut de se défaire de bouches inutiles et d’expulser de la ville les personnes dépourvues de biens et de provisions (entre 500 et 1 700 personnes selon les chroniqueurs).

Il y eut peu de bataille sur terre autour de Calais, qui se soldèrent toutefois par des assauts infructueux et chèrement payés. Mais en mer, le roi anglais fit placer 25 bateaux faisant le blocus de Calais. Des navires génois, au service de la France, ainsi que des navires normands et des marins d’Abbeville, réussirent cependant à forcer le blocus pour ravitailler Calais et ses assiégés. Édouard III décida de bloquer l’entrée du chenal avec des obstacles de toute nature et à partir de juin 1347, il fut impossible pour les Français de ravitailler Calais. [3]

Reddition de la ville

La reine Philippa de Hainaut plaide en faveur des bourgeois de Calais. Illustration de 1914

En juin 1347, en désespoir de cause, Jean de Vienne, capitaine de Calais assiégée, écrivit une lettre au roi Philippe VI de Valois lui demandant de venir lui porter secours « ...la garnison n’avait d’autres alternatives que de tenter une sortie désespérée : nous aimons mieux mourir aux champs honorablement que de nous manger l’un l’autre !... ». Cette lettre transmise par l’intermédiaire d’un bateau génois fut interceptée par la marine anglaise. Édouard, ayant lu la lettre, y ajouta son sceau royal puis l'envoya à Philippe[4]. Le 27 juin 1347, l’armée française parut à hauteur de Sangatte. Des Flamands et des Germaniques se portèrent du côté anglais, des Hennuyers se portèrent du côté français. Deux légats du pape furent envoyés à Calais et une trêve de trois jours fut conclue. Tous les passages menant à Calais étant obstrués de fossés et gardés par les Anglais, le roi de France ne put intervenir. C’est alors que Jean de Vienne, pressé par la population de Calais assiégée, demanda à parlementer avec le roi anglais sur la reddition de Calais à condition d’épargner la population et la garnison. Sur ce, Édouard III exigea que six bourgeois viennent en chemise, pieds nus et la corde au cou se mettre à sa disposition : ce furent Eustache de Saint-Pierre, Jean d’Aire, Jacques de Wissant et son frère Pierre, Jean de Fiennes, et André d’Ardres. À leur arrivée auprès d’Édouard III, ces six bourgeois de Calais furent épargnés grâce à l’intervention de Philippa de Hainaut, épouse du roi anglais. La ville fut occupée par les Anglais fin août 1347 et le roi rembarqua pour l’Angleterre (laissant des troupes à la garde de Calais sous les ordres de Jean de Montgomery au service du roi anglais) avec les chevaliers français prisonniers (parmi lesquels Jean de Vienne, Jean de Sury et Ernoul d'Audrehem) : ces prisonniers demeurèrent six mois en Angleterre et furent par après mis à rançon. Philippe VI de France les racheta[5].

Conséquences

Le siège de Calais avait duré onze mois. Le cardinal Guy de Boulogne, arrivé à Amiens, négocia une trêve avec Édouard III au nom de son cousin Philippe VI, et obtint gain de cause[6], Édouard III étant satisfait de maintenir Calais. Les hostilités ne reprirent qu'à la mort de Philippe, trois ans plus tard, cette fois dans le Poitou.

Quant à la ville de Calais, elle ne redevint française qu’en 1558.

Culture

Le sujet a donné lieu à deux pièces de théâtre : Les Décius français ou le Siège de Calais sous Philippe VI de Durosoy (1764) et Le Siège de Calais, une tragédie de Dormont de Belloy (1765)

Il est également le thème d'un opéra italien, L'assedio di Calais (1836) de Gaetano Donizetti (musique) et Salvatore Cammarano (livret).

Il a aussi inspiré le groupe statuaire en bronze d'Auguste Rodin Les Bourgeois de Calais (plâtre 1889, première fonte 1895).

Notes et références

  • La Présence Anglaise à Calais au Moyen Age, Curveiller Stéphane.


  1. Histoire de Calais, Alain Derville et Albert Vion - Westhoek, 1985
  2. Pays du Nord no 81
  3. D'après Georges Daumet, Calais sous la domination anglaise, p. 4 , cité dans Chroniques de Froissart, Imprimerie Repressé-Crépel et Fils, Arras (France), 1902  . Georges Daumet (1870-1912) était archiviste aux Archives Nationales.
  4. K. DAVIS, Paul. Besieged: 100 Great Sieges From Jericho to Sarajevo. New York, Oxford University Press, 2003. 376 pages.
  5. D'après le baron Kervyn de Lettenhove, Œuvres de Froissart, Bruxelles (Belgique), 1868-1876 .
  6. Jean Froissart, Chroniques, chap. CXLVI (« Le roi d'Angleterre repeuple Calais ») 

Voir aussi

  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Si%C3%A8ge de Calais (1346) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Siege de Calais de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Siège de calais — (1346) Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Siège de Calais Informations générales Date 4 septembre 1346 au 3 août 1347 Lieu Calais …   Wikipédia en Français

  • Siege of Calais — Infobox Military Conflict conflict=Siege of Calais partof=the Hundred Years War caption= date=September 4, 1346 August 3, 1347 place=Calais, France result=English victory combatant1=Kingdom of England combatant2=Kingdom of France… …   Wikipedia

  • Siège de Calais —     Cette page d’homonymie contient une liste de différentes batailles ou sièges partageant le même nom. La ville de Calais, fut assiégée plusieurs fois : Siège de Calais (1346), par les Anglais, lors de la …   Wikipédia en Français

  • Siège de Calais (1346) — Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Siège de Calais Informat …   Wikipédia en Français

  • Siège de Calais (1436) — Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Entre juin et juillet 1436, suite au traité d Arras (1435), le duc de Bourgogne Philippe le Bon et alliés flamands mettent le siège devant Calais, place anglaise depuis 1347. Sommaire 1 Contexte …   Wikipédia en Français

  • Siège de Calais (1558) — Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Siège de Calais (1558) La prise de Calais par les Fra …   Wikipédia en Français

  • Siège de Calais (1940) — Pour les articles homonymes, voir Siège de Calais. Siège de Calais …   Wikipédia en Français

  • Siege of Calais (1940) — Infobox Military Conflict conflict=Siege of Calais (1940) partof=Battle of France caption= date=May 22 ndash;May 26, 1940 place=Calais, France casus= territory= result=German victory combatant1=UK FRA combatant2=flagicon|Germany|Nazi Germany… …   Wikipedia

  • Le Siège de Calais — Le Siège de Calais, nouvelle historique, est un roman en deux volumes composé sous la forme d’un récit à tiroirs publié en 1739 par Claudine de Tencin à La Haye chez Jean Neaulme. Sommaire 1 Édition moderne 2 Bibliographie 3 Voir aussi …   Wikipédia en Français

  • Calais: Quartier du Pont-du-Leu — Calais 50°56′53″N 1°51′23″E / 50.94806, 1.85639 …   Wikipédia en Français